La CSMD organise une séance d'écoute avec le HCP    Délimitation des frontières maritimes du Maroc : Les textes passent au parlement, la presse ibérique panique    Politique foncière: Une remise à plat s'impose, recommande le CESE    Tanger Med : solutions dématérialisées pour l'export agroalimentaire    Walid Regragui quitte le FUS pour Al-Duhail    Virus: La Chine redoute une mutation, l'OMS en conclave    Système statistique national: Le sujet de la réforme enfin sur la table    Naufrage de la «rasd» en Amérique latine    Le PPS rend hommage au militant et à l'intellectuel engagé    Abdelkader Ababou: adieu l'artiste doux…    La Grèce sur le point d'être présidée pour la première fois par une femme    Le Groupe dresse son bilan 2019 : Renault Maroc performe à nouveau avec près de 400.000 véhicules produits    Botola Pro D1 : Le Wydad de Casablanca nouveau leader    Coupe arabe U-20 : Le Maroc dans le groupe B    CAN-2020 de futsal : Objectif, conserver le titre    Procès en destitution de Trump: Mardi glacial au Capitole    L'opposition russe en désarroi après la réforme éclair de Poutine    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    "Mon corps, ma liberté", un mouvement sur les pas de "El Violador eres tu!    Italie: Les «sardines» défient Salvini…    La Caravane «Maroc-Innov» fait escale à Chichaoua au profit des jeunes porteurs de projets    Taroudant : Un couple soupçonné d'agression sur sa fille    Sommet UK-Afrique : Le Maroc en force à Londres    Perspectives prometteuses pour l'économie nationale : La DEPF table sur un taux de croissance de 3,7% en 2020    Burkina Faso : 48 heures de deuil national après une nouvelle attaque terroriste    Retraites : la CGT a mis à l'arrêt la plus grande usine hydro-électrique de France    L'enfant terrible de la mode Jean-Paul Gaultier raccroche au sommet de la gloire    Lamia Tazi nommée PDG du laboratoire pharmaceutique Sothema    Edito : Nouvelle victoire    Classement Rekrute: Qui sont les 25 employeurs les plus attractifs?    Arrestation à Meknès d'une vagabonde pour enlèvement présumé d'un nourrisson    Le sommeil contrecarre le larcin planifié par un Marocain dans un complexe commercial en Italie    Le directeur sportif du FC Séville”Monchi”: Youssef En Nesyri a un énorme potentiel    Didier Six,l'entraîneur de la Guinée: C'est vrai que le plus gros morceau, c'est le Maroc    Venezuela: Pompeo annonce plus d'actions contre la "tyrannie" de Maduro    L'artisanat, un miroir ondoyant mais luisant d'espoir aux mains de l'artisan    Les drones pourraient bientôt voler comme des oiseaux    Insolite : Le chat fugueur    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Session de formation sur l'arbitrage en sports collectifs    Vers un deuxième acte de l'affaire Tiazi    La Chambre des conseillers s'ouvre aux ONG    Jean-Paul Carteron : Dakhla sera la future Floride du Maroc    Colloque sur le financement de l'économie nationale à la Chambre des représentants    Le caftan marocain brille de mille feux à Paris    Le patrimoine amazigh à l'honneur à Imintanoute    Forum national des créations de l'enfant à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites
Publié dans Libération le 10 - 12 - 2019

Les usagers des transports publics pourraient vivre un lundi de galère, en particulier en Ile-de-France, à l'orée d'une semaine déterminante pour la réforme des retraites dont le contenu détaillé doit être présenté mercredi, après une nouvelle journée de grèves et manifestations.
Alors que le trafic SNCF et RATP est très perturbé depuis jeudi, jour de mobilisation massive contre le "système universel" de retraite voulu par Emmanuel Macron, un lundi noir devait se dessiner du fait de l'affluence escomptée en gares et stations.
La SNCF prévoyait d'assurer "entre 15% à 20%" de son trafic habituel, soit un TGV et un Transilien (RER SNCF et trains de banlieue) sur cinq, trois liaisons TER sur dix (essentiellement assurées par bus), un train Intercités sur cinq et un trafic international "très perturbé".
"Il y a beaucoup plus de monde. Il y a donc un risque de saturation sur les gares et sur les quais", a souligné Agnès Ogier, directrice de la communication du groupe ferroviaire, en invitant "tous ceux qui le peuvent à limiter leurs déplacements en train".
Les perspectives ne sont pas meilleures pour mardi compte tenu de la deuxième journée de mobilisation interprofessionnelle, à l'appel notamment de l'intersyndicale CGT, FO, Solidaires et FSU.
La RATP table sur un trafic en région parisienne "extrêmement perturbé" pour le début de semaine, avec dix lignes de métro sur seize fermées lundi et un "fort risque de saturation du réseau".
Pour faciliter les trajets des Franciliens, les véhicules pratiquant le covoiturage (trois personnes au moins) ont été autorisés lundi à circuler sur les voies des bus et taxis sur les "grands axes qui arrivent sur Paris", à partir de 05H00, mais pas dans la capitale, selon la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne.
Sous pression après un jeudi de mobilisation qui a jeté dans la rue plus de 800.000 manifestants, l'exécutif doit lever le voile sur une réforme des retraites encore floue.
Il défend un "système universel" par points censé remplacer à partir de 202, ou un peu plus tard, les 42 régimes existants (général, des fonctionnaires, privés, spéciaux, autonomes, complémentaires) et être "plus juste", quand ses opposants redoutent une "précarisation" des pensionnés.
Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont convié les ministres les plus concernés par la réforme et les dirigeants de la majorité à un "déjeuner de calage" lundi à l'Elysée. Dans l'après-midi, le haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye a reçu, aux côtés de la ministre des Solidarités Agnès Buzyn, les partenaires sociaux afin de "tirer les conclusions" de la concertation relancée en septembre. Puis le Premier ministre présentera, mercredi, "l'intégralité du projet" de réforme.
Ce plan porte "une ambition de sauvetage du système social français, et pas du tout de démantèlement comme cela a pu être caricaturé", affirme l'entourage du chef de l'Etat.
"On pourra apporter des réponses extrêmement positives pour beaucoup de gens qui subissent des injustices dans le système actuel: les femmes, les agriculteurs, et ceux qui ont des parcours hachés notamment", assure Edouard Philippe.
Tout en avertissant, "déterminé": "Si on ne fait pas une réforme profonde, sérieuse, progressive aujourd'hui, quelqu'un d'autre en fera une demain brutale, vraiment brutale". Même détermination chez ses opposants. "Nous tiendrons jusqu'au retrait" de la réforme, dans laquelle "il n'y a rien de bon", a prévenu le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez.
"Je ne négocierai pas la mise en oeuvre de ce que je qualifie (de) monstre, (de) danger pour les retraites de demain", a abondé le numéro un de Force ouvrière, Yves Veyrier. Le gouvernement va-t-il donner des gages à des opposants syndicaux ayant retrouvé des couleurs? "Je ne pense pas que ce soit avec la CGT qu'on trouvera le chemin de la sortie de ce conflit", a lâché Elisabeth Borne.
"Il y a des propositions des organisations syndicales... C'est à ces propositions que le Premier ministre répondra mercredi", a-t-elle précisé, en pensant probablement à la CFDT de Laurent Berger. Le dirigeant du premier syndicat français, acquis au principe d'un système par points, est resté silencieux durant le week-end mais sans doute pas inactif, afin de peser sur les arbitrages du gouvernement.
Le gouvernement devra en tout cas faire preuve de pédagogie pour répondre aux inquiétudes exprimées par de nombreuses professions appelées à se mobiliser à nouveau mardi. Parmi elles, les enseignants, qui craignent que leurs pensions baissent avec les nouvelles règles: pour l'éviter, le Premier ministre s'est déjà engagé à une "revalorisation progressive" de leur traitement.
L'exécutif a d'ores et déjà intégré le fait que la discussion se poursuivra au-delà de mercredi, confie-t-on à Matignon. Et la mobilisation?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.