Peine de mort. Le tueur de Adnane sera-t-il exécuté ?    A travers « Souss Launchpad » : Enactus accompagne 800 jeunes dans le Souss Massa    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Sahara marocain : Le Bundestag rejette la discussion d'une motion hostile au Maroc    L'aubaine du Brexit pour l'Europe et les USA    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, vendredi 15 janvier    La Mercedes Classe E s'offre un lifting    Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    Renaulution. Nouveau plan stratégique de Renault    Covid-19 : L'infection procure une immunité naturelle de 5 à 8 mois    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Maroc: L'essentiel du Budget économique prévisionnel 2021 du HCP    Une édition pas comme les autres : Le Maroc à l'assaut du CHAN    Les équipes à suivre de très près    Développement territorial et résilience : La Banque mondiale appuie la gestion durable du littoral marocain    Un webinaire pour débattre sur l'Afrique post-Covid    Casablanca : 10 ans de prison pour avoir tué son ami    Selouane : Démantèlement d'une bande de cambrioleurs    Casablanca : Remise d'équipements de projets générateurs de revenus au profit d'ex-détenus    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    Maroc-USA: Un mémorandum d'entente pour la préservation du patrimoine culturel marocain signé    Dakhla : Lancement de la première campagne nationale de communication sur le métier de l'architecte    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Casablanca : Le contrat de Lydec en ligne de mire    ONP : Digitalisation de la criée    Perspectives après l'annonce du vaccin Covid19 : Les Marocains ont le moral    Al Omrane et le ministère de la solidarité signent une convention-cadre de partenariat    Banque de sang : Des stocks mal exploités, périmés puis détruits !    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Donald Trump mis en accusation Un deuxième "impeachment" historique    La production industrielle en hausse de 2,5% dans la zone euro à fin novembre dernier    Une présence de taille de la question amazighe sur la scène culturelle malgré la pandémie    Evolution du coronavirus au Maroc : 1279 nouveaux cas, 456.334 au total, jeudi 14 janvier 2021 à 18 heures    Le PSG s ' adjuge le Trophée des champions    Mondial de handball : le Maroc débute contre l'Algérie    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Tennis : L'ATP Cup...version 2021    Premier League : Aston Villa covidé, son match de dimanche reporté    Début d'un confinement strict    Poutine réunit les protagonistes du conflit du Haut-Karabakh    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    Le confinement a stimulé l'envie de lire, surtout chez les plus jeunes    La beauté intérieure et l'amour des belles lettres    Les ventes totalisent 34 MDH / Artcurial Maroc : Un grand succès pour la session «Un Hiver marocain» à Marrakech    Zuckerberg vs Trump. Facebook plonge en bourse    Bientôt un musée à Laayoune    Législation des pétitions : la balle dans le camp du chef de gouvernement    Migration : la justice espagnole approuve les aides accordées au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dividendes, les actionnaires encore plus gâtés en 2013
Publié dans Les ECO le 29 - 04 - 2013

Si les sociétés de la cote se sont montrées légèrement plus généreuses en termes de rétribution des actionnaires au titre de l'exercice 2012, elles devront l'être davantage cette année. Et pour cause, «la masse des dividendes de l'ensemble des sociétés cotées devrait passer de 18,8 MMDH à 19,2 MMDH en 2013, avant de progresser de 7,1% à 20,5 MMDH l'année suivante», soutient BMCE Capital Bourse. Cela n'empêche pas le fait qu'en 2012, la rétribution des actionnaires a été en déphasage avec l'évolution du résultat net des sociétés qui a reculé de 7,5%. Dans le détail, «la progression prévisionnelle des dividendes découlerait d'un repli de 0,6% à 13,5 MMDH des dividendes prévisionnels des industries en 2013 suivi d'une hausse de 8% à 14,6 MMDH en 2014, soit un taux de croissance annuel moyen 2011-2013 de +3,6%», affirment les analystes de BKB. Les dividendes des financières afficheraient un accroissement de 9,9% à 5,1 MMDH en 2013 et de 5% à 5,4 MMDH en 2014. Le secteur des assurances et du courtage ne serait pas pour sa part mieux loti en 2013. «La masse des dividendes prévisionnels de ce dernier enregistrerait une baisse de 0,6% à 0,49 MMDH au titre de l'exercice 2013, suivie d'une hausse de +2,3% à 0,5 MMDH l'année d'après», soutient BKB. Quant à Maroc Telecom, le plus grand contributeur de la place, devrait «encore» arriver en tête d'affiche. L'opérateur historique drainerait 37,1% de la masse globale des dividendes prévisionnels en 2013 à 7,1 MMDH. «En 2014, sa contribution devrait générer 36,1% de la masse globale à 7,4 MMDH, en hausse de 4,1% d'une année à l'autre», prévoient les analystes de BMCE Capital Bourse. Les banques se positionneraient quant à elles au deuxième rang. Elles devraient distribuer à leurs actionnaires un montant de 4,8 MMDH, soit 24,8% de l'enveloppe globale en 2013 et de 5 MMDH en 2014 (24,3%). «Le Dividend Yield du marché en date du 15 avril dernier est estimé à 4,3% en 2013 et à 4,6% en 2014 contre un rendement réalisé de 4,2% en 2012», relèvent les analystes. Cette amélioration du D/Y s'explique notamment plus par un repli de la capitalisation boursière que par une augmentation de la masse des dividendes. Selon BMCE Capital Bourse, le taux de distribution global estimé devrait pour sa part se fixer à 66,5% en 2013 et à 63,4% en 2014. Par branche, la distribution des industries devrait se fixer à 76,8% en 2013 et à 73,5% en 2014. Les financières devraient afficher des pay-out respectifs de 51,2 et de 48,4% en 2013 et en 2014. Les sociétés de courtage et d'assurance devraient distribuer en revanche 66,5% de leurs bénéfices en 2013 et 63,4% en 2014. Par secteur, les distributions les plus généreuses en 2013 et 2014 reviennent aux alimentaires, aux industries chimiques et aux télécoms. À l'inverse, les distributions les moins importantes concernent le secteur pétrolier, l'industrie touristique et les immobilières.
Les sociétés généreuses oui, mais pas toutes !
C'est le constat soulevé par un analyste de la place. Pour lui, les sociétés de la cote n'ont pas toutes le même niveau de distribution. «Hormis, les entreprises impactées par la conjoncture, les dividendes de certaines valeurs, affichant des niveaux de croissance importants et disposant d'une structure financière assez stable, ne sont pas à la hauteur de leurs résultats», relève une source du marché avant de poursuivre : «même si l'entreprise réussit à atteindre les objectifs programmés dans le business plan en les dépassant parfois, elle ne rétribue pas assez les actionnaires qui étaient là depuis le début». Il faut dans ce sens approfondir la réflexion sur les dividendes en conciliant la politique de développement et celle de la rétribution des actionnaires. Dans ce sillage, la fidélisation des actionnaires est primordiale. «Ce sont eux qui vont accompagner la société quand celle-ci aura l'intention de se développer ou encore d'augmenter son capital», poursuit la même source. La rétribution des actionnaires devient par ailleurs une problématique quand une valeur en Bourse n'est pas spéculative. C'est le cas notamment de Timar, qui malgré une progression de ses revenus au titre de l'exercice 2012 de l'ordre de 15,9% à 212,2 MDH et une capacité bénéficiaire en amélioration de 14,8% à 9,3 MDH, est restée sur le même niveau de distribution de dividendes. Le Conseil d'administration de la société compte proposer ainsi à la prochaine assemblée générale ordinaire la distribution d'un dividende de 8 DH par action, similaire à celui versé au titre de 2011, soit un Dividend Yield de 1,9% sur la base d'un cours de 420 DH observé le 28 mars 2013. «Quand l'entreprise ne prévoit pas de faire des investissements conséquents durant les années à venir, laisser du cash dans l'entreprise n'est pas une bonne idée, surtout quand la rétribution des dividendes n'est pas à la hauteur des performances», soutient un analyste de la place avant d'ajouter «Timar est arrivée aujourd'hui à une taille assez intéressante, il faut que la société passe la cap de la fidélisation des actionnaires pour qu'ils continuent de l'accompagner dans l'avenir», soutient-il.
Un espoir de reprise en 2013
En dépit de la forte dégradation de la capacité bénéficiaire de la cote casablancaise en 2012, affectée par le contexte économique national globalement morose, «nous escomptons en 2013 un redressement des réalisations financières des sociétés cotées. Cette hypothèse est étayée par les espoirs de reprise de l'économie marocaine (croissance escomptée du PIB de +4,5% en 2013 vs +2,7% seulement en 2012), ainsi que par le redressement de l'activité de certaines valeurs de la cote industrielle, après une année 2012 marquée par une forte instabilité sociale et un renchérissement des coûts de production», soutient BKB. Après avoir enregistré une progression de +2,2% en 2012, les revenus globaux des sociétés cotées devraient s'accroître de 4,3% à 250,9 MMDH en 2013 et de 6% à 266 MMDH en 2014. Au volet des bénéfices et après avoir accusé une baisse de 10,2% à 26,9 MMDH en 2012, la masse des résultats nets de la cote casablancaise devrait s'apprécier de +7,4% à 28,8 MMDH en 2013 et de 12,3% à 32,4 MMDH en 2014, tirant amplement profit de l'orientation positive de la capacité bénéficiaire de plusieurs segments notamment des mines, du secteur pétrolier, des télécoms, des immobilières et des banques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.