Enjeux et défis pour le Maroc (2e partie)    Chaleur : Comment rafraichir vos animaux de compagnie    Un voyage dans les tréfonds de la peinture marocaine!    Projet d'Akon en Afrique    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages    Najib Bensbia se glisse parfaitement dans une peau féminine    UE : Nouveau financement de 30 millions d'euros au Liban    Covid-19 à Tanger: les autorités ferment le marché de Hay Benkirane    Crédit immobilier : Bank Of Africa lance la 1ère plateforme en ligne de crédit immobilier    Casablanca: une voiture folle provoque d'importants dégâts sur l'autoroute (VIDEO)    Change: les devises étrangères contre le dirham marocain    Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Elections sénatoriales-Egypte: un Marocain à la tête d'une mission d'observation    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    Violation de l'état d'urgence sanitaire: 742 personnes poursuivies à Taroudant    21ème journée de la Botola Pro D1 : Des rencontres à couteaux tirés    Le Groupe OCP fête ses 100 ans d'existence    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Dépression : La vitamine D ne sert à rien    Frère Jean, ex-photographe de mode devenu moine orthodoxe dans les Cévennes    Les œuvres de l'artiste danoise Lene Wiklund illuminent l'espace Dar Souiri    Charlize Theron dénonce les conditions de tournage de "Braquage à l'italienne"    Réouverture des salles de sport    Ligue des champions Messi au rendez-vous de Lisbonne    Signature d'une convention d'objectifs pour le développement du football féminin    Recul des ventes de la quasi-totalité des secteurs au premier semestre    D'aucuns prônent un dépistage massif en faveur du personnel soignant    Classée 2ème destination dans le monde : La ville ocre dans le top 25 du TripAdvisor    Covid-19 / Maroc: Les guérisons augmentent nettement    Coronavirus : 1.230 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 33.237 cas cumulés dimanche 9 août à 18 heures    Manchester City bourreau du Real de Zidane    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    La FIDHOP s'oppose au 3e mandat de Ouattara    Au bord du naufrage!    «Les petits porteurs ont aussi soutenu le MASI»    Le Bayern et le Barça en quart !    Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Coronavirus: 23 joueurs et membres du staff de l'Ittihad de Tanger testés positifs    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le basket 3x3, une discipline en quête de développement
Publié dans Libération le 28 - 08 - 2019

En ce mercredi après-midi, sous un ciel bleu et un soleil de plomb, des flots de sueurs ruissellent des visages tandis que d'une main à l'autre, le ballon de basket voyage. Dans un ballet incessant de passes, shoots, cross over et autres floater, les jeunes de la cité plateau de Casablanca, s'époumonent sur un demi-terrain de basket lors d'une partie de 3 contre 3.
Au même moment, une centaine de kilomètre plus au nord, un tableau quasi-similaire se dessine entre les pins du Park Ibn Sina de Rabat, dans le cadre de la 12ème édition des Jeux africains (du 21 au 25 août). Discipline olympique à partir des JO de Tokyo 2020, le 3x3 est en quête de notoriété sur le continent. C'est d'ailleurs l'une des raisons derrière sa programmation pendant cette compétition.
A vrai dire, malgré une pratique ancrée depuis longtemps dans les quelques terrains de proximité des grandes métropoles marocaines, le développement et la démocratisation du basket à 3 n'en est qu'à ses balbutiements, traînant comme un boulet l'absence d'une stratégie nationale digne de ce nom. Heureusement, il existe quelques irréductibles, déterminés à populariser cette pratique aux vertus multiples. Gros plan sur le 3x3, un pont vers une réussite certaine, sous toutes les coutures.
L'assurance d'une bonne
condition physique
Qui a dit qu'il fallait être cinq contre cinq pour jouer au basket ? Sûrement pas Mohammed Marrakchi. Ancien international espoir de basket à 5 (1988 – 1990), il est natif d'Oujda, là où il a appris ses gammes dans le club de basket local. Et depuis, la balle orange lui colle à la peau. Aujourd'hui intervenant et tuteur pédagogique pour les masters "Sport Management et communication par le sport » à la fac des sports de Nancy, et ex-entraîneur de l'US Vandoeuvre Basket, il est l'instigateur du "Morocco Tour Test Basket 3x3 FIBA" en collaboration avec l'Association CESAM. Un événement organisé dans les clubs de six villes du Sud du Maroc, afin de populariser auprès des basketteurs en herbe, cette discipline bourrée de valeurs dont il connaît tous les secrets. Il porte un regard aiguisé sur ce qui le différencie de son grand frère, le basket 5x5 « Le 3x3 est plus exigeant au niveau cardio. Il demande aussi une très bonne technique. Il faut être hyper concentré parce que les rôles des joueurs changent constamment. La transition attaque-défense est rapide. La possession dure 12 secondes. Tu n'as pas le temps de te reposer. C'est la particularité du 3x3», nous explique-t-il passionnément. Et d'ajouter : «Ils sont également complémentaires. Par analogie, le foot freestyle est incompatible avec le foot à 11, car il repose sur des individualités. Au contraire du basket 3-3 qui s'appuie sur un sens du collectif comme le basket à 5 » Une complémentarité qui facilite la transition, au même titre qu'elle forge un corps et un cœur solide.
La fluidité qui le caractérise fait souvent monter les pulsations cardiaques dans les tours. Cette particularité puise sa source dans des règlements plus souples que ceux du basket à 5, tout comme leur application. « L'un des avantages du basket à 3, c'est que tu laisses un peu plus jouer, mais toujours dans un cadre légal», avance Ahmad Ait Bari, arbitre en Jeep Elite (Première division de basket à 5 en France). Depuis plus de 20 ans, il a officié lors d'une cinquantaine de manifestations internationales de basket 3x3, après l'avoir longtemps pratiqué. Pour lui, cette souplesse dans l'application des règles est capitale « Les joueurs doivent avoir plus de liberté par rapport au 5x5. On ferme les yeux sur les petits contacts, si ça n'a pas d'incidence sur le jeu, ou sur l'intégrité des joueurs. L'arbitre doit permettre du spectacle sans rudesse en trouvant l'équilibre entre l'agressivité et l'agression. Il doit garder le contrôle. Car le risque quand tu laisses trop jouer, c'est la poussée d'adrénaline, et tu ne peux plus rien contrôler. » Et pour cause, si le fair play régnait lors des Jeux africains, sur les terrains de proximité, c'est un peu plus chaud. Mais cela confine à l'exception. En réalité le basket 3x3 est un vecteur d'éducation sportive et sociale.
Le 3x3 véhicule des valeurs
du vivre-ensemble

Au bout de cinq jours de compétition, les tournois masculins et féminins de basket 3x3 ont consacré respectivement, Madagascar et le Nigeria. Les équipes nationales marocaines, constituées à la hâte, ont été éjectées dès le premier tour. Mais l'essentiel est ailleurs. Contrairement aux deux premiers jours, marqués par des gradins aux deux tiers vides, uniquement occupés par les staffs des équipes en lice, le week-end a été plus en adéquation avec les valeurs véhiculées par cette discipline. Comme une boite de crayon de couleurs, les gradins étaient cette fois-ci pleins à craquer. Plusieurs nationalités y étaient représentées, pour une grandiose fête où règnent comme le rappelle Ahmad Ait Bari, «respect, échange et convivialité ». Preuve en est, l'échauffement jumelé des adversaires sous le même panier. Mohammed Marrakchi renchéri : « En plus le 3-3 est spectaculaire. Il y a les concours à trois points, de Dunk, les animations entre les rencontres. Les jeunes s'identifient. En plus, les évènements sont médiatisés gratuitement sur les réseaux sociaux, via les live Facebook notamment ». Une tâche qu'a faite sienne Salaheddine Rami, un bénévole qui n'a pas compté ses heures pour partager photos et vidéos sur la Toile.
Présent les premiers jours du tournoi, Jamil Rouissi, 45 ans dont 25 dans le basket 5-5 et 12 dans le basket 3-3, est animateur professionnel des sports en salle en France. Il aurait certainement apprécié l'ambiance qui a rythmé les derniers jours. Car, pour lui, «quand le public interagit avec ce qui se passe sur le terrain, c'est là où un événement basket 3-3 est réussi». Mais pas que. Il n'oublie pas de souligner le rôle prépondérant joué par la musique et le speaker ; « la présence d'un bon DJ est primordiale. C'est lui qui impulse la musique, et donc le rythme du match, au même titre que le speaker. En somme, une animation réussie c'est la combinaison d'un public, un DJ et un speaker. »
Alors que l'attention accrue de la FIBA sur le basketball 3x3 s'est fait sentir en 2007, son adhésion au programme olympique quelques années plus tard a été motivée par les valeurs du vivre-ensemble qu'elle véhicule, son universalité, mais aussi parce que c'est un sport jeune, lié à une pratique en extérieur synonyme de liberté ; en témoignent les ballons officiels du 3x3 aux couleurs du soleil et du ciel. Et au regard de la crise traversée par le basket national, il pourrait tout autant constituer un remède aux maux qui plombe la pratique du 5x5 au Maroc.
Il peut aider le basket national à sortir de sa crise
« N'attendez pas les institutions. Le 3x3 est une opportunité pour faire progresser vos jeunes. Organisez des tournois. Le Maroc du basket est en crise et le 3x3 est une manière d'en sortir et surtout de garder les adhérents dans le giron des clubs. Leur éviter les tentations malsaines de la rue ». C'est le message qu'aimerait passer Mohammed Marrakchi aux présidents et coaches des clubs du pays, alors que les émotions liées aux compétitions sont quasiment gelées «Un tournoi en interne. Ça apporte de la motivation», confirme-t-il. Ce message a trouvé un écho favorable auprès des participants du "Morocco Tour Test Basket 3x3 FIBA ». Mohammed nous raconte : « Il y avait un grand engouement. On fait découvrir aux jeunes une pratique nouvelle et inédite pour eux. D'autant plus que le 3x3 responsabilise, vu qu'il n'y a pas de coach. En sus, la pratique est ludique, donc ils s'amusent plus ».
Toutefois, d'aucuns croient que le basket à 3 pourrait faire de l'ombre au basket 5x5. Mais au Maroc le basket traditionnel n'est que l'ombre de lui-même. Donc c'est un faux débat. Maintenant l'heure est à la synergie des efforts. Surtout qu'il n'y pas de secret pour développer cette pratique synonyme « d'opportunité pour les pays qui sont invisibles en 5-5 au niveau international, afin de s'exprimer et gagner des gallons», assure Ahmad Ait Bari. A en croire Mohammed Marrakchi, le chemin vers la démocratisation est tout tracé : «Il faut organiser des événements et assurer des formations. En exposer l'intérêt et l'utilité à tous les éducateurs qui travaillent dans les quartiers, les centres de proximité, les cadres de la jeunesse et des sports, les animateurs, les profs d'EPS sports. Et les utilités ne manquent pas. Elle sont sportives, pédagogiques, éducatives et sociales ».
En somme, le développement de ce sport est loin d'être utopique. Pour ceux qui pensent avant tout argent, il convient de noter qu'un terrain de basket 3x3 d'une largeur de 15 m et d'une longueur de 11 mètre ne coûterait en moyenne que la modique somme de 5000 euros.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.