Crowdfunding: Le mode opératoire    arrestation d'un individu impliqué dans une grande opération d'escroquerie à Casablanca    CGEM : Le futur patron fait le point sur son programme    S.M le Roi lance la réalisation d'une Cité des arts et de la culture et inaugure un complexe intégré de l'artisanat    Les réformes politiques et la résilience du tourisme devraient stimuler la reprise de la croissance du Maroc    Un consortium maroco-français va construire une centrale solaire de 120 MWp à Gafsa en Tunisie    Des milliers de binationaux en plus    Le Maroc exprime son profond étonnement quant à son exclusion de la conférence sur la Libye    Liga : Le Real prend provisoirement les commandes    Premier League : City cale déjà, Chelsea surpris par Newcastle    Le Sept national se qualifie au deuxième tour de la CAN de handball    La prestation de Hakim Ziyech avant qu'il se blesse    Adda M'Rabbih, rescapé des bagnes du Polisario et fondateur du Mouvement du 5 Mars à Rabouni    Amir Al-Mouminine remet le Prix Mohammed VI aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme organisé dans les mosquées    L'œuf n'est pas mauvais pour la santé    Masterclass sur "la VATS lobectomy" au profit de 12 spécialistes de la chirurgie thoracique    Un nouveau centre de la Fondation Ali Zaoua voit le jour à Fès    Signature à Pékin de deux accords de coopération entre la FNMM et le Musée national de Chine    Mohamed Marouazi : Mes ambitions vont plus loin que d'être un acteurc    Forum stratégique maroco-égyptien : les participants saluent l'ouverture de consulats dans les provinces du sud    Entretien téléphonique entre le roi et le président français    Marrakech : 3 individus sous les verrous pour vente illégale de contraceptifs prohibés    L'ambassadeur Omar Hilale reçu par le président du Togo    Mise en échec d'une tentative d'assaut collectif de clandestins subsahariens contre le préside occupé de Sebta    La Vision Royale d'un développement durable et intégré du monde rural    Le grand rendez-vous!    Fonction publique : Plus de 240 000 postes créés en 10 ans    Le président du Togo reçoit l'ambassadeur Omar Hilale    Moscou à la veille de réformes constitutionnelles…    Abyaba promet la réhabilitation des sites historiques de Safi    Au Liban, les heurts entre manifestants et forces de l'ordre font près de 400 blessés    Le rallye "Africa Eco Race" arrive au Sénégal    Secousse tellurique de magnitude 3,0 dans la province de Nador    Bachikh, des rituels pour implorer la fertilité lors du début de la campagne agricole    Mon berbère à moi    Latifa Serghini livre le récit de vie Jilali Gharbaoui    Le Roi reçoit un appel téléphonique d'Emmanuel Macron    Yémen : au moins 70 soldats de l'armée tués dans une attaque attribuée aux houthistes    Le temps qu'il fera ce dimanche    Hamza mon bb : Soukaina Glamour comparaîtra devant le tribunal le 23 janvier    Voici les points du communiqué du ministère des Affaires étrangères au sujet de la conférence de Berlin sur la Libye    Le président du RAJA Jawad Ziyat: La Coupe Arabe est un grand objectif pour nous    Programme des principaux matchs du dimanche 19 janvier    Sabah Zidani fait son retour dans les bacs et dévoile sa nouvelle chanson    Soirée captivante du musicien Abdelouahab Doukkali au festival d'hiver de Tantora    La ministre espagnole des AE attendue le 24 janvier au Maroc    Sud du Maroc : Le Gabon et la Guinée ouvrent à leur tour un consulat    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur
Publié dans Libération le 07 - 12 - 2019

"L'ennemi du réalisateur est l'arrogance et la certitude de tout savoir", a souligné le monument du cinéma français, Bertrand Tavernier, lors de la série "In Conversation with", programmée dans le cadre de la 18ème édition du Festival international du film de Marrakech.
"Personnellement, plus je faisais des films, plus j'avais l'impression que je n'y connaissais rien et que je repartais à zéro. Pour moi, c'est toujours un premier film", a relevé le cinéaste, producteur, écrivain et président de l'Institut Lumière, Bertrand Tavernier, lors de cette rencontre animée par l'historien du cinéma français, Jean Ollé-Laprune.
Pour démarrer la conversation, M. Ollé-Laprune a demandé au réalisateur ce qui motivait sa décision de faire un film. "Il y a toujours un moment où tu passes du désir à l'obligation de faire un sujet, et c'est variable d'un film à l'autre. Il y a aussi parfois des dialogues réels qui me touchent et que je n'ai jamais entendus dans un film et cela me donne envie, m'oblige d'en faire", a-t-il répondu.
Dans la préparation d'un film, Bertrand Tavernier accorde une place primordiale à la documentation. "Pour moi, faire un film c'est explorer, chercher et apprendre. Dans un film historique au 16ème siècle, je dois me documenter sur les guerres des religions, la manière de se nourrir des gens de l'époque, comment ils se chauffaient, comment ils s'éclairaient, s'ils vivaient dans le noir ou près d'une source de lumière: parce que cela dicte la manière de bouger des acteurs. Et lorsqu'on ne trouve rien, on imagine, on émet des hypothèses logiques et souvent les historiens viennent les corroborer à la sortie du film", a-t-il expliqué.
Bertand Tavernier est connu pour faire des films sur la violence, sans la filmer. Sur cette question, il a noté que "je n'aime pas montrer la violence, je préfère la suggérer. Dans L'appât, c'était indispensable qu'on ne voit pas, mais qu'on imagine des actes de torture, d'abord pour que l'on puisse toujours penser que c'est plus terrifiant, sans parler que j'ai toujours la crainte de créer chez un spectateur l'envie de faire de même".
Par ailleurs, il a indiqué que le secret d'une bonne direction d'acteurs, c'est d'abord le choix. "Quand c'est fait, il faut les guider, leur trouver la note juste, le cadre qui les met en valeur, s'adapter à leur rythme intérieur, leur laisser la liberté d'inventer. Et puis, il faut savoir les écouter quand ils ont de bonnes idées et accepter de changer ses plans". "Moi je n'ai pas d'ego là-dessus. Je préfère qu'on me ramène des idées meilleures", a-t-il dit.
A rappeler qu'un vibrant hommage a été rendu lors de cette 18ème édition du Festival international du film de Marrakech au grand Bertrand Tavernier, auteur de l'une des œuvres contemporaines les plus importantes et sans qui la cinéphilie en France ne serait pas ce qu'elle est.
Tavernier croise, très jeune, le chemin du cinéma dans lequel il s'engage passionnément et profondément. Réalisateur, auteur et producteur, il a non seulement signé quelques-unes des œuvres majeures du cinéma français telles que "Le Juge et l'Assassin", "Autour de minuit" ou "L'appât", mais il est également une très grande figure de la cinéphilie qui a publié plusieurs ouvrages de référence sur le cinéma, en plus d'être le président du très prestigieux Institut Lumière à Lyon.
Plusieurs de ses films ont été récompensés, en France et à l'étranger, dont "Autour de minuit" qui a remporté un Oscar et fut nommé aux Golden Globes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.