Europa League : Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    ANAM. Trois cliniques sanctionnées pour surfacturation    Kaspersky : Quand l'organisation traditionnelle du travail n'est plus souhaitable    Guerguarate: la Chambre des représentants de Belgique salue l'intervention marocaine    La campagne marocaine de vaccination anti-Covid démarre le 4 décembre    Evolution du coronavirus au Maroc : 4979 nouveaux cas, 336.506 au total, mercredi 25 novembre à 18 heures    Le Souverain, se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Décès de Maradona: l'UEFA a fait une annonce    La Colombie commémore l'anniversaire de l'accord de paix avec les FARC sur fond de divisions et de violence    La Suède demande à l'Iran d'annuler l'exécution d' un scientifique irano-suédois    Abdellatif Jouahri appelle à renforcer la résilience économique pour affronter les défis futurs    OMS: la pandémie a légèrement ralenti en une semaine    Musée Mohammed VI: L' art de découvrir Rabat autrement    Beyoncé en tête des nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Ahmad Ahmad saisit le TAS après la décision de la FIFA    Le Raja fixe une nouvelle date pour son assemblée générale    Immobilier: Aradei Capital n'envisage plus sa conversion en OPCI    Digital Brunch. Quelles tendances digitales en 2021 ? Les experts répondent (VIDEO)    Message du roi Mohammed VI au président du Suriname    Alerte météo au Maroc: averses orageuses et chutes de neige à partir de ce mercredi    La Toile sous le choc: une mère indigne torture sa fille à Larache    Diplomatie d'entreprise ou comment tirer son épingle du jeu    Communiqué du bureau politique du PPS du mardi 24 novembre 2020    El Guerguerat: les Marocains du Danemark à bras le corps pour la patrie    Commerçants et hôteliers broient du noir    Migration: Le Maroc joue un rôle constructif et fédérateur sur les plans régional et international    Réouverture des mosquées : le retour à la normale se confirme    Yto Berrada expose au Mathaf de Doha    Vers le lancement de l'Observatoire national de la criminalité    Hommage à Hassan II : Un Royaume solide en héritage    Le silence de la haine ou la solution finale pour les Palestiniens    Lewandowski, Mané ou encore Mbappé en lice pour le prix    Université Moulay Ismail : l'offre de formation renforcée    Tennis : Medvedev, le maître de Londres    Haut Karabakh: Paris réclame un «droit de regard»    Lotfi Bouchaara sur BBC : "le Maroc est disposé à négocier avec des parties et non pas avec un fantôme"    Les beaux-arts et la nourriture de l'esprit    Edition digitale réussie : 15.000 e-spectateurs pour Visa for Music    Nouvelle publication chez Orion éditions : Linda Chiouar s'immerge dans l'univers des anxiolytiques    Fidadoc 2020 : Une édition digitale du 14 au 19 décembre 2020    Les Ateliers de l'Atlas 2020 dévoilent les projets retenus    Droits compensateurs aux engrais marocains : l'OCP réagit à la décision des Etats-Unis    FLDF : Les violences faites aux femmes exposent !    Equipe nationale / 5 joueurs covidés : Un possible cluster lors du dernier rassemblement !    Equipe nationale : Le Maroc participera à la Coupe Arabe de la FIFA (Qatar 2021)    Inclusion financière au Maroc : Pour combler les écarts, un "véritable" choc s'impose    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CFG Research: HPS sous-cotée malgré son potentiel
Publié dans Les ECO le 13 - 08 - 2020

Opérant dans un secteur dynamique et prometteur, HPS parvient à entretenir l'attrait des investisseurs ayant décelé le potentiel grandissant de la valeur, et ce, malgré les effets attendus de la pandémie de la Covid-19. Pour CFG Research, le titre serait même sous-valorisé actuellement, comparé à ses pairs à l'international.
HPS n'échappera pas aux effets de la pandémie de la Covid-19. Mais pas de quoi inquiéter actionnaires, investisseurs ou analystes de la place. La crise sanitaire aura certes un impact sur les résultats du spécialiste du paiement électronique, comme le pressent le management, mais pas de la même ampleur que les autres secteurs de l'économie marocaine.
En effet, dans sa dernière communication financière, le groupe s'est montré «confiant quant aux résultats attendus en 2020 et au caractère limité de l'impact de la Covid-19 sur ses principales activités». HPS a même assuré vouloir maintenir -voire augmenter- son effort d'investissement en R&D afin de se préparer pour l'avenir. À cela s'ajoute le besoin des banques de rester compétitives en toutes circonstances, chose qui les pousse à investir –certes à un rythme moins élevé que prévu- dans des solutions de paiement innovantes. Ces principaux partenaires bancaires doivent également se conformer à un cadre réglementaire leur imposant une mise à niveau de leurs plateformes et softwares de paiement. Par ailleurs, «de nouvelles opportunités pourraient même naître de cette situation puisque les banques pourraient porter un intérêt accru à leurs charges opérationnelles, et seraient amenées à réaliser qu'il est plus coûteux de maintenir une plateforme souvent non optimisée que de passer à un modèle de procession tel que celui proposé par HPS», soulignent les analystes de CFG Research.
Dans ces conditions, les professionnels de la place préfèrent garder inchangées leurs prévisions pour la majorité des activités d'HPS. Seule l'activité HPS Services (15% du chiffre d'affaires en 2019) pourrait connaître une révision à la baisse de ses prévisions de croissance, et ce, en raison du confinement de la population en Europe qui a empêché les équipes d'HPS de se rendre physiquement chez leurs clients, entravant ainsi l'avancée de leurs projets et par conséquent la capacité de la filiale à constater des revenus. Le chiffre d'affaires up-selling (intégré dans HPS Solutions) pourrait également connaître un repli de 0,7% contre une progression de 18% prévue initialement, et ce en raison de la conjoncture actuelle qui va pousser certaines banques à repousser quelques investissements en logiciels. À noter que ce type de revenus provient de clients existants désireux d'acquérir un nouveau module ou de mettre à jour leurs softwares.
Des postes de dépenses susceptibles d'être reportés à une date ultérieure. «Il est important de souligner que cela ne remet en aucun cas en question le potentiel de croissance mondiale à long terme du groupe, et que cela ne change en aucun cas notre conviction sur la valeur», déclarent les analystes de CFG, qui affirment que cette dernière est plus forte que jamais. HPS représente même, selon eux, une opportunité d'investissement unique à la Bourse de Casablanca. Opérant dans un secteur extrêmement dynamique et prometteur, le groupe devrait continuer à offrir des perspectives de croissance singulières (TCAM du RNPG de 19,3% sur la période 2019-2024), ainsi qu'une diversification géographique de ses revenus très intéressante. «Nous pensons que 2020 ne sera qu'une brève et ponctuelle décélération dans l'impressionnante histoire de croissance du groupe qui a commencé il y a de nombreuses années. En effet, nous pensons que le groupe renouera avec un taux de croissance top-line plus normatif dès 2021 (+18,3%)», réaffirme la banque d'affaires, qui pense que le cours actuel d'HPS ne reflète pas le potentiel de croissance mondiale à long terme de cette industrie. La valeur traite actuellement à des P/E 2020 et 2021 respectifs de 27,4x et 21,4x, des niveaux de valorisation qui restent particulièrement bas dans les conditions de marché actuelles et compte tenu de son profil de croissance et aux ratios auxquels traitent ses pairs à l'international. Sous-valorisé, le titre est recommandé à «l'achat» avec un objectif de cours à 4.989 DH (vs. 4.450 DH le 12/08/2020), correspondant à un potentiel de hausse de plus de 10% et à des P/E induits de 31,8x et 24,8x pour les exercices 2020 et 2021. «Notre optimisme sur la valeur se justifie notamment par un potentiel de croissance unique au sein de la Bourse de Casablanca, avec une capacité qui n'est plus à démontrer d'améliorer ses taux de marges d'année en année, et qui devrait aboutir à un TCAM bottom-line s'élevant à 21,8% sur la période 2019-2021, profitant ainsi de la forte croissance que connaît l'industrie du paiement à la fois au niveau national et international», concluent les analystes de CFG Research.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.