Météo Maroc: Temps nuageux avec pluies ce mardi 9 mars    Cette semaine en Liga...    Carte intégrale du Royaume : La nouvelle cible de la diplomatie algérienne    Ahmad Ahmad et la CAF, c'est fini !    Bounou de retour !    8 mars: Hay Mohammadi rend hommage aux femmes méritantes (VIDEO)    L'OCP et le CAM s'allient pour un meilleur accès des agriculteurs aux solutions mobiles de financement    Sénégal : l'opposant Ousmane Sonko relâché, les blindés de l'armée investissent la capitale    Covid-19 au Maroc : 102 nouvelles infections et 120 735 injections administrées en 24 heures    Tollé en Grèce suite à une intervention de musclée de la police pour faire respecter le confinement    En attendant l'officialisation de la décision à Rabat, Patrice Motsepe serait le nouveau patron de la CAF    Le Raja tenu en échec par le CAYB    Interopérabilité : les marines Américaine et Marocaine conduisent un exercice militaire au large du Sahara    Les perspectives dans l'industrie s'améliorent en janvier    Le Royaume cherche-t-il d'autres fournisseurs de vaccins?    Une soixantaine de migrants franchissent la frontière à Melilla    Manal Benchlikha: Quand pop marocaine rime avec féminisme    Débat littéraire en ligne autour du livre "Tisser le temps politique au Maroc"    Al Bayane fête le 8 mars    Usage licite du cannabis: l'examen du projet de loi se poursuit    Adesanya défait pour la première fois, Nunes GOAT!    N°1 mondial: Djokovic savoure «un grand jour»    Birmanie: L'armée tire à balles réelles sur les manifestants    Aides alimentaires : 45 pays dans le besoin, selon la FAO    Usage légal du cannabis au Maroc: ce qu'il faut savoir sur le projet de loi    Maroc : les femmes, encore trop peu présentes dans les médias    Banques participatives : un bilan encourageant en 2020    Marie Zular, une juive marocaine qui s'est faite ambassadeur de l'art culinaire et des valeurs de solidarité de sa mère patrie    Bris de silence de la poétesse des Doukkala    Le patrimoine millénaire du Royaume exposé au Musée des Confluences-Dar El Bacha    Une célébration de la créativité littéraire féminine    L'ambassadeur israélien en visite à Fès (PHOTOS)    Le Maroc élu à la vice-présidence    La CNSS annonce des indemnités aux industries culturelles, des crèches et des salles privées de sport    Accès aux soins-confinement : Un parcours du combattant pour les ménages dirigés par des femmes    Inauguration de la faculté pluridisciplinaire d'Es-Semara    Guelmim-Oued Noun : La réforme de l'enseignement, tributaire de l'appropriation des projets stratégiques    Les femmes fortement impactées par la pandémie    Hausse de plus de 17% du parc des abonnés Internet en 2020    50 femmes qui comptent : Saloua Belarbi, Directrice Communication, Sponsoring & Evénementiel chez Maroc Telecom    Ligue des champions (3è journée/Gr C) : Trois sur trois pour le Wydad    Barça: Laporta déclare la guerre au PSG à cause de Messi    Législatives en Côte d'Ivoire : le pouvoir et l'opposition se disputent l'annonce de la victoire    Vie politique : Vers une meilleure représentativité des femmes    Assurances: les primes émises en baisse de 6,5% à fin janvier 2021    Laâyoune : saisie de près de 2 tonnes de chira    France: un député tué dans un accident d'hélicoptère    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PORTRAIT : Yto Barrada, Libre et engagée
Publié dans Les ECO le 22 - 04 - 2011

Passionnée. Le qualificatif s'impose de lui-même. La plupart de ceux qui la connaissent y ajoutent «talentueuse». Une autre de ses connaissances complète : «C'est une artiste contemporaine libre, une vraie». Yto Barrada fait l'unanimité. Elle est venue au monde pour photographier, voyager... d'ailleurs, cela fait plusieurs années qu'elle expose ses travaux dans différentes capitales mondiales. À 40 ans, Yto ne chôme pas. Elle vient d'exposer ses dernières oeuvres à Berlin et a été élue artiste de l'année par la Deutsch Bank. Ce n'est pas tout, la fille du journaliste marocain, Hamid Barrada, est directrice de la cinémathèque de Tanger depuis 2006. Bref, une artiste multiple qui ne cesse de faire parler d'elle. Née à Paris, Yto Barrada passe une bonne partie de sa vie à Tanger. Une ville qui a fasciné bon nombre de créateurs et d'artistes : Eugène Delacroix, Paul Bowles, Tennessee Williams, Jean Genet et bien d'autres. Ses quartiers, ses cafés, ses places... se rappellent toujours de ces grands qui ont marqué à jamais l'histoire de la gardienne du détroit. C'est justement cette même Tanger qui a inspiré et continue d'inspirer Yto. Après des études à l'école américaine et au lycée français, elle s'envole vers Paris pour suivre des études d'histoire et de sciences politiques à la Sorbonne. Sa prochaine destination fut New York, la ville de tous les rêves et de tous les défis. Aux Etats-Unis, la jeune marocaine s'inscrit à l'International center of photography (ICP). Une nouvelle page est ainsi entamée dans la vie d'Yto. Aujourd'hui mariée à un réalisateur américain, elle vit à Tanger, sa ville d'enfance, mais continuer de sillonner les grandes villes européennes et américaines.
Tanger, mon amour !
On ne peut parler d'Yto sans parler de cette ville mythique, à laquelle la jeune femme a consacré plusieurs de ses expositions. En 2006, elle présente au «Jeu de paume», à Paris, une série de photographies impressionnantes. «Le rêve de Tanger», une exposition qui traduit le rêve qui hante les habitants de toute une ville: celui de passer de l'autre côté du détroit. Un an plus tard, l'artiste s'attele à un exercice original: elle photographie la flore de Tanger, menacée par un «tsunami» immobilier. Le choix de ses thématiques n'est en aucun cas anodin. Comme toutes les personnes qui ont connu Tanger des années 1970 et 1980, Yto s'inquiète pour l'avenir de sa ville. «Pourquoi passer par le pire de l'urbanisation sauvage, façon Costa del Sol ? Pourtant des solutions existent qui prennent en compte l'état des choses et les habitudes des populations», avait-elle déclaré à la presse internationale. Artiste engagée par excellence, Yto ne pouvait pas rester indifférente, face à toutes ces problématiques. Nostalgique de sa ville d'enfance, elle ne cesse de mettre la lumière sur tous ces maux qui ont complètement métamorphosé tant les habitudes de ses habitants que leur cadre de vie. Ce n'était pas suffisant. Il fallait trouver un autre moyen pour contribuer à «remettre les choses dans l'ordre», et Yto de décider, en 2006, de faire renaître le célèbre cinéma Rif de ses cendres. Hé oui..., il fallait bien s'intéresser à cet art et à cette culture qui différencient tant Tanger des autres villes marocaines. Il fallait surtout réagir à la léthargie de la scène culturelle locale.
Moteur !
La Cinémathèque de Tanger (CDT) voit donc le jour à l'initiative de Yto et du producteur français Cyriac Auriol. Depuis sa mise en place, cette association à but non lucratif s'est fixée pour mission de promouvoir le cinéma mondial au Maroc et le cinéma marocain dans le monde, de créer une collection de films documentaires, de films et de vidéos d'artistes expérimentaux, de proposer des actions pédagogiques et des animations et surtout, de créer une plateforme de dialogue et de rencontre pour les professionnels du cinéma. En somme, la Cinémathèque œuvre pour la promotion de la culture dans la ville, notamment la production cinématographique, pour ne pas subir l'hégémonie des films commerciaux. Juste après sa mise en place, la CDT est devenue le carrefour des jeunes artistes et étudiants de la ville, assoiffés d'activités politiques. Grâce à une programmation éclectique, la Cinémathèque leur permet d'exprimer leurs talents, de découvrir plusieurs expressions artistiques et d'avoir une idée sur les différents courants cinématographiques. De prime abord, le siège de la CDT ressemble à une vraie caverne d'Ali Baba où affiches de films cultes marocains, arabes, européens et américains sont mises en valeur qui ne manquent pas de donner un avant goût au visiteur. Yto a bien réussi son pari, celui de participer activement à la promotion de la culture à Tanger !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.