Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies
Publié dans Libération le 25 - 05 - 2019

«Travailler dur, ou tirer au flanc, tout le monde obtient la même chose. Alors, les gens ne sont pas motivés pour travailler». Ce sont les mots de Yan Junchang, le fermier chinois qui a initié un accord secret qui a sauvé des millions de vies. De quoi s'agit-il ?
Aucune propriété privée
En 1978, les terres agricoles en Chine ont été divisées en collectivités. En raison de la révolution communiste, aucune propriété personnelle des terres agricoles n'était autorisée. «A l'époque, même une paille appartenait au groupe», a déclaré Jungchang, un agriculteur du village de Xiaogang. En 1978 «Personne ne possédait rien».
Selon NPR.org, en 1978, les agriculteurs d'un petit village chinois appelé Xiaogang se sont réunis dans une hutte en terre battue pour signer un contrat secret, en craignant que cela leur coûte la vie. Cela a fini par transformer l'économie de la Chine d'une manière qui résonne encore aujourd'hui. A l'époque, les produits des agriculteurs appartenaient au gouvernement, qui les répartissait également entre les agriculteurs du collectif.
Propriété collective
Contrairement à l'abondance que les socialistes promettaient si l'appropriation collective des moyens de production était respectée, «il n'y avait jamais assez de nourriture, et les agriculteurs devaient souvent se rendre dans d'autres villages pour mendier. Leurs enfants avaient faim. Ils étaient désespérés». Selon China.org, la population du village n'était que de 120 avant 1958 et 67 villageois sont morts de faim lors du Grand Bond en avant de 1958-1960. Dans le comté de Fengyang, où se trouve Xiaogang, une personne sur quatre a péri, soit 90.000 personnes. Mais sous le collectivisme, certains sont plus égaux que d'autres. Alors que les paysans mouraient de faim, «aucun fonctionnaire ne souffrait de la faim dans notre région», a rappelé Junchang. «La nourriture n'était pas suffisante pour nourrir tout le monde. Les familles ont alors bouilli des feuilles d'arbres, de l'écorce et des plantes sauvages comestibles ; nous avons mangé tout ce que nous avons pu trouver. Après avoir consulté d'autres villageois, j'ai pris la décision de céder des terres à des ménages, quelle que soit la peine qui me serait infligée. Nous ne voulions plus mourir de faim».
Selon le contrat, «les agriculteurs ont accepté de partager les terres entre les familles. Chaque famille a accepté de remettre une partie de sa récolte au gouvernement et au collectif. Et, surtout, les agriculteurs ont convenu que les familles qui produisaient suffisamment de nourriture en garderaient pour elles-mêmes», selon le rapport de la NPR.
Les incitations comptent
Les résultats ont été époustouflants. «La production céréalière est passée à 90.000 kilogrammes en 1979, soit six fois plus que l'année précédente», selon China.org. «Le revenu par habitant de Xiaogang est passé de 22 yuans à 400 yuans». Les agriculteurs, désormais motivés par la possibilité de bénéficier, même partiellement, de leurs efforts, plutôt que de voir leurs produits partagés de force avec le collectif, ont, sans surprise, déployé des efforts plus importants. «Nous avons tous participé à des compétitions secrètes», a déclaré Junchang. «Chacun voulait produire plus que les autres».
Comme l'explique NPR.org, c'était la même terre, les mêmes outils et les mêmes personnes. Pourtant, en changeant les institutions économiques (garder une partie du fruit de son travail), tout a changé. «Avant le contrat, les agriculteurs ne se traînaient dans les champs que lorsque le coup de sifflet du village retentissait, marquant le début de la journée de travail», a ajouté NPR. «Après le contrat, les familles sortaient avant l'aube». Cependant, tout le monde n'est pas satisfait des actions des agriculteurs de Xiaogang. Comme le note China.org, certaines personnes ont accusé les villageois de Xiaogang de déterrer la pierre angulaire du socialisme. Heureusement, le secrétaire du parti de la préfecture de Fengyang, Wang Yuzhao, était ouvert d'esprit.
Des agriculteurs courageux
Yuzhao a été informé de la récolte favorable générée par le nouvel arrangement contractuel, et a promis de protéger le secret du village aussi longtemps que la pratique ne se répandrait pas. La nouvelle du contrat des agriculteurs s'est toutefois propagée. Mais heureusement pour Yan et ses concitoyens du village, «il y avait des membres puissants du Parti communiste qui voulaient changer l'économie de la Chine. Deng Xiaoping, le dirigeant chinois qui allait créer l'économie moderne de la Chine, venait juste de prendre le pouvoir», a rapporté NPR. Ainsi, au lieu d'exécuter les agriculteurs de Xiaogang, les dirigeants chinois ont finalement décidé de les prendre pour modèle. En quelques années, les fermes de toute la Chine ont adopté les principes énoncés dans ce document secret. Les gens pouvaient posséder ce qu'ils avaient produit. Le gouvernement chinois a également autorisé d'autres libéralisations économiques, ce qui a permis de stimuler la croissance historique, censée permettre à 500 millions de Chinois de sortir de la pauvreté.
L'accord des agriculteurs de Xiaogang a sonné le glas de l'agriculture communautaire en Chine il y a trois décennies, mais malheureusement, le gouvernement chinois continue de refuser de légaliser la propriété des terres rurales. Les actions courageuses des agriculteurs de Xiaogang est une leçon historique. Alors que de plus en plus de gens, en particulier les jeunes, développent une vision sympathique du socialisme et de la collectivisation des moyens de production, l'histoire des agriculteurs nous rappelle à quel point le collectivisme peut être désastreux.
Les droits de propriété privée
sont importants
L'élimination des incitations liées aux droits de propriété privée sur les moyens de production ne crée pas une prime égalitaire, mais un paradis pour les parasites. Séparer la récompense de l'effort tue l'initiative de travailler. Les droits de propriété privée dans une économie libre sont indispensables pour l'élimination de la pauvreté, l'accélération de la croissance de l'épanouissement humain. Lorsque vous serez confronté à un membre de votre famille socialiste ou à des amis sur les médias sociaux qui défendent le collectivisme économique, assurez-vous de leur raconter l'histoire du contrat secret qui a révolutionné la Chine.
(Essayiste et analyste pour
The Foundation for Economic Education)
Article publié en collaboration
avec Libre Afrique


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.