Attaque mortelle à l'arme blanche en France    Coronavirus : City Bus offre son service de transport au personnel hospitalier d'Oujda    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Coronavirus : l'OFEC de Casablanca accueillera un hôpital de campagne de 700 lits    Covid-19 et injustices meublent le quotidien des camps de Tindouf    Campagnes de contrôle des prix à Ouarzazate et Tahanaout    L'OCP affiche une performance financière élevée    Distribution de 100.000 quintaux d'orge subventionnée aux éleveurs de la région de Souss-Massa    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    Le nouveau coronavirus exacerbe encore les inégalités aux Etats-Unis    Célébration aujourd'hui de la Journée mondiale du sport    Hakimi au Real Madrid jusqu'en 2023    Report du Trophée Hassan II et de la Coupe Lalla Meryem de golf    Immigration clandestine : Arrestation de 32 Subsahariens à Dakhla    Le Maroc de tous les espoirs!    Mesures pour la protection des magistrats et des justiciables    La sécurité des patients et du personnel de santé mise en avant    Prise en charge officielle des frais d'inhumation des MRE en situation précaire    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents    Disney repousse la sortie des prochains Marvel    "La révolte des secrets", nouvel ouvrage de Rachida Belkacem    L'indemnisation démarre aujourd'hui    Le dirham se déprécie de 4,56% face à l'euro    Coronavirus : 961 cas confirmés, trois nouveaux décès et une guérison ce dimanche à 13h    La prolongation d'Achraf Hakimi, le Vrai du Faux    Benatia et Renard scandalisés par les propos racistes sur LCI    Le monde diplomatique ou le journalisme à la carte    L'OTAN entre en guerre contre le coronavirus…    Un médecin, exerçant à l'hôpital Sidi Lahcen de Témara, testé positif au covid-19    Covid-19 : les pharmaciens entièrement engagés dans la mobilisation    Un député français d'origine marocaine saisit la justice    Orchestra Maroc touché par le coronavirus    Pèlerinage de Pâques inédit à Lourdes, sans fidèles    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Versement des indemnités des salariés en arrêt: La CNSS explique la procédure    Covid-19 : Grâce royale au profit de 5.654 détenus    Liga : Achraf Hakimi retrouve le Real Madrid    Le Roi félicite le président sénégalais à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Golf : Report de la 47è édition du Trophée Hassan II et de la 26è édition de la Coupe Lalla Meryem    Mali : le chef de l'opposition enlevé « va bien », les négociations pour sa libération sont en cours    De la musique de chambre, depuis sa chambre    Coronavirus : Nezha El Ouafi décrypte sur MFM Radio les mesures prises au profit des MRE    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique    Une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Musiques sacrées. Le festival bat son plein
Publié dans Les ECO le 20 - 06 - 2019

Vendredi dernier, la 25e édition du Festival de Fès des musiques sacrées du monde a démarré sur les chapeaux de roues. Tous les soirs, les spectateurs sont au rendez-vous, en grand nombre.
Plus de 4.000 festivaliers ont assisté vendredi dernier à la soirée inaugurale de la 25e édition du Festival de Fès des musiques sacrées du monde qui a mis en scène «Fès, mémoire du futur», une création originale conçue et chorégraphiée par la direction artistique du festival. Organisée entre les murailles de la place historique Bab Al Makina, la cérémonie d'ouverture a été présidée par la Princesse Lalla Hasnaa. Pour animer la scène, de nombreux artistes marocains, portant l'héritage arabe, andalou, amazigh et juif ont mis en valeur la diversité culturelle qu'incarne l'enchevêtrement des ruelles de la médina, la représentation symbolique d'une géographie de l'esprit et du voyage. Des chants du Sénégal honorant la confrérie Tijanniya sont venus rappeler l'identité africaine de Fès. Les concepteurs de cette oeuvre ont réussi à mettre en lumière le rayonnement de la cité qui est au cours du temps nourri et représenté par des pèlerins et illustres voyageurs nomades. Sur leurs traces, la création a visité les confréries soufies du Sénégal ainsi que la ville sainte d'Al-Qods où s'établirent un grand nombre de soufis fassis et où se rendit le célèbre médecin et philosophe Rabbi Moshé Ben Maimon, connu sous le pseudonyme de Maïmonide, né le 30 mars 1135 à Cordoue. Conçue et mise en scène par le directeur artistique du festival, Alain Weber, cette nouvelle scénographie a fait pénétrer l'assistance au coeur des ruelles d'une médina, dont la mémoire peut être la source d'un futur créatif, spirituel et épanoui. Des artistes persans, arméniens, tunisiens, palestiniens ou encore du Sultanat d'Oman ont illustré le rayonnement d'une culture islamique et savante dont Fès fut l'un des principaux berceaux, notamment à travers son université Al Quaraouiyine.
«Nous avons choisi dans ce sillage de célébrer la renaissance de la médina de Fès, qui fait l'objet d'une restauration et d'une rénovation exceptionnelles lui donnant une nouvelle vie. Différents monuments emblématiques : Foundouks, Médersas, Kissarias ont été restaurés et ceci grâce à la vision et à l'impulsion donnée par SM le roi Mohammed VI», souligne Abderrafii Zouitene, présidant de l'association Esprit de Fès, organisatrice du festival. Et d'ajouter : «le festival a apporté sa contribution au fil des temps au dialogue des cultures et des religions, à mieux faire connaître les valeurs de notre pays marqué par l'ouverture sur l'autre, l'esprit de tolérance et d'accueil, la richesse de son patrimoine matériel et immatériel ».
La configuration particulière du site de Bab Al Makina a permis d'exploiter astucieusement la technique du «mapping» et de la mise en scène. Au-delà des remparts gigantesques, chaque séquence musicale a été portée par des images féeriques, sans pour autant corrompre l'essence même de ces traditions. Exprimant une volonté de combiner l'importance de ces patrimoines culturels avec une idée populaire du spectacle, le festival des musiques sacrées inclut également une dizaine de spectacles présentés dans les Nuits de la Médina et dans le jardin Jnan Sbil.
Fès, à la confl uence des cultures
Dans la matinée qui a suivi l'ouverture du festival (samedi), la salle Batha a abrité le forum annuel du festival de Fès des musiques sacrées. Sous le thème, «Fès, à la confluence des cultures», les participants à cette rencontre ont échangé et débattu trois axes ayant trait à «la connaissance avant le jugement, l'idée avant l'opinion», «les nécessaires fondamentaux d'un dialogue entre les cultures», «les modes de vie dans les cités traditionnelles et les valeurs spirituelles de respect sous-jacentes». Dans la cérémonie d'ouverture du Forum, Driss Karrouz, le directeur général de la Fondation Esprit de Fès a expliqué que «la ville de Fès, avec son patrimoine magnifique qui vit au rythme d'un grand chantier de réhabilitation de sa médina, de très belles choses sont faites et nous voulons à travers ce thème interpeller la réflexion sur ce qui doit être fait pour que la culture ne soit pas soumise à l'économie, à la finance et à la spéculation». Lors de cette rencontre, les intervenants ont mis l'accent sur la place qu'occupe la ville de Fès en tant que carrefour des civilisations et des cultures, ce qui lui permet de traduire parfaitement cette confluence des cultures, d'autant plus qu'elle constitue le produit d'un brassage des cultures arabe, berbère et juive.
Un festival à Bab Boujloud
En marge de la 25e édition du Festival de Fès des musiques sacrées du monde, la ville de Fès accueille également un autre festival à Bab Boujloud. En effet, cet espace réunit de célèbres artistes marocains autour de prestations musicales sur la célèbre place éponyme. Cette année, le festival qui se déroule du 15 au 22 juin reçoit plusieurs chanteurs de la scène marocaine, notamment Saida Charaf, Hatim Idar, Abdou El Ouazzani et Chama Zaz, Zakaria Ghafouli, Mohamed Jbara, Nasr Megri, H-Kayne, Hada Ouaki, Nouamane Belaiachi, Rabeh Mariwari, Said Senhaji, Orchestre Asri, Nass El Ghiwane, Sami Ray et Said Mosker. Les musiciens assurent une variété de concerts gratuits au public de la ville de Fès allant du «Chaâbi» au «chababi moderne» en passant par la chanson traditionnelle marocaine. Le festival Bab Boujloud est pris en charge par la «Fondation Esprit de Fès» sous la direction de Lachhab Aziz, coordinateur du festival. Cette plateforme ouverte au grand public permet aux artistes de se produire sur une scène imprégnée par le style traditionnel de la ville de Fès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.