Le 4è Forum parlementaire franco-marocain, du 12 au 14 décembre à Paris    4C Maroc- CGLU Afrique: Que prévoit l'accord signé durant la COP25?    Majda Moutchou remporte une compétition Onusienne    Lever de rideau sur le Festival international «Cinéma et migrations» d'Agadir    Le rêve s'éveille par le pinceau d'Abdellah Elatrach    Journées théâtrales de Carthage : «Un autre ciel» en lice pour le Tanit d'Or    Camp payant de l'Espayonl Barcelone pour enfants au Maroc    OCK-WAC et Raja-MAT ce mercredi    PISA 2018: ça va mal pour le Maroc!    Benmoussa dévoile sa méthodologie et son agenda    Hyundai dévoile son concept SUV hybride Vision T    Une structure intégrée dédiée à la performance et à l'excellence    Notre photographe Ahmed Boussarhane de nouveau primé au Grand Prix National de la Presse    Agadir: Une cérémonie voluptueuse!    Des membres fédéraux quittent la Fédération royale marocaine de rugby    Euro-2020 : La Suisse et l'Allemagne en match préparatoire en mai    Chiffres record pour Audi en Novembre    La Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement fait son bilan    Le dépistage précoce pour une génération sans Sida    Finlande: Sanna Marin, 34 ans, nouvelle cheffe du gouvernement…    Le Maroc des paradoxes!    Addoha, une augmentation de capital expression de la ténacité de son fondateur    Lubrifiants: Shell conserve son leadership    Mise à jour de la Botola Pro D1 : Le MAT défend son fauteuil de leader face au Raja    Les violences sexuelles et économiques prennent le relais    Haro sur la mendicité    Johnson brandit le risque de « paralysie » du Brexit en cas de défaite jeudi    Facebook et les ONG défendent à l'unisson les messageries cryptées    Le Lesotho fait évoluer sa position sur le Sahara    Le ministre Bill Barr, bouclier de Trump et fer de lance conservateur    Impeachment, quel impeachment? Trump retrouve des couleurs    Google rend ses produits plus accessibles pour les arabophones    Risques liés aux catastrophes naturelles : El Othmani promet une stratégie globale très prochainement    Rapport annuel Atlantic Currents, le Sud dans la tourmente    L'OMC paralysée par Trump    Nador: Arrestation d'un individu pour implication dans la constitution d'une bande criminelle    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    L'égalité genre, prélude à l'autonomisation de la femme    Mohamed Benabdelkader : La dématérialisation, un des principaux piliers de la transformation de l'administration judiciaire nationale    L'université et son importance dans l'épanouissement des personnes autistes    Une semaine décisive commence dans un Congrès divisé à propos de la destitution de Trump    Ligue 1 : Marseille inarrêtable, Saint-Etienne de nouveau en panne    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Un musée privé de musique voit le jour à Marrakech    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





The Sisters Brothers : Audiard à l'américaine
Publié dans Les ECO le 04 - 09 - 2018

Jacques Audiard n'en finit par de surprendre. Après des bijoux du cinéma, le plus international des réalisateurs français adapte un western à l'écran avec un casting de rêve : John C. Reilly, Joaquin Phoenix, Jake Gyllenhaal et Riz Ahmed.
On connaissait Jacques Audiard très festival de Cannes avec des films comme «Le Prophète» qui avait raflé le Prix du jury, «De Rouille et d'os» ou encore la Palme d'or pour «Dheepan». Mais Audiard, version américaine, qui y aurait pensé ? Pourtant ce génie l'a fait en prenant le plus américain des genres : le western ! «J'aime certains films de western des années 70 ou contemporains que j'ai pu voir mais je ne sais pas si je suis un fan de western en tant que genre, pas vraiment. Le livre contenait beaucoup d'éléments irrésistibles qui pouvaient en faire un western original», expliquait le réalisateur français en conférence de presse, ce week-end en marge du festival de la Mostra de Venise. «Je n'avais pas spécialement de références de western pour ce tournage». Et si référence il y a eu, c'est peut-être plus «La nuit du chasseur» ou des films d'Arthur Penn comme «Missouri Breaks» et «Little big man». Pourtant, il signe un western sous forme de conte à la fois décalé et trash où on ne peut s'empêcher de rire avant d'être dérangés par ses scènes à la limite du supportable. Adapté du roman éponyme, l'histoire se passe en Oregon en 1850 en pleine ruée vers l'or. Deux frères, Eli et Charlie Sisters, campés brillamment par John C. Reilly et Joaquin Phoenix, tentent de tuer un prospecteur d'or. S'ils ne réfléchissent que grâce à leurs armes, sur leur chemin, ils font la rencontre de têtes pensantes interprétées par Jake Gyllenhaal et Riz Ahmed, qui vont leur permettre de trouver cet or. Mais la stupidité et la folie des grandeurs fera perdre à Eli, le plus jeune des frères, tous ses moyens. «The Sisters brothers» est moins un western qu'un conte en forme de western. «Pour moi, c'est un roman de formation, avec deux grands adultes qui sont encore un peu des enfants». Un film souvent violent, qui insiste sur la facilité d'utiliser les armes, surtout aux Etats-Unis. Une violence presque devenue normale qui est presque justifiée par la fin du film. L'acteur John C. Reilly, qui avait vu en le livre un potentiel de film dans les yeux d'Audiard a été clair en conférence de presse : l'histoire des Etats-Unis s'est faite de brutalité et de génocide, on a tué les Indiens et les buffles. Où va-t-on après la violence ? La violence ! Une chose est sûre, le film s'apprête à faire un long chemin et compte bien rafler quelques prix en fin de semaine.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.