Une digitalisation « déshumanisée » n'atteindra jamais son objectif (Hassan Alaoui)    Transport/logistique: Abdeljalil souligne la nécessité d'asseoir une souveraineté nationale    Inflation au Maroc: Fitch alerte sur la détérioration des finances publiques    Maroc: la croissance prévue à 1,8% en 2022, selon la BAD    Congo-Cameroun. 347 km de fibres optiques    Zimbabwe. L'inflation atteint des sommets    Vidéos. Un étudiant marocain, accusé d'avoir combattu pour l'Ukraine, risque la peine de mort    Real Madrid vs Liverpool: Paris, capitale mondiale du foot le temps d'un duel de prestige    PSG : Achraf Hakimi était au courant pour la prolongation de Kylian Mbappé    Forfait, Riyad Mahrez s'offre des moments de détente à Marrakech    Anass Salah-Eddine : "Je peux m'adapter très vite"    Hépatite d'origine inconnue chez les enfants : 650 cas probables dans le monde    Intégration des étudiants d'Ukraine. Les solutions du ministère    L'Union africaine souligne la responsabilité des pays d'accueil dans la protection des réfugiés    Le Marocain Aomar Boum cosigne le livre «Wartime North Africa : A Documentary History, 1934–1950»    Le Congrès national de la Société marocaine de psychiatrie se penche sur la schizophrénie    Benslimane : Le 15e Festival national de zajal célèbre le «Zajal au féminin» du 3 au 5 juin    La 5ème édition des rencontres Internationales de Toumliline, du 31 mai au 2 juin    Sothema. Le chiffre d'affaires en hausse au premier trimestre 2022    UA : La solidarité agissante du roi Mohammed VI en Afrique, socle de l'engagement humanitaire du Maroc    Sahara : Le Burkina Faso appuie le plan d'autonomie comme seule et unique solution    La HACA signe une convention de partenariat avec le régulateur des médias capverdien    Revue de presse quotidienne de ce samedi 28 mai 2022    Marine Royale: 1,5 tonne de drogue saisie au large de Tanger    Les ventes à l'export de Chery ont augmenté de janvier à avril 2022    Indice mondial de performance des ports à conteneurs : Tanger Med en 6è position    Plus de 700 exposants de 55 pays, à l'occasion de la 27ème édition du SIEL    Chelsea annonce un « accord final et définitif » pour son rachat    Faouzi Lekjaa rend visite au Wydad    La revue de presse du samedi 28 mai    Maroc : interdiction d'une manifestation non autorisée contre la vie chère    Le secteur des assurances au Maroc appelé à relever plusieurs défis    Fusillade au Texas: la police sous le feu des critiques    Tottenham: Conte tranche pour son avenir    Météo au Maroc: les prévisions du samedi 28 mai    5 façons dont les partenariats de l'ONU favorisent la paix et le développement    Tests PCR : le Conseil de la Concurrence juge les marges des laboratoires "élevées"    Billets WAC-Al Ahly : « En ligne »...d'attente !    Nasser Bourita représente SM le Roi aux deux sommets extraordinaires de l'UA à Malabo    Le SIEL sera-t-il organisé en permanence à Rabat?    Fusillade au Texas : SM le Roi adresse un message de condoléances à Joe Biden    Casablanca : 1er championnat de lecture rapide et mind mapping en Afrique les 28 et 29 mai    Sommet extraordinaire de l'UA sur les questions humanitaires avec la participation du Maroc    L'ONU rend hommage à l'action des Casques bleus marocains déployés en RDC    «Yallah Rouh», nouveau single de Samira Saïd en dialecte marocain    Maintien de la paix: l'ONU exprime son « extrême reconnaissance » au Maroc    Patrimoine urbain : Appel au renforcement de l'arsenal juridique    Festival de Cannes 2022 : Sofia Saidi attire les regards sur le tapis rouge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Lutte contre la corruption : où en sommes nous ?
Publié dans Les ECO le 17 - 01 - 2022

Le plan d'action pour l'année en cours retient plusieurs chantiers législatifs qui conditionnent l'aboutissement des projets relevant de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption.
Les recommandations de l'Instance nationale de probité (INP), formulées dans son dernier rapport annuel sur le bilan de mise en œuvre de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption (SNLC), devraient cadrer l'action du gouvernement en 2022. Cependant, la feuille de route législative, qui a été finalisée, laisse entrevoir que quelques changements majeurs seront apportés au cadre légal régissant la lutte contre ce fléau. Pour le secteur public, et en plus de l'élaboration d'un code transverse de l'éthique du fonctionnaire, le plan législatif retient surtout la finalisation d'un projet de loi relatif à la protection des agents publics qui dénonceraient des actes liés aux crimes de corruption, commis dans les administrations publiques. Les deux législations viseront à instaurer des garanties légales en faveur de ces dénonciateurs, pour leur permettre d'exercer convenablement leurs missions en matière de prévention, en leur qualité de fonctionnaires de l'Etat et des collectivités territoriales.
Dans un autre registre, l'élaboration d'un projet de loi sur le conflit d'intérêt figure aussi dans l'agenda législatif portant sur l'exécution des engagements tracés par la SNLC. Le texte projeté sera finalisé parallèlement à l'achèvement d'une révision de la loi sur la déclaration du patrimoine, «en prévoyant l'adoption d'un système dématérialisé de déclaration du patrimoine». À noter que les départements ministériels devront adhérer à un nouveau système d'information en vue de mesurer l'état d'avancement des projets de lutte contre la corruption, ainsi que le renforcement du mode opératoire de l'INP. La feuille de route de l'Exécutif s'articule, en effet, sur les missions de cette instance qui dispose, depuis mai 2021, de nouvelles prérogatives en vertu des révisions majeures apportées à son statut. «Les rôles de l'instance seront renforcés dans le cadre d'une vision intégrée, sur la base d'une complémentarité institutionnelle», souligne l'argumentaire du gouvernement, à propos des principales orientations prises en matière de prévention et de lutte contre la corruption.
Les principales priorités
Dans le classement des pays par indice de perception de la corruption (IPC), le Royaume occupe la 86e place en 2020, sur les 186 pays pris en compte. Même si l'évolution du Score IPC du Maroc ne révèle pas de grand changement, 53% des personnes interrogées en 2019 estimaient que le niveau de corruption a augmenté, selon les derniers indicateurs publiés à propos de l'évolution du phénomène au Maroc. Plusieurs mesures seront activées en vue de réduire les risques de corruption, essentiellement la digitalisation des services administratifs, en tant que facteur de réduction des pratiques corruptives jugées «petites». Parmi les pistes préconisées, la mise en place d'organes régulateurs, ainsi que l'amélioration du fonctionnement des collectivités territoriales, comme alternatives à la détérioration des services, une des causes de corruption dans le secteur public. Pour rappel, le dernier rapport de la Commission nationale anti-corruption (CNAC) a souligné que «la corruption engendre la baisse de la qualité des produits et l'augmentation des prix, sans compter la perte de confiance des citoyens en l'Etat». Ce constat pousse à accélérer, cette année, la cadence de réalisation des projets prévus par la Stratégie nationale de lutte contre la corruption, notamment ceux encore en suspens au sein de plusieurs départements publics.
L'approche du NMD adoptée
Le NMD devra améliorer les modalités de gouvernance de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption (SNLC) et orienter les principales mesures à entériner. «L'instance est consciente du rôle majeur qu'elle a à assurer au sein d'un arsenal institutionnel renforcé, pour un front anti-corruption, à même d'inscrire durablement le fléau de la corruption au Maroc dans une tendance fortement baissière», indique le rapport de l'instance pour le compte de l'année 2020. Si le contexte d'élaboration du nouveau rapport annuel a été marqué à la fois par la période transitoire ayant résulté du nouveau statut de l'instance et par la nécessité de hausser la vigilance durant la crise sanitaire, cela n'a pas empêché ses responsables de tracer une feuille de route pour les années à venir. Ce sont les pistes préconisées par le NMD qui forment l'ossature des orientations qu'adoptera l'instance durant son mandat, lesquelles «font de la gouvernance responsable, de la promotion des valeurs d'intégrité, de la transparence et de la lutte contre la corruption, un socle fondamental pour l'atteinte des objectifs ainsi qu'un garant de la crédibilité, nécessaire à la consolidation de la confiance et à la mobilisation la plus large». Le plus important, pour l'instance, c'est que l'étape actuelle marque une véritable rupture, avec un appel aux «diverses institutions et acteurs du pays à décliner ses dispositions en réformes profondes et en politiques publiques audacieuses».
Younes Bennajah / Les Inspirations ECO


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.