Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Armen Lubin et Martin Melkonian, poètes du souvenir blessé
Publié dans Le Soir Echos le 23 - 07 - 2012

Ce fut une vraie joie pour les amateurs de grande poésie que la réédition en 2010 de trois des grands livres d'Armen Lubin Le passager clandestin, Sainte patience et Les haute terrasses en un seul volume dans la collection de poche Poésie chez Gallimard. Le préfacier Jacques Réda est lui-même un des plus subtils poètes d'aujourd'hui. Justice était enfin rendue à une voix inimitable. En effet, lire pour la première fois Armen Lubin – chance que j'eus à la fin des années soixante- c'est rencontrer quelqu'un dont l'œuvre vous devient aussitôt inoubliable. Envoyé spécial permanent de la poésie française à l'hôpital, Armand Lubin qui aurait eu cent ans en 2003, traversa des épreuves innombrables et les chanta sur des pages de cahier plutôt que de les enfouir dans le ressentiment. Son attention à tous était prodigieuse et il obtint celle de ses confrères. Ainsi, le romancier et critique Jean Freustié notait-il : « Ses poèmes, Armen Lubin, si on le laissait faire, il les remanierait fin. (...) Le « mot » c'est la seule chose avec laquelle il ne plaisante pas. Là est son terrain de bataille. Pour le reste il est tout sourire, comme s'il avait trouvé sa juste place ».
L'épouse de Jean Freustié, Christiane, émue par une conférence que je prononçai en juin 2000 pour célébrer la mémoire d'Armen Lubin, me donna une petite poupée en bois qui lui venait du poète. A mon tour, je l'offris et elle figure aujourd'hui dans le patrimoine ludique de la famille du poète et journaliste marocain Jamal Boudouma. La poésie, n'est-ce pas la meilleure de nos aspirations ? Lisez Armen Lubin : « Personne ne sera réellement appauvri/ Par le spectacle de la mort / si ce n'est un jeune homme au profil d'ange/ Pur jeune homme qui prend son or et l'échange / Contre de la petite monnaie, une monnaie locale./ C'est une monnaie vile que les mensonges de l'hôpital/ Qui s'échangent d'un lit à l'autre, qui ont cours/ Qui déchiquettent tout, même l'innocence sans détour / Et le mort reste pris dans ce drap en loques / Le mort le plus mort reste un peu dans l'équivoque ». Ma passion pour l'œuvre d'Armen Lubin n'a pas vraiment trouvé d'équivalent au fil de mes lectures mais, quelquefois, un livre surgit qui me semble parfaitement digne du splendide héritage que constituent ceux d'Armen Lubin. Voici donc que Martin Melkonian dont les trois premiers ouvrages Le Miniaturiste (Seuil, 1983), puis Désobéir et Loin du Ritz inauguraient un parcours singulier nous donne avec Arménienne (Maurice Nadeau 2012) son livre le plus médité et le plus lumineux. C'est un livre de fils comme l'était Mama d'Abdemajid Benjelloun. Si le poète slaoui a interrogé son lien insécable à sa mère dans une prose lyrique, la manière de Martin Melkonian est celle d'un peintre qui nous restituerait avec un soin d'enquêteur le nuancier des couleurs des âmes. Il se montre appartenant à la lignée d'Armen Lubin et peut raconter Victoria, sa mère, recopiant un passage d'Histoire d'un enfant (Histoire de mes idées) d'Edgar Quinet. Melkonian « substitue, nous dit-il, le présent de l'indicatif – le présent éternel- à l'imparfait de la narration » et cela donne : « A table, elle met tous les jours la place du fils absent. Et même, le jour anniversaire de sa naissance, elle sert l'absent. Elle met les morceaux les plus fins sur l'assiette de l'absent devant laquelle il y a sa photographie et des fleurs ». Il est toujours merveilleux de pouvoir penser qu'un poète disparu semble lire avec nous un auteur d'aujourd'hui. Et tout au long de la lecture du récit du séjour à Istanbul de Martin Melkonian, c'est Armen Lubin qui nous semble lire les pages que nous découvrons et s'en émouvoir avec nous. Tel est le prodige auquel parvient Melkonian dans Arménienne : universaliser le plus singulier de son récit intime, éclairer l'obscur des tourments. Son pouvoir de résurrection des vies aimées est comparable au génie poétique d'Armen Lubin. Ainsi se révèlent-ils tous deux à nous comme deux maîtres du souvenir. On suivrait volontiers Martin Melkonian « chez ces épiciers fraternels qui prétendent que les clients fréquentant leur boutique vivent plus longtemps que ceux qui négligent d'en franchir le seuil et de succomber au déballage gourmand. » vous avez dit épicier ? Ami d'Armen Lubin, le poète et romancier Henri Thomas me racontait en quel dénuement s'était trouvé l'auteur de Passager clandestin, de Sainte Patience et de ce récit inoubliable qu'est Transfert nocturne. Le plus émouvant des lecteurs d'Armen Lubin, c'était un épicier arménien qui, avec son épouse, dans son village de France, faisait cotiser pour Armen le ban et l'arrière-ban de sa clientèle, tous lecteurs du poète et conteur qu'ils admiraient .

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.