France/Covid-19: Macron annonce une nouvelle mesure    Football: La DTN désigne 48 responsables techniques des ligues régionales    Officiel : Wail Sadaoui rejoint le Raja    Belhanda sur les pas d'Amrabat?    La sculpture de Farid Belkahia s'ouvre sur l'espace public    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Biélorussie: Svetlana Tsikhanovskaia en passe de détrôner Loukachenko    Vaccin anti covid-19 : L'OMS tente de freiner les ardeurs de la Russie    Alsa Al Baida suspend les lignes de bus Casa-Mohammedia    Covid-19 : le Vietnam attaqué par une souche plus virulente    Notre e-mag Challenge revient en début septembre    La «pandémie routière» fait 12 morts au nord d'Agadir    Troubles de l'érection. La solution existe    Alerte du ministère de l'intérieur: Attention aux FAKE NEWS    Cash Plus dématérialisée l'ouverture d'un compte de paiement    La Covid-19 impacte les comptes de Lydec    Finances locales : 3,7 milliards DH d'excédents générés par les collectivités territoriales à fin juin    Interconnexion électrique Maroc-Espagne : L'ONEE rassure sur une fuite d'huile    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    Cours de change: les devises étrangères contre le Dirham marocain    Cyber-sécurité : Une transaction en ligne sur 50 était frauduleuse dans le secteur financier    Message d'Antonio Guterres au roi Mohammed VI    Casablanca: violent incendie au quartier Beauséjour    Covid-19 au Maroc: l'Istiqlal déplore « l'improvisation du gouvernement »    Météo Maroc: le mercure va grimper jusqu'à 45 degrés ce mardi    L'application TikTok sera bannie aux Etats-Unis si...    Le drapeau marocain mis à l'honneur dans le nouveau clip de Beyoncé    Hypertension artérielle : Faites de l'exercice !    Le lièvre soulevé par l'USFP suscite le débat    C1, C3, C1 dames, L1... Top départ d'un mois d'août fou de foot    Le Raja met la pression sur le WAC    Le surf à l'ère du coronavirus    Koert Debeuf : L'importance du Maroc dans le conflit libyen réside dans sa neutralité    Le discours du Trône constitue une feuille de route claire pour le présent et l'avenir    Exacerbation de la crise sécuritaire à Tindouf    Début de la 100ème édition du festival de Salzbourg, sous restrictions à cause de la pandémie    Amitabh Bachchan, légende de Bollywood, est sorti de l'hôpital    Ligue 1: le Marocain Azz-Eddine Ounahi quitte Strasbourg pour rejoindre ce club    Bourita: Il y a une convergence de points de vue entre le Maroc et l'Arabie Saoudite    Le Sénat italien lève l'immunité parlementaire de Matteo Salvini    Exacerbation de la crise sécuritaire à Tindouf    SM le Roi appelle à la vigilance, à la solidarité et au respect des mesures sanitaires    Espagne. Les homosexuels marocains accueillis à bras ouverts    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    "L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières" Le nouveau-né de l'agence de l'Oriental    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lors de l'émission «Décryptage» de MFM Radio
Publié dans Libération le 13 - 11 - 2019

Le Premier secrétaire de l'USFP, Driss Lachguar, a appelé, lors de son passage dans l'émission «Décryptage» de MFM Radio, à réfléchir pour trouver une solution au débat suscité récemment par l'article du PLF 2020 stipulant que les biens et les fonds de l'Etat et des collectivités locales ne peuvent pas faire l'objet de saisie.
Il a ainsi affirmé que la règle c'est l'application des jugements judiciaires à l'égard de l'Etat et ses organes, mais il a néanmoins souligné qu'il faut également penser à d'autres moyens et voies pour préserver les deniers publics et les biens de l'Etat.
Il a rappelé que le Groupe socialiste à la Chambre des représentants a présenté il y a quelques années une proposition de loi relative à la création d'une Instance chargée des affaires de l'Etat pour remplacer l'Agence judiciaire de l'Etat. «Cette instance, a précisé le Premier secrétaire, a pour but de préserver les deniers de l'Etat et de défendre ses intérêts».
Dans un article publié par Libé en février 2013, Driss Lachguar avait souligné que la création de cette instance s'inscrit dans le cadre de l'application des dispositions de l'article 159 de la Constitution relatives à la bonne gouvernance juridique des services publics, à la lutte contre la corruption et à la reddition des comptes qui font que la création d'un tel organisme est devenue indispensable, affirmant que cette instance devra conseiller les services publics, accompagner leurs décisions administratives, leurs accords et leurs contrats et les représenter devant les juridictions et les comités d'arbitrage aux niveaux national et international, qu'ils soient demandeurs ou défendeurs. Depuis, cette proposition de loi du Groupe socialiste a été mise au placard.
Concernant l'initiative de réconciliation et d'ouverture lancée par l'USFP, le dirigeant socialiste a souligné que «la réconciliation consiste aujourd'hui à rendre justice aux dirigeants historiques du parti des Forces populaires tels que Abdellah Ibrahim, Fqih Basri, Abderrahim Bouabid et Mahjoub Ben Seddiq dont le syndicat qu'il présidait, à savoir l'UMT, était l'un des acteurs importants du parti». Et de préciser : « Pourtant, l'UMT était devenue et demeurait un ennemi de l'USFP. Et aucun dirigeant du parti n'avait osé mettre fin à ce tabou jusqu'à mon élection par le 9ème Congrès et la visite que j'ai rendue à cette centrale à Casablanca ».
Par ailleurs, le Premier secrétaire a plaidé pour l'unité des forces progressistes et de gauche, soulignant que l'USFP a toujours été ouvert à tous les partis de gauche et rappelant l'initiative «Al Machrouaa », institution socialiste des études et de réflexion, qui avait organisé un colloque national sur le thème : « De la nécessité de la gauche » auquel ont pris part des membres dirigeants des partis de gauche dont Abdellah Saaf, professeur de sciences politiques, Kamal Abdellatif, professeur de philosophie à l'Université Mohammed V de Rabat, Mohamed Sabila, intellectuel et universitaire, Abdessalam El Aziz, secrétaire général du Congrès national ittihadi (CNI), Abdelouahed Souheil, membre du Bureau politique du PPS , Ali Boutouala, vice-secrétaire général du Parti de l'avant-garde démocratique socialiste (PADS) et Mustapha Brahma, secrétaire général d'Annahj Addimocrati.
« Aujourd'hui, nous ouvrons nos bras à toutes les forces progressistes sans conditions préalables », a déclaré Driss Lachguar en critiquant, en filigrane, certaines parties qui posent des conditions loufoques en vue de s'allier avec l'USFP. «Certains exigent que l'USFP fasse l'autocritique de l'expérience du gouvernement de l'Alternance et exigent une explication de son vote positif en faveur de la Constitution de 1996 », a-t-il précisé en substance.
Il a, par ailleurs, souligné que le Maroc a réalisé des progrès considérables durant les 20 ans de règne de S.M le Roi Mohammed VI, tout en mettant en exergue le fait que notre pays doit relever deux défis. Le premier a trait à la problématique de la modernité et le deuxième à la nécessité de combler le fossé entre les plus riches et les plus démunis en mettant en place, durant la prochaine décennie, des politiques publiques sociales favorables aux pauvres.
Concernant le derby entre le Wydad et le Raja qui a eu lieu le 3 novembre et comptant pour les huitièmes de finale de la Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions, Driss Lachguar a souligné que le fait que ce match aller se soit déroulé sans incidents signifie que «notre pays constitue un modèle unique dans l'espace Sud de la Méditerranée. Le Maroc a démontré qu'il dispose de tous les moyens pour organiser de grandes manifestations sportives et culturelles comme Mawazine». Et d'ajouter : « Nous devons être fiers de la sécurité et de la stabilité qui règnent dans notre pays, car elles sont les conditions sine qua non de tout développement et de tout progrès ».
Ont, entre autres, pris part à l'émission «Décryptage» Mohamed El Guertili, Jamal Berraoui, Aziz Daouda et Najib Salmi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.