Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Brexit: les tractations reprennent    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    La pétition citoyenne fait son chemin    Rabat: Vahid Halilhodzic tiendra une conférence de presse    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Covid-19: prolongement des mesures restrictives dans cette province du Maroc    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    «Transform Tomorrow Together», nouveau plan de transformation 2021-2023    PSA et FCA finalisent la constitution du conseil d'administration de Stellantis    L'Habillement : les magasins en détresse    « Routini yawmi », ça vire au porno !    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    2.574 contrats de travail et 2.228 déclarations à la CNSS    La France est-elle en train de brader ses mosquées ?    Vaccin anti Covid. Ça va être le massacre pour les requins    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Secteur de l'édition et du livre : 1735 projets soutenus pour près de 9,4 millions de dirhams    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Maroc : croissance économique prévue à 4,8% en 2021    Covid. La censure frappe sec au Quebec et en France    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    L'art et la culture en détresse!    Le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, attendu ce vendredi au Maroc    Terrorisme : Une cellule armée entraînée en Iran et démantelée en Arabie saoudite    Création d'entreprises : Casablanca-Settat a capté plus de 35% des créations d'entreprises personnes morales en 2018 [Rapport]    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    ONU : Le Maroc et plus de 69 autres pays s'engagent en faveur de la biodiversité (vidéos)    Le Maroc se distingue au Salon d'Istanbul de l'innovation avec 2 Médailles d'or et 2 Médailles d'argent    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Chama Zaz, icône de la musique amazighe, est morte    Covid-19: la pandémie franchit la barre du million de morts dans le monde    France. Les généraux se révoltent    Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour oublier l'exode, des médecins syriens à l'œuvre à "L'hôpital de l'Espoir"
Publié dans Libération le 14 - 08 - 2018

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/24545160-26327511.jpg?v=1534159829" alt="Pour oublier l'exode, des médecins syriens à l'œuvre à "L'hôpital de l'Espoir"" title="Pour oublier l'exode, des médecins syriens à l'œuvre à "L'hôpital de l'Espoir"" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/24545160-26327511.jpg?v=1534159840" alt="Pour oublier l'exode, des médecins syriens à l'œuvre à "L'hôpital de l'Espoir"" title="Pour oublier l'exode, des médecins syriens à l'œuvre à "L'hôpital de l'Espoir"" width="708" /
Les mains recouvertes de gants stériles cachant ses cicatrices, Malaké Harbaliyya retire un bébé d'une couveuse avant de lui donner le biberon. En territoire rebelle, médecins et infirmiers syriens déplacés par la guerre s'activent dans "l'hôpital de l'Espoir".
Il y a près de deux ans, l'infirmière de 31 ans et ses collègues sauvaient des nouveau-nés prématurés des bombardements du régime, dans le dernier établissement pédiatrique du secteur rebelle d'Alep, la deuxième ville de Syrie.
Mais cette zone a été reconquise fin 2016 par l'armée de Bachar al-Assad, et l'équipe a dû fuir vers d'autres zones insurgées dans le nord de la province du même nom.
Grâce à des dons, médecins et infirmiers ont inauguré en avril 2017 un établissement hospitalier, baptisé "l'hôpital de l'Espoir", qui soigne désormais les enfants et les femmes dans un bâtiment de la localité d'Al-Ghandoura.
"Je pense d'abord aux enfants, car leurs vies sont entre nos mains", soupire Malaké, qui se déplace d'une chambre à l'autre. "Leurs petites âmes n'ont rien fait pour mériter cette guerre".
Dans un pays ravagé depuis 2011 par un conflit dévastateur, elle-même a échappé de justesse à la mort.
En novembre 2016, l'hôpital d'Alep avait été la cible d'une frappe obligeant le personnel à évacuer les patients au milieu des cris de panique. Une vidéo prise sur le vif montre l'infirmière envelopper hâtivement un nouveau-né dans une couverture avant d'exploser en sanglots, à bout de nerfs.
Moins de huit mois plus tard, elle échappait à un attentat à la voiture piégée dans la ville rebelle d'Azaz, dans le nord de la province d'Alep. Grièvement blessée, elle sera soignée en Turquie.
Ses mains portent encore les cicatrices de brûlures graves.
"Ma situation était difficile. Mes collègues à l'hôpital m'ont donné de l'espoir pour continuer", dit-elle, un foulard rose recouvrant ses cheveux.
A l'entrée de l'hôpital, de grands pins jettent une ombre apaisante. Dans le hall principal, se dresse le portrait imposant de Mohammad Wassim Maaz, un pédiatre tué dans une frappe sur Alep en avril 2016.
Non loin, le docteur Hatem, vêtu d'une blouse bleue et de gants blancs, ausculte une fillette qui, souffrant de maux de ventre, se tortille sur un lit.
Chaque mois, l'établissement accueille entre 8.500 et 9.500 patients qui viennent de la région et ses environs.
"Quand on a créé cet hôpital, il n'y avait pas un seul dispensaire, ni aucune installation médicale dans toute la région", lance fièrement le docteur Hatem, 32 ans, qui préfère ne pas donner son nom de famille.
En quittant Alep, la petite équipe a dû repartir à zéro.
"Où que nous allions, on voulait rester ensemble et créer un hôpital pour enfants", confie-t-il.
Avec l'aide d'une ONG syrienne basée en Turquie, Independent Doctors Association, et de l'organisation caritative britannique CanDo, une campagne de financements participatifs a permis de récolter en moins d'un mois des dons venus du monde entier: de quoi établir et faire fonctionner un nouvel hôpital pendant un an.
"On n'aurait jamais imaginé pouvoir récolter les fonds nécessaires en seulement trois semaines", s'enthousiasme le médecin. "Cela a permis au personnel d'Alep de sentir qu'il existe encore un peu d'humanité dans ce monde".
Les équipements médicaux ont été acheminés depuis le Royaume-Uni via la Turquie voisine. Petit à petit, l'établissement s'est doté de neuf couveuses pour nouveau-nés, une clinique pour les cas de malnutrition, un laboratoire entièrement équipé et des services d'urgences.
Pour faire face à l'afflux de patientes, autrefois redirigées vers d'autres hôpitaux, un service d'obstétrique et de gynécologie a finalement été inauguré.
Aujourd'hui le personnel soignant compte une trentaine de personnes. "L'équipe est pratiquement la même que celle d'Alep, mais on a dû augmenter les effectifs en raison de l'importante charge de travail", affirme le Dr Hatem.
Une nouvelle campagne de financements participatifs a été lancée en avril mais elle n'a pas atteint l'objectif escompté. Néanmoins, l'hôpital continue de recevoir des dons d'ONG, dont celle d'Independent Doctors Association et de Help Refugees et espère bénéficier du soutien du Fonds de l'ONU pour l'enfance (Unicef) pour poursuivre sa mission.
L'hôpital soigne aussi de nombreux déplacés venus d'autres régions de Syrie, notamment de Raqa (nord) ou de Homs (centre).
Le directeur administratif de l'hôpital, Riad Najjar, 31 ans, se félicite du chemin parcouru. "Il y a une amertume qui vous accompagne quand vous quittez votre ville. Mais ici aussi, on a une chance de pouvoir aider les gens".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.