Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    Fiscalité. Les libéraux veulent reconstituer un front uni    RDC : Moïse Katumbi accueilli en héros national après son retour au bercail    La scène politique en deuil : Tayeb Bencheikh n'est plus    7ème édition de l'opération Iftar Saem : P&G Maroc distribue plus de 250.000 ftours depuis 2013    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Immobilier. Un faux départ en 2019    Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…    Education : Le ministère annonce une version actualisée de la méthode d'enseignement pour le primaire    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    Christchurch : L'auteur de l'attaque inculpé pour terrorisme    La réponse de Huawei à Google    Les Etats-Unis donnent un sursis de 3 mois à Huawei    Radioscopie des besoins prévisionnels d'emplois au Maroc    Marrakech: La ville que les stars adorent!    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Plus de 2,3 millions de passagers ont transité par les aéroports marocains en avril    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Baisse du résultat net du CIH    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    Madison Cox lauréat du prix de la Rosa d'Oro    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Egypte : Le Comité d'organisation lance une billetterie en ligne    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Abdelhak Zerouali, le maître du monodrame    Vente illégale de boissons alcoolisées et immigration clandestine : Une ressortissante subsaharienne arrêtée à Rabat    ''Avengers" se fait doubler par ''John Wick'' sur le box-office américain    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    La sélection marocaine féminine de boxe remporte le tournoi international du Gabon    Divers    Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern    La Chambre d'agriculture de Draâ-Tafilatet primée en Tunisie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'univers coloré et serein de Ghitta Laskrouif
Publié dans Les ECO le 05 - 09 - 2014

Styliste qui commence à faire son bout de chemin et faire parler d'elle, Ghitta Laskrouif a su puiser dans la richesse du patrimoine marocain pour créer un souffle moderne entre hippie et vintage bien de chez nous. Rencontre avec un talent à l'état pur.
«Mon style est «conceptuel», des pièces uniques totalement artisanales. Je crée une ligne de vêtements et d'accessoires de haute couture en série limitée (fait main et vêtements restylés), des articles qui combinent broderies, crochet, perlage, tricot et tissage à la main», commence Ghitta Laskrouif lorsqu'on lui demande de décrire son univers. Un univers bien tracé, avec beaucoup de personnalité et une touche bien à elle. Entre l'artisanat et le 2.0, la styliste a trouvé son modjo. «Je prends des photos, des notes mais c'est souvent le vêtement lui-même qui m'inspire lorsqu'il s'agit d'une pièce à recycler. Je joue sur les volumes, les lignes et les couleurs tout en restant minimaliste, m'inspirant de tout ce qui m'entoure, à savoir l'architecture, la nature, notre héritage. Créer un vêtement, c'est comme aménager un espace, relooker un intérieur, pour moi, c'est un espace de vie. Actuellement, je me concentre plus sur le fait de rendre mes créations de plus en plus confortables». Entre le fameux col et les T-shirts en forme de théière marocaine, Ghitta Laskrouif s'amuse à trouver des formes et des objets qui sont chers aux Marocains pour les rendre presque universels. Comme une seconde peau, c'est une voie toute tracée et qui peut paraître innée pour l'artiste, bien qu'elle ne l'ait pas toujours été. «J'ai toujours rêvé de faire partie du domaine artistique mais je n'avais pas la mode en tête, bien qu'à 18 ans je savais déjà coudre et faire des broderies.
J'ai eu mon baccalauréat en arts plastiques, après je ne savais plus quoi faire, j'ai opté pour la déco d'intérieur ou l'archéologie, mais faute de moyens, j'ai fini par m'inscrire dans une école de mode qui était moins chère. Les études étaient très carrées, le marché encore plus. Je n'étais pas très satisfaite de mon choix. Après 2 ans d'études, j'ai eu mon diplôme et j'ai même pensé à changer de carrière, mais après, j'ai pu être entourée par des gens qui m'ont encouragée à continuer puis avec le temps, j'ai appris à apprécier la mode», raconte la styliste qui a toujours été influencée par tout ce qui est tribal et provenant de personnes comme Chalayan Yohji Yamamoto, Issey Miyake, Damir Doma ou Martin Margiela. «Je reste marocaine dans mes créations parce qu'avant tout ma cible est marocaine, je préfère que mes créations ne se limitent pas à fabriquer des vêtements neufs, de qualité et à les vendre, mon travail comprend également la collecte de vêtements en vue d'une réutilisation ou d'un recyclage, et ça c'est pour moi du «fun» et en même temps je considère le upcycling comme un devoir de citoyenne plus qu'un choix».
En effet, Ghitta a également une main verte et cela se voit dans la nature de ses créations. «J'aime le changement et j'aime créer et présenter à chaque fois des styles différents. Je n'aime pas trop rester sur la même chose. Néanmoins, le fil conducteur entre toutes mes collections c'est le travail manuel, les volumes, les structures architecturales et le recyclage. Pour ma nouvelle collection, je travaille sur le thème micro-organique en m'inspirant du monde microscopique qui nous entoure. J'ai essayé de reprendre ses formes en me basant sur le détail. J'ai essayé de mélanger entre broderies contemporaines, perlage et crochet. Aussi, j'ai introduit plus de couleurs que d'habitude». Un travail qu'elle réfléchit en amont en s'entourant d'amis passionnés, prêts à l'aider. «Après avoir décidé du modèle, j'achète le tissu s'il le faut et je prépare mon prototype. S'entourer de personnes méticuleuses et positives est essentiel pour moi, ça m'encourage et m'aide dans mon processus de travail, j'ai des amis qui m'aident pour la photo à chaque fois que j'ai des articles prêts, je poste ces photos sur les réseaux sociaux afin de mieux communiquer sur mon travail».
Une communication qui apporte ses fruits puisque sa page facebook et son blog sont alimentés régulièrement et beaucoup suivis par les afficionados du style et des modèles uniques et originaux. Ghitta Laskrouif s'était d'ailleurs fait remarquer avec une première collection lors de Festimode Casablanca 2007 avec deux autres stylistes, sous la griffe Mozarabe. Depuis, elle a présenté son travail au théâtre de Bruxelles, au Salon d'Ecorismo ainsi qu'à d'autres événements sur Marrakech. «J'ai collaboré avec Flou flou pour créer une collection capsule qui correspondait à la fois au style de leur clients et à mon style, tout en visant une autre cible qui est plus jeune pour la marque Flou flou. C'était une expérience industrielle et qui dit industrie, dit temps, équipe, coût de production... J'avais l'habitude de travailler en général avec des artisans et c'est très différent, c'est moins structuré. J'avais pour mission de dessiner l'ensemble des vêtements qui composent une collection de prêt-à-porter de 20 look ainsi que de choisir les matières, suivre la production des modèles approuvés avec les modélistes, le patronnier et les couturiers, etc». Un travail décalé et à mi-chemin entre l'Occident et l'Orient à découvrir «Chez Ilda», un nouveau concept Store au Maârif, à Casablanca.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.