Algérie    «Gilets jaunes»: La Belgique touchée aussi?    Un paquet de mesures en faveur des TPE    Gros appétit pour les énergies renouvelables    4L Trophy 2019: Une course pour les jeunes façon Paris-Dakar    Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme    Enseignement du français: Un nouveau concept dès septembre    Les Marocains du monde au SIEL    Appel à des mesures concrètes pour répondre aux problématiques des petites entreprises    Maroc: la CDG se dote d'une branche « Investissement »    Nasser Bourita : Les accords Maroc-UE sont compatibles avec le droit international    La petite blague de George Clooney    Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière    Divers    Frontex place les Marocains au Top ten des passeurs    Ligue Europa : Arsenal tombe à Borisov, le Séville FC s'offre la Lazio    Divers sportifs    Une journée au complet et du spectacle en vue    Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance    Repenser la cohabitation entre les automobilistes et les cyclistes    Cancer du col de l'utérus: le vaccin est "sûr et indispensable"    Appel à une stratégie nationale visant à faire de l'école un espace pour tous    Divers    Les conditions de travail demeurent précaires à l'échelle mondiale    La bourde de Katy Perry    Pourquoi Johnny Depp n'incarnera plus jamais Jack Sparrow    Les problèmes de peau de Kim Kardashian    Nador : Arrestation d'une bande de présumés passeurs    Casablanca: Incendie dans un stand du SIEL, rapidement maîtrisé    L'ours grognant russe inquiète les ministres de la Défense allemand et britannique    Hydrocarbures : Le Conseil de la concurrence recommande une « refonte globale » du secteur    Luis Rubiales loue la qualité des installations sportives au Maroc    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de cinq extrémistes s'activant à Safi    Le Forum international de l'étudiant à Safi    La nouvelle vie du Grand théâtre Cervantès    La Botola pro adopte le VAR la saison prochaine    Vidéo – Munich : La sécurité mondiale en question    Coupe de la CAF : La RSB bat le HUSA et s'adjuge la première place    Le Maroc et l'Espagne écrivent un nouveau chapitre de coopération économique    A SIEL ouvert…    La première édition d'ADCC en Afrique se déroulera au Maroc    Un drame humanitaire occulté    Parlement : Une session mi-figue, mi-raisin    « Le bilan des banques participatives est réjouissant ». Entretien avec Mohammed Maarouf, Directeur général de BTI Bank filiale BMCE BANK    Bourita met au point au sujet des ambassadeurs marocains au Golfe    Sit-in massif lors du concert d'Enrico Macias à Casablanca    SIEL: les jeunes d'El Jadida publient un recueil de poèmes    Lanceurs d'alerte dans la fonction publique. Bientôt un régime spécifique ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mourir en bas âge au Maroc : Des chiffres se veulent rassurants, d'autres inquiétants
Publié dans Libération le 19 - 09 - 2018

«La vérité d'aujourd'hui n'est pas celle de demain » est le résumé des nouvelles estimations sur la mortalité juvénile publiées par l'UNICEF, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la Division de la population des Nations unies et le Groupe de la Banque mondiale, publiées hier. En effet, si ces données soulignent les progrès remarquables accomplis par le Maroc depuis 1990 pour réduire le taux de mortalité des enfants et des jeunes adolescents, un autre rapport de l'UNICEF, datant de février dernier, a classé le Maroc parmi les pays à forte mortalité infantile.
Selon ces dernières estimations des institutions onusiennes, le taux de mortalité des moins de cinq ans est passé au Maroc de 80% à 23% entre 1990 et 2017 en diminution de 4,5% par an.
En détail, le nombre de décès de moins de cinq ans est passé de 58 décès pour 1.000 en 1990 à 16/1.000 en 2017. Ce taux de mortalité est passé de 84% pour les mâles à 26% et de 75% à 21% pour les femelles sur la même période.
Concernant le taux de mortalité des nouveau-nés, le Maroc a enregistré 63 % des décès en 1990 et 20% en 2017 soit 46 décès par 1.000 contre 14/1.000 entre 1990 et 2017.
Le taux de mortalité néonatale (le quotient de mortalité néonatale est la probabilité de mourir avant d'atteindre un mois) a atteint 14% en 2017 contre les 36% enregistrés en 1990. En fait, le nombre des morts néonatales est passé de 26 par 1.000 à 10/1.000 entre 1990 et 2017. Quant à la probabilité de mortalité parmi les enfants âgés entre 5 et 14 ans, elle a été de 11% avant d'atteindre les 3%, soit 7 décès par 1.000 en 1990 et 2/1.000 en 2017.
Cette tendance à la baisse a été constatée également au niveau mondial. En fait, moins d'enfants meurent dans le monde chaque année et le nombre de décès chez les enfants de moins de 5 ans a considérablement diminué, passant de 12,6 millions en 1990 à 5,4 millions en 2017, et la même tendance a été observée pour la tranche des 5-14 ans, dans laquelle le nombre de décès est passé de 1,7 million à moins d'un million au cours de la même période.
Des chiffres qui contredisent ceux révélés par un rapport publié par l'UNICEF et cité par Telquel. Ce document a classé notre pays au 26ème rang des pays les plus dangereux pour les nouveau-nés et il a précisé que le Royaume perd 18 nourrissons sur 1000. Une évaluation que partage le journal L'Economiste en se basant sur des chiffres du ministère de la Santé et qui a indiqué que les données relatives à la mortalité des enfants de moins de 5 ans (pour 1.000 naissances vivantes) du Maroc sont moins bonnes que celles des pays du Maghreb, et par certains aspects, se rapprochent paradoxalement des pays pauvres. D'après ce journal, en 2011, la mortalité infantile était de 21,7 pour 1000, et la mortalité néonatale s'élevait à 28,8 pour 1000.
Comment peut-on expliquer cette contradiction ? Les deux rapports ne donnent pas plus d'explication. Pourtant, il faut souligner que les résultats observés ne sont pas homogènes suivant les milieux sociaux. Les deux rapports sont seulement d'accord sur les causes de ces décès. Selon les agences de l'ONU, la plupart des décès d'enfants de moins de 5 ans surviennent de causes que l'on peut éviter ou traiter – complications à la naissance, pneumonie, diarrhée, septicémie néonatale et paludisme, entre autres exemples. En revanche, dans la tranche d'âge des 5-14 ans, davantage de décès surviennent à la suite de blessures, principalement occasionnées par des noyades et des accidents de la route. Des différences régionales sont également observées dans cette même tranche d'âge, les enfants d'Afrique subsaharienne ayant 15 fois plus de risques de mourir que les enfants européens. De son côté, l'UNICEF a expliqué que 80% des mortalités infantiles sont essentiellement dues à trois éléments: l'accouchement prématuré, le manque d'oxygène lors de l'accouchement et certaines pathologies chez les nouveau-nés comme la pneumonie et la septicémie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.