Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Federer estime que « les athlètes ont besoin d'une décision » sur la tenue des JO    Newcastle-Manchester City : un match fou (VIDEO)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    L'artiste marocain Hammadi Ammor n'est plus    Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    CNOM : "Génétique et sport : l'impact de l'hérédité sur la performance sportive"    MCA-WAC (1-1) : Le Wydad victime de la VAR, de l'arbitre et de la CAF    Le roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à Gaza et en Cisjordanie    Hirak: Les Algériens dans la rue malgré la répression    Manifestation à Casablanca après la prière du vendredi en solidarité avec la Palestine    Affaire Ghali : la plainte du Club des avocats transmise au parquet de l'Audiencia Nacional    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Maroc/Covid-19: le bilan de ce vendredi 14 mai    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Afghanistan : attentat dans une mosquée près de Kaboul    Agadir : interpellation d'un individu pour publication d'un contenu violent    La crise des réfugiés rohingyas «ne doit pas tomber dans l'oubli», selon le HCR    La COP26 se tiendra en présentiel à Glasgow (président)    En vertu d'arrêtés conjoints publiés au BO, des sociétés étrangères autorisées à créer des fermes aquacoles à Dakhla    Maroc : Le CESE préconise une nouvelle organisation du souk hebdomadaire    Un séparatiste du «Polisario» lance un appel au meurtre visant des policiers marocains    Changement d'heure: voici quand le Maroc va repasser à GMT+1    Affaire Brahim Ghali : le silence du gouvernement espagnol est «contre-productif»    L'antitrust italien inflige une amende de 102 millions d'euros à Google    Santé connectée: A consommer avec modération !    Transport maritime: programmation d'une liaison spéciale entre Tanger et Algésiras    Covid-19 : l'OMS appelle à renoncer à vacciner les enfants pour donner les doses aux pays défavorisés    Podcast: Punk, en toute transparence    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Japon : l'état d'urgence élargi face à la pandémie    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    Météo Maroc: temps assez stable sur une majeure partie du pays ce vendredi    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Benabdallah face à sa première crise | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 24 - 05 - 2012

À la Chambre des conseillers, mardi après-midi, Nabil Benabdallah a expliqué que les logements menaçant ruine posent un problème d'une grande complexité au niveau juridique et logistique. 114 000 logements au moins doivent être restaurés.
Nabil Benabdallah admet être face à de rééls problèmes d'ordre juridique et logistique qui bloquent les solutions prônées pour éradiquer l'habitat insalubre et les logements menaçant ruine.
«Nous ne disposons pas d'un cadre juridique nous permettant d'intervenir dans la propriété privée d'un citoyen. Et souvent, plusieurs ménages se partagent le même toit et lorsqu'ils sont avisés d'une expulsion, parce que les études prouvent qu'ils habitent une demeure menaçant ruine, ils refusent tous de la quitter. Bien plus, lorsque les forces locales interviennent pour une expulsion forcée, on se retrouve face à des manifestations qui se transforment en problème social et politique ». Le ministre de l'Habitat, de l'urbanisme et de la politique de la ville, Nabil Benabdellah, souligne la complexité du problème que posent les habitations menaçant ruine.
Comment éviter des drames ?
La ministre de l'Habitat a répondu aux questions des deux groupes de l'USFP et de l'alliance socialiste à la Chambre des conseillers, à propos du danger que revêt le problème ayant fait, il y a quelques jours à peine, cinq morts au quartier Sidi Fatah dans l'ancienne médina de Casablanca. Pour les conseillers, ce qui semble être la meilleure solution est de parvenir à prévenir le drame avant d'en récolter les victimes. Une situation que Benabdallah assure en saisir l'importance mais admet être face à de grosses difficultés sur le plan juridique mais aussi logistique. « Quand on propose à des sociétés de restaurer ces demeures menaçant ruine, elles refusent parce que ce genre de travaux leur impose de réparer également les dommages qui pourraient être provoqués dans les habitats voisins », reconnaît le ministre, rappelant que seule la ville de Fès dispose d'une Agence chargée de la réhabilitation de l'ancienne médina. À la difficulté d'intervention technique, Benabdellah tient à préciser que l'anarchie des constructions complique encore plus la situation. « On assiste à la construction d'étages supplémentaires, un deuxième, puis un troisième, souvent sans autorisation, échappant donc à toute légalité assurant la sécurité de l'habitation. Tout logiquement, cela augmente les risques d'une demeure de s'effondrer », affirme-t-il.
Quelle priorité choisir ?
Le ministre déclare, ainsi, qu'il se retrouve face à la difficulté d'une hiérarchisation des priorités : « Il faudra qu'on décide à quel problème donner la priorité au programme « Villes sans bidonvilles » ou aux logements menaçant ruine. Ce dernier requiert, aujourd'hui, une urgence puisqu'il s'agit de préserver la vie des citoyens. Nous devons certainement adopter une nouvelle approche et trouver des instruments adéquats pour mieux intervenir et définir les responsabilités », estime le ministre pour qui établir un cadre juridique plus précis serait la première base à mettre en place pour organiser l'intervention, cibler et empêcher les drames meurtriers des habitats menaçant ruine. L'un des instruments que semble privilégier Benabdallah pour mener à bien cette mission est de doter toutes les villes d'une agence de réhabilitation similaire à celle de Fès. En attendant, il faudra éviter que d'autres logements s'effondrent à Casablanca. « Des études techniques sont en cours pour connaître avec précision l'origine de l'effondrement survenu dans l'ancienne médina ainsi que d'autres notamments à El Fida et Mers Sultan », affirme le ministre annonçant la création de deux commissions au niveau de l'ancienne médina et d'El Fida réunissant l'ensemble des secteurs concernés afin d'évaluer l'état des lieux. Une enveloppe budgétaire de 90 millions de dirhams (dont 30MDH du ministère de l'Habitat) a été allouée pour cette intervention urgente. De 2003 à 2011, pas moins de 1,35 milliard de dirhams ont été consacré à ce problème au profit de 87 500 ménages alors que 140 000 logements sociaux ont été octroyés aux familles concernées. À l'heure actuelle, 114 000 logements menacent de s'effondrer et 13 % de la population résident dans des habitats insalubres.
* Tweet
*
*
*


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.