Réouverture des mosquées: Le ministère de Habous dément    Sebta: Les binationaux continuent de souffrir    Conseil national de la presse: Le règlement intérieur au BO    Article 1062580    Relance de l'économie: Les mesures CGEM coûteront 100 milliards de DH    Un salon virtuel pour les recrutements    Covid19: La Tunisie suspend l'utilisation de la Chloroquine    Mort de Guy Bedos    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Grosse menace sur l'entreprise et l'emploi en France    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Réunion du Bureau politique de l'USFP    279 analyses effectuées à Youssoufia    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    La sélection 2020 du Festival de Cannes bientôt dévoilée    Coronavirus : 42 nouveaux cas, 7643 au total, jeudi 28 mai à 18h    La Serie A ouvre ses portes à Mazraoui    Nabil Benabdallah: «le rôle de l'Etat est capital dans la gestion de la prochaine étape»    La marocanité du Sahara, une «réalité appuyée par des preuves historiques solides»    Les distributeurs : le mauvais cheval de l'Etat    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique     Des experts africains reconnaissants à SM le Roi    Covid-19: le CNDH lance un appel pour le respect des droits humains des travailleurs    L'ennemi n° 1    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    «Un roman qui prend son temps, mais sans manquer de vitesse»    L'ONCF annonce un retour progressif à partir du 1er juin    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Le Maroc proche de la maîtrise du coronavirus (HCP)    Coronavirus : 35 nouveaux cas, 7.636 au total, jeudi 28 mai à 10h    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    L'engagement documentaire    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Iconoclaste...
Publié dans Les ECO le 28 - 03 - 2016

Johan Cruyff. Cette icône du football mondial a marqué plusieurs générations à différentes époques, et ce pour plusieurs raisons. D'abord en étant le chef de file de la grande équipe de l'Ajax d'Amsterdam entre 1965 et 1973, gagnant 3 ballons d'or et amenant l'équipe à gagner 3 Coupes d'Europe, même s'il est vrai que le concepteur de ce jeu total reste Rinius Mitchels copié respectueusement par le Roumain, Kovacs.
Ensuite en ramenant la Hollande en finale de la Coupe du Monde, première manifestation que j'ai consciemment vécue, et même si elle était battue par l'Allemagne fédérale (RFA), la Hollande avait conquis le cœur du monde, comme se plaisait à le dire Cruyff, lors d'un grand documentaire de 1998 à la veille du Mondial français. Puis vint l'époque du Barça, ou après 13 ans de disettes, Cruyff donna une Liga savoureuse à cette équipe catalane de l'époque avide de revanche politique.
Entre-temps, Cruyff vit intensément son engagement politique d'électron libre, en appelant son fils, né en Catalogne, Jordi, un prénom prohibé par le régime de Franco, puis en refusant carrément d'accompagner les Bataves en Argentine pour protester contre le régime militaire du sanguinaire Videla, posture incomprise à l'époque par les footeux surtout que ça ne ressemblait point à un joueur !
Cette défection a certainement coûté la Coupe du monde à la Hollande, mais peu importe pour «El Salvador», les causes passaient avant les victoires. Enfin en tant que joueur, Johan Cruyff finissait tant bien que mal sa carrière à Rotterdam après être passé par Los Angeles, Washington, Levante et son Ajax éternel. Carrière de grand joueur certes, mais «El Flaco» est devenue une légende après nous avoir émerveillés en tant qu'entraîneur, d'abord à l'Ajax puis surtout en confectionnant la philosophie du Barça moderne, et comme il ne fait rien comme tout le monde, il a refusé d'entraîner un autre club après, préférant nous laisser pour l'éternité cette belle image qui fait qu'aujourd'hui, on pleure son départ.
Enfin, saluons la belle victoire des Lions à Praya, et attendons confirmation demain mardi à Marrakech.
Iconoclaste un jour, iconoclaste toujours...
Oussama Benabdallah,
Enfant de la télé
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.