BMCI organise une rencontre autour du thème « Men With Women, un engagement déterminant »    Meilleur joueur africain de l'année: Mehdi Benatia dans le top 10    Raphaël Glucksmann : En marche contre Macron    Un nouveau domaine où le Maroc veut asseoir son leadership en Afrique    Les raisons de l'abstention du Maroc de l'organisation de la CAN 2019    Nantes aura deux stades voisins    Atlantic Dialogues : La politique de Donald Trump pointée du doigt de toute part    Sidaction Maroc : Un rendez-vous pour la lutte contre le sida    Commerce : La Chine suspend les surtaxes douanières imposées aux voitures americaines    «Zhar W Chouk»: La troupe Massarat entame sa tournée dans plusieurs villes    COP24 : la clôture reportée pour décrocher un accord final    The day after    Coupes africaines : Le Wydad et le Raja entrent en piste    Botola Maroc Telecom : Une journée tronquée mais passionnante    Les députés PPS au Parlement    L'exemple d'un hôpital qui émerge du lot!    Benchekroun: faire face à la stagnation du marché immobilier par des programmes innovants    Les députés du PPS réaffirment la solidarité du Maroc avec le peuple palestinien    Live-Atlantic Dialogues: L'avenir de l'OTAN débattu en présence de l'Envoyé US dans la région des Grands Lacs    RAM célèbre la livraison de son premier Boeing 787-9    BCP primée aux Financial Afrik Awards    La Cour des comptes soulève la non-réalisation des objectifs du programme d'urgence de l'Education nationale    La Princesse Lalla Hasnaa préside le Conseil d'administration de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement    SM le Roi reçoit Mohamed Benalilou au Palais Royal de Rabat et le nomme au poste de Médiateur    L'auteur présumé de la fusillade de Strasbourg neutralisé    Concert de musique classique «Ambassade de Maestria musicale»    Abdelilah Chahidi: Les révélations intérieures du beau visage féminin    Entreprises publiques : 3.500 marchés pour 13 milliards DH en 2017    Chambre des conseillers. Les travaux plombés par l'absentéisme    Atlantic Dialogues à Marrakech : Diversité des contributions et richesse des apports du document Atlantic Currents    Mohamed Benalilou devient le nouveau Médiateur    Plagiat. Pharrell Williams et Robin Thicke condamnés    Fès célèbre la journée nationale du détenu    Les honoraires des notaires désormais plafonnés    Aéroport Mohammed V : Près d'un kilo de coke dans l'intestin d'une passagère brésilienne    Des milliers de femmes birmanes vendues de force en mariage en Chine    News    Lyon s'empare du dernier ticket des huitièmes de la Ligue des champions    Google Translate veut être plus juste envers le féminin    Cerveaux des enfants et smartphones, tablettes et autres jeux vidéo, ne font pas bon ménage    Dembélé, du cossard au crack en sept minutes    Coupe de la CAF : Le HUSA sommé de franchir le cap de Génération Foot    Le Congrès colombien adopte une résolution soutenant l'intégrité territoriale du Maroc    Le septième Sommet de l'UMA a été programmé et reporté à quatre reprises    S.M le Roi réitère le soutien du Maroc aux efforts d'Antonio Guterres et de son Envoyé personnel au Sahara    Signature d'une convention franco-marocaine dans le domaine archéologique    Essaouira à la rencontre de Manama, Charjah et Paris    "El Aloua", une pièce théâtrale qui ravive le patrimoine culturel de "l'Aïta"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mourir en bas âge au Maroc : Des chiffres se veulent rassurants, d'autres inquiétants
Publié dans Libération le 19 - 09 - 2018

«La vérité d'aujourd'hui n'est pas celle de demain » est le résumé des nouvelles estimations sur la mortalité juvénile publiées par l'UNICEF, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la Division de la population des Nations unies et le Groupe de la Banque mondiale, publiées hier. En effet, si ces données soulignent les progrès remarquables accomplis par le Maroc depuis 1990 pour réduire le taux de mortalité des enfants et des jeunes adolescents, un autre rapport de l'UNICEF, datant de février dernier, a classé le Maroc parmi les pays à forte mortalité infantile.
Selon ces dernières estimations des institutions onusiennes, le taux de mortalité des moins de cinq ans est passé au Maroc de 80% à 23% entre 1990 et 2017 en diminution de 4,5% par an.
En détail, le nombre de décès de moins de cinq ans est passé de 58 décès pour 1.000 en 1990 à 16/1.000 en 2017. Ce taux de mortalité est passé de 84% pour les mâles à 26% et de 75% à 21% pour les femelles sur la même période.
Concernant le taux de mortalité des nouveau-nés, le Maroc a enregistré 63 % des décès en 1990 et 20% en 2017 soit 46 décès par 1.000 contre 14/1.000 entre 1990 et 2017.
Le taux de mortalité néonatale (le quotient de mortalité néonatale est la probabilité de mourir avant d'atteindre un mois) a atteint 14% en 2017 contre les 36% enregistrés en 1990. En fait, le nombre des morts néonatales est passé de 26 par 1.000 à 10/1.000 entre 1990 et 2017. Quant à la probabilité de mortalité parmi les enfants âgés entre 5 et 14 ans, elle a été de 11% avant d'atteindre les 3%, soit 7 décès par 1.000 en 1990 et 2/1.000 en 2017.
Cette tendance à la baisse a été constatée également au niveau mondial. En fait, moins d'enfants meurent dans le monde chaque année et le nombre de décès chez les enfants de moins de 5 ans a considérablement diminué, passant de 12,6 millions en 1990 à 5,4 millions en 2017, et la même tendance a été observée pour la tranche des 5-14 ans, dans laquelle le nombre de décès est passé de 1,7 million à moins d'un million au cours de la même période.
Des chiffres qui contredisent ceux révélés par un rapport publié par l'UNICEF et cité par Telquel. Ce document a classé notre pays au 26ème rang des pays les plus dangereux pour les nouveau-nés et il a précisé que le Royaume perd 18 nourrissons sur 1000. Une évaluation que partage le journal L'Economiste en se basant sur des chiffres du ministère de la Santé et qui a indiqué que les données relatives à la mortalité des enfants de moins de 5 ans (pour 1.000 naissances vivantes) du Maroc sont moins bonnes que celles des pays du Maghreb, et par certains aspects, se rapprochent paradoxalement des pays pauvres. D'après ce journal, en 2011, la mortalité infantile était de 21,7 pour 1000, et la mortalité néonatale s'élevait à 28,8 pour 1000.
Comment peut-on expliquer cette contradiction ? Les deux rapports ne donnent pas plus d'explication. Pourtant, il faut souligner que les résultats observés ne sont pas homogènes suivant les milieux sociaux. Les deux rapports sont seulement d'accord sur les causes de ces décès. Selon les agences de l'ONU, la plupart des décès d'enfants de moins de 5 ans surviennent de causes que l'on peut éviter ou traiter – complications à la naissance, pneumonie, diarrhée, septicémie néonatale et paludisme, entre autres exemples. En revanche, dans la tranche d'âge des 5-14 ans, davantage de décès surviennent à la suite de blessures, principalement occasionnées par des noyades et des accidents de la route. Des différences régionales sont également observées dans cette même tranche d'âge, les enfants d'Afrique subsaharienne ayant 15 fois plus de risques de mourir que les enfants européens. De son côté, l'UNICEF a expliqué que 80% des mortalités infantiles sont essentiellement dues à trois éléments: l'accouchement prématuré, le manque d'oxygène lors de l'accouchement et certaines pathologies chez les nouveau-nés comme la pneumonie et la septicémie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.