Visite surprise de Laftit à Madrid    Vidéo. L'artisanat marocain mis en valeur au salon du cheval d'El Jadida    Ouverture d'une enquête après une tentative de viol filmée    La beauté de Chefchaouen et de Tanger mise en relief par TF1    Le Rwanda annonce un nouveau gouvernement composé à 50% de femmes    4e commission de l'ONU: Triste spectacle mercenaire    Affronter les pollueurs récidivistes!    «Les fourmis prédatrices ou l'itinéraire d'un expulsé d'Algérie»    L'Affaire Khashoggi et la main de Washington…    Sahara : De l'informel à l'officiel…    Miss Liban perd son titre pour avoir posée avec Miss Israël    Mairie de Casablanca: La propreté renvoyée aux calendes grecques    Malgré les aveux saoudiens, Trump et l'UE réclament plus de détails sur le meurtre de Khashoggi    Les métiers du cheval: une filière en manque de profils adaptés    KACM – DHJ au sommer de la 5e journée    Débats en profondeur et intellectuels d'ici et d'ailleurs    11è Festival de la Culture soufie à Fès : Les Femmes ouvrent le bal    «Pressa»…. le bonheur est ailleurs!    Mouloud Ou Hamouch mène en silence une bataille contre la maladie    Sa majesté le roi reçoit les condoléances du roi Salmane suite au drame Bouknadel    Les marcheurs de la faim toujours bloqués à la frontière mexicaine    Armes nucléaires: Trump fait un pas de plus vers l'unilatéralisme    Londres : 700 000 personnes manifestent contre le Brexit    Messi exit du Classico    Faouzi Benzarti mis à la porte par la sélection tunisienne    Aller loin, y aller ensemble : Les start-up marocaines ont besoin de notre soutien    La terrible blessure de Lionel Messi avant le classico (Vidéo)    Une nouvelle tragédie sur l'autoroute de Casablanca    Retour du droit à l'importation de 30% sur le blé tendre à partir de 2019    ESCA invite les professionnels de la comptabilité à un workshop gratuit    Le Maroc et la Tunisie peinent toujours à dynamiser leurs échanges    Une levée de fonds de 500M$ pour Careem    L'ONCF dément les rumeurs de piratage    Le Roi Mohammed VI charge Akhannouch d'élaborer une stratégie de développement agricole    Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable    L'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale se dote d'une ambassade à Rabat    Arrestation d'une femme soupçonnée de port illégal d'un uniforme de police    Bundesliga : Le Bayern en opération sauvetage    Désillisions    Le Maroc refuse de jouer au gendarme de l'Europe    Liga : Barça et Real guettés par la crise    Premier League : Une manche show    Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une ambitieuse contribution à la consécration de la coopération culturelle    Faiçal Ben primé au Festival international du film de Delhi    Bouillon de culture    Une sordide histoire de décapitation défraye la chronique à Mohammedia (Vidéo)    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    Divers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mourir en bas âge au Maroc : Des chiffres se veulent rassurants, d'autres inquiétants
Publié dans Libération le 19 - 09 - 2018

«La vérité d'aujourd'hui n'est pas celle de demain » est le résumé des nouvelles estimations sur la mortalité juvénile publiées par l'UNICEF, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la Division de la population des Nations unies et le Groupe de la Banque mondiale, publiées hier. En effet, si ces données soulignent les progrès remarquables accomplis par le Maroc depuis 1990 pour réduire le taux de mortalité des enfants et des jeunes adolescents, un autre rapport de l'UNICEF, datant de février dernier, a classé le Maroc parmi les pays à forte mortalité infantile.
Selon ces dernières estimations des institutions onusiennes, le taux de mortalité des moins de cinq ans est passé au Maroc de 80% à 23% entre 1990 et 2017 en diminution de 4,5% par an.
En détail, le nombre de décès de moins de cinq ans est passé de 58 décès pour 1.000 en 1990 à 16/1.000 en 2017. Ce taux de mortalité est passé de 84% pour les mâles à 26% et de 75% à 21% pour les femelles sur la même période.
Concernant le taux de mortalité des nouveau-nés, le Maroc a enregistré 63 % des décès en 1990 et 20% en 2017 soit 46 décès par 1.000 contre 14/1.000 entre 1990 et 2017.
Le taux de mortalité néonatale (le quotient de mortalité néonatale est la probabilité de mourir avant d'atteindre un mois) a atteint 14% en 2017 contre les 36% enregistrés en 1990. En fait, le nombre des morts néonatales est passé de 26 par 1.000 à 10/1.000 entre 1990 et 2017. Quant à la probabilité de mortalité parmi les enfants âgés entre 5 et 14 ans, elle a été de 11% avant d'atteindre les 3%, soit 7 décès par 1.000 en 1990 et 2/1.000 en 2017.
Cette tendance à la baisse a été constatée également au niveau mondial. En fait, moins d'enfants meurent dans le monde chaque année et le nombre de décès chez les enfants de moins de 5 ans a considérablement diminué, passant de 12,6 millions en 1990 à 5,4 millions en 2017, et la même tendance a été observée pour la tranche des 5-14 ans, dans laquelle le nombre de décès est passé de 1,7 million à moins d'un million au cours de la même période.
Des chiffres qui contredisent ceux révélés par un rapport publié par l'UNICEF et cité par Telquel. Ce document a classé notre pays au 26ème rang des pays les plus dangereux pour les nouveau-nés et il a précisé que le Royaume perd 18 nourrissons sur 1000. Une évaluation que partage le journal L'Economiste en se basant sur des chiffres du ministère de la Santé et qui a indiqué que les données relatives à la mortalité des enfants de moins de 5 ans (pour 1.000 naissances vivantes) du Maroc sont moins bonnes que celles des pays du Maghreb, et par certains aspects, se rapprochent paradoxalement des pays pauvres. D'après ce journal, en 2011, la mortalité infantile était de 21,7 pour 1000, et la mortalité néonatale s'élevait à 28,8 pour 1000.
Comment peut-on expliquer cette contradiction ? Les deux rapports ne donnent pas plus d'explication. Pourtant, il faut souligner que les résultats observés ne sont pas homogènes suivant les milieux sociaux. Les deux rapports sont seulement d'accord sur les causes de ces décès. Selon les agences de l'ONU, la plupart des décès d'enfants de moins de 5 ans surviennent de causes que l'on peut éviter ou traiter – complications à la naissance, pneumonie, diarrhée, septicémie néonatale et paludisme, entre autres exemples. En revanche, dans la tranche d'âge des 5-14 ans, davantage de décès surviennent à la suite de blessures, principalement occasionnées par des noyades et des accidents de la route. Des différences régionales sont également observées dans cette même tranche d'âge, les enfants d'Afrique subsaharienne ayant 15 fois plus de risques de mourir que les enfants européens. De son côté, l'UNICEF a expliqué que 80% des mortalités infantiles sont essentiellement dues à trois éléments: l'accouchement prématuré, le manque d'oxygène lors de l'accouchement et certaines pathologies chez les nouveau-nés comme la pneumonie et la septicémie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.