Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    Représentativité politique des femmes: Partis et ONG interpellés    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    L'Otan adopte une déclaration finale    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    Tilda Swinton, l'insaisissable icône du 7e art    Washington et Rabat déterminés à travailler de concert    La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage    Comment protéger vos données personnelles    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Infantino va entrer au CIO en janvier    Le WAC vise une cinquième victoire face au Mamelodi Sundowns en Ligue des champions    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    La filière oléicole assure une entrée de devises équivalente à 1,8 milliard de DH par an au Maroc    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    L'AMMC présente son guide de lutte contre le blanchiment d'argent    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    Australie: Des incendies fusionnent en un « mégafeu » au nord de Sydney    OCP MS devient le 1er centre certificateur Mobius au Maroc    Deuxième plainte de Huawei contre l'administration Trump    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    JO 2022 : Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Tous à Londres, personne à Madrid!    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    «Jeshop.ma» : Un pop-up store mis en place au FIFM    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    Lancement du plan national de lutte contre la mendicité des enfants    Salon de l'emploi : 1.000 postes à pourvoir pour une 1ère édition    Plusieurs partenariats ont été scellés lors du Forum économique Fès-Meknès : Des synergies innovantes se créent    «La mer est un personnage principal dans Lalla Aïcha»    Les Verts sont à Kinshasa. Coulisses d'un voyage    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trois questions autour de l'emprunt que le Maroc s'apprête à souscrire
Publié dans Les ECO le 23 - 10 - 2019

Le Maroc s'apprête à souscrire, dès le mois prochain, un emprunt à l'international. Des questions se posent sur la dette marocaine, son état actuel, les causes d'une telle sortie sur le marché international...
Que faut-il savoir sur ce futur emprunt?
C'est la Directrice du Trésor et des finances extérieures qui l'a annoncé hier mardi lors de la conférence de presse de présentation du Projet de Loi de finances 2020: Le Maroc s'apprête à contracter un emprunt à l'international en novembre prochain.
La date exacte n'a pas encore été fixée, ni le montant et la devise d'ailleurs. Ces deux derniers aspects devraient être fixés quelques jours avant l'opération. Ce que l'on sait, c'est que le ministère des Finances attendra la fenêtre idéale pour effectuer cette levée de fonds en fonction des conditions du marché financier international.
Jusque-là, l'information d'une prochaine sortie sur le marché international avait déjà été évoquée. On parlait d'une levée équivalant à un 1 milliard d'euros sur le marché financier international, soit environ 11 milliards de DH. Plus, une deuxième sortie, en vue du même montant, serait prévue en 2020.
Dans la Loi de finances 2019, cet emprunt était déjà évoqué. Il a été pensé afin d'établir une nouvelle référence pour la signature du Maroc sur le marché financier international après plus de 4 ans d'absence. Egalement, son but est de renforcer le stock des avoirs extérieurs et de renouer contact avec les investisseurs internationaux pour leur présenter les dernières réformes sectorielles et structurelles engagées par le pays.
La démarche, comme expliquée dans la Loi de finances 2019, a été pensée de telle sorte à ne pas impacter le niveau de liquidité sur le marché local et de profiter de l'écart de coût de mobilisation des fonds qu'offre le marché international.
Comment se porte actuellement la dette extérieure marocaine?
En 2019, l'encours de la dette extérieure publique, qui est composé de l'encours de la dette extérieure du Trésor, des EEPs, des Collectivités territoriales (CTs), des emprunts extérieurs garantis par l'Etat du Secteur bancaire publique et des Institutions d'Utilité Publique (IUP), s'est établi à 326,3 milliards de DH emprunté par le Trésor. À hauteur de 44,9% et par les entreprises et établissements publics à hauteur de 54,4%, le reste concernant le secteur bancaire et les collectivités territoriales. La dette a baissé chez l'ensemble des emprunteurs.
Cela constitue une baisse par rapport à 2018 où il était de 326,6 milliards de DH, et de 332,6 milliards en 2017.
Le PIB au Maroc s'établit à 1.106,8 milliards de DH en 2018, selon le HCP. La dette extérieure représente donc 29,5% du PIB. Un niveau confortable mais, la prochaine sortie du Maroc à l'international pourrait renverser la tendance. Le niveau doit malgré tout être surveillé de près, car le service de la dette (remboursement du capital et des intérêts) se fait en devises étrangères et que la balance des paiements au Maroc est structurellement déficitaire selon un rapport de la Haute Cour des Comptes daté de juillet 2019.
Est-ce grave si le Maroc contracte cet emprunt?
Pour Rachid Aourraz, économiste et membre du Moroccan Institute for Policy Analysis (MIPA), le déficit budgétaire est structurel au Maroc et les moyens disponibles sur le marché local ne lui permettent pas de le couvrir. Le pays a besoin de financements extérieurs et d'une assistance pour couvrir le déficit, estime l'expert. "Le problème serait grave si ces dettes étaient destinées à couvrir les dépenses sociales et non les investissements, car dans ce cas, leur retour serait faible et les générations futures assumeraient les coûts de la non-rentabilité économique de leur consommation directe", souligne Aourraz.
Néanmoins, l'économiste tire la sonnette d'alarme: " Le Maroc devrait abandonner l'habitude des emprunts et entreprendre des réformes au niveau de l'administration pour améliorer la gouvernance, rationaliser les dépenses et encourager les investissements directs étrangers".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.