Clôture au Cap Draâ des manœuvres militaires maroco-américaines    Encore 3 000 migrants à Sebta, un mois après la marrée inédite    122e semaine du Hirak en Algérie : «Monsieur 23 %, dehors !»    Union Africaine: une pléiade d'experts africains appellent à exclure le polisario    La titrisation est un formidable moyen pour libérer des capacités de financement    Iran : Ebrahim Raïssi élu président avec 62 % des voix, selon des résultats partiels    La terre a tremblé dans la province de Driouch    Copa America : L'Argentine bat l'Uruguay et se hisse en tête    Ligue des Champions / WAC-Kaiser Chefs : La CAF autorise une jauge de 5000 supporters...les autorités marocaines refusent    Officiel : Mohamed Bouldini rejoint Santa Clara    Sofiane Alakouch dans le viseur de deux clubs de Ligue 1    Salé: un policier contraint d'utiliser son arme de service pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Temps nuageux prévu pour samedi 19 juin    Covid-19 : Réception d'un million de doses du vaccin Sinopharm    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    Antonio Guterres officiellement reconduit pour un second mandat de Secrétaire général de l'ONU    Euro 2020: voici pourquoi la finale pourrait être délocalisée    Younes Belhanda ne retournera pas au Montpellier HSC cet été    Je suis venu travailler au Qatar pour poursuivre mes rêves, mais ma vie est un cauchemar    La star du FC Cologne s'affiche en maillot du Wydad (PHOTO)    Inde: mort du « Flying Sikh » Milkha Singh, l'un des sportifs les plus célèbres du pays    BBC News: Le ministre des Finances du Qatar arrêté dans le cadre d'une enquête pour corruption    En Colombie, le blocage des routes ne sera plus considéré comme manifestation pacifique    Pérou: 27 morts dans un accident d'autocar    « Nous sommes traitées comme des enfants », déclarent des femmes qataries à un groupe de défense des droits    Deux enfants bloqués en Turquie: Ouahbi interpelle Laftit et Bourita    Education nationale: 57% taux de participation aux élections des représentants du personnel    L'«Algérie nouvelle», une illusion d'optique à l'issue des législatives    Ligue des champions d'Afrique : le WAC affûte ses armes avant le match retour    Inauguration en grande pompe du DS Store Massira Al khadra (VIDEO)    Global Capital Bonds Awards 2021: Le Maroc décroche 3 distinctions    Royal Air Maroc : la route touristique Paris Orly-Dakhla opérationnelle    Développement durable, le Maroc trace sa voie    Etat civil : la nouvelle loi finalisée    Evolution du coronavirus au Maroc : 481 nouveaux cas, 525.924 au total, vendredi 18 juin 2021 à 16 heures    Ressources humaines dans la santé : Le Maroc peut-il gagner la bataille ? [Dossier]    Maroc-Espagne : l'opposition creuse la tombe du gouvernement Sanchez    Voici pourquoi un bon nombre de stars de la chanson française sont à Marrakech    [Interview avec Nabil Ayouch] «Haut et fort», de Casablanca à Cannes    Rabat : La joie au coeur de l'exposition « Joy »    Bientôt un prix national des meilleures publications dans les encyclopédies digitales    «Le Feu qui forge» : Une exposition collective à L'Atelier 21    Arizona : un tireur circulant en voiture fait un mort et 12 blessés    La Douane met en service une nouvelle version de la plateforme digitale [email protected]    Pollution: 86,3% des déchets marins au niveau national sont en plastique    Marhaba 2021 : arrivée du premier navire au port Tanger Med [Vidéos]    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    Tifinagh...et le football    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc: La crainte d'une pénurie de gâteaux s'intensifie
Publié dans Les ECO le 01 - 01 - 2021

Pour limiter la propagation du nouveau coronavirus, l'Etat a imposé un couvre-feu à partir de 20 h, réduisant ainsi les horaires de travail de nombreux professionnels, notamment ceux des métiers de bouche. Une décision qui risque d'engendrer une pénurie de gâteaux en cette période de fêtes de fin d'année.
Le 31 décembre est célébré par tous. L'occasion pour les uns de faire la fête, et l'opportunité pour les autres, boulangers et pâtissiers notamment, de faire de bonnes affaires. Hélas, cette année, la tradition qui voulait qu'on se réunisse entre amis ou en famille autour d'une succulente bûche n'était pas ce qu'elle était.
En cause, non seulement le pouvoir d'achat des Marocains qui a considérablement chuté en 2020 avec la crise économique et sanitaire, mais aussi la crainte d'une pénurie de gâteaux. «D'habitude, on travaille jusqu'à 1 h du matin en période de fête, mais, cette année, l'Etat nous a imposé un couvre-feu à partir de 20 h. Résultat, nous serons contraints de revoir à la baisse notre capacité de production», martèle Lahoucine Azaz, président de la Fédération nationale de la boulangerie et pâtisserie du Maroc (FNBPM).
La décision est tombée comme un couperet lundi dernier, avec la fermeture totale des restaurants, commerces et grandes surfaces sur tout le territoire national, tous les jours à 20 h, à compter du mercredi 23 décembre, mais aussi l'interdiction des fêtes et des regroupements. Selon Lahoucine Azaz, le couvre-feu ne sera pas l'unique responsable de cette «rupture» de gâteaux annoncée. On ne compte plus le nombre de fourneaux à l'arrêt depuis le début de la crise.
En effet, beaucoup d'entreprises du secteur ont mis la clé sous la porte. D'ailleurs, avec des pertes d'activité estimées à 50%, voire à 80% au plus fort de la crise, plus de 50% des entreprises ne versent plus les cotisations de leurs employés déclarés à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), tandis que plus de 15% ont fermé boutique à cause du confinement ou encore de l'interdiction des cérémonies de mariage, entre autres fêtes traditionnelles.
Survie du gagne-pain des boulangers et pâtissiers parallèlement à cette peur de voir apparaître une pénurie de gâteaux de fête, il faut ajouter qu'avec les nouveaux horaires de travail imposés par l'Etat, le gagne-pain des boulangers et pâtissiers va prendre un sacré coup.
«On misait beaucoup sur la fin de l'année pour amorcer un nouveau départ. Tous nos plans sont tombés à l'eau», s'apitoie Azaz, rappelant à l'Etat ses responsabilités vis-à-vis des employeurs que sont les opérateurs des métiers de bouche.
«S'il y a certes une exonération fiscale sur les importations de blé jusqu'au 31 mai, de nombreuses entreprises se sont retrouvées avec des piles de factures d'eau et d'électricité impayées, sans parler du loyer et des salaires», souligne notre interlocuteur, selon qui la baisse du prix de la farine n'est pas la seule préoccupation des boulangers et pâtissiers.
En effet, pour sortir du creux de la vague, les professionnels ont adressé une demande d'aide à la tutelle, début juin, misant ainsi sur le soutien de l'Etat.
Mise en place d'une caisse de soutien dédiée au financement des entreprises en difficulté, prêts bancaires assortis de taux bas pour permettre aux boulangers de reprendre leur activité, mesures incitatives pour les professionnels souhaitant restructurer et moderniser leur entreprise...
La liste des revendications des professionnels est longue. Dans le cadre de la préparation du projet de loi de Finances 2021, les professionnels avaient même demandé une réduction de la TVA de 20% à 10%, ainsi que la suppression du droit de timbre. «Malheureusement, cette demande n'a pas été prise en compte», martelait, dans un précédent numéro, Azaz qui se disait par ailleurs déçu de la loi de Finances 2021.
«Nous avons récemment tenu une réunion avec des responsables de la Direction des douanes, mais nos interlocuteurs ne nous ont donné, pour l'heure, aucune réponse concrète par rapport à nos revendications», insiste-t-il. 
Khadim Mbaye / Les Inspirations Eco


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.