Parlement: Séance plénière lundi 25 Octobre pour présenter le PLF2022    Le Maroc et la Russie démentent les rumeurs sur un prétendu "refroidissement des relations bilatérales"    Tramway Rabat-Salé : Le contrôle du pass vaccinal commence dès vendredi    Covid-19 : Les vaccins Johnson & Johnson et Pfizer en rupture de stocks    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    Niger : Neuf gardes nationaux et deux gendarmes tués dans une attaque armée    Covid-19 : des chercheurs s'inquiètent d'éventuels dommages sur le cerveau [Etude]    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Dr. Abdelouahed Belkeziz    La République Dominicaine appuie les efforts du Maroc dans la recherche d'une solution politique    Le Maroc premier dans la région MENA    Otman Mouden: "Le gouvernement a une marge d'action très limitée dans le temps et sur le plan financier"    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    USA : Des emplois, des salaires qui flambent mais pas de postulants    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Donald Trump annonce le lancement de son réseau social et dénonce le règne unique des GAFAM    Racisme en France, ça continue    Akhannouch a-t-il les moyens de ses ambitions ?    Bamako choisit de continuer son rapprochement avec Rabat    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 octobre 2021 à 16H00    Lutte contre les nuisibles : Comme Israël, le Maroc recourt aux rapaces    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Interview avec Mustapha Meloui « Le digital sera une priorité de ce gouvernement »    Botola Pro D1 / RSB-OCK (3-3): Un match prolifique doublé d'une remontada!    Botola Pro D1 / MCO-RCA (1-3): Le Mouloudia victime de ses dirigeants et du Raja!    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Errachidia: 4 individus interpellés pour liens présumés avec un réseau de trafic international de drogue    Concours de police: les candidates et candidats appelés à présenter leurs passeports vaccinaux    Pass vaccinal. La légalité sacrifiée sur l'autel de l'efficacité    Fiscalité : le PLF-2022 veut réduire le taux marginal sur les sociétés à 27 %    Véhicules d'occasion. Autocaz lance une nouvelle offre innovante    Sahara marocain : Le SG de l'ONU met à nu, de nouveau, les violations et mensonges de l'Algérie et du Polisario    Trois membres du PJD «suspendus» de leurs fonctions exécutives chez le parti, dissentions internes    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Le diplomate Abdelouahed Belkeziz n'est plus    Explosion de gaz en Chine: au moins trois morts    Loi de Finances 2022: IR, douane, budgets sociaux…les dossiers chauds    Projet de loi de Finances 2022 : Les premiers détails    Liqah Corona : comment télécharger le pass vaccinal    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Wecasablanca Festival dévoile sa programmation    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Après le déconfinement, la révision du système médical s'impose !
Publié dans Les ECO le 22 - 04 - 2020

C'est sûr, le secteur de la santé sera érigé en tête des priorités après la crise déclenchée par le Covid-19. Le pari de mettre fin aux dysfonctionnements qui émaillent le secteur est, certes, difficile car les insuffisances sont énormes, comme le relèvent encore une fois les députés. Mais l'heure est à la mobilisation pour mettre fin aux tergiversations en matière de réforme du secteur. Il s'agit en premier lieu de la faiblesse des ressources financières qui freinent les ambitions, bien que le budget du secteur ait été augmenté au cours des dernières années.
Le Maroc, rappelons-le, est encore loin des standards internationaux. Le budget du département de la Santé ne dépasse pas 6% du Budget général de l'Etat alors que l'Organisation mondiale de la santé recommande un pourcentage de 12% pour améliorer le secteur et atteindre les objectifs escomptés. Les députés, eux, appellent le gouvernement à consacrer désormais un pourcentage de 10% au secteur. Cette demande, qui ne date pas d'hier, va-t-elle trouver écho auprès du gouvernement ? Tout porte à croire qu'il ne s'agit pas d'un choix, mais d'une nécessité après l'épreuve du nouveau coronavirus.
À cet égard, le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, qui a été interpellé lundi dernier par les députés en séance plénière, rappelle que le gouvernement se penchait, avant la crise, sur la refonte du système médical. Il estime que le changement du système de la santé s'impose à travers non seulement l'augmentation du budget du secteur, mais aussi la révision du statut de la fonction publique sanitaire et l'amélioration de la gouvernance du secteur en mettant fin aux cloisons qui séparent le secteur public du secteur privé. Le responsable gouvernemental souligne qu'il faut encourager le partenariat public-privé afin de booster d'autres domaines, dont la recherche scientifique, laquelle accuse un retard abyssal dans notre pays. Le Maroc est en effet à la traîne et occupe les derniers rangs dans les classements internationaux en matière de recherche scientifique car le secteur n'est pas érigé en priorité et est doté de peu de moyens financiers (0,8% du PIB). Tout comme les parlementaires, Khalid Ait Taleb pointe du doigt la faiblesse du budget consacré à la recherche et le modèle adopté en la matière, outre la méthodologie mise en place qui doit être revue: «Il faut rationaliser la recherche scientifique pour pouvoir répondre aux besoins du pays».
Valoriser le capital humain
Par ailleurs, aucune réforme ne pourra se faire sans des ressources humaines qualifiées et motivées. À ce titre, les députés plaident pour l'amélioration de la situation sociale du personnel de la santé et des conditions de travail au sein des centres de santé publics. Il faut aussi mettre fin au manque criant en ressources humaines qui existe depuis de longues années. Le Maroc est classé parmi les Etats qui connaissent un grand manque en ressources humaines dans le secteur de la santé. Malgré la sonnette d'alarme, rien n'est fait pour combler les insuffisances en médecins et infirmiers.
En 2020, rappelons-le, quelque 4.000 postes budgétaires sont consacrés à la santé par la loi de Finances. Soulignons que la santé occupe cette année le troisième rang en termes de création de postes budgétaires derrière le ministère de l'Intérieur (9.104 postes) et l'Administration de la défense nationale (5.000 postes).
Pour remédier au manque en ressources humaines qui altère la qualité des soins dans le secteur public, les députés proposent de recourir à l'emploi régional à l'instar de ce qui a été fait dans le secteur de l'enseignement. Mais cette proposition, si elle venait à être mise en œuvre, risque d'exacerber les tensions sociales, à l'instar de ce qui s'est passé avec les enseignants cadres des académies. À cela s'ajoute une donnée importante: le nombre limité de médecins formés dans les facultés marocaines. Le gouvernement est appelé à améliorer la formation médicale tant sur le plan qualitatif que quantitatif. Les parlementaires plaident aussi pour le retour au Maroc des compétences marocaines qui ont émigré et qui ont brillé sous d'autres cieux. Une nouvelle vision s'avère nécessaire pour booster le secteur de la santé. La réforme devra, selon certains députés, se traduire par une loi-cadre à l'instar du secteur de l'enseignement. Il s'agit de tirer des enseignements de l'expérience actuelle pour agir rapidement en vue de combler toutes les insuffisances qui minent le secteur.
Déconfinement progressif
Le gouvernement est en train de réfléchir à une stratégie de déconfinement qui «est plus difficile que le confinement», comme a tenu à souligner le ministre de la Santé aux députés. Le déconfinement se fera de manière progressive à l'échelle nationale. En effet, bien que la situation épidémiologique demeure stable et maîtrisable, elle diffère d'une région à l'autre. Les régions Casablanca-Settat et Marrakech-Safi arrivent en tête des régions les plus affectées par le Covid-19, suivies de Tanger- Tétouan-Al Hoceima.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.