ONU : Plus de 60 jeunes marocains participent à New York à l'initiative "Future we Want"    Compteur Coronavirus : 121 nouveaux cas positif, un seul décès en 24H    Premier League : Haaland ouvre son compteur pour City, United déjà dans le dur    Météo Maroc: les températures en baisse ce lundi    Renault met le paquet sur l'électrique en France, quid du Maroc ? (VIDEO)    Baignade dans les fontaines à Fès: ce qu'a décidé le conseil communal    À Rabat, un mouvement de contestation contre les «défaillances» du CCME le 11 août    Ammouta de retour au Wydad?    Marocains, il est temps d'économiser l'eau !    Visas Schengen: les Marocains dépités    Motsepe se félicite de la belle réussite de la WAFCON    Date limite de consommation: les autorités sanitaires redoublent de vigilance    Oualidia : pourquoi c'est une destination incontournable pour les vacances    Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara signe un décret accordant la grâce présidentielle à Laurent Gbagbo    Mer de Chine : Pékin annonce des manoeuvres près des Corées    El Jadida : Coup d'envoi du Moussem Moulay Abdellah Amghar    Rabat : La 1ère édition du « Rab'Africa Summer Festival » continue jusqu'au 14 août    Halte aux actes de vandalisme!    Amallah vois double    Mondiaux juniors: Le Marocain Benyazide remporte le bronze du 3000 m steeple    Réunion constitutive du Congrès scientifique universitaire sur les droits de l'Homme    Ukraine. Amnesty international épinglée en Ukraine    Maroc : Partis et ONG dénoncent l'agression israélienne à Gaza    Tunisie : Mise en échec de trois tentatives de migration clandestine    Covid-19 au Maroc : 121 nouvelles infections et 1 décès ce dimanche    Cyberattaque : le site web de la FSDM piraté par un hacker algérien    Festival Al Fida National de théâtre, un souffle de renouveau pour le théâtre    Hommage appuyé à cinq grandes figures du 7ème art marocain    Ligue 1 / Clermont vs PSG (0-5) : Achraf Hakimi buteur    Des plages de poésie à la Cité des Alizés...    Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation dans la bande de Gaza    Gaza: le bilan passe à 31 morts dont six enfants    Lasaad Dridi, nouvel entraîneur de l'Olympique Khouribga    Ain Leuh: Ouverture du 21è Festival national d'Ahidous    Vidéo. Eliminatoires CAN beach-soccer (Maroc-Côte d'Ivoire): La sélection ivoirienne se retire    Températures prévues pour le lundi 08 août 2022    Rabat: Le nouveau parking souterrain Bab Chellah ouvre ses portes au public    Regain de tension entre Israël et le Jihad islamique à Gaza : le Maroc préoccupé    Le chanteur français Daniel Lévi n'est plus    L'Humeur : Deux feux, deux mesures    Eté : Le bronzage, une obsession mauvaise pour la santé    Le Sénégal accuse la police canadienne d'avoir «sauvagement tabassé» une de ses diplomates    12C de l'OMC : Quels intérêts économiques pour le Maroc et l'Afrique ?    Céréales: cinq nouveaux cargos quitteront l'Ukraine dimanche    Magazine : Les Frères Jackfruit, Atlas attitude et Souss system    Gaza : Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation et appelle à éviter davantage d'escalade    Elon Musk accuse Twitter de "fraude"    La revue de presse du samedi 6 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Akhannouch sonne la révolution «verte»
Publié dans Les ECO le 05 - 05 - 2011

Un milliard de dirhams, c'est à peu près ce que coûtera le développement de la filière des productions biologiques, dans la prochaine décennie. La somme est loin d'être négligeable, et reflète bien la grande révolution «verte» qui vient de s'emparer de la production agricole du royaume. En effet, s'il fallait bien désigner une filière star lors du dernier Salon international de l'agriculture au Maroc, celle du «bio» aurait été l'une des mieux placées pour remporter la palme. Le gouvernement vient de franchir le pas et veut résolument développer des productions végétale et animale «propres», sans impacts nocifs sur la santé environnementale et humaine. Cette orientation s'inscrit en contradiction parfaite avec la logique qui prévaut dans la plupart des grands pays agricoles, et qui veut qu'une production performante ne puisse se réaliser qu'avec l'apport de fertilisants chimiques ou l'usage intensif de pesticides. Joignant le geste à la parole, Aziz Akhannouch, ministre de l'Agriculture de la pêche maritime a invité, lors du dernier SIAM, les professionnels opérant sur la filière du bio à le rejoindre à la table des signatures. Ces opérateurs, regroupés au sein de l'Association marocaine de la filière des productions biologiques (Amabio), ont ainsi conclu avec l'Etat un contrat-programme 2011-2020, dont la portée globale est, bien sûr, l'accélération de la production sur cette même échéance. Pour le détail, il s'agira en effet d'augmenter considérablement la productivité de la filière biologique, mais aussi la compétitivité des produits bio nationaux sur les marchés, local et étranger. Tout cela devrait, de fait, passer par le développement de la composante recherche & développement et le transfert de savoir-faire technologique au profit des producteurs marocains. De plus, ce contrat-programme permettra d'apporter un grand coup de neuf aux conditions cadres de la filière du bio. Par ailleurs, des efforts seront aussi déployés par la tutelle et Amabio pour améliorer la valorisation, la commercialisation et la promotion des produits bio. Ce dernier axe devrait, in fine, contribuer à coup sûr à l'appui au développement des exportations. «Nous nous sommes pendant longtemps sentis mis à l'écart du processus de réalisation du PMV. Mais je pense que ces nouveaux acquis devraient nous donner les moyens de produire dans de meilleures conditions», commente ce bio-agriculteur, installé dans la région d'Agadir.
Renforcement
À terme, c'est un total de 400.000 hectares en superficie globale cultivée en bio qui est visé sur les dix prochaines années. «À cela devrait s'ajouter également une superficie constante (ou plantation sauvage, ndlr) d'environ 600.000 hectares, dont 400.000 ha de forêts d'arganier et 200.000 ha de plantes aromatiques et médicinales, de cactus et d'autres plantes spontanées», complète-t-on auprès du département d'Akhannouch. Le règne végétal ne sera pas toutefois le seul à bénéficier de ce contrat-programme. En effet, la tutelle souhaite aussi donner le même coup de pouce - ou presque - à la production biologique d'origine animale. Cette dernière devrait atteindre près de 8.460 tonnes, dont 5.000 t de viandes blanches, 875 t de viandes rouges, 2.000 t d'œufs, 500 t de miel et 85 t de produits laitiers. En termes de création d'emplois, c'est un potentiel de 35.000 nouveaux postes qui devraient naître de la mise en œuvre de ce programme de développement. Un enchevêtrement de chiffres bien ambitieux, mais qui ne donne pas clairement de réponse, pour l'instant, à une interrogation qui taraude l'esprit des producteurs spécialisés dans le domaine, celle de la rentabilité.
Rentabilité relative
Ce n'est certes pas maintenant que les experts cherchent à définir le degré de rentabilité de ce type d'activité agricole. Plusieurs études, au Maroc comme à l'étranger, ont déjà étét menées à ce propos. Il en résulte globalement que «dans l'état actuel des choses, les cultures biologiques sont relativement plus rentables que les cultures conventionnelles», comme l'affirment le Dr. Lahcen Kenny et le Dr. Abelhak Hanafi, chercheurs au complexe horticole d'Agadir, dans les conclusions d'une étude conjointe menée sur la filière. En effet, la relativité de cette rentabilité est due surtout au fait qu'elle dépend des spéculations, des niveaux de rendements à l'hectare, ainsi que des circuits de commercialisation empruntés. «Pour certains produits, le marché est, paraît-il, déjà saturé. C'est le cas par exemple de la carotte et des cultures faciles. Pour d'autres, le rendement à l'hectare est déterminant», expliquent ces chercheurs. Pour l'heure, huit grandes régions sont principalement concernées par la production biologique. La plus grande partie de la surface cultivée est partagée entre Rabat, Azzemour, Fès, Taza, Béni Mellal, Marrakech, Agadir et Taroudant. Il y a donc beaucoup à faire...et à cultiver «bio».
Le vide juridique sera comblé
Quelques rares supports ont pu faire le lien. La signature de ce contrat-programme, lors du dernier SIAM, intervient juste après que le gouvernement ait lancé un projet de loi concernant la filière du bio. Il s'agit des premières moutures de la loi 29-10, adoptée récemment au Conseil de gouvernement. Ce texte traite de l'organisation juridique de l'ensemble de la filière de production biologique de denrées agricoles et aquatiques. La 29-10 devrait ainsi dans les mois à venir combler un vide juridique décrié depuis le début de la dernière décennie par les opérateurs et les experts du secteur. Toutefois, si le gouvernement a subitement décidé d'aller vers les choses sérieuses, c'est sans nul doute en réaction à une source de pression devenue insoutenable, l'Union européenne. Il se trouve en effet que plus de la moitié des exportations marocaines actuelles en produits bio, vont vers les marchés des pays du Vieux continent. Ces derniers, c'est bien connu, ont développé au fil des années un arsenal très fourni de normes et barrières techniques, aux allures de protectionnisme déguisé. Résultat : il est devenu de plus en plus dur pour les exportateurs marocains de placer leurs produits sur ces marchés. Pour preuve, seule une part de 25% des productions déclarées biologiques sont actuellement exportées. La loi 29-10 devrait ainsi donner une meilleure image au «bio» marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.