Marhaba 2021: le roi Mohammed VI demande un dispositif spécial d'accompagnement    L'Algérie retire l'accréditation à France 24    Blue Origin. Un milliardaire a déboursé 28 millions de dollars pour être avec Jeff Bezos    Le Raja s'incline contre Berkane et perd du terrain pour la première place    Djokovic-Tsitsipas: les meilleurs moments de la finale (VIDEO)    Jerrada : Nouveaux projets pour renforcer les filières du miel et des arbres fruitiers    Hamid Fettah, nouveau coordinateur de l'Istiqlal à Fès    Législatives algériennes : le parti islamiste MSP revendique la majorité    Retour des MRE : Voici les prix proposés par RAM    Aérien. La RAM dévoile ses nouveaux tarifs vers le Maroc    Botola / HUSA-WAC (3-5) : Un match renversant au score renversé !    Euro 2020 : Les Anglais convaincants ont battu les Croates décevants (1-0)    Facilitation des démarches consulaires, douanières et sanitaires...les nouvelles directives de SM le Roi en faveur des MRE    Evolution du coronavirus au Maroc : 270 nouveaux cas, 523.890 au total, dimanche 13 juin 2021 à 16 heures    La résolution européenne sur le Maroc est "erronée" et "inappropriée", selon une sénatrice italienne    Marge du G7: Bras de fer USA-Chine    Rassemblement à Paris des sympathisants du Hirak contre les législatives voulues par le «pouvoir assassin»    La famille Belkhayat ouvre le capital de Dislog Industries à Mediterrania Capital Partner    Attijari Global Research : des convictions à l'épreuve de la crise    Euro 2021 : l'écroulement de Christian Eriksen réveille les souvenirs de scènes dramatiques    L'Opinion : Désunis jusqu'à la fin !    Déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai 2021 (TGR)    Météo Maroc: Temps assez chaud avec nuages dans des régions (dimanche 13 juin)    L'AMDV veut que les réponses du législateur face aux violences sexuelles soient renforcées    Opération Marhaba 2021: des incertitudes planent toujours    Voyageurs : Le ministère de la santé publie les fiches à remplir    La symphonie lumineuse de Florence Arnold    Festival: L'Andalousie vue d'Oujda    L'affaire Brahim Ghali a un nom : Arancha González Laya    France : les réservations vers le Maroc en très forte augmentation    OCP : franc succès pour la nouvelle émission obligataire internationale de 1,5 milliard de dollars    Chine : 12 morts dans l'explosion d'une conduite de gaz dans un complexe résidentiel    Yassine Bounou évoque ses ambitions avec les Lions de l'Atlas    Journée mondiale du donneur de sang: un appel pressant à l'action pour augmenter la collecte de cette matière vitale    Plus de deux tonnes de drogue saisies à Mohammedia    Hakimi et Lukaku dédient leurs buts à Christian Eriksen    UNE RESOLUTION EUROPEENNE DENONCANT LE MAROC : CHERCHEZ L'ERREUR !!!    Laâyoune: le droit à la santé à l'ère de la Covid-19 domine les débats de la CRDH    Karaté : Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Bruxelles attend de Biden des engagements clairs sur le partenariat transatlantique    Algérie: les élections législatives ne vont pas régler le problème (Think tank US)    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Italie courtise le Maroc | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 22 - 02 - 2012

«La situation économique et financière de l'Italie est très difficile actuellement et des mesures budgétaires sont prises pour redresser
la barre », c'est ainsi que Piergiorgio Cherubini, ambassadeur d'Italie au Maroc, a débuté la rencontre organisée lundi 21 février à la CGEM par l'Institut italien pour le commerce extérieur. Pour ajouter que malgré la récession qui frappe l'Europe, l'Italie a pu tirer son épingle du jeu puisque les exportations ont bondi en décembre 2011 de 5,7 % par rapport à la même période en 2010 et de 11,4 % sur toute l'année 2011 par rapport à 2010. Un constat qui confirme la résilience de la 5e industrie manufacturière (en valeur ajoutée) dans le monde. Et pour l'ambassadeur italien de conclure son mot de bienvenue en invitant les entreprises marocaines à se rendre en Italie. Car, après tout, l'objectif de la rencontre est de présenter aux entreprises marocaines les salons, foires et différentes manifestations organisées en Italie et de les convaincre à les visiter. C'est dire que la diplomatie italienne s'est activée pour relancer ses relais de croissance en ces périodes de crise. L'objectif étant de booster leurs exportations, notamment vers le Maroc.

Des italiens mécontents
« Plus de 500 entrepreneurs marocains ont été envoyés en 2011 en Italie pour visiter des salons. Nous allons renforcer ce volet pour vous faire découvrir nos produits », lance de son côté Giulio Frascatani, président de la Chambre de commerce italo-marocaine.
Ceci dit, ce souci avancé par les responsables italiens d'attirer un grand nombre d'entreprises marocaines chez eux n'a pas été partagé par certains intervenants. En effet, après les discours officiels, plusieurs professionnels italiens ont témoigné de leur expérience au Maroc. Si nombre d'entre eux sont satisfaits, quelques uns n'ont pas mâché leurs mots.
La langue d'abord !
« Il existe beaucoup de difficultés pour venir investir au Maroc. Je connais une vingtaine d'entreprises italiennes qui veulent venir mais ne peuvent pas, car elles ne trouvent pas de terrain », assène un professionnel italien de la construction immobilière. Selon lui, c'est impossible de siéger dans les zones industrielles, un endroit où la spéculation immobilière bat son plein. « c'est illogique. Les prix dans les zones industrielles sont démesurés. Ça devient plus cher qu'en zone normale », déclare-t-il. La solution selon un autre intervenant est de lancer une zone industrielle comme celle entreprise par la Chambre française du commerce et de l'industrie à Ouled Saleh. La réponse n'a pas tardé: « Nous avons déjà proposé un projet très innovant où il s'agit de bâtir une université, des logements, des bureaux pour les entreprises et une zone industrielle à Khouribga mais le ministre des finances de l'époque, Fathallah Oualalou, a carrément refusé ce projet », regrette l'ambassadeur. Quoi qu'il en soit, la diplomatie italienne compte renforcer ses liens commerciaux avec le Maroc. Ceci passe inéluctablement par le volet formation et information. Ainsi des cours de formation en langue italienne, en partenariat avec des universités italiennes, seront dispensés à des entrepreneurs marocains, a annoncé Frascatani. Pour sa part, Luca Attanasio, Consul Général d'Italie à Casablanca a annoncé que l'école italienne accueillera cette année le double des étudiants marocains, soit 650 étudiants. Il y aura également une présence renforcée des entreprises italiennes lors des salons SIAM à Meknès et Pollutec.
3 QUESTIONS À …
Abdennasser Bouazza, président du Conseil d'affaires maroco-italien au sein de la CGEM.
Quel est l'objectif de cette rencontre organisée à la CGEM ?
La journée d'aujourd'hui a pour objectif de présenter les foires et les manifestations qui vont se tenir en Italie en 2012 pour attirer le maximum d'entreprises marocaines. Outre cet événement, ce qui m'intéresse le plus, c'est d'attirer les entrepreneurs italiens à venir investir au Maroc et créer des emplois. Notre bureau s'attelle actuellement à travailler dans le B to B avec une approche sectorielle. Et je peux vous dire que 2012 sera consacrée principalement au secteur agroalimentaire.
Que représentent aujourd'hui les IDE italiens au Maroc ?
Ils ne représentent pas grand chose. Aujourd'hui les italiens sont le 7e ou 8e investisseur au Maroc. Leur place naturelle doit être la troisième, juste après la France et l'Espagne. Donc il y a du travail à faire sur ce volet. Les italiens veulent investir au Maroc mais la langue pose un réel problème. Il faut avoir une volonté générale et une mobilisation collective au niveau des ministères impliqués (ministère du commerce et de l'Industrie, ministère du Commerce extérieur, ministère des Affaires étrangères) et l'AMDI (Agence marocaine de développement des investissements).
Comment se comporte notre balance commerciale avec l'Italie ?
Il y a un énorme écart. On importe beaucoup, mais on n'exporte pas autant. Là où on peut récupérer, c'est en attirant plus d'investisseurs, surtout avec la crise de l'Euro. On peut leur proposer une forme de délocalisation de certaines de leurs activités. Les secteurs les plus intéressants sont en premier lieu l'agroalimentaire, l'industrie et la machinerie, l'ameublement, le textile et cuir et puis il y a le secteur de l'énergie solaire où ils ont acquis une expertise notoire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.