Le projet de liaison fixe via le détroit de Gibraltar au cœur d'une réunion maroco-espagnole    Bourita s'est entretenu avec son homologue qatari    Liga : Youssef En-Nesyri relance le FC Séville pour le titre    Lekjaâ: "Se qualifier au Mondial 2022, notre prochain défi"    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques    Procédures administratives : Le portail «Idarati» sur les rails    Le gouvernement et le chef de l'armée du Liban expriment leur gratitude à SM le Roi    Rapprochement entre Riyad et Téhéran    Microsoft réaffirme son engagement à soutenir les entreprises au Maroc    Le PPS apprécie hautement le lancement par Sa Majesté le Roi de la mise en œuvre effective du projet de la protection sociale généralisée    Pour une alimentation saine et équilibrée    Awacer TV : Une programmation qui renforce les liens des Marocains du monde avec leur pays d'origine    Tifyur, la chanteuse à la voix d'or    Dans l'hospitalité de Nizami Ganjaoui    Maroc/Violence: Les femmes sont plus victimes que les hommes (HCP)    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue indonésienne    25 nouveaux consuls nommés en Europe : Du sang neuf dans la diplomatie Marocaine    Covid-19 : 669 nouveaux cas, plus de 4,2 millions de Marocains ont reçu au moins une dose    La Bourse de Casablanca finit en baisse    Journée internationale des monuments: Le passé a de l'avenir    Covid-19 : les Etats-Unis atteindront leur objectif de 200 millions d'injections de vaccin cette semaine    Football : le triomphe des peuples    Maroc-Israël : la ligne aérienne opérationnelle après le ramadan    La Chambre des représentants approuve 5 conventions internationales    Aéroport de Nador: baisse importante du trafic passagers    Rachid Show: Gad EL MALEH comme vous ne l'avez jamais vu, vendredi à 22h50 sur 2M    Professionnels et non-salariés : le Régime de retraite approche à grands pas    Hausse des cas de covid au Maroc: les explications d'un expert    CNSS/CPU: lancement de l'opération d'immatriculation    Covid : la France sort du confinement en mai malgré une décrue jugée fragile    Mort de George Floyd : l'ex-policier Derek Chauvin condamné, Minneapolis explose de joie    France : une victoire de la droite nationale à la présidentielle n'est pas impossible    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 21 avril    Le musée Docteur Leila Meziane Benjelloun bientôt inauguré à Casablanca    Décès du président tchadien: l'ONU perd "un partenaire essentiel" dans la région (Guterres)    La création de l'Agence nationale des registres actée par le gouvernement    5ème journée de la Coupe de la CAF : Le Raja à 13 heures, la RSB à 16 heures    MAS (Basket) : Une nouvelle équipe dirigeante, un nouveau plan d'action    La Fédération et les Ligues régionales en réunion : Développer la formation et la gouvernance    Lancement des préparatifs de l'Aïd Al Adha    Le Maroc dénonce l'obstruction algéro-polisarienne du processus de nomination d' un Envoyé personnel au Sahara    Un journaliste algérien écroué après un article sur le mécontentement desTouaregs    Une exposition célèbre les créations artistiques des enfants autistes à Fès    La chanteuse Taylor Swift à nouveau la cible d' un harceleur    Dossiers des contractuels : Amzazi jette de l'huile sur le feu !    Coupe du Trône: Les 8 qualifiés pour les quarts de finale connus    Le club de Ziyech se retire de la Super League    Tanger : Deux individus interpellés pour vol sous la menace de la violence à l'intérieur d'une agence bancaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour oublier l'exode, des médecins syriens à l'œuvre à "L'hôpital de l'Espoir"
Publié dans Libération le 14 - 08 - 2018

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/24545160-26327511.jpg?v=1534159829" alt="Pour oublier l'exode, des médecins syriens à l'œuvre à "L'hôpital de l'Espoir"" title="Pour oublier l'exode, des médecins syriens à l'œuvre à "L'hôpital de l'Espoir"" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/24545160-26327511.jpg?v=1534159840" alt="Pour oublier l'exode, des médecins syriens à l'œuvre à "L'hôpital de l'Espoir"" title="Pour oublier l'exode, des médecins syriens à l'œuvre à "L'hôpital de l'Espoir"" width="708" /
Les mains recouvertes de gants stériles cachant ses cicatrices, Malaké Harbaliyya retire un bébé d'une couveuse avant de lui donner le biberon. En territoire rebelle, médecins et infirmiers syriens déplacés par la guerre s'activent dans "l'hôpital de l'Espoir".
Il y a près de deux ans, l'infirmière de 31 ans et ses collègues sauvaient des nouveau-nés prématurés des bombardements du régime, dans le dernier établissement pédiatrique du secteur rebelle d'Alep, la deuxième ville de Syrie.
Mais cette zone a été reconquise fin 2016 par l'armée de Bachar al-Assad, et l'équipe a dû fuir vers d'autres zones insurgées dans le nord de la province du même nom.
Grâce à des dons, médecins et infirmiers ont inauguré en avril 2017 un établissement hospitalier, baptisé "l'hôpital de l'Espoir", qui soigne désormais les enfants et les femmes dans un bâtiment de la localité d'Al-Ghandoura.
"Je pense d'abord aux enfants, car leurs vies sont entre nos mains", soupire Malaké, qui se déplace d'une chambre à l'autre. "Leurs petites âmes n'ont rien fait pour mériter cette guerre".
Dans un pays ravagé depuis 2011 par un conflit dévastateur, elle-même a échappé de justesse à la mort.
En novembre 2016, l'hôpital d'Alep avait été la cible d'une frappe obligeant le personnel à évacuer les patients au milieu des cris de panique. Une vidéo prise sur le vif montre l'infirmière envelopper hâtivement un nouveau-né dans une couverture avant d'exploser en sanglots, à bout de nerfs.
Moins de huit mois plus tard, elle échappait à un attentat à la voiture piégée dans la ville rebelle d'Azaz, dans le nord de la province d'Alep. Grièvement blessée, elle sera soignée en Turquie.
Ses mains portent encore les cicatrices de brûlures graves.
"Ma situation était difficile. Mes collègues à l'hôpital m'ont donné de l'espoir pour continuer", dit-elle, un foulard rose recouvrant ses cheveux.
A l'entrée de l'hôpital, de grands pins jettent une ombre apaisante. Dans le hall principal, se dresse le portrait imposant de Mohammad Wassim Maaz, un pédiatre tué dans une frappe sur Alep en avril 2016.
Non loin, le docteur Hatem, vêtu d'une blouse bleue et de gants blancs, ausculte une fillette qui, souffrant de maux de ventre, se tortille sur un lit.
Chaque mois, l'établissement accueille entre 8.500 et 9.500 patients qui viennent de la région et ses environs.
"Quand on a créé cet hôpital, il n'y avait pas un seul dispensaire, ni aucune installation médicale dans toute la région", lance fièrement le docteur Hatem, 32 ans, qui préfère ne pas donner son nom de famille.
En quittant Alep, la petite équipe a dû repartir à zéro.
"Où que nous allions, on voulait rester ensemble et créer un hôpital pour enfants", confie-t-il.
Avec l'aide d'une ONG syrienne basée en Turquie, Independent Doctors Association, et de l'organisation caritative britannique CanDo, une campagne de financements participatifs a permis de récolter en moins d'un mois des dons venus du monde entier: de quoi établir et faire fonctionner un nouvel hôpital pendant un an.
"On n'aurait jamais imaginé pouvoir récolter les fonds nécessaires en seulement trois semaines", s'enthousiasme le médecin. "Cela a permis au personnel d'Alep de sentir qu'il existe encore un peu d'humanité dans ce monde".
Les équipements médicaux ont été acheminés depuis le Royaume-Uni via la Turquie voisine. Petit à petit, l'établissement s'est doté de neuf couveuses pour nouveau-nés, une clinique pour les cas de malnutrition, un laboratoire entièrement équipé et des services d'urgences.
Pour faire face à l'afflux de patientes, autrefois redirigées vers d'autres hôpitaux, un service d'obstétrique et de gynécologie a finalement été inauguré.
Aujourd'hui le personnel soignant compte une trentaine de personnes. "L'équipe est pratiquement la même que celle d'Alep, mais on a dû augmenter les effectifs en raison de l'importante charge de travail", affirme le Dr Hatem.
Une nouvelle campagne de financements participatifs a été lancée en avril mais elle n'a pas atteint l'objectif escompté. Néanmoins, l'hôpital continue de recevoir des dons d'ONG, dont celle d'Independent Doctors Association et de Help Refugees et espère bénéficier du soutien du Fonds de l'ONU pour l'enfance (Unicef) pour poursuivre sa mission.
L'hôpital soigne aussi de nombreux déplacés venus d'autres régions de Syrie, notamment de Raqa (nord) ou de Homs (centre).
Le directeur administratif de l'hôpital, Riad Najjar, 31 ans, se félicite du chemin parcouru. "Il y a une amertume qui vous accompagne quand vous quittez votre ville. Mais ici aussi, on a une chance de pouvoir aider les gens".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.