L'ONMT s'engage à renforcer le déploiement de Ryanair au Maroc    Turquie-France. Erdogan pète les plombs    Israël-Soudan. Le troisième accord de paix est dans la boîte    Inscription exceptionnelle du 2 au 4 novembre aux CPGE    Sanction des camions marocains en Espagne : le Maroc contre-attaque    Inauguration à Rabat de l'ambassade de la République de Zambie au Maroc    France: l'Assemblée nationale valide la prorogation de l'état d'urgence sanitaire    Evolution du Coronavirus au Maroc : 4045 nouveaux cas, 194.461 au total, samedi 24 octobre à 18 heures    Mobilité internationale des étudiants marocains (1/5) : la destination France reste la plus prisée    Algérie: le président Tebboune entre en confinement volontaire    Le wali Ahmidouch invite les entreprises privées de Casablanca à mettre en place et généraliser le télétravail    Tanger: trois jeunes devront répondre de leurs actes    Le message du roi Mohammed VI au président zambien    Beyrouth : Mission accomplie pour l'Hôpital de campagne marocain (vidéo)    Barça-Real: les buts de la première mi-temps (VIDEO)    Le Maroc rejoint la coalition internationale pour le renforcement de l'autonomisation économique des femmes    Les figurants du film "L7asla" réclament «leur dû», Sonia Terrab répond    Ahmed Rhassane El Adib : " la crise du coronavirus a provoqué une prise de conscience de l'importance des services d'urgence"    Namibie : Des milliers de bébés otaries retrouvés morts (vidéo)    Tanger: deux jeunes frères reçus par la DGSN (PHOTO)    Destination Maroc: Le deal ONMT et Ryanair    Sahara marocain : le Burundi réaffirme son soutien à la solution politique.    Islamisme en France: les éclairages de Pascal Boniface, fondateur et directeur de l'IRIS [Vidéo]    Maroc : voici le calendrier des jours fériés 2020-2021    LDC: retour sur l'élimination du Wydad (VIDEO)    LDC: Brahim Nekkach s'exprime après l'élimination du WAC    Météo Maroc: brume et nuages pour la matinée du samedi 24 octobre    Sous le signe du Covid 19, la 9ème édition du festival de l'Astronomie lancée    Khaoula El Filahi, ou le long voyage d' une jeune passionnée de lecture    Un autre pays arabe va normaliser ses relations avec Israël    Une édition numérique pour le Festival maghrébin du film d'Oujda    Le documentaire "Al Hasla " vivement dénoncé par le tissu associatif de Hay Mohammadi    Trump attaque Biden sur les affaires de son fils, sans ébranler son rival    La FNM enrichit son capital culturel    Le Real Madrid de pire en pire avant le clasico    Affaire CNSS : peine confirmée pour Rafik Haddaoui, Abdelmoghit Slimani acquitté    Transport aérien : Ryanair reprend ses vols sur le Maroc cet hiver    Les grosses écuries au rendez-vous de la première journée    La Renaissance sportive de Berkane aux portes de l'histoire    Sahara marocain : les pays des Caraïbes soutiennent l'initiative d'autonomie et le processus politique    Jean-Michel Blanquer estime que "l'islamo-gauchisme fait des ravages"    Un artiste hors du temps et des canons    Ligue des Champions : Le match Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    Marrakech-Safi : Une saison culturelle qui s'annonce riche et diversifiée    Maroc-Espagne : pour la mise en œuvre effective du partenariat stratégique global    Un 7ème pays africain ouvre son consulat à Dakhla    Rabat: le roi Mohammed VI a présidé une séance de travail    Omnisports : Courrier du Nord-Est    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grève des étudiants en médecine. Dialogue de sourds ?
Publié dans Les ECO le 30 - 05 - 2019

L'impact d'une année blanche ne se limitera pas uniquement aux étudiants grévistes mais touchera les nouveaux bacheliers et portera une estocade au gouvernement qui est déjà épinglé pour le manque de ressources humaines dans le secteur de la santé. S'agit-il d'une mauvaise gestion du dossier ou d'une crise de confiance ?
Si aucune nouvelle initiative n'est engagée au cours des prochains jours, tout porte à croire que l'on s'achemine vers une année blanche pour les étudiants en médecine en grève depuis plus de deux mois. Le gouvernement semble impuissant face au bras de fer de ces jeunes qui risque de se prolonger. L'Exécutif a-t-il mal géré les négociations avec les représentants des étudiants qui semblent intransigeants en ce qui concerne toutes leurs doléances ou s'agit-il d'une crise d'une nouvelle nature portée par des milliers de jeunes qui font partie des étudiants les plus brillants du Maroc ? En tout cas, la crise de confiance dans le gouvernement est avérée dès le départ bien que les ministres de l'Enseignement supérieur et de la Santé aient affiché leur volonté de résoudre ce dossier. Et le ton ferme de Saïd Amzazi au Parlement qui a décidé le maintien des dates des examens n'a fait visiblement que mettre de l'huile sur le feu. Les étudiants ne comptent pas lâcher du lest et gardent l'espoir de la satisfaction de tous les points de leur cahier revendicatif dont la forme «juridique» de l'accord en vue. Ils craignent en effet que les promesses du gouvernement ne soient qu'une tactique pour apaiser les esprits et sauver l'année universitaire.
«Les engagements formulés dans un communiqué ne sont pas contraignants pour le gouvernement. Il faut un PV signé par toutes les parties pour qu'on ait une base juridique», souligne aux Inspirations ECO une étudiante en médecine.
Les étudiants grévistes sont-ils tous au courant des détails des propositions gouvernementales et des mesures envisagées par le gouvernement ? Force est de constater que la communication est le maillon faible dans cette crise sociale. Beaucoup de rumeurs circulent parmi les étudiants alors que les engagements gouvernementaux ont été clairement formulés au sein de l'hémicycle. Les chefs des deux départements de tutelle ont en effet été interpellés par les parlementaires des deux chambres sur ce dossier. Anas Doukkali a souligné, mardi dernier, devant les conseillers que le dialogue devait aller dans les deux sens pour parvenir à l'accord souhaité.
Que propose le gouvernement ?
L'Exécutif s'engage à ce que les CHU publics soient des espaces de formation pour uniquement les étudiants des facultés publiques. Le concours d'internat ne subira aucun changement et ne sera pas ouvert aux étudiants du secteur privé. Les postes d'internat qui étaient de 220 en 2017 et 360 en 2018 seront augmentés en 2019. Quant aux postes de résidanat, ils passeront de 197 en 2017 à 700 en 2019. À cela s'ajoutent la révision du décret relatif à l'organisation des concours de résidanat, l'augmentation du nombre de postes attribués aux titulaires d'un doctorat en pharmacie et en médecine dentaire, la révision des cahiers des normes pédagogiques nationales relatifs au diplôme de docteur en médecine, en pharmacie et en médecine dentaire, l'instauration d'une bourse pour les étudiants en pharmacie au cours de la cinquième année et des indemnités de fonction pour les étudiants en médecine dentaire et en pharmacie pendant la sixième année, la promotion et l'élargissement des espaces de stage… Le gouvernement ne veut pas céder sur deux points. Il s'agit du concours de la spécialité qui, selon Doukkali, ne peut pas être limité aux lauréats des facultés publiques mais l'Exécutif s'engage à réviser le concours pour garantir les droits et les acquis des lauréats publics. Le gouvernement n'est pas prêt non plus à renoncer à la sixième année de médecine dentaire car «c'est un critère pédagogique» et s'engage à améliorer les conditions de formation et de stage. Le gouvernement est appelé à agir avec tact pour convaincre les étudiants qui prévoient de tenir une marche aujourd'hui à Rabat et sont décidés à boycotter les examens prévus le 10 juin. Le non-report de la date des examens est considéré par les étudiants comme une tentative de les punir pour leur mouvement de grève. Ils craignent de surcroît qu'on durcisse délibérément les examens pour resserrer l'étau autour d'eux. Il faut autant que faire se peut éviter une année blanche dont l'impact ne se limitera pas uniquement aux étudiants grévistes. Les bacheliers de cette année seront très lésés car ils seraient privés d'accéder aux études de médecine. En outre, le Maroc qui pâtit du manque de ressources humaines dans le secteur de la santé ne peut pas se permettre une année blanche dans les facultés de médecine. Le gouvernement a fortement besoin des institutions de médiation pour sortir de cette impasse. Certains groupes parlementaires ont exprimé le souhait de jouer ce rôle. Les ministres de tutelle sont appelés à communiquer davantage sur ce dossier. À l'heure où nous mettions sous presse, Saïd Amzazi et Anas Doukkali devaient tenir un point de presse sur cette question.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.