Benzarti: La victoire en SuperCoupe, un tremplin vers d'autres titres    Un centre régional des métiers d'éducation et de formation voit le jour à Dakhla    Le Maroc adopte le protocole FACTA    Les controverses des «villes sans bidonvilles»!    Le Maroc et le Tchad renforcent leur coopération    Fêtant ses 20 ans, ADMR lance un appel pour la construction de 100 nouveaux ponts    Dakhla et ses potentialités au centre d'un voyage de presse    Même gracié, Alberto Fujimori rattrapé par la justice    Akhannouch expose le projet du RNI à Agadir    L'apport des juifs amazighones à la mosaïque culturelle marocaine    Conférence-débat organisée par le Collectif Démocratie et Liberté    Tanger : Du haschich dans le frigo camion et les couches pour bébés    Le Centre d'Etudes et de recherches Abraham Zagouri sur le droit hébraïque ouvre ses portes à Essaouira    Dialogue interreligieux    Youssef El Arabi :mon sort est entre les mains d'Hervé Renard    Rabat : Un SDF pyromane s'en prend aux guichets bancaires    Taoufik Bouachrine fait l'objet de plaintes pour « agressions sexuelles »    Synonyme de raffinement, le caftan marocain sous les projecteurs à Abu Dhabi    Quand un livre court contre le temps pour sauver sa peau!    Entretien avec Ataa Allah Fadoua, Directrice du CEISIC    Nabil Abouzaid: "le marché digital est en plein essor"    Réaction de Yassine Bounou après la défaite contre le Barça    Justice – Des plaintes pour agressions sexuelles à l'origine de l'interpellation de Taoufik Bouachrine    Le Wydad au sommet de l'Afrique    African Digital Summit : les moments forts de la deuxième journée    38 morts dans un double attentat à Mogadiscio    Touafik Bouachrine sujet d'une enquête judiciaire    La SNRT remporte le premier prix de la meilleure innovation digitale    Le Maroc au Salon international de l'agriculture à Paris    Baccalauréat : « Aucune matière n'a été remplacée ou supprimée »    Deux morts dans une fusillade en plein centre de Zurich    Quatre morts et six blessés dans un accident sur l'autoroute Casablanca-Rabat    Brèves Internationales    Eco-Trail du Lac Lalla Takerkoust: Un nouveau souffle pour l'écotourisme sportif    «Nouvelle aventure» pour Vallaud-Belkacem avec Ipsos    Le musée YSL Marrakech expose les Robes Sculptures de Noureddine Amir    Mehdi Qotbi reçu à l'Elysée par Mme Brigitte Macron    Face au TP Mazembe en Supercoupe d'Afrique : Le Wydad a rendez-vous avec l'histoire    UE: Un sommet à 27 pour débattre du budget post-Brexit    3e Résidence francophone d'écriture pour le film d'animation à Meknès !    Le cerveau des attaques du 13 novembre est mort    Le président Trump veut armer « certains » enseignants pour faire face aux fusillades scolaires    Le DHJ et la RSB valident leur qualification    Arrestation à Fès de 3 individus impliqués dans l'enlèvement d'un enfant    Indice de perception de la corruption 2017 : Le Maroc gagne 9 places    Hiba Rec annonce ses gagnants de la session Rock    Sérieux outsider    Le gouvernement n'a pris aucune décision sur la suppression de certaines matières du cycle du baccalauréat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le statut de l'agence boucle le circuit législatif
Publié dans Les ECO le 22 - 01 - 2018

Le vote définitif du projet de loi instituant l'Agence nationale de la sécurité routière est prévu aujourd'hui après 18 mois d'attente.
Déposé en juillet 2016, le projet de loi 103-14 n'a pas adopté le chemin le plus court, au sein du circuit législatif. Après 18 mois au sein des deux chambres du Parlement, le statut de l'agence sera définitivement voté aujourd'hui par les députés dans le cadre de la 2e lecture. La nouvelle instance, qui remplace le Comité national de prévention des accidents de la circulation (CNPAC), devra être régie par un statut composé de 19 articles ayant subi 6 amendements lors de l'étape de discussion. Le rapport final de la Commission des infrastructures au sein de la 1ère chambre liste plusieurs objectifs attendus après l'entrée en vigueur de la loi, notamment «l'agrégation des attributions relatives à la sécurité routière face à la multitude des intervenants et l'évaluation de la 1re phase de la Stratégie nationale de la sécurité routière», soulignent les membres de la commission. Les limites de l'action du CNPAC ont été aussi présentées dans l'évaluation des députés. «Le comité national était une instance d'utilité publique instituée en 1977, avec un faible cadre juridique, à mi-chemin entre le statut des associations et celui d'une administration publique», indique le rapport parlementaire à propos de cet organisme qui compte «54 salariés en 39 ans d'activité», selon les données de parlementaires.
Une étude d'impact réalisée
L'efficience budgétaire de l'agence nationale a été au centre des préoccupations durant la phase d'examen de la loi 103-14. L'étude d'impact de la nouvelle législation a mis en lumière les recettes de l'agence, «composées des taxes parafiscales qui devront être mises en place, ainsi que des taxes prélevées en contrepartie des services rendus par la Direction du transport routier», précise le rapport parlementaire. La gestion des indicateurs de la sécurité routière sera assortie d'«une banque de données qui sera instituée par l'agence qui remplacera le CNPAC et la direction des routes». Parmi les décrets d'application de la nouvelle loi qui devront être édictés aussitôt après son entrée en vigueur, celui prévu par l'article 10, qui concerne le transfert de propriété des biens du CNPAC. Au total, 4 décrets d'application sont programmés, conditionnant l'entrée en vigueur du nouveau statut, selon les termes de la nouvelle loi. Pour la composition de l'agence, la version finale laisse dégager le fait que le Conseil d'administration comprend «des représentants de l'Etat, deux représentants des syndicats des salariés, un représentant du secteur des assurances, et un dernier membre qui représente les professionnels du transport», selon la liste fixée par l'article 4 du projet de statut. À noter que l'étude d'impact a mis en relief la nécessité de la refonte totale des missions de sensibilisation et d'identification des zones d'accumulation des accidents de la circulation, qui occupe une place centrale. Celle-ci devra s'opérer via un changement des modes d'action après le constat d'échec établi au terme des années d'exercice du comité.
Comment gérer la période transitoire ?
La gestion du temps qui nous sépare de la mise en place de la nouvelle agence nationale ainsi que le soutien aux collectivités locales sont les premiers problèmes à régler pour ce plan d'action fixé à l'horizon 2020. La transformation du comité en agence facilitera d'un autre côté la conclusion des partenariats avec les collectivités territoriales en vue d'une mise en œuvre effective des stratégies de sécurité routière, sans oublier le regroupement des attributions et les différentes professions liées à la sécurité routière au sein d'un seul établissement. Les mesures échelonnées durant les deux prochaines années tournent autour de «l'adoption d'une nouvelle approche globale et participative au sujet de la problématique du transport routier au Maroc», indique la nouvelle feuille de route. Le plan d'action compte sur l'activation de l'Agence nationale de sécurité routière, dans l'optique «de réduire de 20% le nombre de morts suite aux accidents à l'horizon 2020». La hausse des dotations et l'implication des associations dans les programmes du ministère sont aussi prévues dans le volet de la sensibilisation à l'excès de vitesse en milieu urbain, au respect de la signalisation routière et à la sécurité des déplacements des piétons.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.