Les Emirats Arabes Unis ouvrent un consulat à Laâyoune    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Covid-19 : une étude britannique fait état d'une diminution rapide de l'immunité acquise chez les malades asymptomatiques    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Prison de Tiflet: le chef de la cellule terroriste démantelée à Témara commet un meurtre    Crimes et violence au Maroc: 220.000 arrestations en 2020    FC Barcelone: Josep Maria Bartomeu démissionne    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Tourisme: quelle est la perception générale de la destination Maroc ? (Etude)    3988 nouveaux cas au Maroc: la répartition par régions    Aïd Al Mawlid: contrôles renforcés à Tanger    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    Coronavirus au Maroc : le bilan bimensuel du ministère de la Santé    Intox au sujet de la forêt de Bouskoura : Les précisions du département des Eaux et Forêts    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Hier, l'avenir était meilleur !    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ville durable : Data City entre bientôt dans sa troisième phase
Publié dans Les ECO le 13 - 02 - 2017

En attendant le 12 mars prochain, date de clôture des candidatures, les porteurs de projets peuvent encore suivre des ateliers ciblés très structurants, où ils ont parfois l'opportunité de rencontrer les partenaires du programme.
C'est bientôt la fin de la seconde phase du programme Data City ! Numa Casablanca, l'initiateur du concours, annonce en effet que les candidatures seront définitivement bouclées le 12 mars prochain. En attendant, les porteurs de projets peuvent encore se manifester et bénéficier du cycle de formations en cours données par Numa et portant sur des thèmes très structurants pour les futurs managers en herbe. Les ateliers animés par des experts triés sur le volet permettent aux candidats de se familiariser avec les outils de l'entreprenariat, de faire des co-constructions de solutions... et parfois de rencontrer les partenaires du programme qui, du coup, apportent tout l'éclairage nécessaire pour recadrer leurs solutions.
Le dernier atelier en date a été organisé mercredi 8 février sur la mobilité durable, en présence du staff dirigeant de Ratp Dev conduit par Pilippe Rato, son directeur général. «J'ai été très agréablement surpris par la qualité et la jeunesse des candidats. Cela nous conforte sur notre choix d'aller vers cette aventure avec Numa, aventure qui, j'en suis persuadé, débouchera sur des résultats surprenants», a commenté Ratto, lors d'un point de presse organisé le 9 février au siège de Numa Casablanca. Rappelons qu'en matière de mobilité durable, Ratp Dev et Michelin, les partenaires de Numa sur cette thématique, ont posé deux problématiques auxquelles elle veulent trouver des réponses innovantes, à savoir comment améliorer l'efficacité énergétique des transports publics et du tramway en particulier dont la consommation de la seule première ligne existante coûte annuellement 30 MDH à Casa Tramway, mais aussi comment mesurer et optimiser l'usage des véhicules. Le cimentier LafargeHolcim et la Lydec sont, elles, prêtes à accompagner des startups capables de présenter d'intéressantes solutions à deux questions : comment mesurer et optimiser la consommation énergétique des bâtiments et comment réduire l'empreinte environnementale des habitations ? Enfin, la cinquième et dernière thématique posée sur la table de la première édition du programme DataCity est purement sociale: comment faciliter la collaboration entre la société civile et les autres parties prenantes de la ville ? Pour venir à bout de ces problématiques, le programme Data City est prêt à sélectionner jusqu'à 10 projets, lesquels passeront par la suite à la phase de prototypage puis aux tests à échelles réelles pour déterminer leurs vrais effets. «Ce qui est intéressant dans cette démarche, c'est qu'il n y a pas de risque lié à la création d'entreprise.
Les startups sélectionnées sont maternées par leur principal client qui par ce biais constitue son écosystème de fournisseurs et de sous-traitants», explique Leyth Zniber, Fondateur de Numa Casablanca, qui est très sûr de réussir son coup. Et poursuivre que «l'exemple du tramway de Casablanca, que les habitants de la ville se sont appropriés, est très révélateur de l'élan de citoyenneté dont les Marocains sont capables. Autrement dit, en tant que Marocains nous sommes capables de porter le concept de Smart City».
Leyth Zniber
Fondateur de Numa Casablanca
Les Inspirations ECO : Quels sont les arguments qui ont pesé en faveur du choix de la ville de Casablanca pour lancer Numa au Maroc ?
Leyth Zniber : Nous avons choisi de lancer Numa et son programme DataCity à Casablanca parce que la capitale économique est actuellement engagée dans une dynamique positive qui peut porter notre programme. Pour preuve, le budget alloué à l'aménagement de la ville porte s'élève à 3 MMDH, les autorités de la ville ont montré leur engagement à travers la création d'un cluster dédié à la Smart City et l'écosystème entrepreneurial y connaît une forte croissance puisque le nombre de startups créées dans la ville a été multiplié par 5 entre 2012 et 2015.
Ne trouvez-vous pas que le processus du programme DataCity est long puisqu'il permet une seule fournée par an?
Nous avons choisi d'étaler le programme DataCity sur 8 mois et quatre phases distinctes pour plusieurs raisons. La première raison, c'est la volonté de mieux sensibiliser au concept de Smart City. Notre démarche vise à pousser les candidats à démystifier ce concept que la plupart d'entre eux voient comme quelque chose de sophistiqué et d'inaccessible. Ensuite, notre second défi est de donner le goût d'entreprendre aux candidats. Pour cela, pendant quatre mois, nous les formons aux outils de l'entrepreneuriat à travers des ateliers où ils ont l'opportunité de se projeter vers l'avenir et de découvrir qu'avec de l'engagement, leur rêve devient possible et réalisable. Après, viennent les phases de sélection et de prototypage qui valident les solutions proposées par les candidats. Si la phase de pré-sélection des dossiers de candidature dure moins d'un mois, celle de prototypage et de validation s'étale, elle, sur trois mois. La raison est simple: toutes les solutions retenues feront l'objet d'expérimentations à l'échelle réelle avant leur choix définitif par le partenaire.
Quels sont vos objectifs en termes de création de startups, d'emplois et d'effets d'entraînement sur les jeunes talents que vous ne parvenez pas encore à toucher?
Pour cette première édition, nous serons satisfaits de créer 5 startups. S'agissant du nombre d'emplois créés par ces dernières, cela dépend vraiment de la qualité de l'innovation proposée. Je peux vous dire que la plupart des partenaires du programme DataCity appartiennent à des groupes qui opèrent dans plusieurs pays. Si l'innovation proposée est utile, elle pourra facilement s'exporter, ce qui induira une création massive d'emplois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.