Nabil Benabdallah: «Le gouvernement est en déphasage par rapport aux orientations royales»    Policy Center for the New South : « La Démondialisation », thème de la 9éme édition des Dialogues Stratégiques    Redressement progressif des échanges commerciaux    Aérien : Oman Air rembourse les billets impactés par la Covid-19 au Maroc    Libye: l'accord sur les postes de souveraineté, un pas important vers des progrès sur les autres volets    Stigmatisation de l'Islam en France : La riposte s'organise    Les folies d'Erdogan    La Renaissance de Berkane décroche son premier titre continental    La CAF et l'ICSS signent un accord de coopération    Volleyball: Bouchra Hajij élue présidente de la Confédération Africaine    DGSN : Interpellation d'un trentenaire recherché pour crimes avec violence    L'hémisphère Nord rangé par la pandémie    Casablanca : les blindés aux barrages pour contrôler les déplacements [Reportages vidéos]    Covid-19 : Les compléments alimentaires pour renforcer l'immunité.. mythe ou réalité ?    Marrakech accueille l'emblématique peinture, la Joconde    Réédition du roman «Le dernier combat du captain Ni'mat» de Mohamed Leftah    Imane Robelin couronnée par «Les Lorientales 2020»    Que le livre et la lecture triomphent!    Pas de processus politique avec les provocateurs, les gangs ou les bandits    Testé positif au Covid-19, Ronaldinho donne de ses nouvelles    Simeón Oyono Esono Angue : L'ouverture d'un consulat à Dakhla reflète l'engagement de la Guinée équatoriale à soutenir l'intégrité territoriale du Maroc    Maroc Telecom, « Top Performer RSE » pour la 7e fois consécutive    UE : L'Algérie (re)dénoncée pour ses violations à répétition des droits fondamentaux    Espagne. Un tableau de Picasso reproduit par Najat El Baz    Transfert : Hicham Al Aroui débarque à l'OCS    Islam de France. Erdogan se fait tirer les oreilles    Trump. L'Arabie saoudite va-t-elle signer la paix avec Israël?    Le roi Mohammed VI écrit au président autrichien    Conjoncture : hausse de 0,3% de l'IPC en septembre dernier    L'humidité réduirait la contamination au coronavirus [Etude]    De nouvelles mesures restrictives à Taroudant    Vaccin contre la grippe au Maroc : de longues listes d'attente chez les pharmacies!    Boeing et l'Université d'Arizona mettent la main dans la main : Désinfection Covid-19    Ils ne sont forts que de nos faiblesses...    Digitalisation de l'agro-industrie, une réponse agile à la crise sanitaire    Maroclear : Hausse de 6,5% de l'encours global des avoirs conservés en 2019    Photo: Il y a 26 ans, la Jordanie et israël enterrent la hache de guerre    Portugal : Adel Taarabt prolonge avec le Benfica Lisbonne    Sahara: Les consulats africains dépriment l'Algérie?    Webinaire : La Fondation Attijariwafa bank débat de la protection des données personnelles    Décès de Abderrazak Afilal Une icône du syndicalisme marocain s'en va    Casablanca et Marrakech mises en scène : Innovation Gaming d'inwi    Caricatures du Prophète : le Maroc réagit « vigoureusement »    Injaz Al Maghrib. Sicom In remporte la compétition (vidéo)    Casablanca: grave collision entre une voiture et une grosse moto (VIDEO)    Ahmed Boukouss, recteur de l'Institut Royal de la culture amazighe    "Au détroit d'Averroès ". Une enquête ouverte sur le devenir d'une figure de la pensée    La Place Jamaâ El Fna renoue avec le spectacle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'héritage ancestral à l'honneur au 24e festival de Fès des musiques sacrées du monde
Publié dans L'observateur du Maroc le 22 - 06 - 2018

La Princesse Lalla Hasnaa a présidé, ce vendredi soir (22 juin 2018) à Fès, la cérémonie d'ouverture du 24è festival de Fès des musiques sacrées du monde, organisé sous le haut patronage royal, autour de la thématique « savoirs ancestraux et renouveau de la médina de Fès ».
Ce festival s'ouvre donc en célébrant les savoir-faire artisanaux. La création présentée à cette occasion est partie d'un dessin graphique noir et blanc très stylisé qui a donné successivement naissance à une architecture historique colorée. Un travail sur des motifs géométriques, issus de mosaïques, moucharabieh ou de motifs de tissage, s'est associé au kalam de Julien Breton, calligraphe en live (light-graph).
Conçue par le directeur artistique Alain Weber et mise en musique par le compositeur et chef d'orchestre Ramzi Aburedwan, cette création a réuni des artistes prestigieux du Maroc et du monde arabe qui ont su mettre en valeur l'aspect traditionnel et contemporain de ces métiers de l'art.
Ce beau tableau a donné le ton à une programmation inspirée par la thématique des « savoirs ancestraux et renouveau de la médina de Fès ».
Jusqu'au 30 juin, le festival des musiques sacrées de Fès fera ainsi le lien entre un héritage artisanal exceptionnel dont la pierre angulaire demeure la spiritualité et une création contemporaine offrant des perspectives très prometteuses.
La programmation musicale du festival rassemblera cette année plus d'une vingtaine de pays : De la solidarité mondiale avec Goran Bregovic et ses lettres à Sarajevo, aux tissages musicaux orchestrés par le maître Jordi Savall avec son spectacle « Ibn Battuta, Voyageur de l'Islam », au Gospel de Soweto d'Afrique du Sud, « Au cœur de l'Afrique Soufie » avec l'ensemble Mtendeni Maulid de Zanzibar, de l'ensemble de la Haute Egypte et le chant des khadres soufis du Sénégal, le programme musical de la diaspora séfarade à la synagogue Slat Al Fassyine.
Cette édition a l'ambition de perpétuer l'âme de la ville et ce grâce aux ramifications entretenues entre les différentes traditions culturelles creuset de l'Histoire du Maroc mais également artisanales, à l'origine du tissu social qui la compose.
Le Forum, qui se tiendra en parallèle du 23 au 25 juin, verra la participation de plusieurs chercheurs, écrivains et philosophes qui mettront en exergue la tolérance et le vivre-ensemble à travers les Arts et la Musique.
Incarnant un symbole de dialogue des religions, des cultures, le festival aspire, selon ses initiateurs, à élever la réflexion et inviter aux échanges et interrogations indispensables dans un monde en pleine mutation économique, politique et social.
A l'instar des éditions précédentes, le Festival des musiques sacrées du monde offre un florilège d'expressions musicales des différentes traditions et cultures du monde, des concerts gratuits au grand public et des soirées soufies ainsi que d'autres activités pédagogiques.
Le Festival de Fès des Musiques Sacrées du Monde et son Forum, créés respectivement en 1994 et 2001, s'inscrivent dans la tradition savante, artistique et spirituelle de la ville. Depuis son avènement, ce rendez-vous a connu un succès grandissant. Le Festival fut désigné en 2001 par l'O.N.U. comme l'un des événements marquants contribuant au dialogue des civilisations.
Magnétique, l'évènement a rallié des artistes de notoriété internationale de tous les horizons, partageant la quête du sacré. Pour n'en citer que quelques-uns : Joan Baez, Patti Smith, Björk, Ben Harper, Paco de Lucia, Ravi Shankar, Sabah Fakhri, Kadhem Saher, Mounir Bachir, Asmaa Lamnawar, Wadi al Safi, Julia Boutros, Sheikh Yasin al Tuhami, William Christie, Barbara Hendricks, Jessie Norman, Jordi Savall et Montserrat Figueras, Tereza Berganza, Jean-Claude Casadesus, Archie Shepp, Randy Weston, Youssou N'Dour ou encore Salif Keita.
Le Festival se veut aussi une pépinière qui dévoile au public des talents encore méconnus ou qui accompagne des projets audacieux, fraîchement sortis de l'imagination de musiciens et poètes aventureux. Depuis quelques années, sous l'impulsion de son directeur artistique, le Festival initie également des créations pluridisciplinaires de grande envergure présentées en ouverture.
La diversité des propositions artistiques, de ces créations de prestige aux populaires Nuits soufies en passant par la soixantaine de concerts et spectacles, prend corps dans la vieille ville.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.