Répit pour Huawei en plein flou sur les négociations commerciales avec Pékin    Marocains résidant à l'étranger : Cartographie des Marocains d'Europe    La justice algérienne expulse Ahmed Reda Benchemsi    Point de vue : Faites la Jeunesse avant qu'elle ne soit vieillesse…    Industrie pharmaceutique: Doukkali benchmarque l'expérience chinoise    Le village de la 12e édition des Jeux africains ouvre ses portes à Rabat    Jeux africains 2019 : Plus de 6.000 athlètes présents au Maroc    Karim Alami perd tragiquement son fils    Philippe Coutinho s'engage avec le Bayern Munich    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    Managem annonce un chiffre d'affaires en baisse    El Andaloussi quitte Safran Electronics & Defense Morocco    Télécoms: L'ANRT dématérialise les agréments    Développement durable: La Commission nationale bientôt opérationnelle    L'expertise marocaine brille lors d'une formation internationale sur le sauvetage sportif en Centrafrique    Aïd Al Adha 1440 : Bon déroulement de l'opération d'abattage    Moussaoui Ajlaoui : Créer un nouvel Etat en Afrique du Nord serait suicidaire pour la région. La position de Washington va dans ce sens    La prise de conscience!    Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7    Macron recevra jeudi Boris Johnson puis Kyriakos Mitsotakis    L'administration américaine s'oppose à la création d'une entité fantoche    La France se prépare à accueillir le G7    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Casablanca    Syrie: les forces gouvernementales entrent dans la ville de Khan Cheikhoun    Doukkal s'entretient avec son homologue chinois sur la coopération dans le domaine de la santé    Le fauteuil    Le Royaume prend très au sérieux l'avenir et le présent de ses jeunes : Pour un Maroc fait par et pour sa jeunesse    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    La liste élargie de Hallilodzic    Jeux Africains : Le Maroc gagne par forfait l'Afrique du Sud    Démarrage de la nouvelle saison    Vidéo. Ce que pensent les Casablancais de la nomination d'Halilhodzic    L'incendie qui ravage Grande Canarie hors de contrôle, nouvelles évacuations    Visite de travail à Copenhague du président du Conseil exécutif de l'UNICEF, Omar Hilale    Facebook, Google, Apple... : Attention, les Gafam vous pistent!    Un incendie ravage une forêt de pins sur les hauteurs de Béni Mellal    Les usagers d'Instagram pourront désormais dénoncer la désinformation    Un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Sept personnes arrêtées à Fès : Saisie de plus de 7.000 comprimés psychotropes    Météo: les prévisions de ce lundi    La Bourse de Casablanca réalise une bonne performance hebdomadaire    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    Azelarabe Alaoui préside le jury du Festival Cèdre du court métrage    Nouvelle édition du Festival "Voix de femmes" à Tétouan    The Mask : Un reboot au féminin en préparation    La Star Afrofunk Bantunani à Casablanca    11è édition des Voix de Femmes à Tétouan du 19 au 24 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sacré Maroc (12)
Publié dans Les ECO le 16 - 07 - 2019

S'il y a un événement politique à retenir sur les 20 ans de règne, il s'agit bel et bien de la réaction face au mouvement du 20 février 2011. Cela a été un cas d'école. Flash-back : Les rues de plusieurs pays arabes sont en ébullition, deux présidents sont déjà tombés et d'autres secoués violemment. Aucun pays n'est à l'abri d'une révolution populaire. Au Maroc, il y a un mouvement spontané, dit «20 Février», qui a atteint plus de 50 villes où des dizaines de milliers de citoyens ont manifesté simultanément afin de réclamer des réformes économiques et politiques.
Je rappelle qu'à l'époque, on redoutait le pire et on attendait de savoir comment allait réagir le pouvoir. La réponse était, on ne peut plus, claire. Un, laisser les gens manifester pacifiquement. Deux, les médias publics ont ouvert leurs plateaux à des personnalités jadis bannies afin qu'elles s'expriment librement sur le paysage politique du pays et son avenir en marge de ce qui se passe dans le monde arabe. Trois (last but not least), tout le monde attendait la réaction du roi face à ce mouvement et la réponse a été à la hauteur de l'événement, tant par la rapidité de la réaction que par les décisions révolutionnaires annoncées par le souverain en un mémorable 9 mars 2011. Le lendemain, nous titrions à la Une: «Merci Majesté». Merci d'être intervenu à temps afin de protéger notre pays des facteurs de déstabilisation, mais surtout de prôner un tournant politique historique en confiant un certain nombre d'attributions au chef de gouvernement qui n'est plus un Premier ministre dépourvu de pouvoirs. La Constitution, qui allait voir le jour trois mois plus tard, traduisait cette volonté d'amorcer ce virage marqué par le partage des responsabilités entre le palais, le Parlement et le gouvernement. Ce fut donc une page essentielle dans le parchemin des 20 ans de règne, plébiscitée à l'échelle nationale et citée en exemple de par le monde.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.