Coronavirus : la deuxième vague sera économique    L'OMDH rend hommage à l'un de ses fondateurs    L'homme de l'alternance n'est plus    Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Abderrahmane El Youssoufi a présenté son bilan à la nation    Abderrahmane El Youssoufi : Un homme d'Etat au service de la culture    Industrie : Renault met en stand-by les projets d'augmentation de capacités prévus au Maroc    Tanger Med co-signe un engagement pour garantir la continuité des chaines logistiques mondiales    Communiqué du Bureau politique du PPS    OCP : Malgré la crise, le groupe confirme sa résilience    Bientôt un café. Expresso SVP !    Il y a 38 ans… : La pensée d'Aziz Belal toujours vivante et actuelle    Quatre Marocains dans les commissions du CIO    Vahid fait le forcing pour convaincre deux joueurs    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Marie-Louise Belarbi, une étoile de la culture marocaine s'est éteinte    Pour un encadrement législatif ou conventionnel    Un expert met en évidence la responsabilité imprescriptible de l'Algérie    Chine-Etats-Unis: Une nouvelle guerre froide est en marche…    Coronavirus : 54 nouveaux cas, 7.697 au total, vendredi 29 mai à 10h    Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Covid-19 : deux nouvelles régions dépassent la barre de 1.000 contaminations    Article 1062580    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Mort de Guy Bedos    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Début des tests de dépistage du Covid-19 à Errachidia    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Télécoms : La fibre optique pour des bâtiments plus connectés
Publié dans Les ECO le 08 - 10 - 2015

Démocratiser la fibre optique au Maroc pour des logements plus connectés. Telle est l'ambition du Symposium «Fibre optique et bâtiments intelligents» dont la première édition doit se tenir le 20 octobre prochain à Casablanca.
Alors que les réseaux à très haut débit en fibre optique sont en train d'être déployés un peu partout dans le monde, ici, cette solution n'est pas encore très courante. «Au Maroc, on ne connaît pas encore très bien la fibre optique», reconnaît d'emblée Afifa Boutaleb, directrice fondatrice d'AOB Group, à l'origine de l'événement, lors d'une conférence organisée mercredi à Casablanca.
Pourtant, la fibre optique en soi «ne coûte rien du tout», selon le DG de Huawei Maroc, Xu Xujing. Ce qui pose plus ou moins problème, c'est le coût de son installation. «70% de l'investissement se fait en génie civil. C'est plus un problème d'infrastructures que de télécoms», souligne de son côté Ahmed Khaouja, ex-directeur à l'Agence de réglementation des télécommunications (ANRT).
Du gâchis
Aujourd'hui, cette installation n'est présente que du côté des zones industrielles dédiées à l'offshoring, à l'instar de Tanger Automotive City, Atlantic Free Zone ou encore Casa Green City. Pour ce qui est des logements, la question n'est pas encore à l'ordre du jour.
«Chaque logement qui se réalise sans fibre optique est un gâchis pour notre pays», regrette pour sa part Rachid Naanani, président du cluster EMC, spécialisé dans le domaine de l'efficacité énergétique des matériaux de construction. «Les Marocains ont besoin d'un minimum de confort thermique, acoustique ainsi que d'un minimum de connectivité», ajoute-t-il.
Un premier logement social connecté
Selon Rachid Naanani, un premier logement social intégrant la fibre optique verra bientôt le jour au Maroc. Ses bâtiments seront autonomes en termes de production d'énergie avec des factures d'électricité donc «nulles». Pour l'instant, le spécialiste n'en a pas dit davantage. Les détails de ce projet «révolutionnaire» seront toutefois bientôt révélés.
En attendant d'en savoir plus, la premier Symposium «Fibre optique et bâtiments intelligents» promet de faire connaître cette méthode de transmission de données aux différents fournisseurs de services, investisseurs, promoteurs immobiliers, architectes, équipementiers et autres parties prenantes dans la construction et l'aménagement des bâtiments, dont les pouvoirs publics.
Ce rendez-vous est d'ailleurs soutenu par le ministère de l'Habitat et de la politique de la ville ainsi que par la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.