Luca De Meo, DG du Groupe Renault : La relation entre le Maroc et le Groupe est une "relation d'exception"    Marché boursier : Les levées de capitaux en actions en repli de 70% en 2020    Généralisation de la couverture médicale : L'UE accompagne le Maroc    JO-2020 : Le programme du vendredi 6 août 2021    JO de Tokyo/Athlétisme : Le Marocain Abdellatif Sadiki éliminé en demi-finale du 1.500 m    Covid-19 : Pfizer et BioNTech s'engagent à fournir leur vaccin au Maroc au cours de 2021    Casablanca : interpellation d'un individu pour son implication présumée dans un matricide    Covid-19 : Sur la 3ème dose du vaccin, l'OMS veut un moratoire    [ Interview avec Aziz El Fekkaki, président de l'Association des Jeunes du 21ème siècle ] L'application du NMD tributaire des mentalités des responsables    Emprunt national : toujours peu de visibilité sur la date de lancement    Voici la date et l'heure du match Raja-AS Rome    Les prix du pétrole en chute    Automobile : le secteur reprend des couleurs en juillet    Corruption : Extradition des Emirats Arabes Unis vers l'Algérie d'un ancien PDG de Sonatrach    Covid-19 : Un nouveau protocole de prise en charge des malades    BCG et tuberculose : Centenaire du doyen des vaccins encore d'actualité    Technopark Casablanca lance une opération de vaccination massive    Mesures de restrictions : Suspense sur la rentrée scolaire    Covid-19: du changement dans le protocole thérapeutique national    Affaire Pegasus : la CNDP entre en jeu    Maroc-Algérie : l'eurodéputé Andrea Cozzolino prend fait et cause pour le discours d'apaisement du roi Mohammed VI    HCP. Radioscopie de l'emploi au second trimestre 2021    Europa Oil & Gas : "de ressources potentielles et non de réserves prouvées" tempère ONHYM    La France promet 100 millions d'euros d'aide en faveur du Liban    Le légendaire gardien de but Ahmed Belkorchi n'est plus    Afghanistan : Les attaques se multiplient à Kaboul, les Talibans revendiquent    Chambres professionnelles : Défis et enjeux d'un scrutin d'une conjoncture particulière    Records du monde ou dopage technologique...    Regragui se rapproche, Chaabani s'éloigne    Le pdt de la délégation Maghreb au PE salue un geste Royal hautement généreux en direction de l'Algérie (Vidéo)    Fin du « potentiel détournement » d'un pétrolier britannique    Affaire Pegasus : la CNDP se saisit du dossier    «Prisonnière du silence» remporte le grand prix    Lucien Amiel, doyen des galeristes marocains, n'est plus    JO-2020/Athlétisme: le Kényan Emmanuel Korir champion olympique du 800 m    Issa Hayatou sanctionné par la FIFA    Affaire Pegasus : La riposte marocaine se poursuit    Législatives: El Othmani se présentera dans la circonscription de Rabat-Océan    En Algérie, «le meilleur système de santé au Maghreb et en Afrique» s'effondre    Covid-19 : le théâtre national Mohammed V procède à un arrêt provisoire ses activités    Mohamed Amine Kihal ou la prédilection pour les rôles à dimension psychologique    Question de littérature : Les nouveaux auteurs sont-ils sous le seuil de la pauvreté littéraire ?    Armement : Le Maroc s'apprête à acquérir 22 hélicoptères d'attaque turcs    ONU : Les accusations généralisées contre les travailleurs humanitaires au Tigray sont "injustes"    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Liban : un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion, selon l'ONU    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Connaissez-vous la nouvelle vague ?
Publié dans Les ECO le 07 - 07 - 2011

Un mois de juillet dédié au cinéma français. C'est ce que propose la Fondation ONA aux Casablancais. En effet, l'institution organise en partenariat avec l'Institut français de Casablanca, l'Institut de Paris et le Centre cinématographique marocain (CCM), un festival qui célèbre trois cinéastes français ayant écrit en lettres d'or leurs noms dans l'histoire du 7e art. Il s'agit de Jean-Luc Godard, de François Truffaut et de Jacques Demy. C'est ainsi que le jardin de la Villa des Arts de la cité blanche accueille, tout au long de ce mois, trois films cultes. Mardi, le public avait rendez-vous avec le chef d'œuvre de Godard «À bout de souffle». Réalisé en 1960, ce long métrage, emblématique de la «nouvelle vague» a plongé les spectateurs dans le Paris des années 1960. Interprété par Jean-Paul Belmondo, Jean Seberg et Daniel Boulanger, ce film a confirmé la place de son réalisateur en tant que chef de file de la «Nouvelle vague». Mardi prochain, un autre film culte sera projeté pour le plus grand plaisir des cinéphiles. Il s'agit de «Les quatre cents coups», de François Truffaut. Largement autobiographique, ce film raconte l'enfance difficile d'Antoine Doinel, un rôle campé par l'acteur fétiche du réalisateur, en l'occurrence Jean-Pierre Léaud. Sorti en 1959, «Les quatre cents coups» a remporté plusieurs prix, notamment celui de la meilleure mise en scène lors du célèbre festival de Cannes. Enfin, le public aura le plaisir de (re)voir le 26 juillet, «La baie des anges» de Jacques Demy. Un long métrage qui a marqué aussi l'histoire du 7e art français. Ecrit et réalisé en 1962, ses personnages principaux sont interprétés par Jeanne Moreau et Claude Mann.
Godard, Rivette et les autres !
Le choix de présenter aux Casablancais trois films de la «nouvelle vague» n'est point fortuit. Ce mouvement cinématographique créé en France dans les années 1950 a révolutionné le 7e art. Représenté par François Truffaut, Jacques Rivette, Jean Luc Godard ( tous les trois anciens critiques de cinéma), Eric Rohmer, Jacques Demy, Agnès Varda, Jean Eustache et Claude Chabrol, ce mouvement, selon bon nombre de spécialistes n'a jamais été le fruit d'un long travail de recherche. Il est plutôt «le produit immédiat d'une époque et le fruit de la rencontre de plusieurs jeunes cinéastes». Le cinéma était en effet, le miroir de ce temps et grâce à leur engagement et à leur talent, ces réalisateurs ont bien décrypté le contexte historique et social de cette période. Bref, le festival du cinéma français drainera un grand nombre de spectateurs, d'autant plus que le prix d'entrée ne dépasse pas cinq dirhams !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.