Le projet de loi réorganisant l'Académie du Royaume disséqué en commission parlementaire    La Chambre des représentants salue l'interaction positive du gouvernement et sa position face à plusieurs propositions de loi    Post-Brexit : une opportunité pour le Maroc et le Royaume-Uni    Tabacs bruts et manufacturés: ce qui va changer avec le nouveau projet de loi    Sahara: le Bahreïn toujours aux côtés du Maroc    Abderrahim Benyazghi, directeur du Centre régional de transfusion sanguine de Fès    Tennis : Trois lieux pour trois milieux...    Le Maroc prend part au débat RésiliArt de l'Unesco    Paul McCartney sort un nouvel album solo enregistré pendant le confinement    Rabat: le roi Mohammed VI a présidé une séance de travail    Bourita s'entretient au téléphone avec son homologue maltais    Cri de détresse pour des jeunes disparus après avoir tenté de rejoindre l'Espagne    France: le couvre-feu étendu à d'autres départements    Le Think-Tank IMIS étudie la chaîne de valeur du textile marocain post-Covid    Le président libanais entame les consultations pour désigner un Premier ministre    Relations maroco-indiennes : une grande dynamique insufflée aux relations bilatérales    Driss Lachguar reçoit l'ambassadeur de Palestine à Rabat    Une cinquantaine d'exécutions en un mois en Egypte    France: alerte à la bombe dans une gare à Lyon    Evolution du Coronavirus au Maroc : 4151 nouveaux cas, 186.731 au total, jeudi 22 octobre à 18 heures    Covid-19, la CGEM met en garde les entreprises    Najlae Benmbarek: une consœur à la tête de la diplomatie publique    L'AMMC lance l' application Quiz Finance pour se familiariser avec le marché des capitaux    El Said, le milieu sensationnel et expérimenté de Pyramids    Le Maroc est-il menacé par un ouragan ? Une source sûre répond    Benslimane: l'administration de la prison locale dément les allégations publiées concernant la contamination d'un détenu par le Covid-19    Maroc : le confinement propice aux cyberattaques    Demi-finales de la LDC: les conseils de Fakher au Raja et au Wydad (VIDEO)    Cristiano Ronaldo risque de manquer ses retrouvailles avec Messi    Rabat : Mise en place d'un référentiel national pour la restauration du patrimoine bâti    L'Opinion : Sortir la culture de la logique de « sada9a »    Culture : Le Musée de l'Histoire et des civilisations rouvre ses portes avec une exposition    Classement FIFA : Les Lions de l'Atlas grimpent à la 39è place    Jeunes brûlés vifs à Tindouf : Des ONG sahraouies mettent les autorités algériennes et la communauté internationales devant leurs responsabilités    Coupes africaines : Le Wydad tentera un coup d'éclat face à Al Ahly, la RSB tout près de sa première étoile    Destruction à Casablanca d'une quantité de drogue et de produits de contrebande    Le Real Madrid de pire en pire avant le clasico    Marrakech. Le MACAAL rouvre ses portes avec l'exposition « Welcome Home vol. II »    La Guinée-Bissau réitère son soutien à la marocanité du Sahara    Bourita: «aucune alternative à l'accord de Skhirate qui constitue la référence»    Vaccin covid. Un volontaire est décédé    Intervention de l'Armée algérienne à l'Etranger : mesure anti-marocaine ?    Sahara marocain: Guterres somme les milices du polisario de quitter Guerguerat    «La création de la chaine amazighe (TV8) fut, à tout point de vue, une première dans le paysage audiovisuel marocain»    Engrais : OCP Africa et la BAD mobilisent 4 millions de dollars    Entrepreneuriat innovant : Un 1er Techshow maghrébin dédié aux startups signé 2M et inwi    Bilan et réalisations : Al Barid Bank souffle sa dixième bougie    Laâyoune-Sakia El Hamra : La CSMD à l'écoute des institutionnels    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Confédération générale des entreprises du Maroc: La vision de Chakib Alj
Publié dans Les ECO le 14 - 01 - 2020

La Confédération générale des entreprises du Maroc élira, le 22 janvier, ses nouveaux patrons. Chakib Alj et Mehdi Tazi, respectivement candidats à la présidence et vice-présidence sont seuls en lice. Décryptage avec Chakib Alj...
La CGEM a connu une période de dissensions internes. Comment comptez-vous fédérer les membres de la confédération autour de votre candidature ?
Mehdi Tazi et moi sommes d'âges et d'expériences différents, mais sommes cependant complémentaires. J'ai cumulé des années d'expérience dans l'industrie, et Mehdi dans les services avec une solide connaissance des marchés africains. Dans le cadre de cette campagne, nous organisons une tournée dans les différentes régions et fédérations avec un objectif précis: comprendre les spécificités de chacun pour avoir une vision claire des attentes de nos adhérents. Nous souhaitons une CGEM pour tous, ouverte aux jeunes et aux petites entreprises pour rompre avec l'image élitiste qui lui colle jusqu'à présent à la peau. Nous sommes des hommes de terrain. La fédération des membres de la CGEM et le consensus résulteront de notre programme et de nos résultats.
Quelle est votre vision globale concernant la CGEM pour la prochaine période, et quelles sont les priorités de votre programme ?
L'heure est à la mobilisation générale du secteur privé pour relancer le développement économique de notre pays. Nous portons une responsabilité forte, celle de relancer l'économie et donc l'emploi, pour offrir à nos concitoyens un avenir prospère. Pour relancer l'économie, il faut absolument la confiance, et pour cela, nous travaillons sur quatre axes que nous sommes en train de compléter dans le cadre de notre tournée des régions et fédérations. D'abord, lever les barrières à l'investissement pour les entreprises de toutes tailles, dans toutes les régions. Il faut renforcer le capital marocain dans l'industrie nationale en donnant plus de visibilité sur les marchés publics, en instaurant une préférence nationale pour nos entreprises citoyennes, et en améliorant la perception du «made in Morocco». Cela passe aussi par le fait de favoriser la concurrence loyale pour rendre attractif l'acte d'investir dans le formel.
Quelle est la place réservée aux TPE et PME dans votre programme ?
Nous défendons l'ouverture de nouveaux marchés pour nos petites et moyennes entreprises. De ce fait, nous devons accélérer l'export pour nos entreprises en renforçant les dispositifs d'accompagnement via la création d'un fonds, en simplifiant les dispositifs d'accompagnement actuels et en développant la «chasse en meute». Nous pensons également inciter l'investissement dans les régions, par exemple en développant des partenariats public-privé (PPP) pour les plans de développement régionaux. Il nous faudra adapter les compétences de nos entreprises aux enjeux d'aujourd'hui et de demain: le capital humain est fondamental et nous devons réorienter la formation pour la rendre plus efficace et efficiente. Nous souhaitons nous inspirer de modèles d'ingénierie innovants comme ceux de l'automobile ou de l'aéronautique, qui ont déployé des centres techniques d'excellence pour répondre aux spécificités de chaque secteur. La généralisation de la bonne gouvernance au sein de nos TPME est également fondamentale, notamment pour faciliter les sujets liés au financement par les banques.
Comment comptez-vous rallier les membres de la CGEM à votre démarche ?
En offrant des services impactants à nos membres et en repensant le rôle de la CGEM. Nous comptons renforcer le dialogue des entreprises avec l'administration en développement des «corridors» entre la CGEM et ces administrations, déployer une plateforme B to B plus efficace pour développer le business entre les membres, faciliter la relation avec les banques, etc. Je rappelle que la CGEM représente plus de 90.000 entreprises (directement et indirectement) et certainement plus de 60% du PIB du royaume aujourd'hui. Nous sommes le représentant officiel du secteur privé. Notre force vient de notre représentativité, et nous souhaitons la consolider pendant notre mandat pour peser davantage dans notre environnement économique.
Au lendemain de votre élection, quel sera le premier dossier que vous mettrez sur la table du gouvernement ?
Les priorités avec le gouvernement sont multiples: réinstaurer la confiance entre la DGI et les entreprises, prendre à bras le corps la problématique des délais de paiement, simplifier les procédures administratives, en particulier au niveau local, participer au lancement d'un nouveau plan d'industrialisation, reprendre les négociations autour du dialogue social, etc. En tout état de cause, nous voulons établir une relation de partenariat et de confiance entre le gouvernement et la CGEM. C'est de cette façon que nous pourrons être efficaces et dérouler les dossiers.
Quelle est votre conception du rôle du groupe parlementaire de la CGEM, ainsi que la place de la politique au sein de la confédération ?
Le groupe parlementaire de la CGEM est l'émanation de la CGEM. Il a pour rôle de porter la voix de l'entreprise quels que soient sa taille, son secteur d'activité et sa région. La présence des conseillers CGEM à la deuxième chambre permet d'introduire des projets de loi auprès du Secrétariat général du gouvernement et de proposer des amendements. C'est une approche démocratique qui permet de défendre les intérêts du secteur privé de notre économie dans la plus grande transparence et clarté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.