Renouvellement du label RSE de la CGEM pour les Brasseries du Maroc    Participation du Maroc à la 11è conférence de l'OMC à Buenos Aires    COUPE DU MONDE DES CLUBS: AUJOURD'HUI A 14 H,LE WAC POUR LA 5° PLACE    COUPE DU MONDE DES CLUBS:AL JAZEERA OU QUAND HENK EX. FCB RETROUVE DE NOUVEAU LE REAL    LES FAR EN CRISE:REFLEXION DETOURNEE DE AMRI    Tout sur le prochain Forum des études supérieures au Royaume-Uni    Nadia Chellaoui expose ses créations à la galerie Nelly WANDJI à Paris.    Rigobert Song ,de la survie à l'ambition au Chan 2018    Course automobile: Le 2è E-prix, le 13 janvier 2018 à Marrakech    Al Qods: Les premiers effets de la géopolitique du chaos    Syrie: retrait de la majeure partie des forces russes    Le bilan 2017 de la chasse au terrorisme    Le 6 eme but de Rachid Alioui en Ligue 2 pour Nîmes contre Clermont    PJD: El Othmani contre El Azami    Le tiers des élèves va à l'école le ventre vide    Rapport d'évaluation du programme d'appui de l'UE à la 2ème phase de l'INDH    Températures min et max prévues - Lundi 11 Décembre 2017    Le RNI en marche pour les prochaines législatives    Driss et Mehdi font leur «marocologie»    Lydec se mobilise face aux intempéries    Jamal Eddine Naji élu président du Réseau Orbicom    Les juridictions commerciales améliorent leur quota    Sanctions à l'encontre d'un Wali et six gouverneurs    Climat : Le Roi Mohammed VI à Paris pour le « One Planet Summit »    Explosion de Manhattan: quatre blessés, dont un suspect    26 gros contrats pour l'automobile scellés devant le souverain    Achraf Hakimi, premier joueur marocain à marquer un but dans l'histoire du Real    Lutte contre la désertification et gestion durable des terres : Rabat accueille le nouveau siège de l'UCR-Afrique    MAZAD & ART : Quand l'exclusivité accompagne le génie !    L'action de la Fondation Mohammed VI des ouléma africains prend de la vitesse    Vidéo : Le boulevard Al Qods inondé à Casablanca    Elections partielles à Inzegane : Le PJD remporte le siège en jeu    Addoha : Une collecte de 26,3 milliards DH et un endettement net réduit de 31,5%    De gros chocs en huitième de CL    SM le Roi reçoit à Casablanca le président du groupe chinois « BYD Auto Industry »    Une première édition réussie !    POUR SA MEMOIRE:UNE OEUVRE DE FEU JILALI GHARBAOUI AVAIT ETE VENDUE A: 7OO 000 EUROS!    Le bel hommage à Hallyday!    «Les archives musicales sont rares à l'heure actuelle»    Samedi, la France unie a rendu un vibrant hommage à Johnny...    Brexit : Un accord de divorce, mais avec des questions en suspens    BMCE Bank of Africa, AFD et BEI s'associent    LES MAROCAINS DE LIBYE SOUS LA LOUPE DU BCIJ    L'ECOLE ET « ACHAGHAB » LE REVERS DE LA MEDAILLE    Sommet de Paris sur le Climat : Une taxe sur les transactions financières envisagée    1 milliard $ investis par Attijariwafa Bank en Afrique    PJD, El Othmani, le « réformateur »    La météo nous promet pluie, neige et froid…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Altadis Maroc se prépare à la concurrence
Publié dans Le Soir Echos le 22 - 11 - 2011

Aucun élément n'a été conservé de la précédente identité d'Altadis Maroc. La dénomination sociale « Imperial Tobacco Maroc » constitue désormais la signature d'Altadis et vient confirmer les nouvelles visées du producteur de tabac sur le marché national.
La réflexion stratégique menée par Altadis Maroc pour parfaire son intégration au groupe britannique Imperial Tobacco (4e producteur et distributeur mondial de tabac) a finalement déboucher sur l'adoption d'une nouvelle identité visuelle : «Imperial Tobacco Maroc». Cette nouvelle signature reflète désormais la dimension internationale prise par la société à travers son adossement à un acteur de renommée mondiale dans un contexte de compétitivité croissante dans le secteur.
Entrée en vigueur depuis le 1er janvier dernier, la libéralisation du secteur du tabac au Maroc a mis fin au monopole de la Régie des Tabacs et par la même occasion encouragé des opérateurs de taille à s'intéresser au marché national. Parmi eux, Japan Tobacco International (qui produit entre autres, les marques Winston et Camel), mais également British American Tobacco (avec ses marques Lucky Strike, Dunhill…). Dans une démarche anticipative et depuis sa privatisation, Impérial Tobacco Maroc s'est engagée dans une dynamique de préparation à cette libéralisation, à travers la modernisation de son outil industriel et la fidélisation de son réseau de fournisseurs et distributeurs.
Impérial Tobacco Maroc met, dès maintenant, les bouchées doubles pour conserver et même augmenter ses parts de marché.
Ayant hissé, d'abord, son outil industriel aux standards internationaux, Impérial Tobacco Maroc fabrique aujourd'hui dans son usine d'Ain Harrouda des marques internationales qui étaient auparavant importées. Ainsi 95 % des cigarettes vendues sur le marché marocain, sont fabriquées au Maroc par la société. De plus, Impérial Tobacco Maroc consacre annuellement 20 millions de dirhams à l'assistance technique qu'elle apporte à plus de 3 000 agriculteurs pratiquant la culture de tabac. Unique débouché pour la tabaculture marocaine, l'entreprise achète l'intégralité de la récolte de tabac local, ce qui représente 43 millions de DH de revenus annuels versés aux planteurs.
Bouchées doubles
Le producteur de tabac est même allé jusqu'à instaurer un nouveau type de rapport avec ses partenaires. Il propose aujourd'hui aux buralistes un nouveau pacte, un contrat baptisée «Imtyaz» ayant pour objectif d'instaurer une relation de partenariat dans la durée et de motiver davantage les buralistes. En plus des produits, l'opérateur offre aux détaillants un accompagnement, une formation ainsi qu'un suivi dans l'agencement des produits. Conscient du rôle important de ses distributeurs, l'opérateur s'est même engagé à leur verser des primes en fonction du chiffre d'affaires réalisé.
Il faut dire qu'Imperial Tobacco Maroc met, dès maintenant, les bouchées doubles pour conserver et même augmenter ses parts de marché. L'entreprise a d'ailleurs toutes ses raisons : sa marque-phare au Maroc, la célèbre Marquise, représente aujourd'hui à elle seule 62 % du marché toutes catégories confondues. Le montant annuel des diverses recettes fiscales et douanières qu'elle génère pour le trésor public d'élève à 11,9 milliards de dirhams. Ceci lui confère le rang de première entreprise du secteur agroalimentaire et 4e entreprise du Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.