Que veut-on ?    Destitution: Trump « envisage » de témoigner, les auditions s'accélèrent    Jerome Powell rappelle à Donald Trump l'indépendance de la Fed    Ouverture du 24e FICAR: Wafaa Amer et Daoud Aoulad Syed honorés    Edito : Anticiper    Projets verts «Rhamna E-Mob» : 30 motos électriques remises aux autorités locales    Modèle de développement. L'Istiqlal et le RNI croisent le fer    Al Omrane Expo Marocains du Monde : Le programme «Istitmar» présenté aux Marocains de France    Marrakech : des uniformes pour les conducteurs des calèches touristiques    Un centre de dialyse et un autre de santé urbain inaugurés à Hay Hassani    Météo : Le ministère du transport appelle à la vigilance    Transport de marchandises. Les conditions d'accès préoccupent les partenaires sociaux    Du nouveau dans l'affaire du "semsar" ayant promis d'intervenir pour alléger la peine d'une détenue    Météo: les prévisions de ce mardi    L'émir de Qatar reçoit Wali Bank Al-Maghrib    Bab Sebta: Arrestation d'un Français, objet d'un mandat d'arrêt    Bolsonaro, roi Salmane, Mahmoud Abbas, ... félicitent le roi à l'occasion de l'indépendance du royaume    Coupe du Trône: Hay Mohammadi en ébullition après la victoire du TAS    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Le Tihad Athletic Sportif de Casablanca remporte sa première Coupe du Trône    1000 taekwondistes présents au tournoi international d'Oujda    Le Onze national sommé de secouer le cocotier à Bujumbura    Le plan Maroc vert, un modèle à suivre    Les jeunes leaders de la Méditerranée à l'honneur à Essaouira    Moustapha Cissé Lô : Le Maroc intégrera bientôt la CEDEAO    Driss Lachguar : L'USFP a toujours servi les intérêts de la nation    Hommage à Bruxelles à la première génération des Marocains de Belgique    Le flux des migrations n'est pas près de s'estomper    Le cheval Rajeh remporte le GP de S.M le Roi Mohammed VI du pur-sang arabe    "Le Mans 66" en tête du box-office    L'art plastique marocain s'invite à Tunis    L'artiste plasticien Salem Chouatta ou l'art de rendre visible l'invisible    Décès du journaliste et militant Mustapha Iznasni    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    Paris : Al Omrane dévoile sa stratégie aux Marocains du Monde    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Nous sommes tous concernés par le diabète    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parents : entre joies et galères !
Publié dans Les ECO le 21 - 12 - 2016

Top Event Production présente, jeudi 22 décembre au Mégarama-Casablanca, la pièce «Faites l'amour, pas les gosses», coécrite par Sophie Depooter et Sacha Judaszko. Sur le ton de l'humour, les auteurs et les comédiens brisent les tabous sur le mariage et la vie de famille.
Laurence Pernoud, auteur de «J'élève mon enfant» a tout faux. Les bambins, ce n'est pas que «du bonheur», ça bouleverse toute une vie. Sophie Depooter et Sacha Judaszko remettent les pendules à l'heure et préviennent : «Faites l'amour, pas les gosses». Le message est clair. La comédie, qu'ils ont coécrite et qui sera jouée demain soir au Mégarama de Casablanca, interpelle tous ceux qui vont (ou ont) convolé en justes noces et qui ont des désirs d'enfants. C'est le cas de Lucas (Michael Kone) et Julie (Sophie Bajon) qui vivent une entente parfaite jusqu'au jour où bébé arrive. La vie du couple est complètement chamboulée. Fini les virées entre amis, les vacances au bout du monde. ... Et bonjour, les nuits blanches, les biberons, les fièvres nocturnes, la baby-sitter qui vous plaque etc...Bref, la vie normale de parents. Les auteurs traitent avec succès les thèmes de la grossesse, de la parentalité et de l'éducation.
Sur le mode du rire, ils expliquent ce qui attend les futurs parents. Et quant à ceux qui ont déjà vécu l'expérience, ils pourront se délecter des réparties et des scènes cocasses qui animent la comédie, plébiscitée par les critiques de théâtre. Avec «Faites l'amour, pas les gosses», Sophie Depooter et Sacha Judaszko sont sur la même longueur d'onde pour le plus grand bonheur du public. La première est comédienne et scénariste et s'est déjà distinguée avec la pièce «Après le mariage, les emmerdes». Le second est un humoriste à succès. Enfin, la pièce est proposée par Top Event Production, dans le cadre la septième édition des Théâtrales, dont la mission est de proposer le meilleur du théâtre français.
Sophie Depooter
Comédienne et scénariste
Les ECO : Vous serez à Casablanca, demain jeudi, pour la présentation de la comédie «Faites l'amour, pas les gosses». Quel est le pitch de la pièce ?
Sophie Depooter : Avant, il roulait en coupé...Aujourd'hui, il roule en Kangoo. Avant ils avaient des amis...Aujourd'hui, ils ne les voient plus ! Dans cette comédie romantique, on vous dit tout...Et surtout la vérité sur le couple, la grossesse, le mariage, l'accouchement, la libido quand on est 3... Et l'adolescence...Oui parce que les bébés aussi mignons soient-ils, se transforment, un jour ou l'autre, en une espèce à part : l'adolescent... Bref, entre la baby-sitter psychopathe, la belle-mère, les voisins et les vacances ratées, Lucas et Julie vont devoir redoubler d'amour et d'imagination... Pour ceux qui ont des enfants, c'est le moment d'en rire ! Pour ceux qui n'en ont pas, c'est le moment de réfléchir ! Au final, tout ça... C'est que du bonheur, oui ! Mais au moins on vous aura prévenus.
Les thèmes de l'amour, des parents, des enfants, vous intéressent beaucoup. Pourquoi ?
Parce que ce sont des sujets qui concernent tout le monde et chacun pourra se reconnaître dans cette comédie. J'aime faire des pièces qui reflètent la vie des gens et traiter ces sujets avec humour, permet d'aborder des sujets tabous. Le but est de faire rire les gens tout en faisant passer des messages.
Vous avez co-écrit la pièce avec Sacha Judaszko. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette collaboration ?
C'est à la base une histoire d'amitié et une réelle envie de travailler avec Sacha Judaszko.
Comédienne, auteure, musicienne..., vous multipliez les casquettes. Qu'est-ce qui vous plaît dans le métier d'artiste ?
Ce qui me plaît, c'est la liberté de penser et de pouvoir exprimer ma vision de la vie et de la partager avec les gens qui viennent nous voir sur scène.
Dans quel domaine vous sentez-vous le plus à l'aise ?
Être auteur me plaît énormément. Ce que j'aime le plus, c'est écrire et mettre en scène, mais je dois avouer que la musique fait partie intégrante de mes pièces et de ma vie. C'est ma deuxième grande passion.
Quelles sont vos envies artistiques actuelles ?
J'écris actuellement un drame sur la Première Guerre mondiale et une nouvelle pièce, avec Sacha Judaszko, qui s'appelle «Libérée divorcée» que j'espère un jour vous présenter ici à Casablanca.
Et le grand écran, ça vous tente ?
Oui bien sûr, j'ai justement coécris une comédie qui se tournera en début d'année.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.