Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Un suspect arrêté dans l'affaire de l'agression d'une allemande    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





The Sisters Brothers : Audiard à l'américaine
Publié dans Les ECO le 04 - 09 - 2018

Jacques Audiard n'en finit par de surprendre. Après des bijoux du cinéma, le plus international des réalisateurs français adapte un western à l'écran avec un casting de rêve : John C. Reilly, Joaquin Phoenix, Jake Gyllenhaal et Riz Ahmed.
On connaissait Jacques Audiard très festival de Cannes avec des films comme «Le Prophète» qui avait raflé le Prix du jury, «De Rouille et d'os» ou encore la Palme d'or pour «Dheepan». Mais Audiard, version américaine, qui y aurait pensé ? Pourtant ce génie l'a fait en prenant le plus américain des genres : le western ! «J'aime certains films de western des années 70 ou contemporains que j'ai pu voir mais je ne sais pas si je suis un fan de western en tant que genre, pas vraiment. Le livre contenait beaucoup d'éléments irrésistibles qui pouvaient en faire un western original», expliquait le réalisateur français en conférence de presse, ce week-end en marge du festival de la Mostra de Venise. «Je n'avais pas spécialement de références de western pour ce tournage». Et si référence il y a eu, c'est peut-être plus «La nuit du chasseur» ou des films d'Arthur Penn comme «Missouri Breaks» et «Little big man». Pourtant, il signe un western sous forme de conte à la fois décalé et trash où on ne peut s'empêcher de rire avant d'être dérangés par ses scènes à la limite du supportable. Adapté du roman éponyme, l'histoire se passe en Oregon en 1850 en pleine ruée vers l'or. Deux frères, Eli et Charlie Sisters, campés brillamment par John C. Reilly et Joaquin Phoenix, tentent de tuer un prospecteur d'or. S'ils ne réfléchissent que grâce à leurs armes, sur leur chemin, ils font la rencontre de têtes pensantes interprétées par Jake Gyllenhaal et Riz Ahmed, qui vont leur permettre de trouver cet or. Mais la stupidité et la folie des grandeurs fera perdre à Eli, le plus jeune des frères, tous ses moyens. «The Sisters brothers» est moins un western qu'un conte en forme de western. «Pour moi, c'est un roman de formation, avec deux grands adultes qui sont encore un peu des enfants». Un film souvent violent, qui insiste sur la facilité d'utiliser les armes, surtout aux Etats-Unis. Une violence presque devenue normale qui est presque justifiée par la fin du film. L'acteur John C. Reilly, qui avait vu en le livre un potentiel de film dans les yeux d'Audiard a été clair en conférence de presse : l'histoire des Etats-Unis s'est faite de brutalité et de génocide, on a tué les Indiens et les buffles. Où va-t-on après la violence ? La violence ! Une chose est sûre, le film s'apprête à faire un long chemin et compte bien rafler quelques prix en fin de semaine.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.