Forum Crans Montana: L'Afrique doit bâtir l'avenir de sa jeunesse    Notariat: Digitalisation généralisée pour fin mars    Un Monde Fou    Musiques sacrées: La 25e édition met Fès à la confluence des cultures    La lutte menée par le Maroc contre le trafic de migrants louée par le ministre espagnol de l'Intérieur    Les industriels partagés à propos de l'évolution de leur production au premier trimestre    L'aéroport Mohammed V considéré comme l'un des meilleurs en Afrique    Première rencontre régionale sur le commerce à Agadir    Participation marocaine à la Conférence de l'ONU sur la coopération Sud-Sud    Un carnage évité de justesse pour 51 collégiens pris en otage dans un bus à Milan    Journée mondiale de la météorologie    Driss Lachguar reçoit Nabil Chaath    Le match contre le Malawi, un sérieux test pour les prétendants à la liste définitive de Renard    Le RTCMA fin prêt pour accueillir la 35ème édition du GP Hassan II de tennis    Divers sportifs    Special Olympics 2019 47 médailles pour le Maroc dont 12 en or    Ces célébrités ont touché le fond : Heather Locklear    Divers    fin de la première journée de la 2e table ronde de Genève    "Indigo" de Salma Bargach, un film marocain de classe mondiale    Ouverture officielle à Rabat des Journées de la Francophonie    L'artiste peintre Afif Bennani expose ses oeuvres à Montréal    LdC : 20 000 euros d'amende pour Ronaldo    Attijariwafa bank : Des résultats en forte progression malgré le repli de la branche Assurance    HCP : Evolution du taux de la fécondité au Maroc    El Othmani : La gratuité de l'enseignement, maintenue et affirmée    Interpellée pour "intention de s'adonner à la prostitution"... Le cri de colère d'une Marocaine à Jakarta    Conférence-Débat: La place des femmes dans l'espace public    Les AREF comptent licencié les enseignants contractuels pour abandon de poste    Paradis fiscaux : Jouahri exprime sa colère vis-à-vis du maintien du Maroc par l'UE sur la liste grise    Colloque international de Rabat : Réflexions sur la pensée de Khatibi    «Sound of Berberia» : à la recherche de véritables sonorités amazighes    Communiqué du BP du PPS    La diaspora invitée à contribuer au développement de leur pays d'origine    Motor Village et Marokoto, partenaires de la Raquette d'Or de Mohammedia    Tennis : Grand Prix Hassan II du 7 au 14 avril à Marrakech    Fusillade d'Utrecht : Le suspect va comparaître pour homicides « terroristes »    La journée mondiale de la poésie célébrée à la Villa des arts de Rabat    Préscolaire    Les Lions sans Ziyech, Belhanda et Amrabet incertains, place aux Botolistes…    Projection du documentaire "A Thousand girls like me" qui ouvre le débat sur l'inceste    La Commission interministérielle spécialisée examine le plan de mise en œuvre de la déconcentration administrative    La jeunesse face à la classe politique    Haute commission mixte entre le Maroc et le Rwanda    Prochaine tenue du Forum national du handicap    Syrie    Edito : L'eau    Le Ministère de la Santé propose plusieurs mesures pour une meilleure gouvernance des CHU    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'univers coloré et serein de Ghitta Laskrouif
Publié dans Les ECO le 05 - 09 - 2014

Styliste qui commence à faire son bout de chemin et faire parler d'elle, Ghitta Laskrouif a su puiser dans la richesse du patrimoine marocain pour créer un souffle moderne entre hippie et vintage bien de chez nous. Rencontre avec un talent à l'état pur.
«Mon style est «conceptuel», des pièces uniques totalement artisanales. Je crée une ligne de vêtements et d'accessoires de haute couture en série limitée (fait main et vêtements restylés), des articles qui combinent broderies, crochet, perlage, tricot et tissage à la main», commence Ghitta Laskrouif lorsqu'on lui demande de décrire son univers. Un univers bien tracé, avec beaucoup de personnalité et une touche bien à elle. Entre l'artisanat et le 2.0, la styliste a trouvé son modjo. «Je prends des photos, des notes mais c'est souvent le vêtement lui-même qui m'inspire lorsqu'il s'agit d'une pièce à recycler. Je joue sur les volumes, les lignes et les couleurs tout en restant minimaliste, m'inspirant de tout ce qui m'entoure, à savoir l'architecture, la nature, notre héritage. Créer un vêtement, c'est comme aménager un espace, relooker un intérieur, pour moi, c'est un espace de vie. Actuellement, je me concentre plus sur le fait de rendre mes créations de plus en plus confortables». Entre le fameux col et les T-shirts en forme de théière marocaine, Ghitta Laskrouif s'amuse à trouver des formes et des objets qui sont chers aux Marocains pour les rendre presque universels. Comme une seconde peau, c'est une voie toute tracée et qui peut paraître innée pour l'artiste, bien qu'elle ne l'ait pas toujours été. «J'ai toujours rêvé de faire partie du domaine artistique mais je n'avais pas la mode en tête, bien qu'à 18 ans je savais déjà coudre et faire des broderies.
J'ai eu mon baccalauréat en arts plastiques, après je ne savais plus quoi faire, j'ai opté pour la déco d'intérieur ou l'archéologie, mais faute de moyens, j'ai fini par m'inscrire dans une école de mode qui était moins chère. Les études étaient très carrées, le marché encore plus. Je n'étais pas très satisfaite de mon choix. Après 2 ans d'études, j'ai eu mon diplôme et j'ai même pensé à changer de carrière, mais après, j'ai pu être entourée par des gens qui m'ont encouragée à continuer puis avec le temps, j'ai appris à apprécier la mode», raconte la styliste qui a toujours été influencée par tout ce qui est tribal et provenant de personnes comme Chalayan Yohji Yamamoto, Issey Miyake, Damir Doma ou Martin Margiela. «Je reste marocaine dans mes créations parce qu'avant tout ma cible est marocaine, je préfère que mes créations ne se limitent pas à fabriquer des vêtements neufs, de qualité et à les vendre, mon travail comprend également la collecte de vêtements en vue d'une réutilisation ou d'un recyclage, et ça c'est pour moi du «fun» et en même temps je considère le upcycling comme un devoir de citoyenne plus qu'un choix».
En effet, Ghitta a également une main verte et cela se voit dans la nature de ses créations. «J'aime le changement et j'aime créer et présenter à chaque fois des styles différents. Je n'aime pas trop rester sur la même chose. Néanmoins, le fil conducteur entre toutes mes collections c'est le travail manuel, les volumes, les structures architecturales et le recyclage. Pour ma nouvelle collection, je travaille sur le thème micro-organique en m'inspirant du monde microscopique qui nous entoure. J'ai essayé de reprendre ses formes en me basant sur le détail. J'ai essayé de mélanger entre broderies contemporaines, perlage et crochet. Aussi, j'ai introduit plus de couleurs que d'habitude». Un travail qu'elle réfléchit en amont en s'entourant d'amis passionnés, prêts à l'aider. «Après avoir décidé du modèle, j'achète le tissu s'il le faut et je prépare mon prototype. S'entourer de personnes méticuleuses et positives est essentiel pour moi, ça m'encourage et m'aide dans mon processus de travail, j'ai des amis qui m'aident pour la photo à chaque fois que j'ai des articles prêts, je poste ces photos sur les réseaux sociaux afin de mieux communiquer sur mon travail».
Une communication qui apporte ses fruits puisque sa page facebook et son blog sont alimentés régulièrement et beaucoup suivis par les afficionados du style et des modèles uniques et originaux. Ghitta Laskrouif s'était d'ailleurs fait remarquer avec une première collection lors de Festimode Casablanca 2007 avec deux autres stylistes, sous la griffe Mozarabe. Depuis, elle a présenté son travail au théâtre de Bruxelles, au Salon d'Ecorismo ainsi qu'à d'autres événements sur Marrakech. «J'ai collaboré avec Flou flou pour créer une collection capsule qui correspondait à la fois au style de leur clients et à mon style, tout en visant une autre cible qui est plus jeune pour la marque Flou flou. C'était une expérience industrielle et qui dit industrie, dit temps, équipe, coût de production... J'avais l'habitude de travailler en général avec des artisans et c'est très différent, c'est moins structuré. J'avais pour mission de dessiner l'ensemble des vêtements qui composent une collection de prêt-à-porter de 20 look ainsi que de choisir les matières, suivre la production des modèles approuvés avec les modélistes, le patronnier et les couturiers, etc». Un travail décalé et à mi-chemin entre l'Occident et l'Orient à découvrir «Chez Ilda», un nouveau concept Store au Maârif, à Casablanca.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.