Météo: les prévisions du mercredi 18 mai    Le Bahreïn exprime sa gratitude pour les efforts du Roi pour préserver l'identité d'Al-Qods    Sadiki : Déficit de 2 milliards de m3 des Les retenues des barrages à usage agricole    La Palestine souhaite bénéficier de l'expérience marocaine dans le domaine de la promotion de l'emploi    IRCAM/Chambre des conseillers : Une alliance pour consolider l'institutionnalisation de l'amazigh    En visite en Turquie, Abdelmadjid Tebboune a lourdement péché contre la bienséance    A Buffalo, Biden dénonce « le poison » du suprémacisme blanc    Le roi félicite le nouveau président somalien    Après 2 ans d'absence, le festival Jazzablanca fait peau neuve à Anfa Park    Alerte météo: il va faire chaud dans plusieurs villes du Maroc    [Urgent] Le gouvernement annule l'obligation du test PCR pour l'accès au territoire marocain    Annulation de la condition du test PCR pour l'entrée au territoire marocain    Aït Taleb: « L'hôpital de Tarfaya sera opérationnel en octobre prochain »    Casablanca : Interpellation du suspect impliqué dans le vol sous la menace de l'arme blanche d'une agence bancaire    Dacia Maroc dévoile la Sandero Streetway Artway    Le Maroc annule l'exigence du test PCR pour entrer sur le territoire    L'équipe nationale marocaine B remporte 9 médailles, dont une en or    L'Espagnole Nuria Parrizas Diaz en huitièmes de finale    Toyota affiche un bénéfice record de 36% en 2021    Les Palestiniens attachés à l'espoir légitime d'instaurer un Etat indépendant    Le Hassania d'Agadir et l'Olympic de Safi se neutralisent    Tournée de DYnamic et DJ Snoop au Maroc    Jihane Bougrine chante « Rahat El Bal »    Cinéma d'animation : quels rôles pour les pouvoirs publics ?    New-York : le Maroc prend part au Forum d'examen des migrations internationales    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 mai 2022 à 15H00    L'hypertension artérielle, une maladie mortelle et silencieuse    Les députés européens interpellés sur les violations systématiques des droits humains dans les camps de Tindouf    France : Elisabeth Borne à la tête de Matignon    Le legs abrahamique au cœur de l'unité et de la modernité de notre société    Réouverture des frontières de Ceuta et Melilla dans la joie après plus de 2 ans de fermeture    Les relations avec le Maroc sont « absolument importantes et stratégiques », affirme Grande-Marlaska    L'Académie du Maroc lance officiellement sa Chaire des littératures et des arts africains    Marrakech / "Reg'Art Surréel" : Une invitation à réfléchir sur la complexité de la réalité    Rabat : Hommage à feue Haja Hamdaouia le 28 mai, au Théâtre National Mohammed V    Meeting international Mohammed VI: Rendez-vous du gotha mondial de l'athlétisme    Manchester United : Marco Van Basten suggère à Erik Ten Hag de signer Hakim Ziyech    Les recettes touristiques en hausse de 80% à fin mars    Environ 800.000 agriculteurs inscrits à la sécurité sociale (M. Sadiki)    Défense nationale : Nouvelles orientations pour relever les défis du 21ème siècle    Finales de la CAF et de la Ligue des Champions : La Confédération confirme officiellement les dates, les horaires et les stades d'accueil    Fez Smart Factory: Son rôle débattu à l'Université Euromed    On connaît (déjà) la date de l'Aïd al-Adha 2022 au Maroc    L'OCP affiche une performance solide à T1 2022    Les dirigeants du Raja jettent l'éponge    Justice pénale : Le Maroc à la première vice-présidence de la 31ème session de la CCPCJ    Lions de l'Atlas : Hakim Ziyech aurait refusé de rencontrer Vahid Halilhodzic    Irak: plus de 2 000 personnes hospitalisées à la suite d'une tempête de poussière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les plus anciennes traces d'ADN en Afrique découvertes à Taforalt au Maroc
Publié dans Les ECO le 15 - 03 - 2018

Une équipe internationale d'archéologues et de généticiens a découvert dans la grotte des Pigeons à Taforalt au Maroc oriental les plus anciennes traces d'ADN d'un Homo sapiens en Afrique, datées de 15000 ans, a annoncé le Ministère de la Culture et de la Communication dans un communiqué.
Les résultats de la découverte de cette équipe, dirigée par Abdeljalil Bouzouggar et Saaïd Amzazi, de l'Institut National des Sciences de l'Archéologie et du Patrimoine à Rabat et de l'Université Mohammed V à Rabat et par Johannes Krause et Choongwon Jeong, de l'Institut Max Planck des Sciences de l'Histoire de l'Homme à Jena en Allemagne, en collaboration avec des chercheurs de l'Université Mohammed 1er à Oujda, de l'Université d'Oxford, du Musée d'Histoire Naturelle à Londres et de l'Institut Max Planck d'Anthropologie Evolutive à Leipzig en Allemagne, ont démontré des liens anciens d'une part avec l'Afrique subsaharienne et surtout l'Afrique de l'Ouest et d'autre part avec le Proche Orient.
Afin d'avoir plus d'éléments sur ce peuplement humain, l'équipe scientifique a effectué des études sur des squelettes humains trouvés récemment dans la grotte des Pigeons à Taforalt, associés à des trouvailles paléolithiques d'une culture appelée localement l'Ibéromaurusien. Les Ibréomaurusiens sont considérés comme les premiers dans la région à avoir fabriqué des outils en pierre très fins appelés les microlithes. "La Grotte des Pigeons est très importante pour comprendre l'histoire du peuplement humain en Afrique du Nord-Ouest, car les Hommes modernes s'y sont fréquemment installés et d'une manière continue du Paléolithique moyen jusqu'au Paléolithique supérieur", comme l'a expliqué Louise Humphrey du Natural History Museum à Londres, co-auteur de la publication scientifique. "Il est prouvé qu'il y a environ 15000 ans, les Ibéromaurusiens ont intensément utilisé le site et qu'ils ont commencé à enterrer leurs morts au fond de la grotte", fait savoir cette étude qui va grandement aider les chercheurs à mieux comprendre les relations de parenté entre les groupes paléolithiques, voire leurs maladies.
Les membres de l'équipe scientifique ont analysé l'ADN extrait de neuf squelettes humains découverts dans la grotte des Pigeons à Taforalt en utilisant un séquençage et des méthodes d'analyse avancées ayant permis d'obtenir des données mitochondriales de sept individus et l'analyse approfondie du génome de cinq autres individus fossiles. Grâce à l'âge des fossiles (15000 ans) et du climat chaud en Afrique réputé comme défavorable à la préservation du matériel génétique, les résultats obtenus sont sans précédent pour le continent africain considéré comme le berceau de l'Humanité et donc "le premier et le plus ancien matériel génétique Pléistocène jamais décodé d'Homo sapiens en Afrique", a affirmé Abdeljalil Bouzouggar, co-auteur principal de la publication scientifique et directeur du laboratoire "Sources Alternatives de l'Histoire du Maroc", soulignant la nécessité de "prendre en considération le grand rôle joué par l'Afrique du Nord dans l'apparition des pratiques sédentaires".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.