Entretien téléphonique entre Bourita et son homologue mauritanien    Maroc-Israël-USA : Un nouvel « Ordre régional » se dessine    Coupe du monde de futsal : Le Maroc et le Portugal se neutralisent (3-3)    LDC de la CAF : Le Raja face LPRC Oilers du Liberia, le WAC défiera les Ghanéens de Hearts of Oak    Rico refuse d'affronter Badr Hari « s'il continue de perdre ses matchs »    Mesures restrictives : Azeddine Ibrahimi plaide pour l'allègement    Bourse: Les comptes de Lydec retrouvent des couleurs au premier semestre 2021    Tarik Kadiri de l'Istiqlal prend la tête du conseil communal de Berrechid    Participation au gouvernement. Le Conseil National de l'Istiqlal donne son feu vert    OCP et l'Ethiopie signent un accord de 3,7 milliards de dollars pour une usine d'engrais    Le réseau EF&F lance un concours international de projets innovants    Hapag-Lloyd s'implante au Maroc    Naoufal El Heziti élu président    Les produits agricoles et halieutiques marocains à la conquête du marché américains    La production laitière, fer de lance du développement régional    Mohamed Benhammou désigné président de la Fédération africaine de cybersécurité    Mort d'Abdelaziz Bouteflika : l'ultime humiliation du pouvoir algérien au président défunt    Succès complet pour la première mission privée de SpaceX    Migration : Washington actionne les charters des expulsions    La CDG adhère au programme    La haine dans l'âme...que Dieu lui pardonne!    L'Opinion : L'Istiqlal, valeur sûre pour le prochain gouvernement    La sélection marocaine sacrée avec 5 médailles dont 3 en or    Angleterre : Liverpool passe devant, Manchester City cale    La Jeunesse sportive Salmi continue sur sa lancée!    Casablanca : L'Eglise de Saint John fin prête pour accueillir les fidèles    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 19 septembre 2021 à 16H00    Etudes en Chine: Plus de 500 dossiers de bourses remis à des jeunes marocains (FUSAAA)    Qui sabote l'école publique à Essaouira?    Un acte scandaleux qui ne doit plus se répéter    Le « relooking » de l'Education nationale à l'ère du Covid    Kénitra : soupçonnés de corruption et d'extorsion, des policiers renvoyés devant le tribunal    Festival de Fès de la culture soufie. Une 14ème édition à la fois en présentiel et en digital    L'IMA et la FNM renforcent leur partenariat par une nouvelle convention    Dionysos contre le Crucifié    Afrique du Sud : le nouveau maire de Johannesburg mort dans un accident de la route    Nouvelle secousse de magnitude 3,9 ressentie à Driouch    Le porte drapeau du Hip Hop psychédélique Marocain    Décès de Bouteflika : SM le Roi Mohammed VI fait part de ses condoléances et de sa compassion    Apiculture: une niche au chevet des petits exploitants    Hallyday, le blues d'une âme rock au Maroc    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 septembre 2021 à 16H00    La Juventus annonce des pertes de 210 millions d'euros    Exposition: horticulteur attentionné    Décès de l'ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika à l'âge de 84 ans    Coupe du monde de futsal: le Maroc qualifié pour les huitièmes de finale    USA: un multimillionnaire reconnu coupable du meurtre de son amie    Archéologie : Découverte des plus anciens outils de confection de vêtements au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Brice El Glaoui Bexter, ce héros made in Morocco!
Publié dans Les ECO le 28 - 11 - 2019

Regard profond et mâchoire carrée, Brice Bexter est un acteur dans le vent qui sort du tournage de «Redemption Day» de Hicham Hajji. Il y partage l'affiche avec des acteurs de renom tels que Gary Dourdan, Sami Nacéri et Andy Garcia. Portrait d'un jeune talent anglo-franco-marocain qui se met dans la peau d'un futur héros 100% marocain.
Habité par l'oeuvre de son grand-père, Brice Bexter ne pouvait passer à côté d'une carrière artistique. Le petit-fils du peintre sacré Hassan El Glaoui a beaucoup puisé son inspiration dans un milieu artistique éclectique et branché. Comme habité par une aura d'une autre vie, il est ce visage moderne et métissé dans l'air du temps. «L'art régnait sous toutes ses formes autour de moi. Avec le temps, je réalise davantage l'impact créatif que cela a pu avoir sur moi et celui que mon grand-père - Hassan El Glaoui - a eu sur mon développement artistique. Il m'a toujours encouragé et a soutenu chacune de mes décisions. Il a partagé avec moi son processus artistique pendant plus de 20 ans et a continué jusqu'à sa disparition», confie le petit fils émerveillé devenu acteur, dont la passion du cinéma a commencé tôt.
Enfant des années 90, il se dit chanceux d'avoir connu l'époque des bibliothèques, de la lecture, de l'art en général. Il s'intéresse à la musique et au théâtre dès l'âge de 7-8 ans et a trouvé dans le cinéma une forme d'expression artistique qui lui correspond parfaitement. Ce n'est qu'à 17 ans qu'il commence à penser à une carrière dans le cinéma, et se voit proposer d'être la doublure lumière de Mark Strong ainsi que Leonardo DiCaprio sur le tournage de Body of Lies de Ridley Scott. Une expérience de tournage à Rabat et à Casablanca qui a marqué le futur comédien, persuadé qu'il fera du cinéma son parcours de vie. «C'était une expérience unique qui m'a permis d'apprendre des grands. J'ai tout de suite enchaîné avec des cours d'art dramatique devant la caméra à New-York, pendant mes vacances d'été. Après mon bac, j'ai décidé d'étudier à la Lee Strasberg Theater and Film Institute, toujours à New-York, par laquelle Marilyn Monroe, James Dean et bien d'autres sont passés», confie celui qui se dit inspiré par des acteurs comme Marlon Brando.
«Redemption Day», un rôle sur-mesure
Dans l'ambitieux film de Hicham Hajji, Brice Bexter incarne Younes Laalej, agent haut gradé du Bureau central d'investigation judiciaire (BCIJ), patriote moderne au service du Maroc, selon l'acteur. Il est intelligent et efficace en cas de crise diplomatique, c'est un habitué des relations internationales. Il connaît bien les rouages de son pays et, grâce à son passé militaire, il n'a aucun mal à repartir sur le terrain. Il est contre toute forme d'extrémisme avec l'intention ferme de ne laisser aucune entité dégrader les efforts de notre pays dans cette direction moderne.
«Nous avons voulu mettre en avant le BCIJ de la même façon qu'on met le FBI et leurs agents en avant dans les films hollywoodiens», continue l'acteur qui a suivi un entraînement poussé. «Je me suis beaucoup documenté sur les responsabilités d'un agent du BCIJ marocain. J'ai retracé le parcours militaire ou policier nécessaire ainsi que les qualifications requises chez un agent du bureau pour pouvoir construire le passé et les étapes de vie que mon personnage a dû affronter avant d'en arriver là. C'est la première fois que le Maroc a l'opportunité de voir un tel personnage à l'écran, ce qui m'a permis de bénéficier d'une liberté créative énorme sans modèle ou influence externe possible sur mon jeu. En espérant que Younes Laalej rende les Marocains fiers!». Un rôle parfaitement calibré où Brice Bexter a pu montrer toute l'étendue de son talent, ainsi que les multiples facettes de son jeu.
«Ce tournage est littéralement un rêve devenu réalité. J'en garde des souvenirs inoubliables tant au niveau de l'expérience sur le tournage que de mon échange avec les acteurs internationaux. Je dois cette opportunité incroyable à mon ami Hicham Hajji, qui est devenu un mentor pour moi», avoue celui qui aimerait jouer des rôles historiques comme Alexandre le Grand, Cicéron ou Jules César. Fasciné par l'histoire et plus particulièrement par Rome, la Grèce et l'Egypte antique, il se voit déjà explorer «l'ascension et le déclin de telles civilisations» à travers des rôles. 2020 devrait être son année. On le verra à l'affiche du film marocain «Greetings from ISIS» aux côtés de Mehdi Lamrini et Ouidad Elma et dans la série «Miss Fisher enquête» récemment tournée à Ouarzazate. Un acteur à suivre de près…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.