Live. Coronavirus : la situation au Maroc, mardi 4 août à 18h    Hôtellerie : Accor compte supprimer 1.000 emplois dans le monde    Maroc-Etats-Unis: une nouvelle année de collaboration fructueuse    Mise en place d'un pacte pour la relance économique et l'emploi    Le Discours de la clarté et de l'espérance    France/Covid-19: Macron annonce une nouvelle mesure    Entretien avec Omar Menzhi, expert en épidémiologie    Fortes chaleurs: Soyons vigilants    Casablanca: le personnel médical exprime son rejet de la décision d'Aït Taleb    Football: La DTN désigne 48 responsables techniques des ligues régionales    Officiel : Wail Sadaoui rejoint le Raja    Belhanda sur les pas d'Amrabat?    La sculpture de Farid Belkahia s'ouvre sur l'espace public    Alsa Al Baida suspend les lignes de bus Casa-Mohammedia    Biélorussie: Svetlana Tsikhanovskaia en passe de détrôner Loukachenko    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Une transaction sur 50 est frauduleuse    Covid-19 : le Vietnam attaqué par une souche plus virulente    Accident d'Agadir: ce que l'on sait    Troubles de l'érection. La solution existe    Notre e-mag Challenge revient en début septembre    Message d'Antonio Guterres au roi Mohammed VI    Approvisionnement en eau potable à Demnate: L'ONEE s'explique    Les répercussions de la Covid-19 sur les banques marocaines    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    Casablanca: violent incendie au quartier Beauséjour    Covid-19 : Les autorités de Tanger serrent la vis pour contenir la propagation de la pandémie    L'application TikTok sera bannie aux Etats-Unis si...    Le drapeau marocain mis à l'honneur dans le nouveau clip de Beyoncé    Hypertension artérielle : Faites de l'exercice !    Le lièvre soulevé par l'USFP suscite le débat    Aggravation du déficit commercial en 2019    Le discours du Trône constitue une feuille de route claire pour le présent et l'avenir    C1, C3, C1 dames, L1... Top départ d'un mois d'août fou de foot    Le Raja met la pression sur le WAC    Le surf à l'ère du coronavirus    Exacerbation de la crise sécuritaire à Tindouf    Koert Debeuf : L'importance du Maroc dans le conflit libyen réside dans sa neutralité    Début de la 100ème édition du festival de Salzbourg, sous restrictions à cause de la pandémie    Amitabh Bachchan, légende de Bollywood, est sorti de l'hôpital    Ligue 1: le Marocain Azz-Eddine Ounahi quitte Strasbourg pour rejoindre ce club    Le Sénat italien lève l'immunité parlementaire de Matteo Salvini    Espagne. Les homosexuels marocains accueillis à bras ouverts    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    "L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières" Le nouveau-né de l'agence de l'Oriental    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Saraha marocain: la presse algérienne diffuse une fake news
Publié dans Le Site Info le 06 - 07 - 2020

La presse algérienne, sous la houlette de l'APS, a relayé ce week-end une dépêche de cette même agence, attribuant au Haut représentant de l'Union européenne (UE) pour la politique étrangère Josep Borrell des propos qu'il n'a jamais dits sur le Sahara marocain. Une énième fake news !
«L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara occidental», titrait l'agence dans cette dépêche datée du 4 juillet, dans l'euphorie stalinienne de la célébration par le peuple frère algérien de l'indépendance du pays, suspendue à celle qui maquera la véritable victoire cette fois-ci sur l'oppression et le népotisme.
Un fact checking rapide démontre l'absurdité de cette nouvelle sortie désespérée des garde-chiourmes de l'agence algérienne, quadrillée par les sbires d'un pouvoir crépusculaire.
En fait, Borrell a souligné dans sa réponse à une question parlementaire que l'UE et le Maroc ont conclu un accord le 19 juillet 2019 qui, confirme l'application des préférences tarifaires aux produits originaires du Maroc, y compris ceux du Sahara marocain, avec un impact positif sur le développement durable des provinces du sud.
La réponse du Haut représentant de l'UE trouve son fondement dans la position de l'Union au sujet du Sahara qui a été adoptée en juin 2019 lors du Conseil d'Association Maroc-UE, par tous les Etats membres.
Il s'agissait de la première fois où le Maroc et l'Union européenne adoptent un langage commun sur cette question et la haute représentante de l'époque Federica Mogherini l'avait bien souligné lors de la conférence de presse conjointe sanctionnant les travaux de ce conseil.
Cette position commune, qui n'a pas été du goût des adversaires du Royaume, a réaffirmé l'appui de l'UE aux efforts du Secrétaire général de l'ONU pour poursuivre le processus visant à parvenir à une solution politique, juste, réaliste, pragmatique, durable et mutuellement acceptable à la question du Sahara, qui repose sur le compromis en conformité avec les résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies, notamment la résolution 2468 du 30 avril 2019. L'UE avait également pris note positivement des efforts sérieux et crédibles menés par le Maroc, en ignorant magistralement les gesticulations des autres parties.
Cette position a été réitérée par Borrell à l'occasion de sa rencontre à Bruxelles avec le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita en janvier 2020.
La fake news de l'APS traduit donc le désespoir des spin doctors de la manip d'Etat algérienne, notamment après les multiples échecs essuyés sur le terrain européen ces dernières années. A travers l'instrumentalisation des réponses des hauts responsables européens aux questions de certains eurodéputés, l'Algérie cherche non seulement à gagner du temps mais à se dérober de sa responsabilité quant au maintien du statu quo dans la région.
Le conflit artificiel autour du Sahara marocain constitue également un alibi classique du régime d'Alger pour entretenir sa stratégie de tension à l'égard du Maroc et justifier ses dépenses militaires hallucinantes (9,6 milliards de dollars, soit 5,3% du PIB du pays en 2018).
La doctrine de l'UE sur la question nationale s'aligne désormais sur la position onusienne exprimée dans les dernières résolutions qui privilégient le pragmatisme, le réalisme, la durabilité et l'esprit de compromis.
Quant à l'applicabilité au Sahara marocain des accords conclus entre le Maroc et l'UE, la position de l'Union européenne ne souffre aucune ambigüité : «les autorités marocaines sont chargées de contrôler la conformité aux normes de commercialisation des fruits et légumes frais sous leur contrôle et ces autorités sont responsables des contacts avec l'Union » (réponse de Janusz Wojciechowski, Commissaire européen à l'Agriculture à une question parlementaire février 2020).
Quelques jours plus tard, même question, même position de l'UE sous la plume cette fois ci de Paolo Gentiloni, Commissaire européen aux affaires économiques : Les autorités douanières du Maroc sont responsables de la délivrance de certificats d'origine valides pour les produits issus des provinces du sud du Royaume (réponse du commissaire à une question parlementaire le 26 mars 2020).
Voilà qui peut rassurer l'APS et ses mentors qui ne veulent toujours pas intégrer cette vérité immuable : Le Sahara fait partie intégrante du territoire du Royaume du Maroc. C'est avec le Maroc que l'UE a conclu ses accords couvrant le Sahara et ses produits. C'est le Maroc qui est le partenaire commercial de l'UE. Et c'est sur le Maroc que l'UE compte pour assurer l'application des règles.
Les produits issus des provinces du sud incorporent les valeurs des entreprises, des travailleurs et de la population locale. La marocanité du Sahara fait donc partie intégrante du produit et du processus de sa production et de son exportation.
Ni l'Algérie, ni son pantin polisarien ne peuvent prétendre à un quelconque droit sur ces questions.
D'ailleurs, dans chaque affaire portée devant la Cour de Justice de l'UE, le recours du polisario est rejeté systématiquement comme « irrecevable ».
Au moment où l'Algérie poursuit son acharnement maladif, le Maroc et l'UE continuent à avancer en partenaires stratégiques et à consolider le droit de la population locale au développement à travers des accords bénéfiques à l'ensemble des régions du Royaume.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.