Lutte contre le terrorisme et le crime organisé : Renforcement de la coopération entre le Maroc et les USA    Emprunt obligataire : sortie réussie du Maroc sur le marché international    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Paris: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo    Liga : Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Supercoupe UEFA : Bounou et En-Nesyri finalistes malchanceux !    Transferts : Ayoub El Kaabi rejoint le Wydad    Botola Pro D1 : La RSB ne lâche pas prise    Covid-19 : 413 élèves et 807 enseignants contaminés depuis la rentrée scolaire    Pas de report de l'examen régional de la 1-ère année du baccalauréat    Twitter ne protège pas assez les femmes, selon Amnesty International    Mission française : les parents d'élèves obtiennent un report de paiement des frais de scolarité    Les autorités serrent la vis à Casablanca    Le covid-19 ferme un célèbre quartier à Fès (PHOTOS)    Dislog: belle opération du groupe avec le rachat de Fine Hygienic Holding    Démarchage téléphonique : une loi française met-elle les call center marocains en danger ?    Finances - Bilan au 1er semestre 2020 : TAQA Maroc présente ses résultats    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Enzo Zidane au WAC: c'est pour bientôt !    Baromètre Deloitte des CEOs africains : L'après-Covid-19 vu par les patrons africains    Maroc : Bilan positif pour la 61è Assemblée des Etats membres de l'OMPI    Casablanca Finance city: la réorganisation du pôle financier est actée    L'agilité, c'est pour les gouvernements aussi    Liquidité des banques: le besoin se creuse en août    Agadir: les professionnels du tourisme se retroussent les manches    Les écoles françaises au Maroc font preuve de résilience    El Otmani a parlé des vaccins anti-covid 19    Sahara marocain: nouveau coup asséné au polisario et à l'Algérie    World News Day: D'esclave à activiste    A quoi servent les rapports d' activité des institutions de gouvernance ?    FAR: le général Louarak en visite d'inspection au mur de défense    Pathologique fièvre électorale aux Etats-Unis : Quel cap pour le Maroc face à une Amérique déchirée ?    L'ancien chef de mission de Macron, Alexandre Benalla testé positif au Covid    La nécessité de la Politique !    Officiel: Luis Suarez signe à l'Atletico de Madrid!    Maroc/Etats-Unis : Abdellatif Hammouchi reçoit à Rabat l'ambassadeur américain David Fischer    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Rabat : A la capitale, les musées sont ouverts    "Watchmen", les super-héros qui confrontent l'Amérique à ses démons passés et présents    Le coup de gueule de Laura Smet contre la cruauté envers les animaux    Ayoub Qanir primé à Toronto et Venise    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    L'art des objets, l'art de la trace    À Washington, derniers hommages à la juge Ruth Bader Ginsburg avant la bataille politique    Mali : la Cédéao pourrait acter vendredi une levée des sanctions    Présidentielle américaine : Donald Trump peu enthousiaste à l'idée d'une passation pacifique du pouvoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bac 2015 : La fuite de trop !
Publié dans Les ECO le 11 - 06 - 2015

Les examens du baccalauréat 2015 ont été encore entachés de fuites pour certaines épreuves. Les lycéens sont en colère et le ministère de l'Education tente d'apaiser la tension.
Cette fois, c'est le ras-le-bol général ! La fuite de certaines épreuves du baccalauréat, dès le premier jour de l'examen, a fait exploser la tension tant auprès des étudiants que des parents d'élèves. Au niveau de la région de Casablanca, plusieurs centres ont en effet enregistrés des perturbations avec des candidats qui ont refusé de composer et des parents d'élèves qui ont tenu des sit-ting de protestation devant les établissements. Des actes de vandalisme ont été relevé dans des écoles au quartier de Lissasfa. Alors que la situation tend à s'envenimer, le ministère de l'Education nationale s'est fendu hier d'un communiqué visant à apaiser la tension.
«Sitôt informé de la fuite de deux copies de l'épreuve de maths des filières sciences expérimentales et sciences et technologies sur certaines pages des réseaux sociaux, le ministère a entamé des investigations pour établir la vérité et élucider les circonstances de cette situation puis a contacté tous les centres d'examens et toutes les régions concernées afin de garantir le déroulement normal des examens», lit-on dans le communiqué. Le département de Rachid Belmokhtar a précisé «qu'il prendrait la décision adéquate s'il s'avère que la fuite a eu lieu et ceci en vue de garantir l'égalité des chances de tous les candidats, tout en faisant preuve de fermeté à l'endroit de quiconque se permettrait de perturber cette échéance nationale». L'appel au calme et les menaces de sanctions du ministère vont-ils pour autant permettre de calmer les tensions ? Visiblement non, car à l'heure où nous mettions sous presse, les mouvements de protestations se poursuivaient.
Les réseaux sociaux aidant, plusieurs autres centres se sont joints à la contestation générale en maintenant leur boycott des épreuves. Au niveau de certains centres, les élèves ont même démoli du matériel en signe de protestation. Il faut dire que la sortie du ministère n'apporte pas de réponses aux interrogations des candidats et des parents d'élèves. Quel sera le sort de l'examen si les investigations confirment la fuite, qui n'est pourtant que «supposée» par le département de Belmokhtar ? Les épreuves qui ont fuité seront-elles reprises à l'occasion d'une session de rattrapage? Des questions qui sont pour l'heure sans réponse et contribuent au cafouillage.
Certains parents n'hésitent pas à faire endosser la responsabilité au ministère surtout que les fuites étaient recensées sur les réseaux sociaux dès la veille. Le ministère aurait pu alors changer les épreuves avant la seconde journée des examens afin de limiter les dégâts. En attendant, la situation reste tendue surtout que ce n'est pas la première fois que l'examen national du bac enregistre des fuites. Toutefois, durant les dernières sessions, les autorités de l'Education nationale avaient affirmé avoir pris toutes les dispositions pour parer à cette faille. Sans succès, au vu de l'ampleur des fuites cette année, qui tombent au mauvais moment : celui du lancement de la grande réforme du secteur éducatif national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.