Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Federer estime que « les athlètes ont besoin d'une décision » sur la tenue des JO    Newcastle-Manchester City : un match fou (VIDEO)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    L'artiste marocain Hammadi Ammor n'est plus    Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    CNOM : "Génétique et sport : l'impact de l'hérédité sur la performance sportive"    MCA-WAC (1-1) : Le Wydad victime de la VAR, de l'arbitre et de la CAF    Le roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à Gaza et en Cisjordanie    Hirak: Les Algériens dans la rue malgré la répression    Manifestation à Casablanca après la prière du vendredi en solidarité avec la Palestine    Affaire Ghali : la plainte du Club des avocats transmise au parquet de l'Audiencia Nacional    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Maroc/Covid-19: le bilan de ce vendredi 14 mai    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Afghanistan : attentat dans une mosquée près de Kaboul    Agadir : interpellation d'un individu pour publication d'un contenu violent    La crise des réfugiés rohingyas «ne doit pas tomber dans l'oubli», selon le HCR    La COP26 se tiendra en présentiel à Glasgow (président)    En vertu d'arrêtés conjoints publiés au BO, des sociétés étrangères autorisées à créer des fermes aquacoles à Dakhla    Maroc : Le CESE préconise une nouvelle organisation du souk hebdomadaire    Un séparatiste du «Polisario» lance un appel au meurtre visant des policiers marocains    Changement d'heure: voici quand le Maroc va repasser à GMT+1    Affaire Brahim Ghali : le silence du gouvernement espagnol est «contre-productif»    L'antitrust italien inflige une amende de 102 millions d'euros à Google    Santé connectée: A consommer avec modération !    Transport maritime: programmation d'une liaison spéciale entre Tanger et Algésiras    Covid-19 : l'OMS appelle à renoncer à vacciner les enfants pour donner les doses aux pays défavorisés    Podcast: Punk, en toute transparence    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Japon : l'état d'urgence élargi face à la pandémie    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    Météo Maroc: temps assez stable sur une majeure partie du pays ce vendredi    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accords de libre-échange : Les risques sur la compétitivité africaine
Publié dans Les ECO le 21 - 06 - 2016

Alors que l'entrée en vigueur de la zone de libre-échange continentale (ZLEC) en 2017 n'est pas encore acquise, les pays africains continuent de signer des accords de libre-échange avec les puissances économiques mondiales. Pourtant de tels accords risquent de nuire gravement à la compétitivité des entreprises africaines.
La signature, le 10 juin dernier, des accords de partenariat économique (APE) entre l'Union européenne (UE) et 6 pays membres de l'Union économique et douanière d'Afrique australe (Botswana, Lesotho, Mozambique, Namibie, Afrique du Sud et Swaziland) relance le débat sur l'utilité des accords économiques sur le continent. En effet, moins d'une semaine après cet événement important, le secrétaire exécutif de la Commission économique des Nations-Unies pour l'Afrique (CEA), Carlos Lopes, a alerté les pays africains sur le danger de conclure
des «accords commerciaux réciproques mais asymétriques», alors que la zone de libre-échange continentale (ZLEC) n'est pas encore lancée. Pour le fonctionnaire onusien : «Si les APE sont pleinement appliqués avant l'entrée en vigueur de la ZLEC, il sera toujours relativement plus intéressant pour les pays africains d'exporter vers l'Europe que vers un autre pays, ce qui aura pour effet de renforcer un régime commercial qui n'a guère évolué au cours des six décennies qui ont suivi les indépendances».
Pressions de la concurrence
Cela d'autant plus que le monde s'achemine vers la conclusion de «méga-accords commerciaux régionaux (MIRTA)». Il s'agit plus précisément du Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement entre l'Europe et les Etats-Unis, du Partenariat transpacifique des pays du pourtour du Pacifique et du Partenariat économique global régional des pays asiatiques. Selon la CEA, ces méga-accords «pourraient faire perdre aux pays africains des parts de marché du fait de l'érosion des préférences et des pressions de la concurrence». Le salut réside donc dans la mise en œuvre rapide en Afrique de méga-accords commerciaux régionaux sous la forme de la ZLEC. Et sur ce plan, le rythme est plutôt assez décourageant.
Après l'UE, les USA ?
L'entrée en vigueur de la ZLEC, censée regrouper tous les pays africains, ne se fera certainement pas avec l'ensemble des espaces régionaux du continent. Si la création du marché commun réunissant les groupements régionaux de l'Afrique de l'Est, australe et les pays membres de la COMESA, facilite l'adhésion de leurs économies à la ZLEC, il n'en est pas de même dans d'autres parties du continent, à l'instar de l'Afrique Centrale et du Maghreb. Pendant ce temps, l'UE accélère pour faire signer ou ratifier ses APE, alors que certains pays craignent que les Etats-Unis et la Chine n'exigent à leur tour de disposer d'accords de libre-échange avec l'Afrique.
Abdoulaye Wade,
Ancien président du Sénégal
«Avec ces accords (les APE, ndlr), nous supprimons 35 % de nos budgets. En conséquence, nous allons supprimer des écoles, des dispensaires, des hôpitaux, des projets, des routes, licencier des fonctionnaires, etc.»
Hassan Sentissi,
Président de l'Association marocaine des exportateurs (ASMEX)
«Je ne vois pas ce que l'UE peut offrir aux pays africains à travers ces accords. Les marchés africains, à leur niveau actuel, sont incompatibles avec ceux de l'UE.»
Cheikh Tidiane Dieye,
Directeur du Centre africain pour le commerce, l'intégration et le développement (Enda CACID)
«L'un des meilleurs atouts de l'Afrique pour faire face aux dynamiques exogènes qui peuvent influencer son évolution est le renforcement de son intégration économique à travers le commerce intra-régional et intra-africain.»
APE : Qu'en pensent les exportateurs marocains ?
Bien que le Maroc attende depuis plus d'une décennie la conclusion d'un accord préférentiel avec l'UEMOA, (qui devrait désormais être négocié avec la CEDEAO), les exportateurs marocains voient d'un mauvais œil la signature des APE entre l'UE et les économies africaines. Pour Hassan Sentissi, président de l'Association marocaine des exportateurs (ASMEX), ces accords ne se justifient pas actuellement pour la bonne et simple raison que «les marchés africains, dans leur niveau actuel, sont incompatibles avec ceux de l'UE». Selon lui, il faut d'abord lever les nombreuses barrières non tarifaires (visas, normes, etc.) avant de signer ce type d'accord. Au Maroc, telle est l'exigence des milieux économiques avant la signature d'un accord de libre-échange global (ALECA) avec l'UE. Auprès de l'ASMEX, certains n'hésitent pas à claironner que cet accord est un «dossier mort-né».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.