Agadir Affrontements mortels à la faculté des lettres    Parlement: Le gouvernement continue de bouder les propositions de loi    [Top] Les 15 plus grands innovateurs de tous les temps : Shigeru Miyamoto (11ème)    Entreprises en difficulté: Pour la première fois, un statut propre au syndic judiciaire    L'impayé, la phobie des entreprises de l'hexagone    Méga-barrage sur le Nil: La guerre de l'eau n'aura pas lieu    Brèves Internationales    Guelmim-Oued Noun veut classer son patrimoine archéologique    Les musées récupèrent les œuvres saisies par la Douane    Manuscrits et œuvres antiques au patrimoine national    Football: Manchester United vaut 3,2 milliards d'euros    Le Roi Mohammed VI appelle Mahmoud Abbas    26 sociétés bénéficient de l'aide de l'Etat    El Brouj: 59e ville « sans bidonvilles » au Royaume    Le Maroc et la Corée du Sud veulent donner un nouvel élan à la coopération bilatérale    Un individu succombe à ses blessures    "fait maison" ou "prêt à emporter", que préfèrent les Marocains ?    Epreuve de force entre Salaheddine Mezouar et Hakim Marrakchi, pour la présidence de la CGEM    Elections de la CGEM : le gotha des affaires au RDV    Tan-Tan : 113 projets de diplômés chômeurs financés par l'INDH    Concert «Trois cultures, trois musiques» par Luis Delgado à Rabat    Produit par Hamid Bouchnak : Le single «Ramadan Kareem» de Soufiane Nhass bientôt en clip    Rencontre à Rabat consacrée à la préparation des épreuves du baccalauréat en juin 2018    Rabat abrite la 2ème Conférence annuelle sur la paix et la sécurité en Afrique les 18 et 19 juin    30ème journée de la Botola Maroc Telecom : Un épilogue sans grande surprise    «La photographie marocaine est encore marginalisée»    Maroc – Corée du Sud: Un nouvel élan à la coopération bilatérale    Transfert : Emery, après le PSG, se dirige vers Arsenal    Télémédecine et répression de la faude aux examens, sur la table du gouvernement    Les Marocains, deuxièmes sur la liste des affiliés étrangers à la sécurité sociale en Espagne en avril    Le régime algérien, un véritable «danger» pour la cohésion et la souveraineté nationales    L'UE et les marchés tremblent pour l'Italie    (Vidéo) C1: Entre CR7 et Mo Salah, Zizou a fait son choix!    Réunion de la deuxième session du CC du PPS    Incident fortuit à la Faculté des lettres d'Agadir!    Merouane Kabbaj diplômé de l'université du Québec    Netflix: Barack et Michelle Obama sont les nouveaux producteurs!    Marche populaire de solidarité avec le peuple palestinien    Le WAC et le HUSA complètent le podium derrière l'IRT    Des représentants du Maroc à Bruxelles pour la Gambie    Les trois premiers « ninjas » non japonais sont Marocains    SM le roi lance des projets dédiés aux femmes et aux jeunes à Kénitra    53 blessés dans un atterrissage d'urgence d'un avion de la Saudia (+vidéo)    «Le développement de l'enseignement de l'amazighe connaît un retard notable»    Les prix stagnent au premier trimestre    Le coach de l'équipe nationale iranienne dévoile sa constellation    Décès de l'ancien joueur de l'équipe nationale de football Mohamed « Houmane » Jarir    C1 – Klopp: « Zizou est l'un des meilleurs joueurs de tous les temps »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le statut de l'agence boucle le circuit législatif
Publié dans Les ECO le 22 - 01 - 2018

Le vote définitif du projet de loi instituant l'Agence nationale de la sécurité routière est prévu aujourd'hui après 18 mois d'attente.
Déposé en juillet 2016, le projet de loi 103-14 n'a pas adopté le chemin le plus court, au sein du circuit législatif. Après 18 mois au sein des deux chambres du Parlement, le statut de l'agence sera définitivement voté aujourd'hui par les députés dans le cadre de la 2e lecture. La nouvelle instance, qui remplace le Comité national de prévention des accidents de la circulation (CNPAC), devra être régie par un statut composé de 19 articles ayant subi 6 amendements lors de l'étape de discussion. Le rapport final de la Commission des infrastructures au sein de la 1ère chambre liste plusieurs objectifs attendus après l'entrée en vigueur de la loi, notamment «l'agrégation des attributions relatives à la sécurité routière face à la multitude des intervenants et l'évaluation de la 1re phase de la Stratégie nationale de la sécurité routière», soulignent les membres de la commission. Les limites de l'action du CNPAC ont été aussi présentées dans l'évaluation des députés. «Le comité national était une instance d'utilité publique instituée en 1977, avec un faible cadre juridique, à mi-chemin entre le statut des associations et celui d'une administration publique», indique le rapport parlementaire à propos de cet organisme qui compte «54 salariés en 39 ans d'activité», selon les données de parlementaires.
Une étude d'impact réalisée
L'efficience budgétaire de l'agence nationale a été au centre des préoccupations durant la phase d'examen de la loi 103-14. L'étude d'impact de la nouvelle législation a mis en lumière les recettes de l'agence, «composées des taxes parafiscales qui devront être mises en place, ainsi que des taxes prélevées en contrepartie des services rendus par la Direction du transport routier», précise le rapport parlementaire. La gestion des indicateurs de la sécurité routière sera assortie d'«une banque de données qui sera instituée par l'agence qui remplacera le CNPAC et la direction des routes». Parmi les décrets d'application de la nouvelle loi qui devront être édictés aussitôt après son entrée en vigueur, celui prévu par l'article 10, qui concerne le transfert de propriété des biens du CNPAC. Au total, 4 décrets d'application sont programmés, conditionnant l'entrée en vigueur du nouveau statut, selon les termes de la nouvelle loi. Pour la composition de l'agence, la version finale laisse dégager le fait que le Conseil d'administration comprend «des représentants de l'Etat, deux représentants des syndicats des salariés, un représentant du secteur des assurances, et un dernier membre qui représente les professionnels du transport», selon la liste fixée par l'article 4 du projet de statut. À noter que l'étude d'impact a mis en relief la nécessité de la refonte totale des missions de sensibilisation et d'identification des zones d'accumulation des accidents de la circulation, qui occupe une place centrale. Celle-ci devra s'opérer via un changement des modes d'action après le constat d'échec établi au terme des années d'exercice du comité.
Comment gérer la période transitoire ?
La gestion du temps qui nous sépare de la mise en place de la nouvelle agence nationale ainsi que le soutien aux collectivités locales sont les premiers problèmes à régler pour ce plan d'action fixé à l'horizon 2020. La transformation du comité en agence facilitera d'un autre côté la conclusion des partenariats avec les collectivités territoriales en vue d'une mise en œuvre effective des stratégies de sécurité routière, sans oublier le regroupement des attributions et les différentes professions liées à la sécurité routière au sein d'un seul établissement. Les mesures échelonnées durant les deux prochaines années tournent autour de «l'adoption d'une nouvelle approche globale et participative au sujet de la problématique du transport routier au Maroc», indique la nouvelle feuille de route. Le plan d'action compte sur l'activation de l'Agence nationale de sécurité routière, dans l'optique «de réduire de 20% le nombre de morts suite aux accidents à l'horizon 2020». La hausse des dotations et l'implication des associations dans les programmes du ministère sont aussi prévues dans le volet de la sensibilisation à l'excès de vitesse en milieu urbain, au respect de la signalisation routière et à la sécurité des déplacements des piétons.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.