Charivari autour du Programme «Rabat ville lumière»    20-Février    Energies renouvelables: Le plan d'accélération de l'écosystème Masen    France: Le projet de loi sur l'asile et l'immigration fait débat    Supercoupe d'Afrique: la 3e finale sera-t-elle la bonne pour le Wydad    Prix Terre de Femmes: Les lauréates de l'année    Brèves    Omar Hilale préside un comité spécial de l'ONU    Un individu arrêté après avoir incendié plusieurs guichets automatiques bancaires    Le club Inner Wheel construit un groupe scolaire pour enfants pauvres à Had Soualem    Va-t-on cueillir les fleurs du CHAN ?    Nabyl Ayouch: « Le Maroc n'a pas écrit son récit national »    Eredivisie : 4 joueurs marocains dans l'équipe-type du weekend    Hausse du chiffre d'affaires de l'ONDA    Groupe OCP et World Merit Morocco, focus sur les ODD    Abbas défend à l'ONU la création d'un Etat palestinien    « sexe collectif » dans une mosquée : La police dément    Saisie de 18 kg de chira destinés à des dealers à Anfa    Oxfam enquête sur 26 nouveaux cas de comportements sexuels inappropriés    François Conradie: «Ramaphosa pourrait être plus pragmatique avec le Maroc»    Quand «Eva» inspire...    L'bankalik promet de faire gagner des voyages VIP à ses clients    Des invitations VIP aux matchs de la Champions League pour les clients L'bankalik    17ème journée de la Botola Maroc Telecom : Les Militaires plument les Aigles Verts    Une initiative citoyenne pour aller jusqu'au bout du rêve !    Bouchnak compose la musique du film «Corsa»    SIEL : 520.000 visiteurs pour l'édition 2018    La BCP s'implante à Maurice et à Madagascar    Le système Bouteflika au bord de l'implosion    Royaume-Uni: Limogeage d'Henri Bolton, le leader d'UKIP    Israël: Des ex-collaborateurs de Netanyahu arrêtés dans un nouveau dossier de corruption    La santé de Ramadan serait compatible avec sa détention    Les leçons du 20 février!    Doukkali lance la campagne «Le don de sang, une responsabilité de tous»    Cauchemar hivernal pour l'équipement : 5.800 km de routes sous la neige    Rabat : Les partis de la coalition gouvernementale signent une charte pour une action commune    Message Royal au 3e Forum parlementaire sur la justice sociale    Maroc Telecom s'approche de 6 MMDH de bénéfices consolidés    Un jeu intense de chaises musicales à l'horizon    La CAF utilisera le VAR    Un Marocain arrêté à Murcie pour apologie du terrorisme    Participation brillante d'Amnesty International au 24e SIEL    Uber suspend ses activités au Maroc dès cette semaine    Abdelhaq Bensari, nouveau directeur de Société Générale Maroc    Un guide de la sécurité routière présenté à Rabat    Supercoup WAC - TP Mazembe : Début de la vente des billets    Tribunaux : Le Maroc formera les experts sénégalais    Can't Crush Crazy People by Skunkdog    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Altadis Maroc se prépare à la concurrence
Publié dans Le Soir Echos le 22 - 11 - 2011

Aucun élément n'a été conservé de la précédente identité d'Altadis Maroc. La dénomination sociale « Imperial Tobacco Maroc » constitue désormais la signature d'Altadis et vient confirmer les nouvelles visées du producteur de tabac sur le marché national.
La réflexion stratégique menée par Altadis Maroc pour parfaire son intégration au groupe britannique Imperial Tobacco (4e producteur et distributeur mondial de tabac) a finalement déboucher sur l'adoption d'une nouvelle identité visuelle : «Imperial Tobacco Maroc». Cette nouvelle signature reflète désormais la dimension internationale prise par la société à travers son adossement à un acteur de renommée mondiale dans un contexte de compétitivité croissante dans le secteur.
Entrée en vigueur depuis le 1er janvier dernier, la libéralisation du secteur du tabac au Maroc a mis fin au monopole de la Régie des Tabacs et par la même occasion encouragé des opérateurs de taille à s'intéresser au marché national. Parmi eux, Japan Tobacco International (qui produit entre autres, les marques Winston et Camel), mais également British American Tobacco (avec ses marques Lucky Strike, Dunhill…). Dans une démarche anticipative et depuis sa privatisation, Impérial Tobacco Maroc s'est engagée dans une dynamique de préparation à cette libéralisation, à travers la modernisation de son outil industriel et la fidélisation de son réseau de fournisseurs et distributeurs.
Impérial Tobacco Maroc met, dès maintenant, les bouchées doubles pour conserver et même augmenter ses parts de marché.
Ayant hissé, d'abord, son outil industriel aux standards internationaux, Impérial Tobacco Maroc fabrique aujourd'hui dans son usine d'Ain Harrouda des marques internationales qui étaient auparavant importées. Ainsi 95 % des cigarettes vendues sur le marché marocain, sont fabriquées au Maroc par la société. De plus, Impérial Tobacco Maroc consacre annuellement 20 millions de dirhams à l'assistance technique qu'elle apporte à plus de 3 000 agriculteurs pratiquant la culture de tabac. Unique débouché pour la tabaculture marocaine, l'entreprise achète l'intégralité de la récolte de tabac local, ce qui représente 43 millions de DH de revenus annuels versés aux planteurs.
Bouchées doubles
Le producteur de tabac est même allé jusqu'à instaurer un nouveau type de rapport avec ses partenaires. Il propose aujourd'hui aux buralistes un nouveau pacte, un contrat baptisée «Imtyaz» ayant pour objectif d'instaurer une relation de partenariat dans la durée et de motiver davantage les buralistes. En plus des produits, l'opérateur offre aux détaillants un accompagnement, une formation ainsi qu'un suivi dans l'agencement des produits. Conscient du rôle important de ses distributeurs, l'opérateur s'est même engagé à leur verser des primes en fonction du chiffre d'affaires réalisé.
Il faut dire qu'Imperial Tobacco Maroc met, dès maintenant, les bouchées doubles pour conserver et même augmenter ses parts de marché. L'entreprise a d'ailleurs toutes ses raisons : sa marque-phare au Maroc, la célèbre Marquise, représente aujourd'hui à elle seule 62 % du marché toutes catégories confondues. Le montant annuel des diverses recettes fiscales et douanières qu'elle génère pour le trésor public d'élève à 11,9 milliards de dirhams. Ceci lui confère le rang de première entreprise du secteur agroalimentaire et 4e entreprise du Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.