Marouane Chamakh prend sa retraite    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Les Berkanis à un pas du sacre    Une réaction curieusement ingrate!    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Banque privée : Les principaux requis de succès    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Mammifères    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parents : entre joies et galères !
Publié dans Les ECO le 21 - 12 - 2016

Top Event Production présente, jeudi 22 décembre au Mégarama-Casablanca, la pièce «Faites l'amour, pas les gosses», coécrite par Sophie Depooter et Sacha Judaszko. Sur le ton de l'humour, les auteurs et les comédiens brisent les tabous sur le mariage et la vie de famille.
Laurence Pernoud, auteur de «J'élève mon enfant» a tout faux. Les bambins, ce n'est pas que «du bonheur», ça bouleverse toute une vie. Sophie Depooter et Sacha Judaszko remettent les pendules à l'heure et préviennent : «Faites l'amour, pas les gosses». Le message est clair. La comédie, qu'ils ont coécrite et qui sera jouée demain soir au Mégarama de Casablanca, interpelle tous ceux qui vont (ou ont) convolé en justes noces et qui ont des désirs d'enfants. C'est le cas de Lucas (Michael Kone) et Julie (Sophie Bajon) qui vivent une entente parfaite jusqu'au jour où bébé arrive. La vie du couple est complètement chamboulée. Fini les virées entre amis, les vacances au bout du monde. ... Et bonjour, les nuits blanches, les biberons, les fièvres nocturnes, la baby-sitter qui vous plaque etc...Bref, la vie normale de parents. Les auteurs traitent avec succès les thèmes de la grossesse, de la parentalité et de l'éducation.
Sur le mode du rire, ils expliquent ce qui attend les futurs parents. Et quant à ceux qui ont déjà vécu l'expérience, ils pourront se délecter des réparties et des scènes cocasses qui animent la comédie, plébiscitée par les critiques de théâtre. Avec «Faites l'amour, pas les gosses», Sophie Depooter et Sacha Judaszko sont sur la même longueur d'onde pour le plus grand bonheur du public. La première est comédienne et scénariste et s'est déjà distinguée avec la pièce «Après le mariage, les emmerdes». Le second est un humoriste à succès. Enfin, la pièce est proposée par Top Event Production, dans le cadre la septième édition des Théâtrales, dont la mission est de proposer le meilleur du théâtre français.
Sophie Depooter
Comédienne et scénariste
Les ECO : Vous serez à Casablanca, demain jeudi, pour la présentation de la comédie «Faites l'amour, pas les gosses». Quel est le pitch de la pièce ?
Sophie Depooter : Avant, il roulait en coupé...Aujourd'hui, il roule en Kangoo. Avant ils avaient des amis...Aujourd'hui, ils ne les voient plus ! Dans cette comédie romantique, on vous dit tout...Et surtout la vérité sur le couple, la grossesse, le mariage, l'accouchement, la libido quand on est 3... Et l'adolescence...Oui parce que les bébés aussi mignons soient-ils, se transforment, un jour ou l'autre, en une espèce à part : l'adolescent... Bref, entre la baby-sitter psychopathe, la belle-mère, les voisins et les vacances ratées, Lucas et Julie vont devoir redoubler d'amour et d'imagination... Pour ceux qui ont des enfants, c'est le moment d'en rire ! Pour ceux qui n'en ont pas, c'est le moment de réfléchir ! Au final, tout ça... C'est que du bonheur, oui ! Mais au moins on vous aura prévenus.
Les thèmes de l'amour, des parents, des enfants, vous intéressent beaucoup. Pourquoi ?
Parce que ce sont des sujets qui concernent tout le monde et chacun pourra se reconnaître dans cette comédie. J'aime faire des pièces qui reflètent la vie des gens et traiter ces sujets avec humour, permet d'aborder des sujets tabous. Le but est de faire rire les gens tout en faisant passer des messages.
Vous avez co-écrit la pièce avec Sacha Judaszko. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette collaboration ?
C'est à la base une histoire d'amitié et une réelle envie de travailler avec Sacha Judaszko.
Comédienne, auteure, musicienne..., vous multipliez les casquettes. Qu'est-ce qui vous plaît dans le métier d'artiste ?
Ce qui me plaît, c'est la liberté de penser et de pouvoir exprimer ma vision de la vie et de la partager avec les gens qui viennent nous voir sur scène.
Dans quel domaine vous sentez-vous le plus à l'aise ?
Être auteur me plaît énormément. Ce que j'aime le plus, c'est écrire et mettre en scène, mais je dois avouer que la musique fait partie intégrante de mes pièces et de ma vie. C'est ma deuxième grande passion.
Quelles sont vos envies artistiques actuelles ?
J'écris actuellement un drame sur la Première Guerre mondiale et une nouvelle pièce, avec Sacha Judaszko, qui s'appelle «Libérée divorcée» que j'espère un jour vous présenter ici à Casablanca.
Et le grand écran, ça vous tente ?
Oui bien sûr, j'ai justement coécris une comédie qui se tournera en début d'année.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.