Le Parti de l'Istiqlal en tête des élections du Conseil provincial de Khouribga    Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le PPS va continuer d'œuvrer pour servir l'intérêt supérieur de la Nation, à partir de sa position dans l'opposition nationale démocratique    Publication d'un guide pratique sur les mécanismes consultatifs de plaidoyer civil dans les foras internationaux    Transports urbains. Casablanca disposera d'un musée dédié    Macron et Biden tentent un « retour à la normale »    Somalie : Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre    L'ambassadeur Hilale reçu en audience par le président de la République Centrafricaine    Guatemala : Le volcan Fuego entre en éruption    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Qualification historique pour les Lions de l'Atlas !    MDJS lance « Nt7arko w Nktachfo »    Coronavirus. La pandémie prendra fin dans un an selon le PDG de Moderna    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    Le label New District présente son premier artiste, Hassa1    Tendance baissière du covid-19 au maroc depuis 5 semaines    Qui est Ali Ben Lmadani?    Partenariat Transdev-SIE pour promouvoir des solutions de performance énergétique    Lamiaa Amghar: "Des exonérations fiscales au profit des établissements d'animation touristique"    Pass sanitaire. La France reconnait désormais les vaccins chinois, mais à une seule condition    Bientôt un test pour distinguer la grippe de la covid-19, fabriqué et commercialisé au Maroc    Un nouveau single égyptien en vidéoclip dédié au Maroc    Streaming: Spotify célèbre la sauce Hip-Hop made in Morocco    Genève : Initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des EAU pour promouvoir le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie    Bilan mondial Covid-19 : 4 715 000 morts dans le monde, la pression hospitalière poursuit sa décrue au Maroc    Casablanca : Un trio d'agresseurs écroué    El Mustapha Tanaoui du PI élu président du conseil communal de Settat    Khammar Mrabit : « Il est important d'avoir une application nucléaire sûre et sécurisée en Afrique »    Mondial Futsal 2021: Le Maroc affrontera le Brésil ou le Japon en quart !    Cyclisme: les Mondiaux 2025 à Kigali, au détriment de Tanger    L'ASMEX prospecte les opportunités d'affaires au Japon    ''Maroc-Mantlet 2021'' : Le Maroc et les Etats-Unis coopèrent sur la gestion des catastrophes    Une autre décision bizarre : l'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains    Barid Al-Maghrib et FNM émettent un timbre-poste à l'occasion de l'exposition «Delacroix»    Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence    Tanger : Mise en échec d'une grosse opération de trafic de cocaïne    Equivalence du pass sanitaire marocain : Les clarifications de l'UE    Ligue 1 : Un doublé victorieux de Hakimi face à Metz !    Qualifications Coupe du monde 2022 : Le Soudan "reçoit" le Maroc au Caire en novembre prochain    Manche : 66 migrants embarqués vers l'Angleterre sauvés    Affaire du meurtre de deux experts de l'ONU en RDC: Incuplation d'un journaliste congolais    CDG Capital Insight s'attend au maintien du taux directeur à 1,50%    «Intelcia IT Solutions» lance deux business lines dédiées au opérateurs télécoms    Washington réitère son engagement à accompagner l'agenda de réformes de SM le Roi Mohammed VI    Le CSPJ annonce l'arrêt de la liste définitive des candidats à l'élection des représentants des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Croissance africaine : 2016, année de vaches maigres !
Publié dans Les ECO le 11 - 10 - 2016

La Banque mondiale et le FMI s'inquiètent de la baisse de la croissance africaine, qui atteint son niveau le plus bas en 20 ans. La chute des prix des matières premières en est la principale explication.
«Après avoir ralenti à 3% en 2015, la croissance économique de l'Afrique subsaharienne devrait continuer de baisser en 2016, pour atteindre son niveau le plus bas depuis plus de vingt ans, et se situer en-dessous du taux de croissance démographique». Cette année, la croissance de cette partie du monde ne devrait pas dépasser 1,6%. La prédiction émane de la Banque mondiale (BM), qui vient de la livrer dans la dernière mise à jour de ses prévisions sur la croissance du continent. Pour l'institution financière internationale, «ce net recul s'explique par les difficultés des plus grandes économies et des principaux exportateurs de matières premières de la région (Afrique du Sud, Angola et Nigeria) qui restent confrontés à la baisse des cours mondiaux, au durcissement des conditions de financement et à la sécheresse». En définitive, poursuit la même source, la croissance de l'Afrique est, dans l'ensemble, encore inférieure à son niveau d'avant la crise financière de 2008.
Le FMI plus pessimiste
La Banque mondiale n'est pas la seule institution de Bretton Woods à dépeindre un tableau peu reluisant de la situation économique de l'Afrique. Le Fonds monétaire international (FMI) constate, lui aussi que «les plus grands pays d'Afrique subsaharienne continuent de faire face à la baisse des recettes tirées des produits de base, qui pèse sur la croissance régionale». Il s'agit notamment du Nigeria, où l'activité devrait se contracter de 1,7% en 2016, alors que la croissance sera à peine positive en Afrique du Sud. «Par contre, plusieurs pays exportateurs de produits autres que des ressources naturelles, parmi lesquels la Côte d'Ivoire, l'Ethiopie, le Kenya et le Sénégal, devraient continuer d'enregistrer une croissance vigoureuse (plus de 5%) cette année». Globalement, le FMI mise sur une progression du PIB africain de seulement 1,4%, tout en laissant entrevoir une probable reprise dès l'année prochaine avec 2,9% de croissance. De son côté, la BM croit que l'Afrique subsaharienne devrait enregistrer une légère reprise en 2017 et 2018.
Hausse de la pauvreté
L'actuelle baisse de forme des économies africaines a de quoi inquiéter. Alors que les différents acteurs économiques faisaient de la «croissance inclusive» leur principal objectif, ils se retrouvent d'un seul coup à devoir lutter contre le plongeon de la croissance économique. D'ailleurs, la Banque mondiale, qui estime que la croissance a un impact plus limité sur la pauvreté que partout ailleurs dans le monde, émet de sérieux doutes sur la poursuite des objectifs de lutte contre la pauvreté. «Ce ralentissement freine la lutte contre la pauvreté. Bien qu'elle ait reculé de 57% à 43% entre 1990 et 2012, l'incidence de l'extrême pauvreté demeure élevée», note la BM.
Chiffres clés
1,6
Selon la Banque mondiale, la croissance de l'Afrique subsaharienne sera de 1,6% en 2016.
1,4
Le FMI table, lui, sur une progression de 1,4% seulement
3
En 2015, le PIB de l'Afrique subsaharienne était de 3%, selon la Banque mondiale
57
La pauvreté aurait reculé de 57% à 43% entre 1990 et 2012 en Afrique subsaharienne, toujours selon la BM
Nouvelles sources de fragilités
Malgré un léger rebond, les cours des matières premières devraient rester largement inférieurs à leur pic de 2011-14 à cause de la faiblesse de la reprise mondiale. Face à des besoins financiers croissants, les exportateurs de produits de base ont commencé à s'adapter, mais leurs efforts sont encore insuffisants. Selon la Banque mondiale, le continent est par ailleurs confronté à une hausse de la violence et des conflits armés, qui obligent de plus en plus d'Africains à fuir leur foyer. «En outre, les trafics en tout genre, la piraterie et l'extrémisme religieux sont autant de nouvelles sources de fragilités persistantes dans de nombreuses régions du continent», écrit la BM. Le changement climatique constitue un autre risque pour l'Afrique. Alors que cette région du monde émet le moins de carbone, c'est elle qui souffre le plus des effets de l'évolution du climat: sécheresse, érosion des côtes et inondations. Cette vulnérabilité aux chocs accroît l'incertitude, coûte cher à l'économie africaine et nuit à la productivité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.