Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Averses orageuses fortes avec chute de grêle et rafales dans plusieurs provinces du royaume    World Policy Conference 2019 : Ce qu'a dit Mezouar sur l'Algérie…    CGEM : Mezouar annonce sa démission    Le chapitre Mezouar fermé, que se passera-t-il à la CGEM ?    Mezouar démissionne de la CGEM pour "contraintes personnelles majeures"    Salaheddine Mezouar annonce son départ de la CGEM    Zagora : clôture du 7ème Festival international du conte et des arts populaires    WPC 2019: Mezouar voit positivement les mutations que connaît le Maghreb    Emouvantes obsèques à Seddina «Tétouan» d'Abderrahmane Karkich    Agir pour un tourisme créatif!    Transport de marchandises : les professionnels suspendent leur sit-in    Sahara: des pétitionnaires latino-américains mettent en avant l'initiative marocaine    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Le groupe Renault se sépare de son Directeur général    Le PDG de Laprophan n'est plus !    Le thyphon Hagibis atteint les côtes du Japon    Les chants désespérés et pathétiques des supporters    Gouvernement : A la recherche de l'efficacité    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    Falsification de billets de banque : Deux arrestations à Marrakech    Arrivée au Maroc du président rwandais Paul Kagame    «La culture est le meilleur moyen d'échange»    Fatima Attif: «Il n'y a pas beaucoup d'écriture pour la femme dans le cinéma marocain»    Faouzi Skali présente la culture soufie devant le Sénat français    L'édition 2020 du Symposium business et santé en Afrique (AHBS) aura lieu au Maroc !    Maroc – Libye : « Beaucoup de travail reste à faire », dixit Halilhodzic    Casablanca ne sera pas privé d'électricité le 20 octobre (ONEE)    Le secrétaire général des Nations unies épingle le Polisario    Les distributeurs africains des produits pharmaceutiques fédèrent leurs énergies    La Belgique première qualifiée à l'Euro 2020 : Les Pays-Bas se font peur    Le Sud-Africain Giniel De Villiers remporte le Rallye du Maroc 2019    Un ressortissant étranger arrêté in extremis en possession de 26 faucons vivants    Divers sportifs    La Banque mondiale prévoit une accélération de la croissance de l'économie marocaine    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    Les Tunisiens élisent leur président après un mois riche en rebondissements    Angelina Jolie : Je ne me suis jamais cantonnée dans un confort physique ou émotionnel    Beyoncé de nouveau enceinte    Bentalha victime d'une escroquerie    Institut français du Maroc. Que la saison commence !    Maroc-Lybie : Tout ce qu'il faut savoir sur cette rencontre    Wydad et Raja dans des groupes plus ou moins difficiles    Vahid Halilhodžić n'a pas encore trouvé l'équipe type    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Afrique-USA, l'AGOA renégocie son avenir...
Publié dans Les ECO le 19 - 08 - 2013

Le régime préférentiel des échanges entre l'Afrique et les Etats-Unis, «African Growth and Opportunity Act (AGOA)» négocie sa relance d'après 2015. 39 économies africaines exportent depuis 2000 leurs produits vers les Etats-Unis sans impositions douanières. Un rapport de la CEA propose cinq scenarios pour l'après 2015.
À moins de deux ans de son année d'expiration – septembre 2015 - la capitale éthiopienne, Addis Abeba, a abrité en début de semaine dernière le 12eForum panafricain sur cette Loi sur la croissance et les opportunités en Afrique. Le système AGOA est un régime préférentiel global qui permet actuellement aux exportateurs de 39 économies africaines d'exporter leurs produits vers les Etats-Unis, sans impositions douanières. Les relations commerciales, opérées dans le cadre de l'AGOA, entre les Etats-Unis et les pays africains ont ainsi fait l'objet d'une attention spéciale en marge de cette rencontre. Le forum de cette année a surtout mis l'accent sur la transformation durable des économies du continent, à travers le commerce et la technologie. «Elle marque également une étape importante dans l'accord commercial introduit en l'an 2000, entre l'Afrique et les Etats-Unis, qui expirera le 30 septembre 2015», selon les organisateurs. Il faut savoir que ce sont surtout les produits pétroliers africains qui ont le plus bénéficié du régime de l'AGOA, le reste des autres produits échangés ne dépassant pas 5 milliards de dollars. La semaine dernière, en Ethiopie, l'heure était donc au bilan et aux perspectives de renouvellement de cette politique d'échanges préférentielle entre l'Afrique et les Etats-Unis. La Commission économique pour l'Afrique (CEA), en collaboration avec l'Initiative pour la croissance en Afrique de la Brookings Institution, vient de rendre public un rapport proposant cinq scénarios sur l'avenir des relations commerciales américano-africaines, avec ou sans l'AGOA.
Scénario 1 : Expiration de l'AGOA à partir de 2015
Parmi les principales conclusions de ce travail, les pays africains risquent de perdre énormément si les Etats-Unis venaient à abandonner les accords d'AGOA, en faveur de son régime commercial précédent avec les pays africains connu sous le nom de Système généralisé de préférences (SGP). «Si la législation AGOA n'est pas ré-autorisée en 2015, les Etats-Unis reviendraient au SPG. Ce retour impliquerait que les 1.800 lignes de produits supplémentaires bénéficiant actuellement d'un accès préférentiel sous le régime AGOA ne seraient plus exemptes de droits de douane», explique-t-on dans le rapport. Comparé au scénario de référence, qui prend pour hypothèse une extension de la situation AGOA actuelle jusqu'en 2025, un retour au SPG apporte une meilleure compréhension ainsi que des preuves quantitatives de ce que l'Afrique perdrait si une sortie de l'AGOA devait survenir. Certains pays et produits africains verraient ainsi leur niveau de protection douanière augmenter fortement si les préférences AGOA étaient abolies. Par exemple, la protection moyenne à laquelle sont soumis le Botswana et la Namibie pour leurs exportations agricoles vers les Etats-Unis passerait d'un accès totalement gratuit pour les deux pays dans le cadre de l'AGOA à une moyenne respective de 17,3% et 13,0% dans le cadre du SPG américain. De plus, l'évaluation des effets sur l'emploi de ce scénario permet de connaître les conséquences dans ce domaine d'un retour au système SPG. D'une manière générale, ce dernier entraînerait des suppressions d'emploi - bien que marginales - mais les conséquences varieraient grandement en fonction des régions et des secteurs. L'emploi agricole non qualifié connaîtrait un déclin très important dans certaines régions spécifiques, en particulier celles régies par la législation AGOA.
Scénario 2 : Extension de l'éligibilité des produits de l'AGOA
En considérant l'accès déjà bon des économies africaines au marché américain, il est attendu que les scénarios envisageant une extension de l'éligibilité AGOA par produit ne se traduisent pas par une poussée des exportations africaines vers les EtatsUnis, en comparaison des éligibilités déjà présentes dans le cadre AGOA. Les résultats de l'analyse confirment cette hypothèse. En fait, les exportations des pays actuellement éligibles à l'AGOA vers les Etats-Unis n'augmenteraient que de 3,2 millions de dollars en cas d'extension de la clause textile et habillement à l'ensemble des pays éligibles à l'AGOA (scénario II.A), en comparaison à une prolongation de l'AGOA dans sa forme existante jusqu'en 2025. En cas d'extension de la franchise de droits de douane et quotas à 97% et à 99% des exportations des pays éligibles à l'AGOA, l'augmentation des exportations vers les Etats-Unis depuis ces pays resterait relativement limitée, avec respectivement 15 et 33 millions de dollars supplémentaires en comparaison du scénario de référence à l'horizon 2025. D'autres régions reculeraient légèrement dans leur accès au marché américain, du fait d'une concurrence plus importante d'autres pays africains. Toutefois, de manière générale, ces changements de législation resteraient en net créateurs d'échanges. Il est néanmoins important de noter que les opportunités d'échanges seraient plus importantes dans certains pays ou régions d'Afrique que dans d'autres - en particulier le reste de l'Afrique de l'Ouest, l'Ethiopie, l'Ile Maurice, la Tanzanie, le reste de l'Afrique de l'Est, l'Afrique du Sud et le reste de la SACU remporteraient des marchés d'export supplémentaires aux Etats-Unis.
Scénario 3 : Révision de la liste des pays éligibles à l'AGOA et extension des bénéfices de type AGOA à des pays non africains
Sur les 39 pays africains éligibles à l'AGOA, 14 sont des pays à revenus intermédiaires (PRI). L'abandon des préférences AGOA - soit un retour au système SPG - impliquerait d'importantes pertes commerciales pour l'ensemble des PRI africains sur le marché américain, renforçant ainsi les opportunités d'export vers les Etats-Unis pour d'autres pays, en particulier situés hors du continent africain. Côté retombées, l'Ile Maurice serait proportionnellement le pays le plus affecté par une exclusion de la législation AGOA, avec une baisse de ses exportations à destination des Etats-Unis de plus de 9% à l'horizon 2025, en comparaison avec l'hypothèse de référence et ce quel que soit le scénario envisagé. Les PRI africains du reste de la SACU et du reste de l'Afrique de l'Est subiraient également une forte baisse de leurs exportations vers les Etats-Unis.
En termes absolus, le Nigéria serait le pays le plus affecté, avec une réduction de ses exportations vers les Etats-Unis de plus de 500 millions de dollars. Cette chute spectaculaire montre combien cet exportateur de pétrole bénéficie actuellement de l'AGOA.
Scénario 4 : Restructuration de l'AGOA sur le modèle des accords de partenariat économique (APE) de l'UE
De nombreuses discussions ont été tenues afin de savoir si un accord réciproque entre les Etats-Unis et l'Afrique - conçu sur le modèle des APE actuellement négociés par l'Union Européenne avec les pays de la zone Afrique Caraïbe Pacifique (ACP) - pourrait offrir de meilleures perspectives qu'une sortie de l'AGOA, l'UE négociant actuellement ce type d'accords.
L'analyse des variations du total des exportations des pays et régions qui ferait suite à la mise en place de scénarios imaginant une structure révisée de l'AGOA fait apparaître que les accords qui envisagent une réciprocité (asymétrique) en termes de réductions de barrières douanières entre les Etats-Unis et l'Afrique, entraîne des gains plus importants que n'importe quel scénario d'expansion de l'éligibilité AGOA par produit ou pays. En fait, si les exportations africaines étaient réduites de 400 millions de dollars après un retour au SPG, le continent verraient ces derniers croître de 6,9 et de 21,7 milliards de dollars respectivement si des accords de type APE étaient mis en place avec établissement de cinq Zones de libre échanges (ZLE) régionales ou d'une seule et unique ZLEC africaine.
Scenario 5 : L'AGOA dans un environnement commercial mondial différent
Si une ZLE est établi entre l'UE et les Etats-Unis, que ce soit dans le contexte d'une extension de l'AGOA aux Etats-Unis et d'APE négociés entre l'UE et l'Afrique, ou d'une réforme de type APE également pour les Etats-Unis, les exportations au niveau mondial pourraient augmenter de 107 à 124,2 milliards de dollars. La moitié des gains serait récupérée par l'UE seule, la deuxième plus grande part revenant aux Etats-Unis.
L'Afrique, en particulier les pays qui sont actuellement éligibles à l'AGOA, en bénéficierait également, tous les autres pays ne faisant partie d'aucun des accords susmentionnés verraient leurs exportations baisser, du fait d'une concurrence plus forte sur les marchés européens, américain et africains. La relation commerciale UE-Etats-Unis serait très renforcée, grâce essentiellement à l'établissement d'une ZLE entre les deux géants économiques. En effet, les exportations des Etats-Unis vers l'UE comme celles de l'UE vers les Etats-Unis augmenteraient de plus de 50 milliards de dollars (soit environ une hausse de 11% des exportations des Etats-Unis vers l'UE et 10% de celles de l'UE vers les Etats-Unis) entraînant une augmentation des échanges dans les deux sens entre l'UE et les Etats-Unis de plus de 100 milliards de dollars, comparé au scénario de référence 2025.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.