Vers une réconciliation entre Moscou et Washington ?    L'UE rejette la demande américaine d'isoler l'Iran    Le Roi Mohammed VI félicite le Président Macron après la victoire des Bleus    Une correction boursière exagérée ?    CGEM : Mezouar compose son bureau    L'UE adopte l'accord agricole incluant le Sahara marocain    Vidéo-Enseignement: De quels acquis parle-t-on ?    BMCE Bank co-fonde l'association bancaire sino-arabe    La France remporte le deuxième Mondial de son histoire    Le Maroc et le Thaïlande accordent leurs violons    Nouvel ouvrage d'Amadou Ba: «L'empereur Peulh du Maaçina»    Zakaria Rdif désigné gagnant de la catégorie Humour du concours Orange Talents    Convention de jumelage entre les villes d'Oujda et d'Al Qods    Botola Maroc Telecom D1 (2018-2019) : L'IRT entame la défense de son titre face au RCOZ    Tournoi de football inter-ambassades : Quand la France célèbre le Mondial    Tiznit, capitale de la joaillerie blanche!    «Ecrans Noirs» : La RAM transporteur officiel de l'édition 2018    Le Maroc présent au 1er Festival du cinéma international du Panama    Ould Abdel Aziz refait des siennes    Nordin Amrabat à deux doigts du Championnat saoudien    Le front local monte au créneau    Rapport de l'OCDE: Accélération de la transformation numérique de l'administration public    Growth is returning but delays and blockages persist    Italie : Les 450 migrants ont tous débarqué    Euromoney Awards for Excellence 2018 : Attijariwafa bank doublement récompensé !    Amitié, confiance et ambition, l'alliage inaltérable de la relation entre la France et le Maroc    Parlement : Les axes de la fin de la session    Donald Tusk a appelé lundi à Pékin à « éviter le chaos » d'une guerre commerciale    Une médaille d'or et 2 de bronze pour le Maroc    France : Lendemain de fête    Festival du Raï d'Oujda: une pipinière pour les jeunes talents    727.000 enfants ne fréquentent pas la maternelle au Maroc !    Le RNI se concentre sur les priorités et ignore les escarmouches politiciennes    ONSSA : 4.348.206 de tonnes de produits alimentaires contrôlées à fin juin    Migration : Le Pacte mondial signé en décembre à Marrakech    Chikaya.ma : Plus de 37.000 réclamations à ce jour !    Tanger Med : Saisie de plus de 1,34 MDH de marchandises de contrebande    OCDE évalue le système éducatif au Maroc    La RATP célèbre aussi la victoire des Bleus    Bilan satisfaisant de l'an I du Compact II    Rente sportive    Espagne : 330 migrants secourus au large des côtes andalouses    L'espace Schengen "commence à disparaître"    Royal Air Maroc, transporteur officiel du festival "Ecrans Noirs"    Voici pourquoi des policiers ont dû tirer à Salé pour arrêter un individu    Tanger Med : La traque à la contrebande continue    La mission parlementaire d'enquête s'est déroulée «dans de très bonnes conditions»    L'IRCAM souhaite la traduction des textes législatif et juridique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prospections pétrolières : L'archipel canarien proteste
Publié dans Les ECO le 05 - 01 - 2018

Le début des prospections, au large des côtes de Tarfaya, par le groupe italien ENI au profit du Maroc a déclenché une vague de protestations aux Îles Canaries. Des formations veulent saisir l'Union européenne et accusent le gouvernement espagnol de connivence avec Rabat.
Le début des prospections offshore menées par le géant italien de l'énergie ENI, au large des côtes de Tarfaya, dérangent les Canariens. Aussitôt annoncé par le média digital www.eldiario.es, la nouvelle a provoqué des réactions en chaîne. Le parti Coalition Canaria (centre droite) a annoncé sa décision de saisir l'Union européenne au concernant les forages menés au profit des autorités marocaines. Son secrétaire général, Mario Cabrera, a qualifié de «menace» et d'«insécurité pour l'archipel» lesdites prospections. Cabrera reproche au gouvernement espagnol son mutisme et estime que celui-ci aurait dû s'entretenir avec son homologue marocain, à la recherche d'alternatives à l'option de prospection. «Nous respectons la souveraineté des territoires pour gérer leurs ressources.
Cependant, le gouvernement espagnol devrait s'intéresser un peu plus» à ce sujet, a-t-il déploré. Cabrera, qui porte la casquette de président de la mairie de l'île de Fuerteventura, a annoncé que sa formation entreprendra des actions auprès des différentes institutions espagnoles afin de savoir si «l'Etat espagnol dispose d'informations à propos de ce qui se passe». La formation régionale compte aussi saisir les instances européennes pour l'acculer «à se prononcer et surtout à agir à l'encontre des multinationales». Selon le leader de ce parti, l'UE a accès à des rapports démontrant l'existence de «la continuité écologique de l'ensemble de la zone». Aux yeux de ce responsable canarien, Bruxelles devrait s'impliquer davantage dans la préservation de l'environnement de cette région marine. Les écologistes canariens estiment que l'impact de ces forages atteindra les côtes canariennes de Fuerteventura et Lanzarote, vu que les deux régions partagent le même espace marin.
Cabrera a ajouté que la région court les mêmes risques que ceux présentés par les forages que comptait entreprendre le groupe espagnol Repsol dans ce même bassin. De fait, en 2013, la société pétrolière avait fait face à une opposition farouche de la population de l'archipel. Celle-ci s'est soulevée contre tout projet de sonder les abysses marins, à la recherche de traces d'hydrocarbures. Repsol a plié bagage après l'échec des prospections. À souligner que l'accord pétrolier a été signé le 20 décembre 2017 entre l'Office national des hydrocarbures et des mines (ONYHM) et le groupe italien ENI. Les prospections portent sur la zone appelée Tarfaya Offshore Shallow, au large de Sidi Ifni, Tan Tan et Tarfaya. Cette zone d'exploration s'étend sur une superficie de 23.900 km2 et atteint une profondeur de 1.000 m.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.