La chaîne française M6 interdite en Algérie après la diffusion d'un documentaire au vitriol    Cameroun : dix ans de réclusion pour des militaires ayant abattu deux femmes et leurs enfants    Présidentielle en Côte d'Ivoire : le représentant de l'ONU appelle à la «retenue»    Au Mali, l'ex-ministre de la défense Ba N'Daou nommé président de transition    Affaire Aït El Jid : le procès du pjdiste Abdelali Hamieddine reporté au 30 mars 2021    Royal Air Maroc va réduire sa flotte pour s'adapter à la crise    Tourisme : les conséquences de la crise au Maroc (chiffres)    Le produit net bancaire du groupe BCP s'est amélioré    Elections : La bataille des jeunes a commencé    Tourisme : Marrakech affûte ses armes pour la reprise    « Boost with Facebook » arrive au Maroc    CORPS SECURITAIRE DE NOUVELLE GENERATION : LA METHODE HAMMOUCHI    Lesieur Cristal : Plus de 2 MMDH de chiffre d'affaires réalisés au 1er semestre    L'actrice Mariem Hussein arrêtée à Dubaï    Les lunettes de vue offrent une protection contre le coronavirus [Etude]    Casablanca: gigantesque incendie à Sidi Bernoussi    Moha Ouali Tagma désigné membre de la délégation de haut niveau à l'OIF    Joe Biden. « 200 millions d'Américains morts du Covid »    Le rythme de progression de la masse monétaire poursuit son accélération    Djokovic: « Nadal reste le favori pour Roland-Garros »    Les omissions coupables de Human Rights Watch    Voici le temps qu'il fera ce mardi    Région de Rabat: il menace les policiers avec son chien    Tunisie: un reconfinement est-il possible ?    AIEA: Le Maroc préside la 64e conférence    Reportage de M6: les autorités algériennes contre-attaquent    Taqa Morocco: Le RNPG recule    Botola: le Hassania d'Agadir tombe à Oued Zem (VIDEO)    Le déroulement de la rentrée scolaire au menu du Conseil de gouvernement    Jawad Yamiq proche du Getafe    En Allemagne, des milliers de manifestants demandent à l'UE de prendre en charge les réfugiés    L'hôpital des FAR prodigue des soins permanents aux brûlés de l'explosion de Beyrouth    Reda Boudina expose sa démarche du graffiti    La CGEM publie un guide sur la "Cybersécurité en entreprise"    Le Covid-19 a un impact "dévastateur " sur les populations les plus vulnérables    Michael Lonsdale, le comédien pèlerin, est décédé    Officiel: El Haddadi éligible pour représenter le Maroc    Une consécration de l'engagement du Royaume pour une pratique sportive saine    Italie: débuts flamboyants pour la Juve de Pirlo    Football : Nayef Aguerd débute bien la saison en France    Le Maroc s'est distingué par son engagement en faveur d'une solution pacifique libyo-libyenne, affirme un institut d'études slovène    Des centaines de sans-papiers entament un périple de 700 Km    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Bolivie: La présidente par intérim se retire de la course à la présidence    Le roman des énigmes    «M'ZORA CARAVANE»: plus de 30 artistes internationaux à l'honneur    «Le Fez Art Lab», un nouvel espace culturel à Fès    Quatre productions marocaines en lice au Festival du film arabe de Malmö    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cas confirmés, cas graves et décès en nette augmentation
Publié dans Libération le 03 - 08 - 2020

Il fut un temps où les autorités sanitaires du pays étaient fières du travail accompli. Aujourd'hui, elles constatent avec effarement qu'elles étaient allées un peu trop vite en besogne. Qu'elles avaient vendu la peau de l'ours avant de l'avoir tué. C'est le sentiment laissé par la volte-face du ministère de la Santé en termes de communication. Après s'être félicité il y a quelques semaines d'une gestion idoine de l'épidémie, Khalid Aït Taleb, le ministre de tutelle, a changé de ton. Son discours est plus que jamais alarmant après avoir longtemps été rassurant.
« L'évolution de la situation épidémiologique est inquiétante. Le bilan des contaminations en une semaine dépasse ce qui a été enregistré en quatre mois », a-t-il fait savoir, il y a quelque temps, le teint livide. Les jours suivant cette intervention lui ont encore plus donné raison avec des records de contaminations et de décès. Vendredi à 17h, 1.063 nouveaux cas confirmés ont été enregistrés, soit un nouveau record après les 1046 de la veille. Hier, les nouveaux cas n'ont pas atteint des sommets (693) contrairement au nombre de personnes décédés (14) portant le total à 367, alors que les cas actifs ont explosé à hauteur de 6688 cas.
Si les guérisons représentent une lueur d'espoir dans ce sombre océan de désespoir, avec 302 guérisons (17.960 au total), la hausse des cas graves est un indicateur à surveiller de très près. Selon le ministère de la Santé, les cas graves sont l'indicateur réel de la gravité de la situation. Donc, en comptant 88 cas, dont 25 dans la région de Casablanca (8 sous respirateur), 25 à Tanger-Tétouan Al Hoceima (un sous respirateur), 19 à Marrakech-Safi et 10 à Fès-Meknès, sans Rabat-Salé-Kénitra (7 cas dont 3 sous respirateur), on peut affirmer que la situation est préoccupante et s'aggrave de jour en jour. Et cela ne risque malheureusement pas de s'estomper de sitôt.
Une population qui méprise
le virus
Car l'attitude de la population marocaine tranche avec l'évolution de la situation épidémique. Maintenant que le taux de reproduction est de plus en plus élevé, on aurait pu croire que la vigilance et le civisme des citoyens n'en seraient que plus grands. Que nenni, les mesures préventives, le port du masque et les gestes barrières sont méprisés par la majorité des citoyennes et citoyens. A tel point que cela confine à de la défiance envers le Sars-Cov-2. Un sentiment de défiance démultiplié et renforcé par l'absence de sanctions pour non-port du masque. Or, au rythme où vont les choses, un scénario à l'italienne n'est plus aussi saugrenue surtout que les capacités litières seraient presque au complet. On s'achemine de toute évidence vers une catastrophe dont nous serions les responsables. On n'est pas loin de l'autoflagellation là. Même si pour l'Union européenne, le Maroc est encore un pays sûr.
L'UE pas plus inquiète
que cela
En effet, l'UE a décidé de maintenir le Royaume dans sa liste des pays tiers pour lesquels elle recommande une levée des restrictions de voyage. « A compter du 31 juillet, les Etats membres devraient progressivement lever les restrictions de déplacement aux frontières extérieures pour les résidents des pays tiers suivants: l'Australie, le Canada, la Géorgie, le Japon, le Maroc, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, la Corée du Sud, la Thaïlande, la Tunisie et l'Uruguay, en plus de la Chine, sous réserve de l'application de la réciprocité », a précisé le Conseil de l'UE dans un communiqué. Les étudiants marocains à l'étranger sont certainement soulagés, mais pour combien de temps encore l'UE maintiendra cette décision ? On en saura plus dans une dizaine de jours.
Une épidémie qui risque
de durer
Du côté de l'Organisation mondiale de la santé, on est un peu plus tourmenté que l'UE. L'organisation onusienne dont la crédibilité a été mise à mal par le nouveau coronavirus « a souligné que la durée de l'épidémie allait certainement être très longue ». Elle a également ajouté par le biais d'un communiqué que « le risque que fait peser le Covid-19 est très élevé » d'autant que les zones d'ombre que comporte le portrait du virus sont encore trop grandes, d'où les recommandations de l'OMS quant à l'accélération des recherches sur les points encore inconnus du virus, notamment son origine animale et ses éventuels moyens de propagation par voie animale, ou encore l'immunité et les corrélats de protection.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.