Bruxelles: Ryad Mezzour expose les ambitions du Royaume    L'Espagne dénonce la violation par l'Algérie de l'accord d'association et de voisinage    Les évènements regrettables de Nador sont indissociables des causes profondes de la migration    Dislog Group signe un nouveau contrat avec Mars Wrigley    Le torchon brûle de nouveau entre Ankara et Athènes    Nasa: l'eau aurait coulé sur Mars durant 1,3 milliard d'années !    Au-delà du concept obsolète de l'espace    Un héritage ancestral de grande richesse    Peut-on inventer une histoire vraie ?    La Clinique Européenne de Casablanca ouvre ses portes    Jeune Afrique : « Algérie-Tunisie, l'autre frontière fermée du Maghreb »    Fouilles journalistiques, du magazine mural au mur de Facebook », nouvel ouvrage du journaliste écrivain Jamal El Mouhafid    CAF Awards 2022: forte présence du Maroc dans la liste des nominés    Adoption d'un projet de décret relatif à la création de la zone d'accélération industrielle de Ain Johra    Bourse de Casablanca: Clôture en baisse    José Manuel Albares : Les causes « du drame de la migration irrégulière », c'est la faim    L'Exécutif cherche à réformer le cadre légal des résidences immobilières de promotion touristique    OTAN : Les Etats-Unis redéployent leurs forces en Europe    Israël: Fin de la coalition gouvernementale, Yair Lapid devient PM intérimaire    Lancement d'un appel d'offres pour la restauration et la réhabilitation du Théâtre Cervantes de Tanger    Ceuta : La justice conclut que le rapatriement des mineurs marocains a violé leurs droits    OTAN : Le Sommet de Madrid a pris des « décisions transformatrices »    Medias Africains : ''Sport News Africa'' place le Wydad sur le toit de l'Afrique    CAF Awards : Les Lions de l'Atlas nominés dans la catégorie "Joueur de l'année"    Najat Rochdi nommée Envoyée spéciale adjointe pour la Syrie    Les Arts et cultures attachés à l'Islam au cœur d'une grande exposition à Paris    Attentats du 13 novembre en France : Salah Abdeslam condamné à la perpétuité incompressible    Migration irrégulière : Des eurodéputés appellent l'UE à appuyer le Maroc    Températures prévues pour le vendredi 1er juillet 2022    Aid Al-Adha: les paniers de repas autorisés, sous conditions, dans les prisons    CWTS Leiden 2022 : L'UM5 de Rabat, seule université marocaine à figurer dans le classement    (Vidéo) MD Talks-Régionalisation: Une vision de demain ancrée dans le passé    (Vidéo) MD Talks-Régionalisation: Quel rôle des Cours régionales des Comptes ?    Hooliganisme à Oujda : La préfecture de police dément tout décès parmi les supporters    Interview avec Hassan Fekkak : « Nous ne déplorons aucun cas d'intoxication aux JM d'Oran »    CAF : Le Maroc fait partie des 10 nominés au titre de la meilleure équipe nationale africaine de l'année    Trois nageurs marocains traversent le Détroit de Gibraltar à la nage en relais    Festival «Jazzablanca» : C'est parti pour la 15ème édition    Festival de cinéma «Les Téranga» de Dakar: Le Maroc invité d'honneur    37 millions DH pour un hub des métiers de l'automobile à Casablanca    JM Oran 2022 : Pour suivre le match Espagne – Maroc    Pourquoi la Turquie attire plus de touristes que le Maroc ? (VIDEO)    Le Maroc accumule 14 ans de retard en matière de droits des femmes    Kia Maroc. Retour remarqué du nouveau Carens    IPPIEM : hausse de 1% au cours du mois de mai (HCP)    Forsa : la SMIT dément les fausses informations concernant 2 appels d'offres    Casablanca: trois morts dans l'effondrement du fronton d'un café    African Lion 2022 : les tirs d'armes retentissent à Cap Draa lors des exercices interarmées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Spécial Fès-Meknès. Offshoring: la régionalisation, nouveau grand chantier de l'APEBI
Publié dans Les ECO le 16 - 03 - 2021

Malgré la crise sanitaire, les opérateurs du digital et de l'offshoring, sous l'égide de l'APEBI, ont initié une dynamique territoriale efficace. Ainsi, le secteur a su faire preuve de résilience et a dévoilé encore plus de potentiel. L'APEBI a eu l'occasion de présenter son programme régional de l'offshoring à l'occasion des signatures de conventions avec les régions de Fès-Meknès, l'Oriental et Dakhla.
La crise sanitaire mondiale a poussé le Maroc à répondre, de manière urgente, à de nombreux défis, aussi bien sur le plan économique que social. Le digital et le numérique ont été, à ce titre, salvateurs, mais de manière plus globale, c'est l'action des territoires qui s'est rodée à l'exercice. Dans ce contexte, les opérateurs du digital et de l'offshoring, sous la coupole de l'APEBI, ont initié une dynamique territoriale inédite. En dépit de la conjoncture, en effet, le secteur de l'offshoring a su faire preuve de résilience et a dévoilé encore plus de potentiel.
Le royaume dispose de ressources humaines importantes dans divers domaines qui doivent être valorisés et développés. Ce capital est l'une des nombreuses incitations dont dispose l'environnement régional marocain. Pour rappel, au cours de l'année 2019, le secteur de l'offshoring a généré près de 1,3 milliard de dirhams d'investissements. Il employait environ 120.000 personnes et cumulait un chiffre d'affaires de 14 milliards de dirhams. Le ministère du Commerce, de l'industrie et de l'économie numérique et l'APEBI ont étroitement collaboré pour mener ce secteur vers son apogée. Récemment encore, le Chef de gouvernement a signé la circulaire 22/2020 relative à l'offshoring. Sous l'égide du ministère de l'Economie numérique et de l'APEBI, cette circulaire est venue acter trois mesures phares : le maintien des avantages liés à l'IS, la digitalisation des procédures d'octroi des incentives et le remboursement des formations effectuées à distance.
Le métier est aujourd'hui en pleine évolution et sa transformation est inévitable. Son ancrage sur les territoires et son adaptation aux spécificités régionales font de ce secteur un atout particulier pour le royaume, à la fois sur le plan économique, social et numérique.
La régionalisation du secteur de l'offshoring permettrait au Maroc de renforcer son attractivité internationale et garantir de meilleures performances économiques. La notion de compétitivité territoriale se trouve justement être parfaitement cohérente avec les particularités du secteur de l'offshoring, très demandeur de ressources de qualité et adapté aux besoins des clients internationaux. L'APEBI, mobilisée sur le sujet depuis des années, a fait le pas en adoptant une approche régionalisée et en créant des antennes, dans trois régions marocaines pour le moment. L'idée est de développer davantage l'activité en numérisant les secteurs productifs avec l'aide d'acteurs régionaux dans le domaine des IT. Cela dit, de nombreux défis restent à surmonter. Ces challenges, les opérateurs en sont conscients et entendent bien les relever un à un, notamment à travers le pôle offshoring de l'APEBI. Il s'agit, d'abord, de baliser l'après-Covid par la digitalisation de l'administration, la gestion de la commande publique… Il est également question de tracer un environnement incitatif régional, que ce soit sur le plan du capital humain, de l'optimisation des coûts, des incentives, etc.
L'APEBI a déjà eu l'occasion de présenter son programme régional de l'offshoring à l'occasion des signatures de conventions avec les régions de Fès-Meknès, l'Oriental et Dakhla. Le premier chantier auquel s'attelle la représentation sectorielle, est celui de capitaliser sur la Data issue des activités et initiatives régionales. Deuxièmement, l'APEBI se penchera sur le volet législatif pour réussir la décentralisation. Troisième chantier : favoriser un modèle disruptif de la formation professionnelle dans le digital à travers des opportunités d'emplois pour les jeunes des régions et la reconversion de profils scientifiques en compétences IT & digitales. Enfin, l'APEBI se promet d'accompagner la dynamique de transformation digitale nationale dans sa déclinaison régionale pour donner un accès généralisé à la technologie. L'écosystème digital régional deviendra dès lors un producteur de technologie local au lieu d'en être importateur.
Tout porte à croire aujourd'hui que la régionalisation avancée est étroitement dépendante de l'impact économique de secteur locomotives, comme l'offshoring. Les opérateurs du digital et de l'offshoring on en conscience et sont aujourd'hui plus que jamais au cœur du développement des territoires.
Mehdi Idrissi / Les Inspirations éco Docs


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.