Météo Maroc: persistance du temps chaud    PLF 2021 : les cinq piliers recommandés par la CGEM    Compteur coronavirus : 2.423 nouveaux cas et 42 décès en 24H    De nouvelles mesures restrictives à Nouaceur    Holmarcom dévoile les ambitions de sa nouvelle compagnie d'assurance    Relance industrielle : le ministère de l'Industrie prépare une banque de projets d'investissement [Documents]    Benabdellah: « La crise du Covid-19 a démontré l'exclusion d'une large catégorie de la société »    Sahara marocain: ce qu'a dit Pedro Sanchez devant l'AG de l'ONU    Abdellah El Mouadden, DG d'Africa Motors : « avec DFSK, nous sommes en train d'écrire une très belle histoire de la marque au Maroc »    Vaccins anti-Covid19: des responsables chinois font une annonce    Le Liban peut ouvrir une voie nouvelle    Barça : Messi tire sur le staff technique du club catalan    A mourir d'ennui Le derby des nuls    Supercoupe d'Europe : Le Bayern reste insubmersible pour le retour du public    Le Zamalek et le Ahly forment un front commun    L'Atlético a refusé l'offre de City pour Giménez    Habib El Malki s'entretient avec Nikolaj Harris    Enquête. Les femmes journalistes victimes de violence en ligne    A l'ONU, le président du Zimbabwe demande la levée des sanctions occidentales    Humayun ' s Tomb, le temple de l' amour qui a inspiré le Taj Mahal    Manifestation à Marseille contre les mesures sanitaires    Le changement de saison n ' affecterait pas l'humeur    Pierre Troisgros, chef visionnaire et figure d' une prestigieuse dynastie    L'écrivain Gabriel Matzneff définitivement privé d'aide publique    Les Spice Girls refont parler d' elles    Attentats contre des ambassades des Etats-Unis en Afrique : le Soudan se prépare à verser des indemnités    Côte d'Ivoire : à l'approche de la présidentielle, la crainte de troubles publics    Atlanta: hausse de 5,6% du résultat net à 213 MDH    Médicaments contre le Covid-19 : 91% des pharmaciens ont constaté des perturbations d'approvisionnement    Affaire Omar Radi : «Certaines ONG défendent sans cesse l'ouverture d'enquêtes pour viol, excepté quand les victimes sont marocaines» dit le SNPM    Coronavirus : Un vent d'optimisme souffle sur Tanger    Algérie : le régime interdit une réunion du conseil national d'un parti de l'opposition    Algérie: les médias francophones publics réclament la libération de Khaled Drareni    Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées    Une nouvelle vidéo de Saad Lamjarred fait le bonheur de ses fans    Céline Dion : pourquoi est-elle si maigre ?    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Paris: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo    Liga : Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Enzo Zidane au WAC: c'est pour bientôt !    Rabat: l'ambassadeur US reçu par Abdellatif Hammouchi    Maroc: emprunt obligataire d'un milliard d'euros, ce que l'on sait    Agadir: les professionnels du tourisme se retroussent les manches    Covid-19 : 807 professeurs et 413 élèves contaminés depuis le début de l'année scolaire    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agadir: la pollution dégrade encore le littoral
Publié dans Le Site Info le 08 - 08 - 2020

Une épaisse mousse blanche et des galettes solides de la même couleur ont été détectées au niveau du port de plaisance et de la plage d'Agadir. L'origine de cette pollution reste indéterminée.
Depuis dimanche dernier, une mousse et des galettes blanches d'origine douteuse continuent de s'échouer sur la plage d'Agadir. Ces substances ont également souillé le bassin de plaisance de la marina de la station balnéaire. Ces résidus inquiètent les estivants ainsi que les habitants de la ville. Encore non confirmée, la source de cette pollution proviendrait des déversements d'un bateau en haute mer transportant de la farine de poisson. Autre hypothèse, un navire aurait effectué des travaux de maintenance et déversé ses huiles dans le bassin de plaisance. En attendant des informations officielles, force est de constater que,ce n'est pas la première fois qu'une telle substance blanche est détectée sur la plage d'Agadir. L'an dernier déjà, une énorme nappe d'hydrocarbures avait été découverte au niveau de la partie centrale de la plage. Des résidus ainsi qu'un bidon à carburant ont été repérés par les estivants. De ce fait, une opération de nettoyage a été ensuite organisée. Par ailleurs, le profil de vulnérabilité des eaux de baignade de la plage d'Agadir, réalisé par le Secrétariat d'État chargé du développement durable (SEDD), a qualifié le degré de vulnérabilité de cette zone de baignade de «très fragile». Dans le cas de cet incident, plusieurs pistes sont envisageables à commencer par les activités portuaire, plaisancière et nautique.
Un site très vulnérable
De fait, la plage d'Agadir est menacée par les activités portuaire et plaisancière. À cet égard, au niveau du site balnéaire, des traces d'hydrocarbures ont été déjà détectées selon le dernier rapport national de la surveillance de la qualité du sable des plages du royaume (édition 2019) sans pour autant dépasser le seuil de référence. Selon les résultats actualisés du Laboratoire national des études et de surveillance de la pollution (LNESP), toutes les stations de la préfecture Agadir-Ida Outanane sont conformes pour la baignade en vertu des derniers prélèvements bimensuels réalisés le 13 juillet 2020. Toutefois, les eaux de baignades sont constamment altérées par des risques de pollution. Cette année, la destination Agadir n'est pas parvenue pour la troisième année consécutive à labellliser sa plage «Pavillon bleu» à cause de la persistance de sources de dégradation des eaux de baignade. Selon l'édition 2020 du Rapport national de la surveillance de la qualité des eaux de baignade des plages du royaume, dont la surveillance est assurée par le Laboratoire national des études et de surveillance de la pollution, deux stations sur 21 ont été déclarées non-conformes à la norme marocaine 03.7.199 . Autrement dit, les eaux de baignade dans ces deux stations situées à l'extrême-nord de la plage sont impropres à la baignade. Toutefois, ces résultats sont basés sur les analyses des quatre dernières années (2016-2019). Les autres stations sont classées selon la cartographie de la qualité microbiologique (eaux d'excellente qualité, de bonne qualité, de qualité suffisante et de qualité insuffisante).
Yassine SABER / Les Inspirations ÉCO


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.