Tourisme : la Tunisie et l'Egypte prennent de l'avance sur le Maroc    Maroc/Covid-19: la répartition des 249 nouveaux cas par villes    Erdogan provoque les chrétiens    Real Madrid: Marcelo indisponible trois semaines    Votre quotidien Al Bayane en kiosque dès ce lundi 13 juillet    Marché des voitures neuves : un secteur en pleine convalescence    Association nationale des médias et éditeurs: Nouvelle vague d'adhérents    En plein désert, le Maroc érige une voie express de plus de 1000 km    Enseignement: Il est temps de mettre en œuvre le système de la loi cadre    Baccalauréat: fin de la première session, toutes branches confondues    Alaa Eddine Aljem présente son « Miracle du saint inconnu » à Séoul    RAM: voici le programme des vols exceptionnels à partir du 15 juillet    Le Raja s'accroche à son attaquant contre le Zamalek    Les mesures prises pour accompagner la reprise de l'activité touristique    Les ministres arabes se félicitent des efforts déployés par le Maroc    Mahi Binebine, Giosuè Calaciura, Souad Labbize boycottent la cérémonie de remise    US Round Up du vendredi 10 juillet – DeSantis, De Niro , Mode & Covid19, NBA, Hôpitaux    Relance du tourisme : Laftit fait le point avec les professionnels    Alerte météo: la canicule se poursuit dans ces villes du Maroc    Benzema élu joueur du mois en Espagne    Champions League: voici les affiches des quarts (PHOTO)    La médina d'Asilah renoue avec l'art contemporain    Le soutien des entreprises conditionné par la conservation d'au moins 80% des déclarés    Coronavirus : 115 nouveaux cas, 15.194 cas au total, vendredi 10 juillet à 10h    L'Homme refuse d'être libre    Messages de condoléances du Roi Mohammed VI au Roi d'Arabie Saoudite et au Président ivoirien    Capitalisation boursière à fin 2019 : La part des investisseurs étrangers s'élève à plus de 200 milliards DH    Gims raconte son « Malheur Malheur »    Dialogue social : Les partenaires sociaux préparent un nouveau round    Le Maroc intègre la communauté andine en tant que membre observateur    Casablanca: un inspecteur de police et une femme interpellés pour falsification et usage de documents officiels    Bus de Casablanca. Le PJD agent commercial d'Erdogan    Prévisions météorologiques pour la journée du vendredi 10 juillet 2020    Saad Dine El Otmani : Relance économique et vigilance sanitaire, maîtres-mots de la prochaine étape    La responsabilité de l'Algérie dans le détournement de l'aide humanitaire destinée aux camps deTindouf est patente    Préparation des prochaines échéances électorales    City se balade, Wolverhampton s'égare    Débat sur la réforme du Code électoral    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Le trompettiste Ibrahim Maalouf relaxé en appel    Le 51ème Festival national des arts populaires aura lieu en octobre    Nouvelle édition en ligne des Nuits blanches du cinéma et des droits de l'Homme    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    Sauver la SAMIR : Par devoir et par nécessité    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    Reprise de l'activité footballistique au Maroc    Talaâ Saoud Al Atlassi : Le non du Maroc au plan israélien se démarque par son réalisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les confidences de Mahi Binebine
Publié dans Le temps le 21 - 12 - 2010

Lauréat du Prix de la Mamounia, Binebine nous livre ses impressions et dévoile les sources de ses inspirations.
Comment devient-on à la fois peintre et romancier ?
Je crois que l'on naît artiste. C'est comme une sorte de joyau brut incrusté dans la roche, qu'il faut extraire sans trop l'abîmer. Puis, le tailler, le ciseler, le sertir dans la monture d'un bijou, dans le chaton d'une bague et le regarder briller… Il est question de talent, certes, mais la motivation et un travail acharné sont fondamentaux pour son accomplissement.
Vous enseigniez les mathématiques à Paris. Est-ce qu'exercer la peinture et l'écriture vous permet de vous réaliser ou bien avez-vous opté pour cette vocation pour des raisons pécuniaires ?
Picasso disait : «Les 50 premières années d'un artiste sont difficiles !» même si lui n'a pas eu à manger de la vache enragée. Il y a très peu d'artistes qui vivent de leur travail. Ma peinture a été propulsée grâce à un pur hasard qui m'a ouvert les portes d'un grand musée. Autrement, j'aurais ramé comme beaucoup de mes amis. Une toile que j'exécute en une seule journée me rapporte autant qu'un livre que je mets deux ans à écrire… Alors voyez-vous, si l'argent était ma première préoccupation, j'aurais cessé d'écrire depuis longtemps ! A moins que je ne sois masochiste…
Que préférez-vous ? Ecrire ou peindre ?
Je prends davantage de plaisir à peindre qu'à écrire. Quand j'entre dans mon atelier, je ne vois pas le temps passer. Je suis immergé dans la matière que je triture, griffe, caresse… avec laquelle je fais corps comme si j'en étais une partie intégrante… Tandis que l'écriture me coûte, je passe ma vie dans les dictionnaires à chercher le mot juste, la façon dont l'on utilisé mes prédécesseurs…
Quel est le prix que vous avez obtenu qui vous a le plus ému ?
J'ai reçu pas mal de prix pour mes livres antérieurs. J'avoue que le prix de la Mamounia que je viens de recevoir pour «Les étoiles de Sidi Moumen» m'a particulièrement fait plaisir car il s'agit d'une reconnaissance dans ma ville, Marrakech, par un jury international prestigieux. Et j'étais en compétition avec des poids lourds de la littérature marocaine.
Quelle est votre relation avec votre frère, Aziz Binebine ? Son calvaire à Tazmamart a-t-il été pour vous une source d'inspiration ?
Nous sommes très proches l'un de l'autre. Oui son épreuve a beaucoup influencé mon travail, en littérature (Les funérailles du lait) comme en peinture. Mais Tazmamart n'est plus une histoire marocaine, elle appartient à l'humanité entière. Elle montre jusqu'où des hommes peuvent aller dans la torture de leurs semblables, à la façon des camps nazis, des génocides Khmers, Rwandais...
Etes-vous un pacifiste ?
Pacifiste, dites-vous ? Je ne saurais répondre. Si on rentre chez moi pour s'attaquer à mes filles, je crois que je redeviendrai l'animal que j'étais à l'origine !
Propos recueillis par Amine Amerhoun
Mahi Binebine vu par Abdellatif Laâbi
Le grand poète A. Laâbi dresse le portrait de Binebine et analyse son œuvre.
Les écrivains qui peignent et les peintres qui écrivent ne sont plus légion. Révolue aussi l'époque où, dans la même poussée de renouvellement esthétique, peintres et poètes œuvraient de concert en s'invitant mutuellement au plus intime de leur expérience créatrice. Nostalgie mise à part, ces moments ont été d'une fécondité exceptionnelle dans l'histoire de la création artistique contemporaine. Ils ont permis de repousser les frontières de l'imaginaire et de la pensée, ouvrant ainsi à l'aventure de la modernité des champs d'exploration inouïs. Mais il semble qu'aujourd'hui cet esprit n'est plus de mise. Il est même tenu en suspicion. L'Histoire, passée maîtresse en ruses, serait en train d'établir encore une fois la «naïveté » des artistes et le peu d'emprise qu'ils ont sur la réalité humaine et le cours du monde. Le territoire qu'elle leur concède désormais est celui de la marge, là où la subversion, condamnée à des jeux narcissiques, finit par s'autodétruire. Sans pactiser nécessairement avec cette logique sommaire, d'aucuns en viennent à la résignation. D'autres au contraire, et parce qu'ils ont bien observé les flux, reflux, creux de la vague et montée des eaux auxquels la marâtre Histoire nous a habitués, y perçoivent plutôt un défi.
Une violence objective
Je prends sur moi, sereinement, de situer l'œuvre de Mahi Binebine dans la deuxième attitude. Et le fait que ce peintre soit aussi un écrivain me conforte dans cette appréciation. Une telle singularité n'est pas anodine. Elle met en synergie deux types d'investigation différenciés qui, par la force des choses, sont amenés à s'agréger et se mettre en osmose. Voilà qui éclaire à mon avis ce plus que Binebine apporte à la polyphonie déjà existante dans le foisonnement que connaît actuellement la peinture marocaine. Car ce qui le distingue de bien des peintres de sa génération, c'est cet affleurement remarquable de l'histoire (proprement marocaine, et globale aussi) dans ses œuvres. Inutile de dire que nous sommes loin de tout anecdotisme, même si «l'anecdotique» au Maroc a eu, au cours des dernières décennies, son poids écrasant de souffrances et de sang. Ici, la démarche est différente de celle du citoyen soucieux de tourner la page après l'avoir bien lue. Elle va au-delà de ce que l'on appelle le devoir de mémoire. De celle-ci elle s'occupe plus précisément à reconstituer les strates, à cerner les lignes de faille, à signaler les chaînons manquants, à projeter les images de son théâtre d'ombres. La capacité du récit à reconstituer la durée s'allie ainsi aux fulgurances visionnaires de la poésie pour produire des formes en perpétuel mouvement, s'engendrant les unes les autres, se déchirant et s'épousant, narrant par leur silence même l'inaudible de leur tragédie, gravant dans l'espace de la toile autant de fictions où la condition humaine se médite à notre vu et su. Il arrive que, pour ce faire, la matière, le trait, soient violents, notamment dans les premières œuvres. Dans les plus récentes, l'inquiétude gagnant, nous sommes confrontés à ce que la violence objective finit par opérer en chacun de nous, aux interrogations sur les énigmes éternelles que nous essayons de percer depuis des lustres. Et si Mahi Binebine n'en a pas plus que nous les clés, sachons-lui gré de se les poser à sa manière et de nous les reposer dans une langue, que dis-je, une bi-langue dont la subtilité est d'un grand secours quand tant de voiles enveloppant comme un suaire le cœur humain font obstacle à sa quête de lumière.
Abdellatif Laâbi
* La capacité du récit à reconstituer la durée s'allie aux fulgurances visionnaires de la poésie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.