Sahara marocain: quand les médias « algésariens » inventent de toute pièce une fake news    Air Arabia Maroc lance Casablanca-Rennes    Agadir : Inauguration du 5ème Sela Park    Ahmed Belhassan, PDG des Huileries du Souss, n'est plus    Brahim Nekkach s'est trouvé un club    LDC: toujours positif, Ronaldo non convoqué face au Barça    Le Prix de la littérature arabe : Deux auteurs marocains entrent en lice    Nos vœux    Communiqué du bureau politique du PPS    La main de Bouchaïb Habbouli...    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    Bir Jdid : Quatre fkihs chasseurs de trésors mis sous les verrous    FC Barcelone: Bartomeu démissionne!    SM le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection    Reda El Hajhouj signe au FUS pour trois ans    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Le ministère des Finances propose aux investisseurs ses lignes de crédits    Rapatriement : où en est-on avec les Marocains bloqués à l'étranger ?    Régionalisation: Laftit a fait une annonce    Le roi Mohammed VI écrit au président tchèque    PLF 2021 : les appréciations du patronat    Ligue des champions : les résultats de la soirée    «Plaidoirie pour un Maroc laïque»    Les EAU décident d'ouvrirr un Consulat général à Laâyoune    Khalid Ait Taleb fait son plaidoyer    Le roi de Thaïlande: un monarque doublement désavoué    France-Islam : Halte à l'escalade    Un gouvernement terne et indolent!    GP du Portugal de F1 : Lewis Hamilton bat le record de victoires de Michael Schumacher    Vaccin anti-Covid: Sanofi et GSK font des promesses    Aïd Al Mawlid: le nord du Maroc renforce les contrôles    Gérald Darmanin. De quoi je me mêle!    Nadine Morano: « le Maroc est un pays ami, mais… »    L'ONMT fonde ses espoirs sur l'international    Coronavirus : l'immunité acquise par les personnes guéries diminue rapidement [Etude]    Vidéo : Pour lever la résistance au masque de protection contre le coronavirus    Ecomondo et Key Energy basculent vers le digital : 15 jours d'économie verte en Italie    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    L'Intérieur veillera à son instauration dans plusieurs villes L'analyse des eaux usées, un nouveau protocole anti-Covid-19    Edito : Software    Atteinte aux sacralités de l'Islam : Le RNI exprime son indignation    Covid-19 : Le président algérien hospitalisé    France-Turquie. Les « fils de chiennes » ont encore frappé.    S.M le Roi félicite la Renaissance de Berkane suite à sa consécration en Coupe de la CAF    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La paix et l'amour chantés à Fès !
Publié dans Les ECO le 02 - 07 - 2018

C'est le Soweto Gospel Choir d'Afrique du Sud qui a clôturé en beauté, samedi, la 24e édition du Festival de Fès des musiques sacrées du monde. La veille, Goran Bregovic a fait vibrer le public avec une prestation magnifique.
À Fès, les remparts s'imprègnent des chants du monde. Soufisme, musiques traditionnelles ou encore chants sacrés, la 24e édition du festival de Fès a puisé dans ses premières amours en misant sur des choix musicaux aussi assumés qu'épurés. Après une semaine qui a vu défiler Dafer Youssef ou Jordi Savall, du melhoun, du flamenco, des chants séfarades, de la musique indienne ou encore des musiques traditionnelles bretonnes, le festival a proposé une clôture placée sous le signe de la paix, du vivre ensemble et de l'amour.
Goran Bregovic pour la paix
Rockstar et grand compositeur de Sarajevo, acolyte du grand Emir Kusturica, Goran Bregovic ne cesse de se renouveler et de proposer des concerts qui font voyager. Avec «Trois lettres à Sarajevo», accompagné de son Orchestre des mariages et des enterrements, il se permet une collaboration avec l'Orchestre symphonique de Bretagne afin de mieux faire résonner son message de paix. «On a réussi à faire ensemble ce qu'il est difficile de mettre en place dans ce monde. Mais pour un compositeur, il est facile d'être utopiste», confie Goran Bregovic, revêtant son fameux costume blanc, qui semble assister au mariage heureux des trois religions monothéistes. Le tout en rendant hommage à sa ville natale, Sarajevo, cette «Jérusalem des Balkans», ville aux multiples croyances, identités, aux mélanges et paradoxes complexes. «C'est aussi un appel à la concorde entre les religions qui l'ont autant construite que détruite». Pour ce faire, le compositeur, en réel chef d'orchestre, a confié à des solistes d'origine serbe, tunisienne et israélienne trois mouvements des traditions occidentales, orientales et klezmer de toute beauté. Un public conquis par la magie du moment et la capacité de Goran Bregovic à fédérer. Impossible de s'arrêter là, le public en redemande. Comment ne pas interpréter ses tubes de la légende ? «Ce serait triste de partir dormir maintenant» s'exclame t-il lui qui a offert un concert de 2h30 à un public fassi en émoi. «Bella Ciao», «Kalasnjikov» ou encore «Gas Gas» ont fait le bonheur des connaisseurs et des novices.
L'Afrique réunie
Ce dernier weekend a également été l'occasion de rappeler les vraies valeurs de la musique: rassembler, fédérer, permettre le vivre-ensemble. C'est ce qu'a prouvé le spectacle «Chants séfarades et andalous» de Gérard Edery au chant et à la guitare, Anya Wandtke au violon et Sebastian Wypych à la contrebasse, rappelant combien les cultures et religions juives et musulmanes étaient proches. Dans une autre ambiance, ce jeudi 28 juin, «Au cœur de l'Afrique soufie» a proposé un concert habité par les chants sacrés du Sénégal, de Zanzibar, d'Egypte et du Maroc avec l'Ensemble Mtendeni Maulid, Sheir Hamid Hossein Ahmad, Sheikh Ghanan et leur Ensemble de Haute-Egypte, Cheikh Papa Sow Djimbira et le Nourou Salam du chant des Khadres soufis du Sénégal, le tout avec le Samâ'a de Fès. Une belle mosaïque qui se complétait et se sublimait. La clôture du festival ce samedi soir transmettait le même message de paix et d'ouverture avec un Soweto Gospel Choir venu d'Afrique du Sud présenter les véritables origines du Gospel. Entre chants zoulous, reprises célèbres de Bob Marley, James Brown ou Leonard Cohen, la chorale a interprété «Amazing Grace» ou encore «Amen» à leur sauce, avec un petit air du berceau de l'Afrique, là où tout a commencé. La chorale s'est vue rejoindre par une troupe de musiciens traditionnels marocains scandant les paroles du prophète de l'Islam en chœur et en phase avec les paroles du Christ. Comme quoi la parole de Dieu est la même partout. Merci Fès et à l'année prochaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.