Maroc : Les travaux de réalisation de l'usine de fabrication de vaccins anti Covid-19 lancés par le roi    Réouverture des frontières: une décision sera prise « dans les deux prochains jours » (Baitas)    Le PDG de Recipharm commente le lancement des travaux de l'usine de vaccins à Benslimane    Benslimane: Le Roi préside le lancement des travaux de réalisation d'une usine de fabrication de vaccins anti Covid-19    CAN 2021 : Reprise pour Fayçal Fajr et Nayef Aguerd, d'autres joueurs absents    CAN: Yassine Bounou s'exprime avant Maroc-Egypte (VIDEO)    Italie : Abdelhamid Sabiri aurait trouvé un accord avec un club de Seria A    Paxlovid: la pilule anti-Covid de Pfizer approuvée par l'EU    Casablanca : La galerie d'art ''L'atelier 21'' accueille Saïd Afifi    Justin Trudeau, cas contact testé négatif, à l'isolement pour 5 jours    Le CESE lance sa plateforme participative « Ouchariko »    Lois sur la concurrence : une mesurette en attendant la grande réforme    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 Janvier 2022 à 16H00    Wall Street ouvre en hausse, portée par de bons indicateurs et des résultats d'entreprises    L'artiste Abdellatif Hilal n'est plus    CAN: Derraji félicite les Marocains (PHOTO)    Burkina-Faso: Les militaires arrêtent le président    L'essentiel est de gagner et de passer au prochain tour    Mise en exergue de l'importance du projet de loi relatif aux droits d'auteur et droits voisins    BERD : le financement vert domine les investissements réalisés au Maroc en 2021    Alerte au phishing, une campagne use de documents powerpoint malveillants    Approbation d'une série de projets de développement social et humain pour un million de dollars    Alerte météo : fortes pluies attendues jeudi et vendredi dans plusieurs provinces    L'ONU salue le leadership du Maroc    La Guinée équatoriale et l'Egypte complètent le tableau des quarts de finale    USFP : Abdelkrim Benatiq retire sa candidature au poste de Premier secrétaire    Investigation : "Pegasus, les dessous d'une affaire" (Replay)    Maroc: Rebond « exceptionnel » de l'économie en 2021    Marrakech: le wali règlemente l'usage de l'eau courante et de la nappe phréatique    L'alliance Nissan-Renault-Mitsubishi va dépenser 23 milliards d'euros pour promouvoir les véhicules électriques    Covid-19: Certains médicaments seraient inefficaces contre Omicron    Les Etats-Unis fournissent près de 1,6 million de doses Pfizer au Maroc    Températures prévues pour le vendredi 28 janvier 2022    « Pas positif »: froideur russe après la réaction américaine à ses exigences    CAN 2021 / Ghana : Milovan Rajevac officiellement limogé    Pegasus: Le tribunal de Paris va-t-il ouvrir le dossier ?    France : La Fondation Tayeb Saddiki représentante du Maroc à Versailles pour les 400 ans de Molière    Délais de paiement : ce qui va changer avec la nouvelle loi    Les positions constantes du Maroc envers la cause palestinienne réitérées devant l'UA    Justice : L'Amazighe acte son entrée dans le système judiciaire    Il permet au public de découvrir la richesse historique et culturelle de la ville    Mehdi Fath publie «Tu avais raison ...» en juin prochain    Etchika Choureau, grand amour interdit de Hassan II, décède à l'âge de 92 ans    Conseil de gouvernement : l'état d'urgence sanitaire sera-t-il prolongé ?    Année judiciaire : 4.611.236 affaires enregistrées au titre de l'année 2021    BCIJ : Deux Daechiens interpellés à Al Haouz    Foot: un entraîneur allemand falsifie son certificat de vaccination    OMC : La Chine autorisée à imposer des sanctions tarifaires aux Etats Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



« L'intervention militaire seule solution au Mali » | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 19 - 07 - 2012

Intervenir au Nord-Mali ou pas ? C'est la question qui se pose actuellement avec acuité aux dirigeants de la CEDEAO. Antonin Tisseron, chercheur à l'Institut Thomas More, nous livre son analyse.
Antonin Tisseron : «L'armée malienne est à reconstruire d'un point de vue matériel et aussi moral ».
Quelle est la stratégie la mieux adaptée aujourd'hui pour contrer l'avancée des islamistes au Nord ?
Il n'y a pas de solution réellement satisfaisante. Mais au vu de l'évolution des rapports de force et de la menace que fait peser sur la sous-région l'établissement d'un sanctuaire islamiste, avec des groupes terroristes qui recrutent et forment des combattants, il n'y a guère d'autre stratégie possible qu'une intervention militaire dans le nord du Mali. La question est de savoir qui la mènera : Maliens ou autres pays africains avec l'appui de la communauté internationale, éventuellement en commençant par intervenir à la frontière entre le nord et le sud du Mali. Ceci étant, cette dernière solution, la plus réaliste, achoppe pour l'instant sur l'attitude du gouvernement malien.
Peut-on parler d'une «afghanisation » du Nord-Mali au vue de la situation actuelle?
Je préfère parler de « somalisation », ne serait-ce que du point de vue de l'intervention armée en débat aujourd'hui. Contrairement à l'Afghanistan, il n'est en effet pas envisagé au Mali l'envoi de troupes occidentales mais de troupes africaines. De plus, l'évolution des Shabab et de la violence dans la Corne de l'Afrique, depuis les années 2000, me semble plus intéressante que l'histoire récente de l'Afghanistan, non pour expliquer la situation du Mali, mais pour appréhender l'articulation entre dynamiques globales et locales, notamment dans le domaine religieux, et la mise en place et les conséquences d'une intervention militaire de la CEDEAO. Les Maliens disent qu'il faut laisser le Mali trouver une solution à la malienne. Cependant, le gouvernement malien a-t-il vraiment les moyens pour faire face à cette crise ? Pour l'instant, non. D'une part, l'armée malienne est à reconstruire et pas seulement d'un point de vue matériel, mais aussi moral. Les 500 soldats maliens présents au Niger sous les ordres du colonel Gamou et l'annonce de la création d'une force spéciale de 1 200 hommes ne devraient pas changer grand-chose. D'autre part, à Bamako, l'ex-junte interfère encore dans les affaires politiques, entraînant une situation d'instabilité potentielle et affectant la coopération internationale. Or, en attendant, pour les voisins du Mali, l'attitude de Bamako laisse à leurs frontières un territoire entre les mains de groupes islamistes armés. En cela, la crise du Nord-Mali est une question régionale, quoi que peuvent en penser les Maliens.
Quelle analyse faites-vous de la médiation de la CEDEAO ?
Le 7 juillet dernier, la CEDEAO a demandé au Mali de former, d'ici la fin du mois, un nouveau gouvernement d'union nationale au risque d'être suspendu des instances régionales. Il y a donc une volonté au sein de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest, ndlr) de faire pression et de ne pas baisser les bras face à l'attitude du gouvernement malien, sans pour autant mettre fin aux discussions. Le problème est qu'il n'est pas dit que ce dernier changera sa position ou que, si un gouvernement d'union nationale voit le jour comme l'a annoncé récemment le Premier ministre malin, les équilibres et les positionnements politiques changent réellement dans le pays. Pour la CEDEAO, cela poserait alors la question d'une intervention sans l'accord des autorités actuelles maliennes, ce qui serait inédit car, jusque-là, la force armée de la CEDEAO ne s'est déployée que sur demande d'un Etat en prise à une guerre civile.
Les rebelles touaregs du MNLA ont annoncé qu'ils étaient prêts à renoncer à leurs ambitions indépendantistes afin de combattre l'ennemi commun. À votre avis, Bamako peut-il effacer l'ardoise et envisager une action commune ?
Cette annonce constitue une réelle avancée et une opportunité pour le nord du Mali. Mais à plus long terme, la vraie question est la capacité des rebelles du MNLA et des autorités de Bamako à se faire confiance et à refonder un contrat politique. Or, cela sera compliqué et pas seulement du côté du pouvoir malien, en raison d'une méfiance réciproque nourrie par plusieurs conflits. Les discours des rebelles du MNLA, lors du déclenchement de la rébellion insistaient sur les mensonges du gouvernement malien et l'impossibilité de lui faire confiance. Les choses ont-elles changé ? On peut se poser la question au regard des péripéties politiques à Bamako depuis le départ d'Amadou Toumani Touré. En tout cas, bien que les revendications indépendantistes semblent, pour l'instant du moins, appartenir au passé, il faudra plus que des combats contre un ennemi commun pour tourner la page des anciens conflits.
* Tweet
* * *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.