Variole du singe : Baitas se prononce sur les mesures gouvernementales    Au Maroc, les réserves de sang couvrent à peine quatre jours !    La question taïwanaise dans le périple asiatique du président américain    Les Russes cherchent à s'emparer d'une ville de l'est de l'Ukraine    Tout ce qu'il faut savoir sur la billetterie    Tibu Africa et Decathlon Maroc pour une alliance sportive et humaine au profit des jeunes    La délégation égyptienne arrive au Maroc    «Un plaidoyer commun pour la défense de l'intégrité territoriale des Etats»    Un impératif et non une option pour le CESE    Un souffle de vie par l'image et l'échange    Entre défis de sauvegarde et enjeux de développement    Opéra NORMA de Bellini    Ligue Europa Conférence: revivez le sacre de La Roma (VIDEO)    Rabat: on connaît la date d'ouverture du nouveau « parking Bab El Had »    Marina Agadir accueille une grande chaine hôtelière internationale    Marrakech accueille le Festival aboudabien des courses de chevaux pur-sang arabe    Les changements climatiques augmentent les canicules    Maroc : La production locale d'électricité en hausse de 4,1% au 1er trimestre    Covid-19 : 239 nouveaux cas et zéro décès ce 26 mai    Canada: Le TSAF, une maladie évitable de malformations durant la grossesse    Le Suriname ouvre un Consulat Général à Dakhla    NMD : Nadia Fettah Alaoui sollicite l'appui de la BAD    Une grande éruption sous-marine visible depuis l'espace    CHAN Algérie 2022 : Le Maroc déja qualifié, tirage au sort des éliminatoires    Législatives : LREM exclut les «candidats dissidents» Mehdi Reddad et David Azoulay    Le port de Tanger Med dans le top 6 mondial (banque mondiale)    Au sommet Melipol22, le Président du Conseil des ministres de Qatar s'entretient avec Abdellatif Hammouchi    Covid-19: l'état d'urgence sanitaire prolongé jusqu'au 30 juin    Un virus « tueur de cancer » en test sur un patient    L'Algérie confirme avoir écarté des aéroports espagnols à cause de la question du Sahara    Energies renouvelables : en 10 ans, l'Afrique n'a attiré que 2% des investissements    Des arrestations suite à des émeutes ayant suivi le match de l'Ittihad Tanger et RSB Berkane    Taghazout Bay : l'humour à l'honneur les 27 et 28 mai    Voici la liste des joueurs convoqués par Vahid Halilhodžić    Leila Cherkaoui et Abderrahmane Ouardane exposent à «Dak'Art»    «Points de vue» : Treizephotographes marocains livrent leurs sensibilités autour du monde    Le Maroc, l'UA et l'ONU célèbrent l'Afrique de l'espoir, de la diversité et du dynamisme    Plus de 200 cas confirmés de variole du singe dans le monde    Afghanistan : 12 morts dans quatre attentats    Le Maroc et la Hongrie veulent inscrire le partenariat économique dans leur coopération    Suisse: Roche annonce des tests PCR de détection du virus de la variole du singe    Berrechid: l'agresseur de l'influenceuse Loubna Mourid écroué    Le cinéma marocain brille au festival de Cannes    Ouverture du 15e Forum international de la Bande dessinée de Tétouan    La revue de presse du jeudi 26 mai    Corruption : Deux arrestations par semaine en moyenne grâce à la ligne directe    Météo au Maroc: les prévisions du jeudi 26 mai    Guerre en Ukraine : La Russie veut l'appui de l'Afrique pour la levée des sanctions occidentales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sahara marocain: des experts US taclent l'Algérie
Publié dans Le Site Info le 24 - 01 - 2022

En renouvelant son appel à toutes les parties pour la reprise du processus politique en vue d'une solution durable à la question du Sahara marocain, le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, rappelle à l'Algérie sa pleine responsabilité dans ce conflit et fustige sa politique d'obstruction, ont indiqué des experts américains.
« Au terme de la visite de son Envoyé personnel, Staffan de Mistura dans la région, Guterres comprend qu'une partie retarde les négociations et menace la continuité du processus politique. Et c'est bien l'Algérie qui a tout fait pour faire dérailler les tables rondes », a affirmé, dans une déclaration à MAP-Washington, l'experte américaine en relations internationales, Irina Tsukerman.
Le Secrétaire général de l'ONU « est un diplomate expérimenté qui connaît bien de telles manipulations », a souligné l'analyste pour laquelle « la seule véritable façon de relancer le processus des tables rondes est de mettre la pression sur la partie qui tente de le faire dérailler, en l'occurrence l'Algérie ».
Lors d'une conférence de presse à New York, le Secrétaire général de l'ONU a appelé toutes les parties au conflit autour du Sahara marocain à reprendre le processus politique en vue de parvenir à une solution à ce différend régional.
Tout en estimant que le fait « de permettre à l'Algérie de s'en tirer avec des manipulations sans fin du processus politique et le détournement des forums internationaux, ne peut qu'avoir l'effet inverse », l'experte américaine a tenu à relever que « ce n'est pas le Maroc qui sera affecté par le refus de l'Algérie de s'engager dans le processus politique, mais ceux-là mêmes retenus en otages dans les camps de Tindouf » sur le sol algérien.
Abondant dans le même sens, le politologue américain, Calvin Dark, a souligné l'importance du nouvel appel de Guterres à toutes les parties pour « s'engager et faire des compromis » en vue de faire aboutir le processus politique onusien, et permettre à la région de vivre en paix et favoriser la coopération.
« Je suis tout à fait d'accord avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, sur le fait que toutes les parties doivent faire des compromis pour une solution au conflit », a souligné ce fin connaisseur du Maghreb.
Mais pour cela, l'Algérie doit « rejoindre la table des négociations pour résoudre pacifiquement ce conflit une fois pour toutes ».
« Le Secrétaire général a averti que nous devons nous concentrer sur les menaces croissantes à la sécurité dans la région, et non sur la distraction d'un conflit qui dure depuis bien trop longtemps », a enchaîné le président et co-fondateur du centre de réflexion RC Communications basé dans la capitale fédérale américaine.
Pour le vice-président aux Affaires mondiales de l'université américaine de la Nouvelle Angleterre (UNE), Anouar Majid, le message de Guterres « s'adresse clairement à la partie qui ne cesse de chercher l'enlisement et de se dérober à ses responsabilités, à savoir l'Algérie ».
« Vouloir se dérober de cette responsabilité de partie prenante au conflit, en criant à tue-tête boycotter les tables rondes, est insensé et ridicule de la part du régime algérien », a indiqué l'expert maroco-américain.
Tout en consacrant le processus politique onusien, la résolution 2602 du Conseil de sécurité consacre tout aussi, a rappelé Majid, la prééminence de l'initiative marocaine d'autonomie en tant que voie sérieuse et crédible et seule perspective d'une issue définitive à ce conflit artificiel imposé au Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.