Drone abattu par l'Iran : La version de Trump    Energies renouvelables : Rabbah promeut les financement alternatifs    Conjoncture : La DEPF sur le même trend que le HCP, BOF!    CAN 2019 : la CAF placée sous tutelle de la Fifa    Larache. Un Français arrêté pour trafic de drogue et de psychotropes    Les parents des étudiants en médecine du privé dénoncent la discrimination et le populisme    La CAF prévoit deux pauses fraîcheur entre les mi-temps    Exposition sur Eugène Delacroix à Rabat, une première dans le monde arabe et en Afrique    Musiques sacrées. Le festival bat son plein    L'Iran dit avoir abattu un drone américain et parle de « ligne rouge »    Jeux Africains de Plage : le Maroc bat l'Algérie au beach-soccer    Arts martiaux : Marrakech abritera le Championnat du monde professionnel de muay thai    Accueil en fanfare pour le président chinois en Corée du Nord    Objectif Downing Street : Place aux deux finalistes    Kenzi Tower Hôtel: Restaurant Sens, une carte joliment revisitée    Une nouvelle stratégie de financement de la santé s'impose    TE Connectivity inaugure sa deuxième usine de production au Maroc    L'OPM célèbre la fête de la musique aux rythmes de compositions dansantes    Jazzablanca : 80% des festivaliers ont un accès gratuit    L'exposition «Mains de lumière» éblouit des étudiants et chercheurs    Le temps est ainsi fait    Sécurité et développement en Afrique. Comment le continent peut se prendre en main    Rabat. EBM lance ses programmes préparatoires pour les tests d'admissions    Sahara marocain à l'ONU: L'initiative marocaine fortement soutenue    Marquage fiscal .L'ADII lance un appel d'offres    Journée mondiale des réfugiés    Déconcentration administrative : La Commission interministérielle fait le point    Les Lions de l'Atlas en Egypte pour un deuxième exploit    Inscriptions au doctorat. L'UM5R annonce une baisse des frais pour les fonctionnaires    Les stocks de sardinelles et de chinchards surexploités    Benslimane : 4 personnes périssent dans un accident de la route    Le Centre international Hassan II de formation à l'environnement voit le jour à Salé    Le peuple marocain célèbre ce jeudi le 49ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    L'escalade des tensions dans le Golfe inquiète    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Dormir devant la télévision fait grossir    Bulletin de la CAN    Bouillon de culture    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Habib El Malki en visite à Dublin    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les "Off" des Assises
Publié dans Les ECO le 06 - 05 - 2019

Les Assises de la fiscalité ont été une occasion pour les responsables publics de se livrer sur plusieurs sujets. Les Inspirations ECO vous propose une visite dans les coulisses de cette rencontre.
Bombardier, Othamni se trompe de combat
Saad-Eddine El Othmani, chef de gouvernement, est un homme mesuré dans ses propos. Il a habitué l'opinion publique à des discours prudents. Lors de son allocation à l'occasion des Assises, il a tenté de faire une digression pour évoquer le départ de Bombardier du Maroc. «Il ne faut pas croire ce qu'on lit comme rumeurs. L'entreprise continuera à être présente au Maroc et elle n'opère que des ajustements», glisse-t-il, tout en accusant la presse de diffuser des fausses informations. Sauf que le chef de l'Exécutif a tout faux. Ce départ a été annoncé par l'entreprise canadienne, via un communiqué officiel.
Importation, le coup de gueule de Lakhdar
«Je suis choqué par ce que je constate comme pratiques dans l'importation. Le Maroc importe des balais, des chaussettes et même des théières. Ce n'est pas normal pour une économie. Nous marchons sur la tête», lance Nabyl Lakhdar, DG de l'Administration des douanes et impôts indirects qui appelle à un sursaut pour réduire ces importations inutiles. Face à ce coup de gueule, une voix dans la salle réplique: «Révisez les Accords de libre échange qui poussent vers ces importations sauvages».
Néolibéralisme, Benhima veut ressusciter le PAS
Driss Benhima, a livré une nouvelle fois une brillante et synthétique intervention sur le modèle de développement en affichant ses convictions néolibérales, lors du panel du 3 mai. «Le Programme d'ajustement structurel (PAS) n'est pas allé jusqu'au bout. Nous avons abondonné le volet de la bonne gouvernance contenu dans le PAS. Il faut réactiver cet agenda dans sa partie gouvernance des institutions pour mettre fin aux rentes et aux monopoles qui figent la libéralisation de plusieurs secteurs économiques ».
Genre, des Assises au masculin
La fiscalité est-il un sujet trop «important» pour être traité par les femmes ? Le constat est que les organisateurs n'ont pas pensé à la parité entre les intervenants durant ces deux jours. «Sur les 77 intervenants, nous retrouvons uniquement 7 femmes. C'est très peu», observe Naïla Tazi, députée du groupe de la CGEM à la Chambre des conseillers. Aucune femme n'a modéré des panels. Les organisateurs se sont rattrapés en donnant une place de choix à la Pr. Rahma Bourqia qui a livré une leçon magistrale en clôture de ces Assises, plaidant pour une fiscalité à visage humain.
Finances, Boussaid manque à l'appel C'était un moment fort de ces assises. Huit ministres des finances du Maroc durant les quatre dernières décennies posent pour une photo-souvenir (Jouahri, Berrada, Cherif, Kebbaj, Oualalou, Mezzouar, Baraka et Benchaâboun). Ils sont accompagnés de Driss Jettou, l'ex-Premier ministre et mené par leur doyen Abdellatif Jouahri. Plusieurs personnes ont noté l'absence de Mohamed Boussaid, ministre limogé pour des raisons toujours inconnues. D'autres ont également remarqué l'absence de M'hamed Sagou, successeur de Mohammed Berrada.
Confidences, les rêves de Chorfi
Zouhair Chorfi, secrétaire général du ministère de l'Economie et des finances (MEF) s'est livré à quelques confidences lors de sa modération du premier panel sur «Fiscalité et modèle de développement ». Dans son mot d'introduction, il a fait part de ses rêves pour un Maroc meilleur. Ce haut commis de l'Etat habitué aux analyses économiques et aux questions techniques a livré le fond de sa pensée sur l'avenir du Maroc. Chorfin'a pas manqué de défendre ses équipes surtout au sujet du recul de la DGI en matière de facturation électronique: «Quand les acteurs se dérobent de leurs responsabilités, l'administration ne peut pas suivre».
Assiduité, Safir, le wali studieux
Khalid Safir, wali directeur général des collectivités territoriales (DGCL) a été l'un des rares responsables publics, hors les Finances, à avoir pris le temps d'assister à l'ensemble des travaux de ces deux journées. L'intérêt de Safir pour le sujet s'explique aussi pour la grande réforme de la fiscalité locale. Le ministère de l'Intérieur devra passer le témoin de cette fiscalité aux Finances. Le département de l'Intérieur se prépare aussi à une réforme majeure, inscrite dans le projet de la régionalisation avancée.
IR professionnels, tirs croisés contre les médecins
C'était un moment de grande tension lors de ces 3es Assises de la fiscalité. L'intervention des médecins du secteur libéral n'est pas passée inaperçue auprès des participants et des panellistes de la matinée du 4 mai consacré au thème : «Convergence de la fiscalités d'Etat et locale: équité et simplicité ». L'intervention de Dr Hassan Afilal : vice-président de l'Association nationale des cliniques privées (ANCP) appelant à un traitement spécifique aux professionnels de la médecine «vu leur rôle social de prise en charge des citoyens». Thami Ghorfi, modérateur des Assises répond : «Tenir de tels propos est choquant» Abdelali Doumou, économiste et modérateur de ce panel poursuit : «L'impôt est une obligation et chacun doit s'acquitter de son impôt».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.