Météo: le temps qu'il fera ce mardi 25 février    Le Roi Mohammed VI félicite la présidente de la République d'Estonie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Selon l'OMS, le monde doit se préparer à “une éventuelle pandémie”    Aux camps de Tindouf, des manifestations de colère après des soupçons de «complicité» dans l'évasion de dangereux prisonniers    #RunforNEET2020 : une course pour l'insertion des jeunes    Les autorités de La Mecque ordonnent l'arrestation d'une rappeuse saoudienne    Les belligérants libyens élaborent un projet d'accord de cessez-le-feu à Genève    Pompeo appelle le Premier ministre irakien désigné à protéger les troupes américaines    Insolite : Anniversaire présidentiel    Les cygnes blancs de 2020    Le socialiste Sanders en super-favori, les démocrates modérés s'inquiètent    Des performances commerciales et financières favorables pour Crédit du Maroc    200ème but de Cavani sous les couleurs du PSG    Le Zamalek se retire du championnat égyptien    Qualification de trois taekwondistes marocains aux JO de Tokyo    Coronavirus: Marocains d'Italie, ceci vous concerne    Le DG de l'ONEE présente à Kampala le bilan positif de la présidence marocaine de l'Association africaine de l'eau    Marrakech abrite une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Festival "Stop drogue" : Une matinée dédiée à la promotion de la pratique du sport chez les femmes    Divers    Un chauffeur de camion arrêté à Agadir en possession de 589 kg de chira    Participation du Maroc à la 43ème session du CDH    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Dounia : Un monodrame poignant sur le parcours d'une jeune femme en quête d'identité existentielle    Avec "Pinocchio", Matteo Garrone signe un conte noir pour enfants    Une conférence scientifique internationale organisée par l'association Ibn Battouta    Rabat: Nasser Bourita s'est entretenu avec un responsable saoudien    Le père de Dounia Batma arrêté à Marrakech    Jumelage Maroc-UE, quel apport pour la loi-cadre sur l'éducation ?    17ème journée de la Botola Pro D1 : Qu'arrive-t-il au Wydad ?    Eliminatoires africaines de taekwondo : La Marocaine Oumaima El Bouchti qualifiée aux JO-2020    15ème Jazzablanca : L'appel à candidature lancé    La tournée «Stars 80» bientôt à Casablanca    Le Groupe Crédit Agricole du Maroc mobilisé pour Al Moustatmir Al Qaraoui    Inwi adhère officiellement à la «Déclaration Numérique GSMA»    Conseil de gouvernement jeudi: ce qui est prévu    Italie : 100.300 Marocains mis en quarantaine    Résultats financiers : CIH Bank termine l'année 2019 en forme    Protection sociale : La BAD accorde un prêt de 2 milliards DH au Maroc    Maîtriser la question religieuse!    Palestine: Vivement l'union!    Débat sur l'urgence climatique pour le continent africain    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    Le Salon international de l'agriculture de Paris a ouvert ses portes samedi : Le terroir marocain à l'honneur    Carton plein pour Saad Lamjarred et Fnaire (VIDEO)    Championnat d'Egypte: le Zamalek se retire de la compétition    Marche de protestation contre les restrictions de déplacement dans les camps de Tindouf    Colloque sur la démocratie participative à la Chambre des représentants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le hacker portugais Rui Pinto révèle avoir été derrière les "Luanda Leaks"
Publié dans Libération le 28 - 01 - 2020

Le Portugais Rui Pinto, "hacker" derrière le scandale des "Football Leaks", a révélé lundi être également à l'origine des "Luanda Leaks" mettant en cause la milliardaire angolaise Isabel dos Santos, entre-temps accusée par son pays de fraude et détournement de fonds.
Le pirate informatique de 31 ans, arrêté en Hongrie il y a un an et actuellement détenu au Portugal, "assume la responsabilité" d'avoir transmis fin 2018 "l'ensemble des données à l'origine des récentes révélations" sur la fortune de la fille de l'ex-président angolais, ont annoncé l'avocat français William Bourdon et son confrère portugais Francisco Teixeira da Mota.
Rui Pinto "a souhaité ainsi favoriser la compréhension d'opérations complexes menées avec la complicité de banques et de juristes qui non seulement appauvrissent le peuple et l'Etat d'Angola, mais sont également susceptibles d'avoir porté gravement atteinte à l'intérêt général au Portugal", ancienne puissance coloniale où Mme dos Santos possède d'importants actifs, ont-ils ajouté dans un communiqué.
Ces données leur sont parvenues à travers la Plateforme de protection des lanceurs d'alerte en Afrique (PPLAAF), présidée par Me Bourdon, avocat au barreau de Paris qui représente également Edward Snowden, Hervé Falciani (SwissLeaks) ou Antoine Deltour (LuxLeaks).
"On savait que plusieurs de nos sociétés ont été ciblées par un hacker portugais", avait affirmé la semaine dernière Sindika Dokolo, l'époux congolais de la femme la plus riche d'Afrique.
"Ces documents ont été gardés et sont instrumentalisés aujourd'hui pour faire main basse sur nos avoirs à l'étranger", avait-il ajouté au micro de Radio France Internationale.
Rui Pinto est actuellement en détention provisoire au Portugal, où il attend d'être jugé pour tentative d'extorsion et des délits informatiques liés aux fuites des "Football Leaks" organisées à partir de fin 2015.
Publiées en plusieurs volets par un autre consortium de médias, le European Investigative Collaborations, ces révélations avaient mis à nu des mécanismes d'évasion fiscale, des soupçons de fraude et de corruption mettant en cause plusieurs clubs européens et des joueurs vedettes comme le Portugais Cristiano Ronaldo.
Ces informations ont permis aux autorités de plusieurs pays, dont la France, d'ouvrir des enquêtes sur des malversations présumées dans le football. Peu après son arrestation en janvier 2019 à Budapest, où il résidait, Rui Pinto avait affirmé être en possession de six téraoctets de documents inédits.
Mercredi dernier, soit trois jours après la publication des "Luanda Leaks", la justice angolaise, qui avait gelé les avoirs d'Isabel dos Santos en Angola depuis décembre, a formellement accusé la milliardaire et plusieurs de ses associés portugais de fraude, détournement de fonds et blanchiment d'argent.
L'Angolaise de 46 ans a aussitôt démenti les accusations de la justice de son pays, qui la soupçonne également de trafic d'influence, abus de biens sociaux et faux en écritures durant son mandat à la tête du groupe pétrolier public Sonangol.
"Les allégations portées contre moi ces derniers jours sont extrêmement trompeuses et fausses", a-t-elle déclaré, dénonçant "une attaque politique" et se disant "prête à se battre" devant la justice internationale pour se défendre.
Cette affaire constitue un test majeur de la volonté affichée de l'actuel président angolais Joao Lourenço de lutter contre la corruption. Ce dernier a succédé en 2017 à José Eduardo dos Santos, qui avait dirigé ce pays riche en pétrole d'une main de fer pendant trente-huit ans.
Les ondes de choc de ce scandale ont également vite atteint le Portugal qui, frappé en 2011 par une grave crise financière, avait accueilli à bras ouverts les capitaux investis par le clan dos Santos. Un banquier portugais de 45 ans qui travaillait directement avec Mme dos Santos dans la banque portugaise EuroBic a été retrouvé mort chez lui à Lisbonne, où la police pense qu'il s'est suicidé.
Pendant que la milliardaire décidait de sortir du capital d'EuroBic et de la société industrielle Efacec, le parquet angolais a mis la pression sur Lisbonne en déclarant qu'il soupçonnait Isabel dos Santos d'avoir investi au Portugal des fonds détournés illégalement de son pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.