L'Algérie au pied du mur    L'allemand Kromberg & Schubert inaugure une usine de câblage à Kénitra    Afrique du Sud : Un scandale à la sex-tape emporte le ministre de l'Intérieur    Ce précieux fluide devenu très rare    Dès ce jeudi soir : Afriquia baisse ses prix pour la 2ème fois consécutive    GFi Informatique intègre Value Pass    « M-Wallet », un nouveau moyen de paiement par téléphone mobile    Akhannouch : Un début prometteur pour la saison agricole    Addis-Abeba: Le Maroc appuie la réforme institutionnelle de l'UA    L'accord de Skhirat: le seul cadre viable offrant une voie inclusive et durable vers la stabilisation de la Libye    Le Conseil de gouvernement reporte sa réunion    Boulif : Pétions et motocyclistes, priorités de la sécurité routière    Hémodialyse : Seulement 36 centres créés en 6 ans    Assises nationales sur la protection sociale : Les recommandations des intervenants    Arrestation de quatre personnes impliquées dans l'affaire : Saisie à Marrakech d'une importante quantité de drogue    Fès. Le maire fait son bilan    Medays: Une édition sous le signe de la rupture    Debdou la juive    Debdou: Un peu d'histoire    Treize bases de missiles non déclarées identifiées en Corée du Nord    La Ligue des nations, rapidement adoptée    D'Ifrane à Tokyo : Le VTT marocain en bonne voie pour se qualifier aux prochains Jeux olympiques d'été    WAC-Girard : Le divorce ?    Habib El Malki reçoit les membres de la commission des pétitions à la Chambre des représentants    Les prévisions de production et de stocks de céréales revues à la hausse    Réalisation de plus de 122.000 logements au premier semestre    "Le serviteur du Roi", cinquième tome des mémoires de Mohamed Seddik Maaninou    Entre le marteau du refoulement et l'enclume du déplacement    Limiter l'abandon scolaire à défaut de pouvoir l'éradiquer    Divers    C'en est trop !    Insolite : Une Lamborghini et un lionceau    Conférence sur l'architecture espagnole à l'Institut Cervantès de Rabat    Festival International du Film de Marrakech : "Les Ateliers de l'Atlas", une nouvelle plateforme professionnelle de création et d'échange    Plaidoyer à Rabat pour la promotion des investissements étrangers dans le domaine cinématographique au Maroc    Twitter : la salve de Trump contre Emmanuel Macron    L'équipe nationale sacrée 3e au niveau mondial    Nouveauté: Le monde rural fait entendre sa voix sur Medradio    Agression israélienne contre Gaza, une spirale de violences régionales selon le gouvernement palestinien    Theresa May réunit son gouvernement, divisé sur le Brexit    Le pape François au Maroc les 30 et 31 mars 2019    Ouvrage collectif : Pour une meilleure exploration culturelle du continent    L'art martial et la manière    Les athlètes marocains se distinguent au 4è Morocco Trail Race    Mondial 2022.. La main tendue de l'Iran    CAN2019 : Le Cameroun plus proche que jamais du désistement    Lancement des spectacles de théâtre Amazigh au profit des MRE    Maroc, de quelle culture parlons-nous ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Altadis Maroc se prépare à la concurrence
Publié dans Le Soir Echos le 22 - 11 - 2011

Aucun élément n'a été conservé de la précédente identité d'Altadis Maroc. La dénomination sociale « Imperial Tobacco Maroc » constitue désormais la signature d'Altadis et vient confirmer les nouvelles visées du producteur de tabac sur le marché national.
La réflexion stratégique menée par Altadis Maroc pour parfaire son intégration au groupe britannique Imperial Tobacco (4e producteur et distributeur mondial de tabac) a finalement déboucher sur l'adoption d'une nouvelle identité visuelle : «Imperial Tobacco Maroc». Cette nouvelle signature reflète désormais la dimension internationale prise par la société à travers son adossement à un acteur de renommée mondiale dans un contexte de compétitivité croissante dans le secteur.
Entrée en vigueur depuis le 1er janvier dernier, la libéralisation du secteur du tabac au Maroc a mis fin au monopole de la Régie des Tabacs et par la même occasion encouragé des opérateurs de taille à s'intéresser au marché national. Parmi eux, Japan Tobacco International (qui produit entre autres, les marques Winston et Camel), mais également British American Tobacco (avec ses marques Lucky Strike, Dunhill…). Dans une démarche anticipative et depuis sa privatisation, Impérial Tobacco Maroc s'est engagée dans une dynamique de préparation à cette libéralisation, à travers la modernisation de son outil industriel et la fidélisation de son réseau de fournisseurs et distributeurs.
Impérial Tobacco Maroc met, dès maintenant, les bouchées doubles pour conserver et même augmenter ses parts de marché.
Ayant hissé, d'abord, son outil industriel aux standards internationaux, Impérial Tobacco Maroc fabrique aujourd'hui dans son usine d'Ain Harrouda des marques internationales qui étaient auparavant importées. Ainsi 95 % des cigarettes vendues sur le marché marocain, sont fabriquées au Maroc par la société. De plus, Impérial Tobacco Maroc consacre annuellement 20 millions de dirhams à l'assistance technique qu'elle apporte à plus de 3 000 agriculteurs pratiquant la culture de tabac. Unique débouché pour la tabaculture marocaine, l'entreprise achète l'intégralité de la récolte de tabac local, ce qui représente 43 millions de DH de revenus annuels versés aux planteurs.
Bouchées doubles
Le producteur de tabac est même allé jusqu'à instaurer un nouveau type de rapport avec ses partenaires. Il propose aujourd'hui aux buralistes un nouveau pacte, un contrat baptisée «Imtyaz» ayant pour objectif d'instaurer une relation de partenariat dans la durée et de motiver davantage les buralistes. En plus des produits, l'opérateur offre aux détaillants un accompagnement, une formation ainsi qu'un suivi dans l'agencement des produits. Conscient du rôle important de ses distributeurs, l'opérateur s'est même engagé à leur verser des primes en fonction du chiffre d'affaires réalisé.
Il faut dire qu'Imperial Tobacco Maroc met, dès maintenant, les bouchées doubles pour conserver et même augmenter ses parts de marché. L'entreprise a d'ailleurs toutes ses raisons : sa marque-phare au Maroc, la célèbre Marquise, représente aujourd'hui à elle seule 62 % du marché toutes catégories confondues. Le montant annuel des diverses recettes fiscales et douanières qu'elle génère pour le trésor public d'élève à 11,9 milliards de dirhams. Ceci lui confère le rang de première entreprise du secteur agroalimentaire et 4e entreprise du Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.