ONU : La Proclamation américaine sur la marocanité du Sahara distribuée aux 193 Etats membres    Mise au point : « L'approche conspiratrice » adoptée par HRW fausse tout    Secousse tellurique de magnitude 3,4 dans la province d'Azilal    Le Maroc classé 53ème en 2021 dans le rapport sur les effectifs militaires    Badr Hari refait surface sur Instagram    Evolution du coronavirus au Maroc : 1246 nouveaux cas, 461.390 au total, mardi 19 janvier 2021 à 18 heures    Arrestation d' un pharmacien pour trafic de psychotropes    L'ambassadrice de l'UE loue la stratégie marocaine en matière de lutte contre la violence à l'égard des femmes    Vaste mouvement parmi les directeurs provinciaux de l'éducation nationale    Tragédie humaine : 14 douars sans collège (vidéo)    L'épouse d'El Ghomari se confie sur 2M    La promotion des provinces du Sud dans l'agenda du Réseau Maroco-Américain    Visas: Le plaidoyer du député franco-marocain M'jid El Guerrab pour l'Afrique    Pays-Bas: Démission du gouvernement de Mark Rutte    Dakhla : «Région de Rêve 2021»    Le Maroc réussit son entrée vers la défense de son titre    Ammouta : Victoire d'une importance capitale    Le Maroc éliminé après 3 défaites successives    Quels sont les défis à relever pour garantir le succès de la ZLECAf ?    Stratégie : Kia Maroc dévoile ses nouvelles ambitions pour 2021    Nexans : nouvelle usine à Nouaceur    Un MoU pour renforcer les relations économiques et commerciales    Président à part, sera-t-il aussi un ex-président à part ?    Coronavirus : le gouvernement prolonge les mesures de restriction en vigueur de 2 semaines    Maroc-USA:Fischer rassure quant à la position de l'administration Biden sur le Sahara    Un Casque bleu marocain parmi les victimes en République centrafricaine    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    Stud'IFO : Concert virtuel entre Cheikh Brahmi et Snitra    «En 2020, l'offshoring marocain a montré sa capacité exceptionnelle à résister»    La reconnaissance de la marocanité du Sahara est un «développement naturel» de la position des administrations US    Profitant du nul entre la Libye et le Niger : La RDC prend seule la tête du groupe B    Coronavirus : voici les variants les plus compliqués à maîtriser par le système immunitaire [Etude]    Le sélectionneur du Zimbabwe accuse le Cameroun de sorcellerie !    L'envoyé US pour la lutte contre l'antisémitisme salue la «vision de paix» de SM le Roi    Ben Abdelkader pose les conditions de modernisation du système judiciaire    Situé à Casa Anfa : Un Institut «nouvelle génération» sur le digital verra bientôt le jour    Meknès retrouve la culture à l'air libre    Une nouvelle émission rendant hommage à la diversité culturelle    «Le discours de la folie dans le patrimoine arabe et occidental»    Médias-Pr. Rachid Lazrak : «Il faut être soit aveugle, soit de mauvaise foi, pour ne pas comprendre comment le Conseil de sécurité voudrait résoudre le problème du Sahara»    Virus Covid mutant: Le Maroc se ferme à l'Australie, le Brésil, l'Irlande et la Nouvelle Zelande    Eliminatoires Afrobasket (Tunisie, 17-21 février 2021) : Stage de l'équipe nationale seniors    La BAD compte sur le Maroc pour développer son indice    RNI Academy, une nouvelle structure pour la formation des élus de demain    Euromed : Quel avenir ?    CHAN / Ouganda-Rwanda (0-0) : Un nul en faveur du Maroc    Le Maroc et les Etats-Unis s'engagent contre le trafic illicite    Communication: rapprochement stratégique entre le marocain Brand & Image et l'israélien Kam Global Strategies    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jusqu'où peut allerla légalité des prorogations répétées de l'état d'urgence ?
Publié dans Libération le 10 - 09 - 2020

L' état d'urgence sanitaire sera prorogé jusqu'au 10 octobre prochain au Maroc. Le projet de décret y afférent a été approuvé avant-hier par le Conseil du gouvernement. Cette nouvelle prorogation va permettre l'adoption de mesures nécessaires pour lutter contre le coronavirus tout en prenant compte de l'évolution de cette pandémie.
Ce projet de décret permettra également au ministère de l'Intérieur de prendre, à la lumière de l'état de propagation de la pandémie et en collaboration avec les autorités concernées, les mesures nécessaires au niveau national. Il permettra aussi aux walis et aux préfets de prendre les mesures adéquates au niveau des provinces et communes.
Cet énième prolongement est-il légal ? « Il est tout à fait légal et il est instauré conformément à la Constitution et aux textes de loi portant sur les droits fondamentaux. Le processus de prolongation de l'état d'urgence est également légal », nous a répondu Hicham Berjaoui, enseignantchercheur à l'Université Cadi Ayyad de Marrakech. Et de poursuivre : « La question de l'illégalité ne se pose même pas puisque l'ensemble des systèmes juridiques donnent droit aux autorités publiques, en temps de crise, de déroger à certaines garanties constitutionnelles et de restreindre l'exercice de droits et libertés fondamentaux ».
Rappelons-nous, à titre d'exemple, de l'article 4 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques qui stipule que «dans le cas où un danger public exceptionnel menace l'existence de la nation et est proclamé par un acte officiel, les Etats parties au présent Pacte peuvent prendre, dans la stricte mesure où la situation l'exige, des mesures dérogeant aux obligations prévues dans le présent Pacte, sous réserve que ces mesures ne soient pas incompatibles avec les autres obligations que leur impose le droit international et qu'elles n'entraînent pas une discrimination fondée uniquement sur la race, la couleur, le sexe, la langue, la religion ou l'origine sociale».
Il faut ajouter également la Convention européenne des droits de l'Homme qui évoque l'état d'urgence. Son article 15 mentionne, en effet, qu'«en cas de guerre ou en cas d'autre danger public menaçant la vie de la nation, toute Haute Partie contractante peut prendre des mesures dérogeant aux obligations prévues par la présente Convention, dans la stricte mesure où la situation l'exige et à condition que ces mesures ne soient pas en contradiction avec les autres obligations découlant du droit international».
Notre interlocuteur estime que le débat sur la prorogation de l'état d'urgence n'aurait pas eu lieu s'il n'y avait pas une crise de confiance dans les institutions. « Cette crise est mondiale et concerne même les anciennes démocraties. Les citoyens ne se sentent plus représentés dans les institutions et cherchent, via de nouvelles formes de mobilisation collectives, à s'organiser et à revendiquer leur droit à la représentativité », nous a-t-il expliqué.
Et d'ajouter : « Dans le cas du Maroc, la situation est identique et elle est amplifiée par l'inertie des institutions représentatives habilitées à contrôler et suivre la mise en place de l'instauration de l'état d'urgence et son déroulement ». Mais cette situation ne risque-t-elle pas de s'amplifier davantage avec une hégémonie des walis et des gouverneurs pendant cet état d'urgence ? « Leur pouvoir a été effectivement davantage étendu et cela est dû à la nature même de cette crise qui est d'essence sanitaire, et qui exige des réponses techniques et non politiques. A ce propos, je trouve insensé le débat soulevé dernièrement par la presse nationale sur l'instauration d'un gouvernement d'union nationale puisque nous sommes face à une crise sanitaire et non pas politique », nous a-t-il expliqué.
Et de conclure : « Pourtant, ces derniers temps, nous pouvons constater une relocalisation des décisions du centre vers la périphérie. Autrement dit, on assiste à un renforcement de la gestion décentralisée. Prenez l'exemple du ministère de l'Education nationale qui a délégué aux académies et aux présidents des universités le planning des examens et la gestion de la rentrée. Bref, nous sommes en train de passer d'une gestion très centralisée de la crise vers une approche plus décentralisée impliquant les acteurs locaux ».
Hassan Bentaleb


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.