Algérie    «Gilets jaunes»: La Belgique touchée aussi?    Un paquet de mesures en faveur des TPE    Gros appétit pour les énergies renouvelables    4L Trophy 2019: Une course pour les jeunes façon Paris-Dakar    Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme    Enseignement du français: Un nouveau concept dès septembre    Les Marocains du monde au SIEL    Appel à des mesures concrètes pour répondre aux problématiques des petites entreprises    Maroc: la CDG se dote d'une branche « Investissement »    Nasser Bourita : Les accords Maroc-UE sont compatibles avec le droit international    La petite blague de George Clooney    Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière    Divers    Frontex place les Marocains au Top ten des passeurs    Ligue Europa : Arsenal tombe à Borisov, le Séville FC s'offre la Lazio    Divers sportifs    Une journée au complet et du spectacle en vue    Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance    Repenser la cohabitation entre les automobilistes et les cyclistes    Cancer du col de l'utérus: le vaccin est "sûr et indispensable"    Appel à une stratégie nationale visant à faire de l'école un espace pour tous    Divers    Les conditions de travail demeurent précaires à l'échelle mondiale    La bourde de Katy Perry    Pourquoi Johnny Depp n'incarnera plus jamais Jack Sparrow    Les problèmes de peau de Kim Kardashian    Nador : Arrestation d'une bande de présumés passeurs    Casablanca: Incendie dans un stand du SIEL, rapidement maîtrisé    L'ours grognant russe inquiète les ministres de la Défense allemand et britannique    Hydrocarbures : Le Conseil de la concurrence recommande une « refonte globale » du secteur    Luis Rubiales loue la qualité des installations sportives au Maroc    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de cinq extrémistes s'activant à Safi    Le Forum international de l'étudiant à Safi    La nouvelle vie du Grand théâtre Cervantès    La Botola pro adopte le VAR la saison prochaine    Vidéo – Munich : La sécurité mondiale en question    Coupe de la CAF : La RSB bat le HUSA et s'adjuge la première place    Le Maroc et l'Espagne écrivent un nouveau chapitre de coopération économique    A SIEL ouvert…    La première édition d'ADCC en Afrique se déroulera au Maroc    Un drame humanitaire occulté    Parlement : Une session mi-figue, mi-raisin    « Le bilan des banques participatives est réjouissant ». Entretien avec Mohammed Maarouf, Directeur général de BTI Bank filiale BMCE BANK    Bourita met au point au sujet des ambassadeurs marocains au Golfe    Sit-in massif lors du concert d'Enrico Macias à Casablanca    SIEL: les jeunes d'El Jadida publient un recueil de poèmes    Lanceurs d'alerte dans la fonction publique. Bientôt un régime spécifique ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le statut de l'agence boucle le circuit législatif
Publié dans Les ECO le 22 - 01 - 2018

Le vote définitif du projet de loi instituant l'Agence nationale de la sécurité routière est prévu aujourd'hui après 18 mois d'attente.
Déposé en juillet 2016, le projet de loi 103-14 n'a pas adopté le chemin le plus court, au sein du circuit législatif. Après 18 mois au sein des deux chambres du Parlement, le statut de l'agence sera définitivement voté aujourd'hui par les députés dans le cadre de la 2e lecture. La nouvelle instance, qui remplace le Comité national de prévention des accidents de la circulation (CNPAC), devra être régie par un statut composé de 19 articles ayant subi 6 amendements lors de l'étape de discussion. Le rapport final de la Commission des infrastructures au sein de la 1ère chambre liste plusieurs objectifs attendus après l'entrée en vigueur de la loi, notamment «l'agrégation des attributions relatives à la sécurité routière face à la multitude des intervenants et l'évaluation de la 1re phase de la Stratégie nationale de la sécurité routière», soulignent les membres de la commission. Les limites de l'action du CNPAC ont été aussi présentées dans l'évaluation des députés. «Le comité national était une instance d'utilité publique instituée en 1977, avec un faible cadre juridique, à mi-chemin entre le statut des associations et celui d'une administration publique», indique le rapport parlementaire à propos de cet organisme qui compte «54 salariés en 39 ans d'activité», selon les données de parlementaires.
Une étude d'impact réalisée
L'efficience budgétaire de l'agence nationale a été au centre des préoccupations durant la phase d'examen de la loi 103-14. L'étude d'impact de la nouvelle législation a mis en lumière les recettes de l'agence, «composées des taxes parafiscales qui devront être mises en place, ainsi que des taxes prélevées en contrepartie des services rendus par la Direction du transport routier», précise le rapport parlementaire. La gestion des indicateurs de la sécurité routière sera assortie d'«une banque de données qui sera instituée par l'agence qui remplacera le CNPAC et la direction des routes». Parmi les décrets d'application de la nouvelle loi qui devront être édictés aussitôt après son entrée en vigueur, celui prévu par l'article 10, qui concerne le transfert de propriété des biens du CNPAC. Au total, 4 décrets d'application sont programmés, conditionnant l'entrée en vigueur du nouveau statut, selon les termes de la nouvelle loi. Pour la composition de l'agence, la version finale laisse dégager le fait que le Conseil d'administration comprend «des représentants de l'Etat, deux représentants des syndicats des salariés, un représentant du secteur des assurances, et un dernier membre qui représente les professionnels du transport», selon la liste fixée par l'article 4 du projet de statut. À noter que l'étude d'impact a mis en relief la nécessité de la refonte totale des missions de sensibilisation et d'identification des zones d'accumulation des accidents de la circulation, qui occupe une place centrale. Celle-ci devra s'opérer via un changement des modes d'action après le constat d'échec établi au terme des années d'exercice du comité.
Comment gérer la période transitoire ?
La gestion du temps qui nous sépare de la mise en place de la nouvelle agence nationale ainsi que le soutien aux collectivités locales sont les premiers problèmes à régler pour ce plan d'action fixé à l'horizon 2020. La transformation du comité en agence facilitera d'un autre côté la conclusion des partenariats avec les collectivités territoriales en vue d'une mise en œuvre effective des stratégies de sécurité routière, sans oublier le regroupement des attributions et les différentes professions liées à la sécurité routière au sein d'un seul établissement. Les mesures échelonnées durant les deux prochaines années tournent autour de «l'adoption d'une nouvelle approche globale et participative au sujet de la problématique du transport routier au Maroc», indique la nouvelle feuille de route. Le plan d'action compte sur l'activation de l'Agence nationale de sécurité routière, dans l'optique «de réduire de 20% le nombre de morts suite aux accidents à l'horizon 2020». La hausse des dotations et l'implication des associations dans les programmes du ministère sont aussi prévues dans le volet de la sensibilisation à l'excès de vitesse en milieu urbain, au respect de la signalisation routière et à la sécurité des déplacements des piétons.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.